Michel De Vroey : les théories économiques à l’épreuve de l’histoire

Le spécialiste de l’histoire des théories économiques Michel De Vroey est en résidence à l’IMéRA pour 6 mois, en partenariat avec Aix-Marseille School of Economics (AMSE), où il donne des cours doctoraux et travaille dans le cadre de sa résidence sur l’économie et le challenge de l’interdisciplinarité. “Pour savoir qui nous sommes, il faut savoir d’où nous venons”, prône le chercheur qui a signé en 2016 un livre intitulé “A history of Macroeconomics from Keynes to Lucas and Beyond”. Portrait.

 

Michel de Vroey est professeur émérite à l’Université de Louvain, spécialiste de la macroéconomie, en résidence AMSE/IMéRA de septembre 2019 à février 2020. Il a publié plusieurs ouvrages dont Involuntary Unemployment: The Elusive Quest for a Theory (2007) and Keynes, Lucas: D’une macroéconomie à l’autre (2009). Plus d’informations sur le site de Michel De Vroey : https://sites.google.com/site/devroeym/home

S’il est une attitude que n’aime pas Michel De Vroey, c’est l’arrogance. Aussi regrette-t-il que certains économistes ne fassent pas preuve de plus d’humilité, parfois trop sûrs de ce qu’ils avancent. Discuter des théories économiques est devenu la spécialité du professeur émérite de l’Université de Louvain. Son travail s’adresse directement aux chercheurs comme aux étudiants pour les inviter, aux détours de l’histoire de la discipline, à prendre du recul. Dans ce but, l’historien des théories a signé un ouvrage en 2016 “A history of Macroeconomics from Keynes to Lucas and Beyond” publié à la Cambridge University Press, qui s’adresse directement aux économistes, mais aussi aux plus curieux. « Je pense que les économistes d’aujourd’hui ont intérêt à regarder en arrière, » affirme Michel De Vroey, dont la devise est “Pour savoir qui nous sommes, il faut savoir d’où nous venons“.

Un travail d’autant plus important que depuis 40 ans, “l’économie est devenue de plus en plus spécialisée et technique, les chercheurs travaillent dans de tous petits périmètres. Il y a une forte pénurie de chercheurs qui font le pont“, déplore Michel De Vroey.” D’où le projet de recherche à l’IMéRA du chercheur de l’Université de Louvain- L’économie et le challenge de l’interdisciplinarité – qu’il mène en collaboration avec des chercheurs d’AMSE, où il donne aussi des cours doctoraux.

A History of Macroeconomics from Keynes to Lucas and Beyond, Cambridge University press, 2015. + d’informations ICI

En tant qu’enseignant, Michel De Vroey aime ainsi partir des intuitions des étudiants pour mieux les déconstruire. « Je reprends les textes fondateurs avec les élèves. J’aime à leur dire : vous connaîtrez ainsi mieux les fondements de vos intuitions, et vous serez libres éventuellement d’en changer. » L’enseignant s’amuse encore d’avoir été catalogué comme marxiste au début de sa carrière au CNRS parce que, revenu de Berkeley avec les cheveux longs – où tout le monde les avait ainsi dans les années 1970 -, il avait animé à la demande d’étudiants un groupe de lecture sur Marx. Un comble pour celui qui se décrit volontiers comme un “avocat du diable”. « Je suis un voyeur, me confie Michel De Vroey. S’il y a un changement de la peinture figurative à la peinture abstraite, je constate et j’enregistre tous les arguments, mais je ne prends pas parti. » Michel De Vroey aime d’abord parler “théorie”, que ce soit pour en faire la critique ou pour la défendre, selon qui est à l’attaque.

« Ma vocation normale, c’est de montrer les limites de de la théorie, d’être l’avocat de l’attaque en quelque sorte. Mais quand j’entends des gens se baser sur Foucault pour parler économie, cela me fait bondir ! De même que si l’on attaque l’hypothèse d’homo economicus, je dois revenir aux circonstances dans laquelle elle a été inventée pour expliquer qu’elle sert à construire un modèle, et que les économistes assument donc qu’elle ne soit pas réaliste. ” En 2018, le chercheur a ainsi co-signé un papier avec Luca Pensieroso sur la question du pluralisme en économie dans Regards économiques (UCL). Ils analysent deux critiques souvent avancées contre l’état actuel de la science économique : le manque de pluralisme, en étant selon l’argument habituel dominée par l’approche néoclassique, et le biais idéologique en faveur du néolibéralisme. Le résultat de leur analyse est que ces deux critiques ne résistent pas à un examen critique.

Michel De Vroey prend aussi du plaisir à discuter “économie” avec les non-initiés, comme l’auteur de ce billet. En septembre 2019, il a participé au « speed dating des chercheurs» lors de la nuit européenne des chercheurs à Marseille, aux Docks du Sud. L’exercice consistait pour un participant à s’asseoir à une table pour échanger pendant huit minutes sur un sujet de recherche avec un scientifique, comme ils le feraient autour d’un café. Au son du gong, changement de chercheur ! « J’avais emmené un petit arbre généalogique de l’économie à montrer, raconte le chercheur, pour demander aux gens qui ils connaissaient. Peu de personnes connaissaient Keynes ou Friedman. Mais je pouvais leur dire : je suis sûr que vous faites de l’économie politique. Les gens ont tous des conceptions d’économie politique dont ils parlent régulièrement entre eux : la conception par exemple selon laquelle la valeur créée par les entreprises est redistribuée ».

Je n’ai moi-même pas eu besoin d’insister pour que le chercheur me déroule une courte synthèse sur l’évolution de la macroéconomie depuis la seconde moitié du XXième siècle. J’étais, en vingt minutes, armé pour comprendre pourquoi le Prix Nobel d’économie en 2019 est décerné à 3 économistes pour leur « approche expérimentale pour réduire la pauvreté globale », une tendance récente qui prend le pas sur une économie très mathématique – et très abstraite. Esther Duflo, l’une des 3 prix Nobel, a notamment écrit “The economist as Plomber”, un article dans lequel elle explique qu’elle préfère aux grands problèmes d’ingénieurs et à la théorie pure, s’attaquer aux problèmes concrets de développement, en se basant sur l’expérience. Quel est l’effet des antibiotiques sur la réussite scolaire des enfants ? Doit-on plutôt donner plus de manuels aux élèves ou plutôt diminuer le nombre d’élèves dans les classes ? etc.

Cette évolution vers une économie plus “expérimentale”, due à l’essor de l’informatique et de l’exploitation des données, Michel De Vroey la regarde sans prendre parti mais apprécie de constater que des économistes s’engagent davantage, à l’image d’un Thomas Piketty, considéré comme un économiste empirique, qui conclue son livre paru en 2019 (Capital et idéologie) par des propositions politiques. “Je trouve ça bien que les économistes s’engagent car leur objet invite naturellement à l’engagement, m’explique Michel De Vroey. L’économie a un objectif politique : organiser la société. Mais là où un Piketty tire des conclusions très égalitaristes et en fait, idéologiques, d’autres pourraient faire la même analyse sans tirer les mêmes conclusions. C’est là que l’historien des théories que je suis peut intervenir !

Pour en savoir plus :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.