Marta Jecu, résidente IMéRA/Mucem, curatrice de l’exposition “Et in Arcadia” au Mucem

A l’occasion du vernissage de Et in Arcadia, Marta Jecu, Vincent Chevillon et Edouard de Laubrie ont présenté jeudi 10 octobre l’installation conçue dans le cadre de la résidence IMéRA/Mucem de Marta Jecu et intégrée à l’exposition Ruralités du Mucem.

De gauche à droite, Yolande Padilla (Mucem, Coopération Internationale en recherche, formation et enseignement); Marta Jecu (résidente IMéRA/Mucem en 2019, curatrice de l’exposition Et in Arcadia…); Vincent Chevillon (artiste); Edouard de Laubrie (Mucem, chargé de collections et de recherches, responsable du pôle Agriculture & Alimentation, conservateur de Ruralités).

Marta Jecu, chercheure et curatrice, résidente IMéRA/Mucem 2019 a présenté jeudi 10 octobre 2019 au Mucem l’installation Et in Arcadia qui s’ajoute à son cycle « Exodus stations = art contemporain et musée d’ethnographie». L’artiste Vincent Chevillon et le commissaire de l’exposition Ruralités, Edouard de Laubrie, étaient à ses côtés pour inaugurer l’installation formée des 3 œuvres conçues par Vincent Chevillon sur l’invitation de Marta Jecu. Et in Arcadia est l’aboutissement du travail effectué par Marta Jecu dans le cadre de sa résidence à l’IMéRA en partenariat avec le Mucem, de janvier à juin 2019. L’installation sera visible jusqu’à la fermeture de l’exposition Ruralités, en mars 2020.

En tant que chercheure, Marta Jecu s’intéresse à la possibilité de « réactiver » le sens des objets ethnographiques par l’art conceptuel (contemporain). La curatrice met en place pour cela des résidences d’artistes au sein des expositions et collections, chaque projet rejoignant alors les précédents au sein de la plateforme « Exodus Stations ». Dans le cadre de sa résidence à l’IMéRA, Marta Jecu s’est intéressée aux archives du Mucem et en particulier aux archives constituées par le commissaire de l’exposition Ruralités, Edouard de Laubrie. Ruralités explore les fondements de l’agriculture et de l’élevage en Méditerranée notamment avec l’exposition de différents objets représentatifs des techniques utilisées dans la région. Marta Jecu a ensuite proposé à Vincent Chevillon d’intervenir. L’artiste a créé la famille d’objets Et in Arcadia formée de 3 œuvres : un mur iconographique retraçant la genèse du projet, une œuvre numérique intitulée Lisières (en trois variations, où se diluent entre elles différentes archives) et un objet, Le Faiseur de pluie.

Ces œuvres, qui s’inspirent des éléments mêmes de Ruralités offrent ainsi une lecture « onirique » de la collection du Mucem. Vincent Chevillon présente Et in Arcadia comme un produit hybride des collections et archives du Mucem, de l’ethnologue Edouard de Laubrie et de documents glanés lors de son enquête. La plus imposante des trois œuvres, le Faiseur de pluie placé dans le sas d’entrée de l’exposition, est ainsi une sorte de « sonde », “un intermédiaire, un perce-monde”, selon les mots de l’artiste, faisant le lien entre ciel et terre. “Cette “Sonde” prospecte autant qu’elle s’ouvre aux fertiles imaginaires qui nous animent, explique Vincent Chevillon dans une plaque en entrée de l’exposition. Anachronique, isolé de son contexte initial et irrésistiblement tendu vers des cieux devenus opaques, Le Faiseur de Pluie semble attendre.

La deuxième œuvre du tryptique, Lisières, consiste en un écran où l’on peut voir une image en noir et blanc (une image d’archive) apparaître et se superposer très lentement à une autre image, « comme dans un procédé de révélation photographique, explique Vincent Chevillon. Une image apparaît peu à peu dans l’autre et cette nouvelle image tend à se substituer à la première. »

Le mur iconographique, enfin, se présente comme « un mur d’atelier ». On y voit différents éléments d’archives de l’exposition ruralités collés sur le mur. « Je construis une disposition qui permet l’énumération et la mise en relation entre ces différents objets d’archives, explique Vincent Chevillon. C’est un travail analogue que je fais pour mes créations, mais le mur est mon bureau d’ordinateur ! ».

Pour Marta Jecu, l’intégration de Et in Arcadia à l’exposition Ruralités permet d’ouvrir un dialogue avec les archives de recherche constituées par le commissaire lorsqu’il a conçu Ruralités. L’exposition Ruralités est envisagé comme une “Arcadie”, un lieu où les objets se “soucient” de l’équilibre et de l’autonomie de l’écosystème. Le dispositif Et in Arcadiaélargit l’univers de Ruralités pour y ajouter le sentiment contemporain d’inquiétude généralisée, les antagonismes et la virtualité des ressources actuelles ainsi que des éléments culturels extérieurs à la civilisation méditerranéenne”, explique Marta Jecu. Et in Arcadia vient s’ajouter aux 4 précédentes créations réalisées dans le même esprit sous la direction de Marta Jecu dans d’autres musées européens et qui forment le cycle Exodus Stations  = art contemporain et musée d’ethnographie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.