« Tous les Tunisiens ont des raisons d’être fiers de l’élection » – Entretien de Yadh Ben Achour dans le journal La Croix

Yadh Ben Achour, résident à l’IMéRA de septembre 2018 à juillet 2019, juriste et universitaire tunisien, livre son analyse des résultats du premier tour des élections tunisiennes à La Croix.

Il y a un espoir qu’avec Kais Saied, le paysage politique soit rénové“, confie Yadh Ben Achour dans un entretien donné au journal La Croix le 17 septembre 2019. Comme d’autres universitaires tunisiens, Yadh Ben Achour prend position pour le candidat arrivé en tête (Kais Saied, 18,4%) du premier tour de l’élection présidentielle tunisienne. Kais Saied sera opposé lors du second tour à l’homme d’affaires actuellement en prison Nabil Karoui (15,58 % au premier tour).

Pour Yadh Ben Achour, résident à l’IMéRA pendant l’année universitaire 2018-2019, ancien doyen de la Faculté des sciences juridiques de Tunis, spécialiste de la constitution tunisienne et membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies, Kais Saied est le mieux placé pour rassembler et évitera le “noeud gordien” d’un président élu en prison. “Avec lui, la Tunisie aura un chef de l’État inattaquable. Et il va résoudre deux problèmes : écarter le candidat islamiste et nous débarrasser de l’actuel gouvernement, sanctionné par les urnes“.

Kais Saied n’était pas son choix au premier tour, confie Yadh Ben Achour, mais pour autant, il est fier pour celui qui était son étudiant à l’Université. D’ailleurs, “tous les tunisiens ont des raisons d’être fiers de l’élection“, affirme-t-il, “fiers d’avoir passé le cap de la disparition du président avec des institutions constitutionnelles qui ont normalement fonctionné“. Des institutions pour le bon fonctionnement desquelles Yadh Ben Achour s’est toujours battu, en particulier lors de la révolution tunisienne en 2011.

Yadh Ben Achour a résidé à l’IMéRA de septembre 2018 à juillet 2019 pour y donner notamment une série de conférences sur l’Islam face aux défis modernes dans le cadre de la Chaire Averroès (IMéRA/A*MIDEX-AMU, avec le soutien de la Fondation de l’Islam de France) dont il était le premier titulaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.