Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions »

Pierre Livet, directeur du programme « Rencontres entre sciences et humanités » de l’IMéRA, est professeur de philosophie émérite à l’université d’Aix-Marseille, ancien directeur du CEPERC (AMU/CNRS).

  1. L’évolution des attitudes du public à l’égard des propositions scientifiques

Dans ce texte, le terme de « public » va être utilisé dans des acceptions qui peuvent différer. En général, il s’agit de personnes à qui les scientifiques, par différents médias, présentent leurs résultats, mais qui n’ont pas les compétences des scientifiques spécialisés dans le domaine des résultats en question. Ces personnes ne sont pas simplement passives – elles doivent au moins prêter une attention même distraite aux présentations des résultats. Elles peuvent réagir – par de l’intérêt, ou des résistances, etc. Et d’autres acteurs, qui font cependant aussi partie du public (comme les acteurs des médias1 et les politiques), peuvent s’appuyer sur ces réactions pour avoir des attitudes plus actives envers les scientifiques, qu’ils les encouragent, les subventionnent, ou au contraire mettent des obstacles à leurs activités. Les scientifiques eux- mêmes, quand ils ne sont pas des spécialistes du domaine propre aux résultats, font partie de ce « public ».

Les attitudes liées à la réception des propositions et résultats scientifiques dans ce public ne sont pas homogènes. Des résultats qui n’ont pas d’impacts sur la vie des gens, et qui ne sont pas non plus en contradiction avec les perceptions usuelles, suscitent une acceptation de principe, mais aussi un intérêt limité. Des résultats qui n’ont pas d’impact mais sont en contradiction avec nos perceptions donnent lieu à une acceptation majoritaire, mais aussi à des dénis minoritaires (tout le monde ne croit pas que la Terre tourne autour du soleil). Des résultats qui ont des impacts directs et permettent de produire des objets techniques attractifs suscitent  l’intérêt et la demande. Des résultats qui alertent sur les problèmes posés par notre mode de vie usuel et qui exigeraient des réformes importantes suscitent la suspicion, voire le refus. Des contre- expertises qui mettent en doute certaines affirmations scientifiques dans des domaines où il y a une certaine dispersion des données observées, et où le public peut donc rencontrer des contre- exemples –même peu nombreux- entraînent le doute envers les scientifiques et suscitent un scepticisme assez généralisé.

Ces différentes situations peuvent se combiner, et ces combinaisons diversifient ces attitudes. Des contre-expertises scientifiques qui alertent sur de possibles effets nocifs d’objets techniques dont nous faisons un grand usage (et qui sont en ce sens attractifs) ne sont guère prises en compte. Inversement, si nous trouvons des avis contraires à ces alertes scientifiques qui exigeraient des réformes importantes de notre vie, nous aurons tendance à suivre ces avis avec soulagement. Par ailleurs, des alertes qui n’ont pas reçu de validation scientifique mais qui se présenteront sous un aspect moins rébarbatif et plus convivial, voire plus engagé et polémique, seront traitées à égalité avec des résultats scientifiques, surtout dans des domaines où nous pouvons faire des observations supposées pertinentes mais où nous n’avons pas les moyens de collationner le nombre d’observations nécessaires pour faire apparaître les régularités des résultats scientifiques. Les médias préféreront les présentations attractives voire polémiques aux présentations techniques, et le public aura tendance à partager cette préférence.

Différentes situations, en s’enchaînant, peuvent induire une dynamique non linéaire. Le public avait autrefois une attitude de base, consistant à croire les scientifiques, et cette attitude initiale amenait à privilégier une réception positive, et à admettre finalement une version simplifiée et plus directement compréhensible des propositions scientifiques. Mais si de manière répétée un public est informé d’erreurs, de conflits d’intérêts, de falsifications, alors il bascule dans une nouvelle disposition qui consiste au mieux à accepter les théories scientifiques en raison de l’autorité de leurs sources, mais sous réserve d’inventaire.

Certains philosophes distinguent ici l’« acceptance » de la croyance. Nous « croyons » (au sens analytique) une proposition si nous la pensons vraie et si cette tendance à la penser vraie n’est pas   le   simple   fruit   de   nos   désirs   et   n’est   donc   pas   fondamentalement   volontaire.  L’ « acceptance » tient au contraire à de ce que nous décidons plus ou moins volontairement de traiter une proposition comme si elle était vraie parce que nous faisons confiance à une autorité, parce que notre rôle social nous y conduit, ou parce que c’est notre intérêt. Or précisément, l’annonce d’erreurs, de conflits d’intérêts et de falsification affaiblit l’autorité des scientifiques ; et il n’est pas de notre intérêt immédiat d’accepter des résultats scientifiques qui nous conduiraient à des bouleversements de notre vie ; enfin notre rôle social actuel a toute chance de nous conduire à résister à ces résultats. Nous ne l’accepterons donc pas. Une fois que nous l’avons refusée, si nous ressentons un reste d’inconfort intellectuel, nous pouvons l’éliminer en donnant plus d’importance aux arguments opposés à ces propositions scientifiques que nous fournissent d’autres sources –auxquelles nous n’aurions pas auparavant accordé une grande autorité, mais dont nous nous persuadons maintenant facilement qu’elles ne doivent pas être négligées par un esprit ouvert et critique. Et par ce processus que les psychologues dénomment réduction de la dissonance cognitive, et que d’autres vont jusqu’à considérer comme une « self- deception » (duperie de soi), nous en arrivons non seulement à ne pas accepter les propositions scientifiques, mais à ne pas les croire.

Au total, l’attitude dominante du public n’est plus celle d’une acceptation générale de principe, dictée par l’autorité dont les scientifiques jouiraient par rapport au public quand ils s’expriment dans leur domaine de compétence. Le public a plutôt tendance, quand les propositions scientifiques vont dans un sens différent de ses habitudes et de ses préférences, à prêter attention à d’autres informateurs qui pourraient lui donner des raisons de ne pas accepter ces propositions et de rester sceptique sur leur validité. Cette crise de confiance est souvent alimentée par les médias, qui aiment bien mettre en scène des discussions entre chercheurs (scientifiques ou pas) qui soutiennent des propositions opposées, plutôt qu’à tenter un travail pédagogique pour expliquer les conditions de validité des résultats publiés, conditions qui sont jugées trop techniques.

Dans cette esquisse d’une analyse du passage de la croyance et acceptation des résultats scientifiques au refus d’acceptation et au refus de croire, j’ai avancé une hypothèse essentiellement cognitive pour expliquer cette évolution. Mais elle me semble insuffisante pour expliquer l’importance du scepticisme du public, et elle suppose déjà définies, qui plus est de manière minimaliste, les motivations qui nous poussent à suspendre notre acceptation. Ces motivations ne se limitent certainement pas à une préférence pour notre mode de vie routinier, puisque nous sommes tout aussi bien attirés par les nouvelles technologies. Elle n’explique pas non plus d’où viendrait la gêne qui déclenche la tentative de réduction de la dissonance.

Pour tenter d’aller plus profond, il faut prendre en compte des explications de cette évolution plus enracinées dans notre psychisme, parce qu’elles tiennent compte de l’influence de dynamiques émotionnelles et en particulier d’émotions qu’on peut dire sociales, dont il faut reconnaître l’importance dans le public, mais tout aussi bien dans les médias, et même chez les scientifiques. Ces processus émotionnels ont à mon sens pour fondement la tendance de base de tout membre d’une société (humaine ou animale) à rechercher la reconnaissance de ses semblables – ce qui ne veut pas dire une tendance à vouloir occuper le sommet de la hiérarchie, mais à trouver suffisamment de congénères qui le reconnaissent comme d’un statut social voisin du leur, ou au minimum comme occupant une place dans la hiérarchie qui n’est pas celle des exclus ou des personnes méprisées par toutes les autres.

Je tenterai d’abord de définir les émotions qui naissent des rapports entre scientifiques et public, en en dressant une typologie. Après avoir étudié plus en détail ces différents types, je montrerai qu’ils renvoient tous à une base commune, qui nous ramène au problème de la reconnaissance sociale.

J’envisagerai aussi quelques pistes pour tenter de définir des pratiques qui permettraient de traiter le problème que représente le sentiment d’un déni de reconnaissance sociale, aussi bien du côté du public que du côté des scientifiques, ou de la part des médias, voire des politiques. J’envisagerai plus particulièrement celles qui pourraient se relier aux activités universitaires. Et comme certaines innovations universitaires proposent effectivement des solutions dans le domaine des relations internes à l’université, je recherche à la fois comment ces innovations pourraient bénéficier d’expériences comme les conférences de citoyens, et inversement, comment les expériences d’interdisciplinarité intra-universitaires pourraient être transposées dans les relations entre scientifiques et public. Mais je vous propose d’abord l’analyse des racines émotionnelles de l’attitude sceptique du public vis-à-vis des propositions scientifiques. Et j’ai besoin de vos suggestions pour élargir mes propositions de remèdes à cette situation, et pour arriver sur ce problème à des conclusions mieux étayées.

2. Typologie

Les émotions en cause dans ces situations ont des processus de déclenchement divers, ont des sources diverses (scientifiques, médias, membres du public lui-même) et ces sources ont des relais divers. Il peut s’agir :

  1. des émotions qui sont suscitées dans le public, ou chez les scientifiques, par des contenus scientifiques en tant que tels ;
  2. des émotions suscitées par les incidences possibles de ces contenus scientifiques sur les activités du public (y compris chez les scientifiques dans leur vie ordinaire) ;
  3. des émotions suscitées par les représentations que se fait le public (ou plus précisément que se font différents publics) des évaluations des scientifiques à leur égard -par exemple le public peut supposer que les scientifiques méprisent ceux qui n’ont pas leur savoir ;
  4. des émotions suscitées chez les citoyens ordinaires par les médias quand ils révèlent des comportements supposés indignes du statut de scientifique : manœuvres douteuses pour l’emporter sur des collègues, usage douteux de relations politiques, conflits d’intérêts divers, inégalités injustifiées de reconnaissance scientifique, d’accès aux subventions, de rapport aux médias et au politique ;
  5. des émotions suscitées chez les scientifiques par leurs rapports aux médias, et chez les acteurs des médias par leurs rapports aux scientifiques ;
  6. des émotions suscitées chez les politiques par le rapport entre scientifiques et politique, par les effets sur le public des communications scientifiques dans les médias, effets qui ont des répercussions sur le rapport du public au politique.

 3. Etude des différents types

  1. On peut penser que les émotions de type 1, suscitées par les contenus scientifiques eux- mêmes, sont plutôt propres aux scientifiques dans leur recherche (effet ah ah !!, ou eureka !, excitation d’un programme de recherche aventureux, sentiment d’avancer selon une progression plus assurée dans un programme de recherche bien défini, ou inversement sentiment d’échec répété, voire désespoir de ne pas trouver d’issue à un problème). Le public est sensible, dans ce domaine précis, à des histoires qui mettent en scène les émotions qu’on vient de mentionner chez des « héros » heureux ou malheureux de la recherche – on les préfère d’abord malheureux puis heureux-, mais il est peu sensible aux contenus en eux-mêmes, sauf s’ils ont un impact décisif sur sa vie quotidienne, ou sur les perspectives qu’ils peuvent ouvrir- ou fermer- pour leur avenir et celui de leurs proches, donc s’ils ressortent en fait du type 2.
  2. Les émotions de type 2 sont suscitées par les résultats des recherches qui ont ou qui pourraient avoir des incidences sur la vie du public. Exemples positifs : trouver un vaccin, trouver un traitement contre une maladie, trouver un nouveau moyen de capter de l’énergie, un mode de communication ou de transport plus rapide, etc. Les exploits du genre « aller sur la Lune » suscitent aussi un certain enthousiasme en eux-mêmes, alors qu’ils peuvent ne pas avoir de conséquences pour la vie de tous les jours. Mais plus on a d’inquiétude sur les conditions de vie ordinaires dans l’avenir, plus on exige que les exploits puissent avoir des retombées intéressantes pour ces conditions de vie. Les autres avancées qui peuvent avoir de telles retombées suscitent des espérances du public, surtout s’il peut penser que ces avancées auront des effets dans la génération en cours (donc avant 25 années), et s’il n’a pas d’inquiétudes concernant la perspective d’effets indésirables, ce qui pourrait aussi activer ses doutes.

En revanche, dès qu’on peut soit montrer, soit anticiper, soit même soupçonner des effets indésirables, la tendance du public est la méfiance. Il semble s’agir d’une méfiance face à un changement quand il comporte des risques – le problème étant que tout changement comporte des risques. Et cela alors même que le citoyen ordinaire a par ailleurs des comportements bien plus risqués, mais qui lui sont coutumiers, par exemple la conduite automobile ou la consommation d’alcool.

La conception probabiliste du risque n’est généralement pas prise en compte par le public (sauf quand on lui présente ces raisonnements probabilistes comme des raisonnements basés sur des fréquences observées auparavant, à l’occasion d’actions qui sont nécessaires pour les intérêts de l’acteur ; cf. Gigerenzer). Mais cela ne veut pas dire que nous (nous tous qui faisons partie du public, et cela inclut aussi les scientifiques, les acteurs des médias et les politiques, si on regarde leurs choix dans leur vie de tous les jours) ne tenions pas compte de comparaisons entre les risques de différentes actions, et que nous ne soyons pas parfois soucieux d’éviter des actions risquées, ou inversement attirées par elles.

Au contraire, pour nous décider en faveur d’une action plutôt qu’une autre nous faisons des comparaisons, et elles ne portent pas seulement sur les résultats, mais aussi sur les rapports entre les espérances et les résultats. Nous comparons l’attrait d’une décision donnée non seulement avec son risque, mais aussi avec le peu d’attrait d’une décision moins risquée qu’un autre que nous aura pu prendre. Cela est vrai du moins quand il s’agit de gains ; quand il s’agit de pertes, nous sommes moins sensibles au risque s’il peut nous faire espérer de nous renflouer de pertes importantes, et peu enclins à un risque supérieur quand ces pertes sont moyennes. Par ailleurs, d’un autre côté, nous sommes aussi sensibles à la garantie supérieure de sécurité qu’assure un risque moindre, à condition cependant que le gain ne soit pas très inférieur4. On peut penser que les modalités de ces comparaisons sont liées à notre souci d’être reconnus socialement, soit pour notre panache et notre bonne fortune, soit pour notre « sagesse » ou prudence. Nous sommes une majorité à préférer éviter deux situations opposées : soit de passer pour un « gagne petit », soit de passer pour un « risque tout ». Un flambeur et joueur compulsif n’est pas bien considéré, alors que celui qui a pris le même risque, mais pas de manière répétée, et qui a gagné, est bien évalué (sa décision sur un tirage n’était pas plus rationnelle, les tirages aléatoires étant indépendants les uns des autres).

Sur ce point, les scientifiques, dans leurs décisions effectives de recherche et dans leurs rapports entre eux, n’ont pas des comportements très différents du public. Mais il en est autrement quand ils doivent produire des justifications de leurs résultats, justifications qui sont alors plus proches des raisonnements équilibrés du calcul des probabilités. Cette distorsion crée un problème, parce que le public peut par ailleurs être informé des compétitions entre scientifiques, et voit que dans ce domaine relationnel, ils agissent à peu près comme lui. Or entre un contenu que l’on ne comprend pas bien et des comportements que l’on peut très bien comprendre, il est tentant de se rabattre sur les comportements que l’on peut bien comprendre, et qui en l’occurrence rapprochent les scientifiques du public. Si bien que les calculs de probabilité qui justifient les propositions scientifiques ne suscitent aucune attention, alors qu’on se focalise sur ces biais comportementaux peu rationnels mais communs aux scientifiques et au public.

3. Le public des citoyens « ordinaires » (ceux qui ne peuvent prétendre être des scientifiques) pense que les scientifiques se croient supérieurs à lui. Le citoyen ordinaire se pense inférieur en termes de connaissances, mais il a tendance à penser, par compensation, que les scientifiques ne sont pas meilleurs que lui pour se débrouiller dans la vie de tous les jours, et surtout qu’ils ne sont pas de bons juges de ce qui préoccupe les non scientifiques dans cette vie. Le citoyen ordinaire vit donc les jugements et conseils des scientifiques comme une intrusion dans sa vie privée (quand on lui dit cesser de fumer, de boire, de prendre sa voiture personnelle, qu’on lui enjoint de se vacciner, etc.). Il les ressent comme une manifestation de supériorité qui est d’autant plus gênante pour lui qu’il ne peut pas espérer renverser la hiérarchie sur le plan scientifique. Mais par ailleurs ce plan scientifique est conçu comme un domaine séparé de la vie ordinaire. Il a donc tendance dans la vie ordinaire à réaffirmer son autonomie et à faire prévaloir son privilège de décider lui-même de ce qui lui importe ou pas.

On peut comparer ces dispositions avec l’attitude qu’a ce même citoyen ordinaire vis-à-vis de son supérieur au travail, de la direction de son entreprise, ou de collègues plus experts que lui dans le loisir qu’il pratique. Si l’entreprise marche, si le supérieur est compétent, si les collègues sont réellement de meilleurs experts, la hiérarchie ainsi instituée est reconnue dans la pratique du travail (ou d‘un loisir), parce que cet ordre est interne au domaine du travail, ou à celui du loisir, domaines que le citoyen s’est plus ou moins appropriés. Inversement, dès que l’entreprise licencie, que le supérieur est incompétent, etc. il y a des protestations, voire des conflits. Mais ces conflits sont directs, alors que le citoyen ordinaire ne peut pas entrer directement en conflit avec le savoir scientifique en tant que tel.

Si l’on admet que cette impossibilité de rétorsion directe est ressentie émotionnellement par ce citoyen comme établissant et maintenant à son encontre un déficit de reconnaissance, on comprendra qu’il cherche à le combler. Comment peut-il vouloir le faire ?

Une solution extrême est de dénier au scientifique toute compétence pour le domaine de la vie quotidienne, et par exemple de se tourner vers des pratiques non scientifiques mais supposées validées par l’usage (remèdes de grand-mère) ou recommandées par le bouche à oreille. Une recommandation par un ami est alors bien plus prégnante qu’une recommandation qui s’appuie sur un article scientifique. Mais pour des problèmes graves, la plupart d’entre nous se retournent cependant vers des hommes de l’art qui s’appuient sur des résultats scientifiques. C’est seulement quand les traitements scientifiquement validés échouent et que le malade se sent abandonné qu’il peut revenir à des pratiques non validées.

Chacun de nous a aussi tendance à se tenir pour un cas singulier, et à considérer l’apparent universalisme des propos scientifiques comme peu pertinent pour son cas. Ce n’est pas absurde, puisque pour parvenir, en partant d’une distribution de probabilité qui est valide sur les grands nombres, à une décision dans un cas singulier, un saut logique est nécessaire –qui est collectivement souhaitable, mais qui, pour les individus dont les traits les situeraient dans les queues de distribution, n’est pas justifié. Ce souci de singularité va avec le souci de reconnaissance sociale, même si, pour relier singularité et reconnaissance sociale, il faut arriver à fonder cette singularité sur des traits particuliers observés plutôt que la supposer par principe.

Tenter de reléguer les scientifiques dans leur domaine peu compréhensible et les ramener pour le reste sur le terrain des modes plus ordinaires de reconnaissance sociale va aussi conduire notre citoyen ordinaire à prêter attention à toutes les informations qui montrent ou suggèrent que les scientifiques agissent parfois selon des procédés aussi peu reluisants que ceux dont les personnes dites ordinaires sont capables. Les conflits entre scientifiques, les accusations de plagiat, les accusations de falsification des données, de conflits d’intérêts, toutes ces données à charge sont donc retenues par les citoyens, et elles sont pour eux beaucoup plus saillantes que des avancées scientifiques dont les effets bénéfiques ne sont pas encore certifiés. Comme par ailleurs il se révèle que toutes les techniques issues d’avancées scientifiques ont aussi par quelque côté des effets indésirables (si on prend pour référence le statu quo initial), ces effets indésirables ont aussi un rôle important dans la tendance des citoyens ordinaires à rester sceptiques dans l’évaluation de ces avancées.

4. Les médias ont intérêt à attirer l’attention et à susciter l’empathie du public. Ils vont donc exploiter les propensions que nous venons de décrire. Ils ont ainsi tendance à mettre en évidence les cas de falsification de données expérimentales, de mise en cause d’une norme médicale, de disputes entre scientifiques. C’est une manière de donner une revanche aux citoyens ordinaires, de proposer des compensations aux sentiments de déni de reconnaissance que la technicité des scientifiques éveille en eux. Or éveiller les émotions est un bon facteur d’audience (le facteur principal, peut-on penser), et cela vaut aussi bien pour les émotions négatives que pour les émotions positives, et même davantage, semble-t-il, pour les émotions négatives. Sinon, les médias ne consacreraient pas autant de temps aux faits divers sanglants et tragiques. Ils retiennent cependant surtout ceux qui peuvent leur permettre de raconter une ou des histoires. Ces événements qui permettent de raconter une histoire, ce sont plus généralement – ici nous débordons le domaine des rapports avec les scientifiques- ceux où l’on peut mettre en saillance chez leurs protagonistes ou leurs témoins directs un contraste fort entre des attentes normales et positivement évaluées et des événements qui mettent soudainement ces attentes à mal (terrorisme qui décime ceux qui étaient heureux de l’ambiance d’un concert, accident qui liquide tout un car de retraités qui se faisaient une fête d’un voyage, etc.). Il est difficile de tirer une histoire attrayante d’une vie triste et monotone, et inversement, une histoire qui se termine bien n’est une bonne histoire que si elle a traversé une période où elle se passait mal.

Une des raisons de notre engouement pour ces événements tragiques est que nous aimons partager les émotions, et particulièrement partager avec nos proches et nos relations notre sensibilité aux émotions négatives inspirées par des situations dont nous et nos relations n’avons pas été victimes. Notre position n’est pas celle d’un participant direct, comme le serait celle d’un témoin. C’est une participation entre des personnes à qui on raconte après coup la scène (ou bien devant qui on la fait passer en vidéo), si bien que nous est épargnée la tâche compliquée de secourir ou soutenir les victimes. Les médias nous montrent d’ailleurs volontiers, à côté de personnes qui ont soutenu les victimes, d’autres personnes qui n’étaient  pas présentes, mais qui disent qu’ « à peu de choses près », elles auraient pu être les victimes. On pourrait se demander pourquoi. En fait ce n’est pas seulement par défaut de témoins directs, mais plutôt parce que ces personnes sont les chaînons manquants entre d’un côté les victimes et les témoins et de l’autre les spectateurs et commentateurs non impliqués que nous sommes. La position intermédiaire de ces personnes définit ainsi des relations de proximité et distance entre victimes et public, et rend manifeste que si notre rôle de spectateurs des médias nous place bien dans une position de partage des émotions, c’est seulement à distance lointaine, en troisième ligne par rapport aux victimes et après ceux qui, « à peu de choses près », auraient pu être victimes. Le partage des émotions est un moyen fort de socialisation, de reconnaissance mutuelle, et il est ici accompli avec un coût émotionnel faible, puisque l’implication des spectateurs des médias est très indirecte. Ceux qui viennent de perdre un proche dans un attentat terroriste, en revanche, ont tendance pour la plupart à trouver pénible l’abus de ce ressassement émotionnel à destination d’un public non impliqué.

Dans le domaine des informations sur les recherches scientifiques, ce partage en troisième ligne des émotions par le public va donc être bien plus facilement éveillé par la mise en scène de situations dont le public peut partager les émotions sans avoir besoin pour autant de remettre en cause ses propres attentes et comportements. Nous partagerons volontiers l’amère résignation de Galilée et sa résistance intime (« et pourtant elle tourne »), ce qui ne change plus rien pour nous. Nous acceptons encore une distance pourtant un peu plus réduite : savoir que les émissions de CO2 mettent en danger, dans un avenir qui dépasse une génération, nos façons d’habiter la planète produit une émotion un peu atténuée par le délai temporel. On peut dire que c’est une émotion de seconde ligne. En revanche être en même temps averti que du coup, il faut dès à présent réduire nos trajets en voiture individuelle ou notre chauffage, c’est là une information dérangeante, qui produit des émotions de première ligne. Certes nous pouvons aussi partager ce type d’émotions avec nos voisins, mais on a montré (Rimé  et  al. dans plusieurs articles, cf. Pierre Livet, Emotions, Beliefs and Revision, Emotion Review, July 2016 vol. 8 no. 3, 240-249) que cela ne va pas diminuer leur impact émotionnel, ni engager une révision de nos croyances et de nos décisions -ce qui d’ailleurs entretiendrait la tension émotionnelle. Nous préférons les émotions que nous pouvons partager mais sans avoir à envisager de révision urgente de nos décisions, de même qu’en général nous préférons ces émotions que nous pouvons partager en seconde ou troisième ligne, et qui ne nous engagent pas à des changements de nos comportements (c’est notre situation quand nous assistons au théâtre à des tragédies).

Inversement, quand les scientifiques nous apprennent des nouvelles qui impliquent une forte probabilité que de tels changements nous soient imposés, nous ne serons pas mécontents que des médias ou des politiques puissent contester ces informations, ou en tout cas nous donner quelques raisons de penser que nous n’avons pas besoin de changer de manière urgente nos habitudes. Par ailleurs ces contestations ont pour nous un bonus appréciable : nous pouvons réduire notre déficit de reconnaissance par rapport aux scientifiques, quand nous pouvons non seulement ressentir mais tenir pour justifiées et partager des émotions négatives de soupçon ou d’alarme vis-à-vis des risques que les recherches scientifiques nous font courir.

Les informations qui mettent en question la supériorité des scientifiques, et qui révèlent des comportements douteux, ou encore qui mettent en évidence des disputes qui affaiblissent l’autorité scientifique, sont donc plus saillantes pour les médias et pour leur public que les informations qui indiquent des découvertes dont la compréhension est compliquée.

Il est cependant des informations qui sont conformes à la rigueur scientifique et qui attirent positivement notre attention, ce sont celles qui nous apprennent que les scientifiques ont révisé telle théorie ou telle technologie qui dépendait d’une théorie, et cela d’une manière qui satisfait davantage nos préoccupations du moment. Nous serons ravis d’apprendre que l’on a trouvé une manière de produire à partir du C02 dissout dans l’eau un carburant (éthanol) à prix faible, en utilisant un catalyseur peu couteux à partir de matériaux facilement disponibles, alors qu’on pensait qu’il fallait passer par des dispositifs plus compliqués (même si cette méthode est encore très loin d’être au point). Mais nous ne le serons pas moins d’apprendre que les ablations du sein (ou de la prostate) pour éviter des cancers ont été pratiquées en trop grand nombre sur la foi d’indicateurs qui donnaient trop de faux positifs. Les médias vont aussi privilégier ce type d’informations. Mais elles les présentent plutôt comme une nouvelle démonstration des limites de la fiabilité des doctrines scientifiques, que comme un exemple de l’efficacité des processus de révision des connaissances et des hypothèses approximatives qui sont au cœur de la démarche scientifique. Pourtant en science, et ce serait presque une définition du domaine scientifique, la faillibilité n’est que le verso de l’efficacité de la méthode de révision, l’un ne va pas sans l’autre. Cette insensibilité à la capacité de révision propre aux méthodes scientifiques, et cette hypersensibilité à des indices de faillibilité tiennent à ce que la faillibilité des scientifiques les rapproche des citoyens ordinaires, alors que les démarches de révisions sont compliquées et demandent beaucoup d’efforts que les citoyens ordinaires ne se sentent pas capables de faire.

Le fossé de reconnaissance sociale entre les scientifiques et les citoyens ordinaires se comble encore un peu plus quand les médias nous révèlent que les scientifiques ont entre eux des conflits de reconnaissance similaires à ceux des citoyens ou même encore plus violents. Le scénario préféré des citoyens, celui qui leur permet le mieux de rééquilibrer l’asymétrie de reconnaissance, c’est celui dans lequel des scientifiques ont été mis sur la touche par leurs pairs, et qu’il s’est finalement révélé qu’ils avaient raison envers et contre tous. On a vite tendance à oublier que si leurs théories ont été initialement négligées, cela pouvait être justifié par le fait que leurs expériences n’étaient pas encore très au point et peu fiables (comme celles faites     par Mendel sur les petits pois). Inversement le citoyen ordinaire peut ressentir une sorte de vengeance indirecte de son déni de reconnaissance en apprenant les manœuvres de Pasteur pour déconsidérer ses opposants sur la question de la génération spontanée, même si Pasteur était dans le vrai, mais parfois pour des raisons non décisives.

Notre citoyen n’est pas davantage mécontent de ressentir d’autres émotions similaires qui tiennent par exemple à ce qu’il apprend des médias que les scientifiques tentent de séduire les politiques pour obtenir des fonds en vantant exagérément leurs programmes de recherche, voire en recourant à des copinages politiques. Le citoyen ordinaire se juge exclu de ces magouilles – même si lui-même n’hésite pas à utiliser ses accointances auprès de personnels de l’administration pour favoriser ses demandes- et il peut donc les condamner d’autant plus vigoureusement qu’elles sont pour lui en contradiction avec l’idéal de la recherche de la seule vérité. Ayant mis les scientifiques sur ce piédestal, il juge leur chute d’autant plus condamnable qu’il s’absout lui-même de semblables péchés, puisqu’il n’était pas censé porter un flambeau qui implique autant d’exigences. Il condamnera aussi les conflits d’intérêts des scientifiques et approuvera les médias de les fustiger, alors qu’il ne voit pas malice à faire des évaluations louangeuses de ses proches auprès de ses relations. Les médias vont évidemment utiliser ce différentiel de traitement pour susciter son indignation et donc son intérêt, qui tient à ce qu’il peut partager avec ses relations cette indignation, dans des partages émotionnels qui n’ont pas d’autre fonction qu’une reconnaissance sociale mutuelle.

5. Ces relations entre scientifiques, médias et public ne sont pas sans provoquer des émotions d’indignation chez les scientifiques. Ils sont vraiment ulcérés que ce public, à qui ils pensent apporter des connaissances fondamentales, les soupçonne de magouilles, alors qu’eux savent combien d’efforts et d’abnégation la recherche leur coûte. Ils voient que des propositions, qu’ils avaient soigneusement pesées et testées, sont caricaturées par les versions populistes qu’en donnent les médias. Ils voient que le public traite sur le même plan des recherches difficiles et validées et les prétentions non soumises à tests expérimentaux de diverses pharmacopées. Ils apprennent que pour un pourcentage non négligeable de citoyens, le soleil tourne toujours autour de la Terre, etc. Soit ils optent pour le mépris, soit ils se sentent responsables de ne pas avoir trouvé les moyens de faire comprendre les exigences de leur savoir.

De leur côté les acteurs des médias qui sont en charge de la diffusion des informations scientifiques sont des personnes qui ont eu quelque éducation supérieure, et donc qui pensent pouvoir comprendre de manière suffisante les propos des scientifiques (sauf dans des domaines très abstraits comme les mathématiques, la logique, la physique théorique). Mais ils se savent incapables de recherche scientifique. En revanche (et cette expression de « revanche » est ici particulièrement appropriée) ils partagent, sous une version un peu modifiée, l’opinion ordinaire : les scientifiques ne sont pas capables de trouver le langage et les images adéquates pour sensibiliser le public. Ces acteurs des médias ont alors tendance à se tenir pour injustement méprisés par les scientifiques, parce qu’ils ne sont pas des chercheurs, et à mépriser les scientifiques en retour, parce que ceux-ci ne savent pas communiquer. Eux pensent savoir communiquer, et cela leur est démontré par leur audience, qui elle-même dépend de ce qu’ils suscitent des partages d’émotions et satisfont ainsi davantage que les scientifiques les désirs de reconnaissance des citoyens ordinaires.

6. Les politiques se soucient davantage du public de leurs électeurs et des médias qui influent sur ces électeurs que des scientifiques. Mais ils peuvent être sensibles à des alertes scientifiques, parce qu’ils pensent devoir être ceux qui disposent de la plus grande variété d’informations et de perspectives, leur rôle étant de prendre des décisions en se souciant des évaluations que ces décisions pourront avoir dans différents publics et selon différentes perspectives. Ils pensent aussi être les seuls à pouvoir réaliser ce genre d’intégration. Ils se sentent supérieurs sur ce point aux scientifiques, dont ils supposent qu’ils ont chacun dans leur discipline des points de vue limités. Du coup ils sont agacés par la supériorité de justification que donne aux scientifiques la rigueur de leurs méthodes, alors qu’eux doivent sans cesse faire des compromis entre les différents intérêts de groupes sociaux variés.

Les conflits entre scientifiques permettent aux politiques de conforter leur sentiment de supériorité, mais ils sont en même temps pour eux une source de gêne importante, puisque ces conflits font qu’ils ne peuvent même pas trouver chez les scientifiques un appui décisif pour justifier une de leurs décisions, alors qu’ils se pensent en droit de pouvoir y compter. Les politiques se sentent par exemple tenus de prendre des précautions peu populaires (vache folle, mutation du virus de la grippe, etc.) auprès d’une partie de leur électorat, et enragent ensuite quand finalement ces précautions semblent ne pas avoir été nécessaires et qu’on leur reproche des dépenses considérées rétrospectivement comme inutiles. Ils ne sont pas loin de trouver les scientifiques irresponsables, surtout quand ils se prêtent à des alertes médiatiques. Ils portent un jugement similaire sur les médias, mais ils dépendent d’eux, alors que ce sont les scientifiques qui dépendent des politiques pour leurs financements (du moins cette dépendance est elle très forte en France).

Le public peut utiliser les alertes scientifiques pour critiquer les politiques, et critiquer les scientifiques pour avoir sonné des alertes peu utiles. Mais par ailleurs il a tendance à penser que ces deux groupes ont tous deux une attitude condescendante à son égard et qu’ils vivent chacun en vase clos. Le public va trouver des confirmations de sa défiance chaque fois que des médias montrent des liens entre politiques et organisations scientifiques (comme cela a été le cas pour le nucléaire).

4. Bases communes de ces émotions

Tentons de trouver un socle d’émotions communes à toutes ces interactions. Qu’il s’agisse des scientifiques, du public non scientifique, des médias, des politiques (et nous n’avons pas parlé des entreprises, mais on retrouverait chez les cadres des émotions proches de celles des politiques, et chez les salariés de base les émotions des citoyens qui se sentent « ordinaires »), on retrouve toujours ces émotions négatives qui viennent d’un déni de reconnaissance, que ce déni soit réel ou simplement supposé. Les médias disposent d’une audience qui tient en grande partie à ce qu’ils permettent aux différents publics de partager des émotions (y compris négatives). Or ce partage est recherché précisément parce qu’il permet à tout un chacun de se sentir reconnu comme membre de son groupe de partage émotionnel. Ce privilège du partage émotionnel pourrait tenir à ce que des personnes qui se jugent les unes les autres différentes, tant pour leur niveau intellectuel que pour leur niveau de décision, peuvent cependant ressentir des émotions et les partager, l’émotionnel étant supposé plus commun que les qualités intellectuelles ou les pouvoirs de décision.

On pourrait donc penser que des efforts des scientifiques pour montrer aux citoyens des différents publics qu’ils sont cependant reconnus pour leurs compétences sociales pourraient constituer des remèdes à ces difficultés. Mais on ne peut éviter que les recherches scientifiques aillent contre les représentations ordinaires et les bouleversent, suscitant alors par contrecoup l’impression d’un déni de reconnaissance des capacités des publics.

Quand l’idéologie du progrès scientifique était dominante, les révisions que les avancées scientifiques imposaient aux représentations ordinaires étaient un peu mieux acceptées, parce que ces révisions étaient liées à des perspectives d’amélioration du bien-être de base (production de nourriture, protection contre le froid, lumière, rapidité des transports) présentées comme assurées. On pouvait donc lier avancées scientifiques, politique d’appui aux avancées technologiques, et révision des habitudes (même si cela n’est s’est pas fait sans drames).

Puis il est apparu à la fois que ce progrès pouvait avoir aussi des conséquences collectives négatives (bombe atomique) et que les propositions scientifiques n’étaient pas immunisées contre des révisions. Dès lors, imposer des révisions des habitudes semblait plus discutable. Si les scientifiques eux-mêmes révisent en négatif les conséquences du progrès technique et qu’ils reconnaissent aussi qu’ils cherchent à réviser leurs théories (par exemple quand ils ne se satisfont pas du manque d’unité entre mécanique quantique et relativité générale), nous pouvons penser que les orientations qu’ils prétendent nous imposer pourront dans le futur être sujettes à des révisions similaires5. Cela crée une incertitude négative – alors que les programmes d’avancées techniques, eux, proposaient une incertitude positive : cela ne marcherait peut être pas du premier coup, mais on finirait par arriver à des résultats positifs. Cette incertitude nourrit un scepticisme, qui nous laisse soupçonner que même si nous croyons au départ que la nouvelle proposition marche, il y aura cependant des surprises négatives, et que finalement il y aura aussi des conséquences négatives.

Dès lors, plutôt que de supporter des coûts d’apprentissage cognitif supplémentaires, situations qui font sans cesse ressentir un déficit de reconnaissance sociale au public, aux médias, aux politiques, et finalement aux scientifiques eux-mêmes, sujets à suspicion parce que conduits à des révisions, le public peut être tenté de se résigner à retrouver le mode de reconnaissance le mieux partagé, celui qui est lié en particulier au partage des émotions, y compris des émotions négatives – du moins quand on se situe en troisième ligne par rapport à la source de l’émotion.

5. Pédagogie de la pratique des révisions, minimisation du déni de reconnaissance et partage des émotions

Le problème est donc le suivant : comment faire que les révisions de connaissances ou de croyances qu’entraînent les propositions scientifiques, surtout quand elles impliquent des révisions d’habitudes, et alors même qu’on peut (et parfois qu’on doive) envisager aussi dans le futur des révisions de ces révisions, ne donnent plus lieu à déni de reconnaissance, mais plutôt à reconnaissance mutuelle entre scientifiques, médias et public, et comment utiliser le partage des émotions pour ce faire ?

Les histoires de chercheurs

Un embryon de piste pour résoudre ce problème nous est suggéré par la sensibilité du public aux histoires de scientifiques d’abord négligés puis finalement reconnus, ou qui ont dû surmonter des échecs de leurs expériences pour finalement faire des découvertes. Ici les révisions (ou les résistances aux révisions) nécessaires pour surmonter ces échecs ne sont pas seulement présentées comme purement intellectuelles et logiques. Elles suscitent un partage d’émotions négatives, les émotions suscitées par le déficit de reconnaissance de ces scientifiques. Ces histoires montrent qu’on peut surmonter ces émotions négatives et aussi surmonter un déficit de reconnaissance. Les limites de ces histoires tiennent à ce que dans ces situations, le déficit de reconnaissance surmonté est seulement propre aux scientifiques, et n’est pas le déni de reconnaissance que ressent le public. Ces histoires peuvent émouvoir le public, mais elles ne modifient pas les relations entre scientifiques et public.

Or on peut aussi raconter des histoires parallèles à ces histoires de chercheurs, mais qui sont des histoires de citoyens ordinaires. Ce sont en particulier celles de personnes ordinaires que les révisions technologiques ont obligées à des révisions drastiques de leurs habitudes, qui ont subi alors un déficit de reconnaissance, et qui cependant ont réussi à trouver – pas toute seules, mais grâce à de l’entraide- des moyens de surmonter leurs problèmes et d’utiliser les nouvelles technologies.

La conjugaison de ces deux types d’histoire n’est pas sans rappeler les procédés  autrefois utilisés par les vies de saints que chacun pouvait penser imiter, ce qu’on appelait une hagiographie. Mais une hagiographie contemporaine doit évidemment tenir compte des positions plus critiques de notre temps. L’idéal pour conjuguer ces deux types d’histoires serait de trouver des situations où c’est grâce à des scientifiques que ces citoyens ordinaires, dont le déficit de reconnaissance venait de conséquences d’avancées technologiques, ont pu trouver un appui et de reprendre le dessus. Et il faudrait aussi trouver des cas inverses où ce sont les citoyens ordinaires qui ont par leurs alertes déclenché des révisions des propositions scientifiques, des révisions des programmes technologiques qui dépendaient de ces programmes, et finalement des révisions des conditions de vie des citoyens ordinaires, et cela avec l’appui de scientifiques qui leur sont venus en aide et qui ont procédé eux-mêmes à des révisions de leurs positions initiales. Il n’y aurait pas alors seulement réciprocité entre histoires de scientifiques et histoires de citoyens ordinaires, il y aurait même coopération entre eux. Or la réciprocité est une condition de la reconnaissance sociale et la coopération est son achèvement.

Il ne s’agit pas là seulement de vignettes hagiographiques pour les médias -qui pourraient évidemment aussi intervenir de manière coopérative dans ces situations et par là être eux aussi mieux reconnus. Ce sont plutôt des illustrations de principes de portée plus générale, puisqu’elles mettent en scène des exigences que doit satisfaire une science qui se développerait en réduisant les dénis de reconnaissance. On ne peut pas espérer réduire les défiances du public envers les scientifiques, défiances privilégiées par le public parce qu’elles permettent aux citoyens ordinaires de pallier le déficit de reconnaissance qu’ils ressentent, si on ne donne pas à chaque apprenti citoyen les moyens d’opérer dans des conditions non pas identiques, mais analogues avec celles des scientifiques. Les analogies utiles dans ces circonstances sont celles qui portent précisément sur les points qui suscitent ces défiances, à savoir : les révisions que doivent faire les scientifiques dans leurs théories, les difficultés de contrôle et de réussite des expériences, la nécessité de poursuivre des avancées de recherche alors même que de précédentes « avancées » ont entraîné des conséquences qui ont pu être fâcheuses, sans oublier les difficultés annexes de la recherche, par exemple le risque que la quête de fonds nécessaires obère l’autonomie de la recherche. En replaçant les recherches scientifiques dans le contexte de leur production, avec ses efforts et sa pénibilité, on les rapproche des conditions de travail des autres citoyens.

L’apprentissage des mises à l’épreuve partagées

Quand on recherche quelles seraient les situations qui rendent plus manifeste ce travail des acteurs de de la recherche et ses difficultés, et qu’on pourrait rendre plus accessibles aux citoyens ordinaires, on pense d’abord 1) à la mise en place d’expérimentations. Dans ce cadre, les élèves et étudiants (mais aussi les seniors dans des formations continues ou dans une université du temps libre) peuvent non seulement apprendre, mais « éprouver » ces analogies, au double sens de mettre à l’épreuve les conditions qui permettent de contrôler une expérience, et d’éprouver une expérience émotionnelle. Des associations comme La Main à la pâte, Les petits débrouillards, etc. visent à intéresser les enfants et adolescents à l’expérimentation et l’inventivité. Elles tentent de conjoindre apprentissage d’un contenu et apprentissage de bonnes pratiques de recherche. Mais il faudrait ajouter à ce programme la prise de conscience de l’impact émotionnel d’une dynamique qui affronte des échecs, qui les surmonte en faisant les révisions nécessaires, et qui parvient ainsi à des succès.

Il faudrait aussi y associer 2) le développement du type de partage des émotions qui vient d’une coopération non pas simplement entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas, mais entre ceux qui découvrent et ceux qui apprennent– car cette coopération vaut de manière analogue pour les scientifiques et pour ces citoyens en apprentissage. C’est la manière de toucher le plus grand nombre de citoyens, puisque tous les citoyens, scientifiques, médias, politiques, sont chacun à leur manière des citoyens apprentis. A partir de ces situations où chacun peut ressentir émotionnellement que public et scientifiques partagent des épreuves analogues, il est possible de transposer ces procédés jusque dans les domaines des exercices formels (math, physique, etc.). Il faut pour cela que les enseignants se donnent la peine d’identifier les possibilités de blocages des apprenants et puissent alors les rapporter à des blocages similaires qu’ils ont eux- mêmes rencontrés ou observé, et partager avec eux les astuces qui leur ont permis de les contourner.

Il est important que ces analogies entre situations de blocages chez les scientifiques et chez les apprenants ne soient mises en évidence que lorsque les apprenants sont engagés dans les dynamiques de recherche (expérimentale ou formelle). Cette dynamique doit être ressentie comme globalement positive, sinon les échecs et les révisions seront toujours vécus comme un déni de reconnaissance. Mais une fois cette condition positive satisfaite, ce ne sont pas simplement l’espoir initial de succès et le succès final qui doivent être présentés comme positifs, mais aussi les épisodes apparemment négatifs par rapport à ces succès : les échecs initiaux et les révisions. Dans cette dynamique, les échecs sont des informations utiles pour spécifier le projet. Les révisions sont des moyens ingénieux de contourner les obstacles. Car c’est seulement alors que ces analogies peuvent parler à nos citoyens apprentis au lieu de n’être qu’une connaissance de plus déversée sur les apprenants par les scientifiques.

A l’occasion des étapes de blocage de cette dynamique d’apprentissage, il peut devenir utile de rappeler que dans l’histoire des ces disciplines, bien des blocages ont été difficiles à lever (par exemple pour ne pas se borner à la notion oresmienne de vitesse et pour passer à la notion de vitesse instantanée). On peut utiliser en ce sens bien des éléments de l’histoire des maths et de la physique (voire montrer que la progressivité systématique manifeste dans la construction des exercices d’arithmétique babylonien, que l’on trouve sur des séries de tablettes d’argile, manifeste qu’à cette époque déjà, on avait pris conscience des impasses dans lesquelles les apprentis pouvaient être bloqués !).

Ce type de pédagogie demande d’utiliser les dynamiques émotionnelles dans leur pluralité. Assurément, pour que les apprenants se sentent reconnus, les émotions positives sont souhaitables. Les psychologues (par exemple Monteil et Hughet 2013) ont montré qu’il valait mieux rendre les élèves sensibles aux progrès qu’ils avaient faits qu’insister seulement sur les erreurs qu’ils commettaient encore. La raison en est que cela leur permet de se sentir reconnus et non pas exclus. Mais nous venons de voir que la dynamique qui passe par la succession des échecs, révisions, levée des obstacles était aussi très importante, à condition que les émotions négatives soulevées par les échecs et les efforts de révision apparaissent plutôt comme signalant des défis que les coopérations peuvent relever que comme des sanctions d’incompétences.

Les méthodes scientifiques et la reconstruction émotionnelle

Mais il reste à rendre positives 3) les réactions à la découverte d’erreurs et d’incompréhensions. Il serait pour cela utile de montrer que d’une part les démarches et méthodes scientifiques impliquent des prises de risques, mais que d’autre part que ces méthodes sont conçues pour que, quand il y a échec, on puisse identifier plus aisément comment réviser. Il faut  donc  les  présenter comme des méthodes qui permettent de se relancer quand on pense s’être fourvoyé dans une impasse. Il faut aussi 4) montrer comment c’est grâce à ces méthodes que le partage des émotions induites par les échecs n’est pas voué au ressassement de ces échecs, contrairement au partage émotionnel de traumatismes, qui ne permet pas de reconstruction cognitive. Un partage émotionnel qui permet des réorganisations utiles, c’est ce que permet l’association des méthodes scientifiques et du partage émotionnel.

Ce ne sont ni les hommes ni les résultats de leurs recherches qui méritent le qualificatif de « scientifiques ». Ce sont les méthodes – qu’il s’agisse de méthodes de démonstration, ou de méthodes expérimentales- et ces méthodes ont été sélectionnées parce qu’elles permettaient d’une part de détecter les erreurs et les confusions et d’autre part de pouvoir poursuivre les révisions, qui fournissent ainsi des résultats de plus en plus robustes. Concevoir les méthodes scientifiques comme des appuis pour une forme de thérapie émotionnelle est donc un des moyens de rendre plus aisée une reconnaissance mutuelle entre les citoyens ordinaires et les scientifiques.

C’est ici que les médias devraient pouvoir intervenir de manière constructive. Des médias interactifs pourraient faire participer les citoyens à ces processus de reconstruction après révision, au lieu de leur présenter systématiquement des histoires lamentables ou, inversement, des histoires positives inaccessibles, qui entretiennent le public dans ce partage émotionnel de spectateurs-commentateurs qui restent en retrait en renonçant à l’action. Cela demande quelques remodelages de nos pédagogies, y compris au niveau universitaire, mais nous avons tous les outils pour le faire. En particulier, pour bien faire comprendre les dynamiques de révision qui résident au cœur des pratiques scientifiques aussi bien aux étudiants des disciplines expérimentales et/ou formelles, qu’aux étudiants d’autres disciplines (disons, interprétatives et réflexives) une collaboration entre les enseignants (et les étudiants) des disciplines du premier type et ceux du second est nécessaire. Les disciplines interprétatives et réflexives pourraient donner aux étudiants des disciplines formelles et expérimentales les capacités d’analyser les modes de partage d’émotions et de recherche de reconnaissance sociale qui restent implicites voire carrément  inhibés  dans  ces  domaines  d’enseignement. Les  enseignants  des  sciences « dures » pourraient alors dépasser ces inhibitions tout en analysant de manière plus précise les raisons pour lesquelles leurs méthodes rendent plus probable la détection d’erreurs aussi bien que leur correction.

Mises à l’épreuve mutuelles ; l’interdisciplinarité et ses transpositions publiques

 Comme nous venons de le suggérer en envisageant les rapports entre différents types de disciplines, on peut encore, à l’université, mettre en œuvre une autre possibilité de relation et de reconnaissance mutuelle. Nous avons jusque là analysé les relations des scientifiques avec les citoyens ordinaires, les médias et les politiques. Il faut y ajouter d’autres relations, celles des interactions interdisciplinaires entre scientifiques. En effet, ce sont là des interactions où chaque scientifique est un apprenant pour d’autres disciplines que la sienne et où les cadres de pensée doivent être révisés les uns par les autres. Les perplexités des scientifiques à l’égard d’une discipline qui n’est pas la leur suscitent des efforts à la fois pédagogique et réflexifs des spécialistes de cette autre discipline. Les attitudes des uns et des autres sont donc plus ouvertes aux perplexités des étudiants des deux disciplines– qui concernent aussi bien leur discipline initiale que la discipline qui offre des collaborations. Ils peuvent donc poser des questions qui ne sont pas encore complètement formatées par une discipline comme le sont celles des chercheurs. Cela permet des discussions qui se font non plus sur le mode de l’apprentissage d’une doctrine, mais sur le mode d’interrogations réciproques et de propositions d’outils (venant aussi bien des étudiants que des chercheurs) pour transformer ces interrogations en problèmes que l’on puisse tenter de résoudre. Des interrogations qui ont des sources disciplinaires diverses et donc aussi des niveaux d’élaboration scientifique divers peuvent alors s’influencer les unes les autres. Les réactions et dynamiques d’investigation qu’elles déclenchent chez les chercheurs eux-mêmes peuvent amener des affinements des questionnements et des déterminations plus précises des moyens utiles pour les transformer en problèmes traitables.

Est-il possible de retrouver une telle dynamique d’interaction dans les relations entre des scientifiques   et   des   citoyens   ordinaires   ?   Notons   que   ce   serait   la   condition   pour  une « démocratisation » des sciences, la correction des dénis de reconnaissance étant au cœur de toute exigence de démocratie. Le fossé créé par les représentations de déni de reconnaissance est profond. Mais les conditions d’interrogations mutuelles que nous rencontrons dans ces interactions interdisciplinaires semblent des conditions nécessaires pour pouvoir espérer combler partiellement ce fossé. Si l’on revient à ces relations entre scientifiques et citoyens ordinaires, quel serait l’analogue de ces interactions interdisciplinaires ? Cela exigerait de  réunir des scientifiques qui ne soient pas tous de la même discipline mais qui voudraient conjoindre leurs efforts sur tel ou tel sujet, et des citoyens qui seraient entre eux dans des relations similaires : ils n’auraient pas tous les mêmes références, mais ils voudraient faire avancer leurs connaissances et mieux déterminer leurs projets sociaux. Les conférences de citoyens sont proches de ces conditions, puisqu’elles réunissent des experts de divers domaines et des citoyens d’origines sociales diverses confrontés à la nécessité de déterminer des projets qui puissent répondre à un problème qu’experts et citoyens se posent ensemble.

La difficulté est que cela reste des interactions entre des personnes qui sont volontaires pour ces conférences. Il faudrait donc pouvoir développer des situations similaires, en les concevant pour que, si elles commencent par assurer des relais entre des scientifiques spécialisés et des citoyens impliqués dans un projet, on puisse aussi finalement y intégrer des citoyens concernés par le projet, mais qui n’avaient pas à l’origine envisagé de s’engager dans son élaboration –et pensaient même qu’ils étaient considérés comme disqualifiés. Cela exige que les citoyens qui ont déjà participé à des conférences puissent intervenir comme relais, en coopération avec des experts un peu plus dévoués que d’autres. Leurs réunions commenceraient par n’attirer que les citoyens qui ne pensent pas inaccessible un tel apprentissage en commun. Mais de proche en proche, on pourrait attirer des citoyens qui se pensaient initialement incapables de participer à cet apprentissage collectif et /ou qui se sentaient méprisés. Une condition indispensable est que les organisateurs de ces réunions cherchent à mettre en valeur les compétences de ces citoyens, ce qui implique qu’ils mettent en évidence la diversité de ces compétences, permettant ainsi un dialogue entre citoyens ordinaires analogue à celui de l’interdisciplinarité.

Des médias socratiques ?

Le rôle des médias serait alors à reconfigurer. Les médias qui relaient les résultats scientifiques occupent un rôle intermédiaire entre celui des experts scientifiques et celui des citoyens ordinaires. Mais il ne faudrait plus concevoir ce rôle comme appartenant à un niveau hiérarchique intermédiaire entre niveau supérieur (scientifique) et niveau inférieur (citoyens ordinaires). Il faudrait là encore repenser ce rôle sur le modèle des coopérations interdisciplinaires. Il faudrait que les compétences des acteurs des médias se présentent comme des interactions entre des compétences du type des chercheurs scientifiques et ces compétences particulières dont sont porteurs les citoyens ordinaires. Les scientifiques ne devraient d’ailleurs plus se présenter ici dans un rôle d’experts, mais bien dans leur rôle de chercheurs. Leur rôle de ces nouveaux acteurs des médias serait alors d’une part de faciliter l’extraction des compétences particulières des citoyens ordinaires, et d’autre part de développer des questionnements concernant les manières de relier ces compétences et les compétences du type de celles des chercheurs scientifiques. Les acteurs des médias seraient ainsi des « accoucheurs » de relations entre ces deux types de compétences.

Ils ne devraient donc plus se comprendre comme ces médiateurs qui présentent les connaissances scientifiques sous le format accessible aux citoyens ordinaires (images, historiettes, etc.). Ils seraient plutôt, d’une manière socratique, ceux qui posent des questions et qui extraient par leurs questions des compétences des divers interlocuteurs. Mais cela implique des médias interactifs – comme devraient d’ailleurs se concevoir les enseignants qui interviennent dans des cours passant par des médiations numériques- et qui travaillent dans l’interactivité pour diminuer les biais que nous avons analysés. Et on est actuellement très loin de ce rôle. Soit les médias présentent des images et des slogans supposés rendre accessibles les connaissances et débats scientifiques, soit ils se donnent le rôle du vaillant empêcheur de penser en rond, qui va révéler au public les faiblesses que les scientifiques dissimulent au public. Ces attitudes ne font que renforcer dans le public le ressentiment lié à ce qu’il éprouve comme un déni de reconnaissance. Les médias sont alors d’autant plus appréciés qu’ils vont en quelque sorte venger les citoyens ordinaires de ce déni supposé, puisque les scientifiques ne vont pas pouvoir répondre à ces attaques (sinon par des exégèses de leurs précédents discours qui apparaissent autant de manœuvres dilatoires). Ce mode d’appréciation des médias est un des facteurs du renforcement de l’incompréhension entre scientifiques et public.

Il apparait, en conclusion, que pour échapper à des interactions émotionnelles qui créent de tous côtés des ressentiments liés à des déficits de reconnaissance, il faut pouvoir entraîner scientifiques, citoyens et médias à reconnaître les vertus de mise à l’épreuve et de capacité de révisions que les travaux scientifiques manifestent. Il faut nous entraîner à exercer les vertus de ces modes de reconnaissance mutuelle qui impliquent des processus de révision réciproques. Ces processus eux-mêmes exigent d’être régulés par des méthodes dont les effets sont eux-aussi soumis à expérimentations, qui donnent lieu si nécessaire à des révisions, et ainsi de suite, selon une dynamique récursive. Ce sont ces vertus qui constituent ce qu’on pourrait appeler l’éthique de l’interdisciplinarité.

Quelques références

Gigerenzer G., (2010), Rationality for Mortals, Oxford University Press, Oxford. Honneth A. (2000) La lutte pour la reconnaissance, trd. Cerf, Paris.

Honneth A. (2006), La société du mépris, trd. Editions de la Découverte, Paris.

Livet P. (2010), « Rational choice, neuroeconomy and mixed emotions », Philosophical Transactions of the Royal Society B, vol. 365, n°1538, January, pp. 259-270.

Livet P., Emotions, Beliefs and Revision, Emotion Review, July 2016 vol. 8 no. 3, pp. 240-249 Monteil J-M. et Huguet P., (2013), Réussir ou échouer à l’école, une question de contexte ? Presses Universitaires de Grenoble

Rimé, B. (2009). Emotion elicits the social sharing of emotion: Theory and empirical review.

Emotion Review, 1, 60–85.

Rimé, B., Finkenauer, C., Luminet, O., Zech, E., & Philippot, P. (1998). Social sharing of emotion: New evidence and new questions. In W. Stroebe & M. Hewstone (Eds.), European review of social psychology (Vol. 9, pp. 145–189). Chichester, UK: John Wiley & Sons.

Rimé, B., Paez, D., Kanyangara, P., & Yzerbyt, V. (2011). The social sharing of emotions in interpersonal and in collective situations: Common psychosocial consequences. In I. Nyklíček, A. Vingerhoets & M. Zeelenberg (Eds.), Emotion regulation and well-being (pp. 147–163).

Heidelberg, Germany: Springer Science.

Rimé, B., Philippot, P., Boca, S., & Mesquita, B. (1992). Long lasting cognitive and social consequences of emotion: Social sharing and rumination. In W. Stroebe & M. Hewstone (Eds.), European review of social psychology (Vol. 3, pp. 225–258). Chichester, UK: John Wiley & Sons Von Scheve C. et Salmela M., eds. (2014) Collective emotions, Ofxord University Press, New York.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *