Inauguration d’une nouvelle chaire IMéRA/AUF sur les Transformations structurelles et dynamiques institutionnelles en Francophonie.

De gauche à droite : le Recteur de l’Agence Universitaire Francophone (AUF), Jean-Paul de Gaudemar, Le Président d’Aix-Marseille Université, Yvon Berland, et le président de l’IMéRA Denis Bertin. Photo : AMU.

Aix-Marseille Université (AMU) et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) ont signé, le 30 août 2019, une convention concernant la création d’une nouvelle chaire AUF-IMéRA, intitulée Transformations structurelles et dynamiques institutionnelles en Francophonie.

Le Président d’Aix-Marseille Université, Yvon Berland, et le Recteur de l’Agence Universitaire Francophone (AUF), Jean-Paul de Gaudemar, ont signé le vendredi 30 août 2019 à 11h la convention créant la chaire AUF/IMéRA sur les « Transformations structurelles et dynamiques institutionnelles en Francophonie», qui accueillera ses premiers titulaires dès le mois prochain.

Organisée sur un cycle de trois années académiques (2019-2022), la chaire a pour objets d’études potentiels :

  • les transformations structurelles et les réformes institutionnelles dans les pays riches en ressources naturelles ;
  • les infrastructures, inégalités et le développement ;
  • les modèles sociopolitiques de l’inclusivité et la définition des réformes afférentes ;
  • les transformations structurelles, les politiques éducatives et l’emploi des jeunes diplômés ;
  • les nouveaux modèles de partenariat Nord/Sud versus Sud/Sud.

Les professeurs Babacar Kanté et Lahouari Addi seront les premiers co titulaires de la Chaire

Lahouari Addi, chercheur associé à Georgetown University, émérite Sciences Po Lyon

Lahouari Addi est sociologue et politologue, docteur d’Etat à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris en 1987. Il a été professeur de sociologie à l’Université d’Oran (Algérie) puis à Sciences Po Lyon, Université de Lyon, dont il est professeur émérite. Depuis quelques années, il vit aux USA, où il est chercheur associé à Georgetown University. Théoricien reconnu de la “régression féconde” appuyée sur le modèle tunisien où les islamistes au pouvoir sont obligés de tenir compte des réalités de la société et de l’Etat, il a commis de nombreux ouvrages et articles sur l’islamisme et la transition vers la démocratie. Son dernier livre est “Radical Arab Nationalism and Political Islam” (Georgetown University Press, 2017). Professeur et/ou chercheur invité dans de nombreuses universités, il a été notamment résident de l’Institut d’Etudes Avancées de Princeton en 2002-2003.Le chercheur sera en résidence du 9 septembre 2019 au 7 février 2020, sur un projet de recherche intitulé “Les ressources naturelles entre usage politique et exigence économique” (résumé du projet sur le site web de l’IMéRA).

 

Babacar Kanté, Professeur de droit public Doyen honoraire de l’UFR des Sciences juridiques et politiques de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal).

Babacar Kanté est professeur agrégé de droit public et de science politique depuis 1995. De 1990 à 2000, il a été directeur de l’UFR des Sciences juridiques et politiques de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, puis Doyen Honoraire de ladite UFR. Auparavant, il a été chef du département de droit public de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de 1984 à 1990, après une thèse de doctorat d’Etat soutenue à l’Université d’Orléans (France) en 1983. De 2002 à 2006, il a été Vice-président du Conseil constitutionnel du Sénégal et, de 2009 à 2013, il a été membre en service extraordinaire de la Cour suprême.  Le professeur Kanté est auteur de nombreuses publications en droit constitutionnel et en sciences politiques ; il a en outre été coordonnateur de plusieurs projets de recherche et experts auprès d’organisations internationales (ONU, OIF). Il sera en résidence à l’IMéRA de février 2019 à juillet 2020 sur un projet de recherche intitulé “Droit constitutionnel et irénologie : pour une science constitutionnelle de la crise”

En s’engageant dans cette coopération, l’AUF apporte non seulement un réseau international exceptionnel, mais aussi un partenariat de premier plan avec le Collège de France et l’Académie Royale de Belgique, seules autres institutions à accueillir des chaires jointes avec l’AUF. En effet, la convention qui sera signée ce vendredi consacre l’idée de la mobilité des titulaires des chaires entre les trois partenaires de l’AUF de sorte que chacune pourra bénéficier des lectures et conférences de ces personnalités.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.