Une nouvelle politique méditerranéenne pour la France

Thierry Fabre, directeur du Programme Méditerranée de l’IMéRA

Alors que doit se tenir en juin 2019 à Marseille un « Sommet des deux rives », qui vise à redonner un sens à la politique méditerranéenne de la France, le temps est venu de s’interroger sur la généalogie et les horizons de celle-ci. Héritière d’une longue histoire de conquête, puis « d’invention scientifique », la politique méditerranéenne de la France semble ces dernières années avoir perdu son cap, au risque de ne plus évoquer que des ambitions déçues. Or la France est profondément liée et reliée au monde méditerranéen et africain. Une part significative de son avenir se joue là, entre les deux rives

De nouveaux fondements

Il s’agit pour commencer d’adopter une autre perspective qui ne soit plus simplement euro-centrée, et en premier lieu, de bannir la notion, désormais obsolète, « d’Euro-Méditerranée ».La Méditerranée est un monde à part entière, ce n’est pas une simple périphérie ou une sous-région de l’Europe. Il convient de sortir de la vision descendante, du Nord vers le Sud, que porte cette représentation stratégique, et de concevoir la Méditerranée comme un monde à part entière.

Les pays du Sud de la Méditerranée ne sont plus les simples destinataires d’une politique d’aide ou de coopération, mais les parties prenantes d’une politique commune. La réciprocité des approches et des regards, la façon d’être mis sur un même pied change profondément la perspective. Sans occulter la dissymétrie de puissance ou les possibles divergences d’intérêt, de nouvelles relations de confiance peuvent voir le jour si l’on fait primer la recherche d’une vision commune d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Cette configuration nouvelle d’une politique méditerranéenne de la France peut avoir un très large écho, non seulement parmi les dirigeants et les acteurs politiques, mais aussi dans les sociétés civiles qui sont désormais extrêmement attentives à ces marques d’attention et de reconnaissance.

Il faut également élargir le champ d’intervention de la politique méditerranéenne. La Méditerranée en effet ne relève plus seulement de la politique étrangère, de la France ou de l’Europe. Les phénomènes de migrations et de diaspora, depuis au moins les indépendances, dans les années 1960, avec l’installation durable de populations et de leurs familles, devenues de nationalité française ou européenne, change profondément la donne. Plusieurs millions de personnes vivent désormais entre les deux rives. Elles circulent et échangent, par le haut comme par le bas, à travers « des cabas et des containers », et il faut tenir compte de ces réalités, politiques, commerciales, culturelles ou religieuses. Traiter de la question de l’islam en France et de France, par exemple, exige de prendre en compte les interactions venues des pays de la rive Sud et Est de la Méditerranée, du Maroc à la Turquie en passant par l’Algérie, sans négliger l’emprise piétiste voire salafiste venue du wahabbisme saoudien. Une politique de l’islam méditerranéen, d’un réel encouragement à une pensée critique dans l’islam contemporain, en France comme en Europe, n’est possible qu’à partir d’une double échelle, nationale et internationale.

Ni euro-centrée, ni seulement extérieure, la politique méditerranéenne de la France doit, si elle veut se réinventer, s’ouvrir à d’autres considérations et s’inscrire dans une architecture d’ensemble. Une politique méditerranéenne, en effet, n’est pas la simple addition de politiques bilatérales ou de mesures circonstancielles, mais doit définir une stratégie de long terme. À travers le projet des « Nouvelles routes de la soie », les Chinois nous rappellent ce que peut être une stratégie conçue dans la durée, avec des objectifs, des priorités et des moyens mobilisés en conséquence. La politique méditerranéenne de la France devrait renouer avec le temps long et concevoir la Méditerranée comme une véritable route du monde.

Un horizon commun

Quel horizon pour la politique méditerranéenne de la France, à échéance 2030-2050 ? Il s’agit de rendre possible un monde commun, entre les deux rives. La Méditerranée est trop souvent vue comme une frontière de la peur, éclatée entre acteurs antagonistes. Or le monde méditerranéen n’est pas simplement notre voisin, il est une part significative de nous-même. La France comme l’Europe ne peuvent pas se détourner de la Méditerranée, se barricader derrière des frontières illusoires. C’est une mer poreuse, un bassin de civilisations et de populations de bientôt 400 millions de personnes. Comme le soulignait si bien Camus, au moment de la guerre d’Algérie, « il ne s’agit pas de crever séparément, mais de vivre ensemble. »

Or l’Europe a fait de la Méditerranée la frontière la plus dangereuse du monde. Elle est devenue ces dernières années un nouveau « cimetière marin ». Que se passerait-t-il si, l’espace d’un instant, on renversait la carte et qu’au lieu d’africains, d’afghans et de syriens qui périssent en mer, c’était 30 000 français et européens qui avaient disparu au fond de la Méditerranée ? L’inertie et l’indifférence ne seraient bien évidemment pas la même.

Il nous faut prendre toute la mesure du drame humain qui se joue aujourd’hui sous nos yeux en Méditerranée. Selon la morale de l’urgence, chère à Germaine Tillion, il n’y a pas à tergiverser, notre responsabilité et notre devoir est de sauver des vies. C’est ce que font, non sans obstacles, des ONG telles que SOS Méditerranée, alors que les Etats sont défaillants.

Mais au-delà de l’urgence et des mesures immédiates qui sauvent, quelle politique méditerranéenne pour la France ?

Trois priorités, au moins, se dessinent pour les vingt ou trente années à venir. La première est de changer notre relation à la frontière. Ce n’est pas une Europe citadelle, face à la Méditerranée, qu’il s’agit de bâtir. C’est plutôt une « Europe sans rivages », mieux reliée au monde méditerranéen, qui sait organiser la porosité, réguler les flux et permettre la mobilité, qui ne se confond pas avec la migration. Il y a tout un ensemble relationnel à imaginer, entre les deux rives de la Méditerranée, avec des allers et des retours, ce qui ne signifie pas une France et une Europe ouverte aux quatre vents. Il nous faut sortir de l’imaginaire de la peur, contrer ce discours qui s’insinue et qui devient dominant, de la submersion et du « grand remplacement » fondé sur un fantasme, toutes les études sur les circulations migratoires en Afrique notamment le montre. Osons affirmer d’autres valeurs, d’autres principes, comme celui de l’hospitalité, comme nous y invite par exemple le Pape François. Osons concevoir une vision du monde qui ne soit pas rétrécie ou repliée mais qui imagine un avenir commun entre les deux rives.

Le deuxième grand défi en Méditerranée est lié aux effets du réchauffement climatique et aux bouleversements de notre écosystème. Pour que ce monde méditerranéen, qui devient de plus en plus aride, continue à être habitable, il nous appartient de changer profondément nos modes de vie. Sortons enfin du productivisme et du consumérisme, et cherchons une véritable alternative à l’american way of life. Or il existe un style de vie à la méditerranéenne[i], un régime alimentaire méditerranéen, par exemple, bien adapté à ces nouveaux enjeux.

Le troisième grand défi est celui de la montée en puissance des radicalisations politico-religieuses et de l’affirmation des passions identitaires, qui inspirent, nourrissent et légitiment des mouvements nationaux-populistes de plus en plus dangereux, entre Europe et Méditerranée.Les deux références principales qui réunissent ces mouvements nationaux-populistes en Europe sont les questions relatives à l’immigration et à l’islam. Deux dimensions étroitement reliées au monde méditerranéen.

Un autre imaginaire peut-il s’affirmer et se déployer ? Une action politique nouvelle et ambitieuse, qui repose sur les entrelacements de nos sociétés, sur des alliages culturels existants et à venir doit relier mieux encore la France, l’Europe et l’Afrique. Ce qui peut changer la donne, au xxie siècle, c’est une réelle implication des sociétés, comme en témoignent les mouvements au sein de la société algérienne aujourd’hui. Un réel désir de liberté et de démocratie s’affirme, en Algérie et au-delà, dans des sociétés majoritairement jeunes, qui aspirent à inventer leur avenir. Entre les islamistes et les militaires, il n’y a pas rien. Il est grand temps de sortir de cette équation politique fallacieuse et de soutenir enfin le désir de liberté qui s’exprime.

Une lame de fond démocratique vient de l’intérieur même des sociétés, qui ne cherchent nullement à imiter un modèle à l’européenne. Elles tracent leurs propres trajectoires et inventent leurs propres chemins, qui n’est pas de fuir leur pays par la mer, au risque de leur vie.

 C’est ce pari de la liberté qu’il nous appartient d’accompagner, de soutenir, d’encourager, sans donner de leçons. Le temps de l’orientalisme, du colonialisme, comme du post-colonialisme d’ailleurs, sont révolus. L’universel démocratique est pluriel, il ne s’exporte pas plus qu’il ne s’impose par la force, comme ont tenté de le faire avec tant de dégâts les néo-conservateurs américains.

Les sociétés du Sud de la Méditerranée ont un rôle de premier plan à jouer et ce ne sont pas de simples instruments ou faire valoir des politiques publiques menées par les Etats. Ce sont des acteurs à part entière, libres et autonomes qui rendent possibles toute une série d’initiatives dans différents domaines de coopération.

Il est un domaine au moins qui pourrait être pionnier, c’est le champ symbolique à travers notamment la musique, les images, les musées, les savoirs, la recherche et les Universités, autant d’éléments pour fabriquer ensemble un possible monde commun. Autant d’éléments pour faire vivre un imaginaire partagé. Autant d’éléments pour donner un autre visage à l’avenir entre les deux rives de la Méditerranée. Relier, relier plus encore ce monde fait d’entre-mondes, dans la mise en œuvre d’une politique méditerranéenne réinventée. Là se joue sans doute, dans les vingt ou trente ans qui viennent, la question de la guerre et de la paix.


[i] Voir notamment La Méditerranée n’est pas une étoile morte, Arnaud Bizalion éditeur, mai 2019, 192p


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.