Ingrid Hoelzl, théoricienne de l’image : « postimage ou l’écologie de la vision »

La chercheure autrichienne Ingrid Hoelzl est invitée à l’IMéRA jusqu’au 4 juin. Cette spécialiste de la théorie de l’image, en résidence Eurias au Collegium Helveticum de Zurich, veut mettre à profit son séjour pour découvrir l’écosystème de la recherche et pratique en art/science à Aix-Marseille et nouer des collaborations. En juin, elle retourne en Suisse pour présenter une performance combinant musique, lecture et mouvements.

Ecrivain, artiste, théoricienne de l’art : Ingrid Hoelzl a plusieurs cordes à son arc mais c’est son intérêt pour la théorie de l’image qui a motivé et structuré son parcours. L’autrichienne a commencé par la photo, qu’elle a maniée en tant qu’artiste visuel. « J’ai essayé ensuite de combiner ma passion pour la pensée avec mon intérêt pour la photo », explique-t-elle. En 2008, elle publie sa thèse sur l’autoportrait photographique puis enseigne à l’Académie des Beaux Arts de Vienne et concentre ses travaux sur l’image numérique. Elle tire de ce travail un livre, Softimage: Towards a New Theory of the Digital Image, écrit avec son compagnon, Rémi Marie, publié en 2015. « La numérisation traduit un changement temporel et fonctionnel de l’image. L’image n’est plus rigidement fixée à un support, ni à une temporalité. Elle devient malléable et intégrée au moyen d’un software », détaille l’écrivain. En 2018, elle obtient une bourse EURIAS qui lui donne le choix de venir en résidence d’un an dans un institut d’études avancées (IEA) européen. Elle choisit l’IEA de Zurich, dont l’intérêt pour les « digital studies » est en parfaite adéquation avec son sujet de recherche actuel qu’elle a intitulé : POSTIMAGE: The New Ecology of VisionPostImage. De fait, c’est le titre du 2ème ouvrage sur lequel elle travaille avec son compagnon, dans la continuité du premier qui questionnait déjà le statut d’une image totalement opérationnelle, navigable et qui dépend de l’accès au réseau. The New Ecology of Vision fait quant à lui référence à l’image comme outil de représentation au cœur de l’objectivation du monde par l’homme, laquelle va de pair avec sa domination et son exploitation. Le but est de faire réémerger une multiplicité de relations dont l’humain n’est plus le centre.

Pour écrire ce livre, Ingrid et son compagnon expérimentent une forme originale d’écriture à quatre mains. « Nous nous sommes répartis les chapitres, que nous écrivons tous à la première personne. Puis nous intervenons sur ce qu’a écrit l’autre, si bien que sa première personne devient ma première personne. Le nous permet d’être un peu plus flou tandis que le je est un exercice intéressant de déplacement. » L’envoi du premier manuscrit est prévu en juillet. La chercheure autrichienne a aussi un spectacle en projet : postimage opéra, une performance dont la 1ère représentation est prévue à Zurich en juin. Y intervient la réflexion théorique mais retravaillée dans un mode poétique, avec de la musique improvisée, des lectures, des chorégraphies…, et à laquelle Ingrid participera notamment en tant que théoricienne-performeuse.

Invitée à passer un mois à Marseille, Ingrid Hoelzl a établi des contacts locaux, notamment avec le Centre Gilles Gaston Granger et avec le laboratoire PRISM (Perception Représentations Image Son Musique).

Ingrid Hoelzl a également mis à profit son séjour à l’IMéRA pour rencontrer des résidents de diverses disciplines, notamment issus des sciences dures. Elle a ainsi pu échanger sur la perception du monde par l’homme du point de vue des neurosciences. “Nous avons un vrai intérêt pour nos recherches mutuelles mais il y aussi une frontière mentale ente avec les scientifiques des sciences dures, ” témoigne Ingrid Hoelzl.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.