Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques

Compte rendu du déroulement du cycle en 2017-2018

De nombreux cycles de recherche sont organisés au sein de l’IMéRA. Nous publions les comptes rendus des cycles qui ont jalonné l’année 2017-2018, que vous pouvez tous retrouver dans le Rapport d’activité 2018 disponible ICI : https://imera.univ-amu.fr/en/institut/the-ias-of-aix-marseille-university

Coordination : Elena Biserna (PRISM AMU-CNRS), Jean Cristofol (ESAAix, PRISM AMU-CNRS), Christine Esclapez (AMU, PRISM AMU-CNRS) et Peter Sinclair (ESAAix, PRISM AMU-CNRS).
Ce cycle de séminaires est le produit d’une collaboration entre l’IMéRA et l’UMR PRISM (AMU-CNRS).

Ce cycle est issu du travail qui s’est développé en 2016-2017 au sein du laboratoire PRISM, qui était alors une UMR en cours de formation, entre un certain nombre de chercheurs issus de l’école supérieure d’art d’Aix, et en particulier de Locus Sonus, et issus de l’université, en particulier de la musicologie. D’autres acteurs semblaient devoir y trouver de l’intérêt et être appelés à y contribuer, en particulier les enseignants chercheurs dont les pratiques sont liées au cinéma, qu’ils soient attachés à la section cinéma de l’université à Aix ou au département SATIS à Aubagne, mais aussi les chercheurs en acoustique, physiciens et ingénieurs du CNRS.

Il s’agissait, pour les coordonnateurs, d’interroger de façon très libre, sans s’emprisonner dans les frontières disciplinaires, les relations entre les pratiques du son, articulées aux pratiques plastiques, et celles de la musique dans leur diversité, mais aussi les relations entre les démarches artistiques et les démarches scientifiques. Par-delà, il s’agissait d’ouvrir un espace de dialogue et de rencontre entre les mondes de l’art et de la recherche mais aussi avec un public averti intéressé par les questions sonores.

En effet, l’originalité du cycle, dans sa conception, tient moins à son objet, l’écoute, que dans le pari que c’est en se situant comme un lieu de croisement entre une multiplicité de champs, de paroles, de mises en œuvre, que pouvait s’y développer une démarche riche et fertile. Le choix de la question de l’écoute, très clairement posé dans le titre du cycle, “Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques”, est une façon de situer l’enjeu de la relation aux domaines du sonore dans son articulation à des formes de savoir et d’action, c’est à dire dans une démarche active d’investigation et de constitution de ses objets. C’est aussi une façon de poser l’importance euristique des démarches interdisciplinaires et la nécessité de créer un espace pour que ces démarches puissent effectivement se rencontrer et dialoguer. Il s’agissait de combiner la définition d’un objet relativement bien défini – nous nous intéressons aux pratiques qui impliquent des formes spécifiques de l’écoute – et une attitude clairement ouverte – ces pratiques peuvent être de toutes natures, savantes ou vernaculaires, théoriques ou empiriques, créatrices ou appliquées, elles peuvent, elles doivent apprendre les unes des autres. Il s’agit ainsi de combiner la qualité des contributions et la diversité des “entrées”.

A la fin de cette première année, au regard du nombre des participants et de la qualité des échanges, il semble que le pari de cette “double articulation” soit très positif.

En accueillant et en rendant possible ce cycle, l’IMéRA permet l’apparition d’un espace interdisciplinaire art/science et il fait apparaitre une interface entre le monde de la recherche, le monde de la création artistique et un public intéressé par les pratiques du son et de la musique. Du point de vue des chercheurs de PRISM, l’IMéRA permet de faire exister un lieu de rencontre géographiquement placé entre les différents lieux de travail qu’ils occupent et surtout, un espace central et ouvert sur le public d’acteurs du monde de l’art, de la recherche et d’amateurs.

Programme de l’année 2017-2018 :

• 15 novembre 2017 : Séance inaugurale : Son/image/cinéma.
Daniel Deshays (ingénieur du son, responsable de l’enseignement du son à l’Ecole Nationale des Arts et Techniques du Théâtre à Lyon et à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris), Rémi Adjiman (Maitre de conférence, Directeur département SATIS AMU, chercheur au laboratoire PRISM).

• 20 décembre 2017 : Écoute, perception de l’espace et expérience du déséquilibre.
Séance tenue à la Fondation Vasarely, en relation avec l’installation de Marlène Puccini. Marlène Puccini (artiste et maitre de conférence à l’université de Paris 8), Jean-Michel Vivès (Professeur de Psychopathologie Clinique, Université de Nice Sophia Antipolis), Pierre Cassou-Noguès (philosophe, professeur à l’université de Paris 8).

• 17 janvier 2018 : Écoutes incarnées.
Sylvain Brétéché (Docteur en musicologie, enseignant à l’Université d’Aix-Marseille, chercheur au laboratoire PRISM-AMU/CNRS), Natacha Muslera (Musicienne, poète, improvisatrice et compositrice).

• 21 février 2018 : Entendre le monde sonner.
Carmen Pardo Salgado (professeure titulaire d’histoire de la musique et d’esthétique de la musique contemporaine à l’Université de Girona et dans le Master d’Art Sonore de l’Université de Barcelone), Christophe Charles (compositeur, professeur à l’Université des arts de Musashino/Tokyo).

• 28 mars 2018 : Écoutes in situ.
Loïc Guerin et Eric Brochard (musiciens du groupe NOORG).2

• 18 avril 2018 : Résonances bioacoustiques.
Maxence Mercier (compositeur et artiste numérique), Hervé Glotin (professeur à l’université de Toulon en Sciences de l’Information et des Systèmes).

• 16 mai : L’écho des îles, des atolls aux archipels.
Guillaume Monsaingeon (chercheur et commissaire indépendant), Christopher Trapani (compositeur).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.