Ben Kiernan à Marseille, avec le Cambodge dans les valises

Ben Kiernan inaugure la chaire IMERA-EHESS en Etudes transrégionales le 24 janvier au Siège de l’Université, sur le site du Pharo. 

L’historien australien Benedict Kiernan est en résidence à l’IMéRA (Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille Université) pour dix mois, et premier titulaire de la chaire Ehess/IMéRA en études transrégionales. Le spécialiste du Cambodge en profitera pour donner plusieurs conférences, dont plusieurs relatives au Cambodge.

Ben Kiernan connait bien la France pour l’avoir sillonné d’un bout à l’autre. Rouen, Caen, Toulouse, Strasbourg sont des lieux qui lui sont familiers pour y avoir cherché, il y a déjà 40 ans, les témoignages de réfugiés cambodgiens en France, victimes des massacres perpétrés au Cambodge par les Khmers rouges entre 1975 et 1979. La condamnation, en novembre 2018, du numéro 2 du régime de Pol Pot pour double génocide doit beaucoup à Ben Kiernan et son travail d’enquête approfondie. Depuis le début de sa carrière qu’il a entièrement dédié au Cambodge, l’historien australien professeur à l’Université de Yale a cherché à établir la vérité du génocide commis par le régime autoritaire.

En Australie dans les années 1970, la mode est à l’étude de l’Asie du Sud-Est. Ben Kiernan se passionne vite pour la région voisine de l’Australie et en particulier pour la culture khmère. Etudiant, il va vivre trois mois dans un village cambodgien en Thaïlande, alors que le Cambodge lui-même lui est encore interdit du fait du régime de Pol Pot. Dès son début de thèse, il publie un article dans un hebdomadaire australien sur le régime de Pol Pot et lorsqu’un an plus tard, le régime est renversé, Ben Kiernan multiplie les interviews des réfugiés cambodgiens arrivés sur le sol australien. Il va également en France ou de nombreux cambodgiens ont trouvé refuge et y passe plus d’un an pour faire des interviews de réfugiés. En 1980, il met enfin le pied au Cambodge. Il est alors le premier chercheur à venir sur le sol du pays, pour une durée de 4 mois. Jusqu’au début des années 2000, le chercheur y retournera régulièrement quelques mois presque chaque année. Il rencontre les survivants, fait des interviews, cherche à comprendre… Il fait des comparaisons entres les réfugiés arrivés aux Etats-Unis, en France, en Australie et les survivants restés sur le sol cambodgien. Tous s’accordent sur l’horreur du régime.

En 1994, Ben Kiernan fonde le programme sur le génocide cambodgien dont l’objectif est de faire reconnaître les massacres de masse perpétrés contre la population cambodgienne entre 1975 et 1979. Mais ce n’est qu’en novembre 2018 que le terme de génocide est officiellement utilisé pour qualifier les massacres commis par les khmers rouges, à l’occasion du procès du numéro deux du régime, Nuon Chea (voir ici l’article de Ben Kiernan sur le sujet dans la revue Fellows du RFIEA). Les interviews de victimes, notamment, que Ben Kiernan a réalisées à l’époque qui a suivi la chute des Khmers rouges, ont été utilisés pour obtenir cette condamnation pour génocide contre les minorités Chams (musulmans cambodgiens) et vietnamiennes au Cambodge de Nuon Chea. Au total, peut-être un tiers des Chams, soit 100 000 personnes sur 300 000 ont péri.

Ben Kiernan tient à préciser que le génocide est l’œuvre du régime Khmer rouge, pas de la population cambodgienne. « Je me souviens d’une conversation sur le fleuve Mékong, raconte-t-il. Un an après la chute de Pol Pot. Un cambodgien m’a expliqué en détails combien les Chams ont souffert : ils ont été forcé de renier leur langue pour parler cambodgien, ont été empêchés de pratiquer leur religion et forcés de manger du porc. S’ils refusaient, ils étaient tués. Pour finir, le cambodgien m’a dit avec empathie :  ‘’les Chams, ils ne savent qu’être des Chams’’. »

Des nombreuses interviews qu’il a faites avec les réfugiés, Ben Kiernan n’a jamais rien publié. Aujourd’hui, l’historien aimerait retrouver les interviewés, notamment ceux résidents en France, pour leur donner les enregistrements, « pour leurs enfants ». S’il trouve le temps. A 65 ans et une renommée internationale, Ben Kiernan a un emploi du temps chargé. De retour en France depuis décembre, pour six mois, en résidence à l’IMéRA, le chercheur mène une étude comparée de l’histoire des régions maritimes que sont l’Asie du Sud Est et la Méditerranée. « J’ai l’intention de comparer l’histoire de la zone maritime du Sud Est asiatique et de la méditerranée depuis le premier millénaire avant JC jusqu’à aujourd’hui sous différents aspects. Quand j’ai commencé à étudier l’histoire protohistorique méditerranéenne, j’ai compris qu’il y avait des similarités importantes à faire avec l’histoire écologique et agricole de l’Asie du SE par exemple et qu’il était possible de faire des comparaisons qui éclairent l’histoire de l’une et l’autre. Ces deux zones combinent aussi de nombreuses religions : le christianisme, l’islam, le judaïsme autour de la Méditerranée, le bouddhisme, le confucianisme, l’islam, les religions animistes en Asie du Sud-Est. Ce phénomène est-il le résultat de la nature maritime de ces zones ? En Chine ou en Inde, il y a beaucoup moins de religions. » Il profitera aussi, bien sûr, de son passage à Marseille pour aller consulter à Aix-En-Provence les archives liées à la présence coloniale française au Cambodge. Il quittera Marseille l’été 2019 pour revenir au printemps 2020 pour finir sa résidence.

En savoir plus sur le travail de Ben Kiernan pour la reconnaissance du génocide au Cambodge : voir l’article du Monde : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/09/01/ben-kiernan-le-cambodge-dans-la-peau_5348886_3232.html,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.