La transition énergétique vs les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs

Inscrit dans le programme « Energie » de l’IMéRA, le cycle interdisciplinaire « La transition énergétique vs les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » est coordonné par Béatrice Cointe (postdoc Amidex au LAMES et à BIP), Pierre Fournier  (LAMES), Marie-Thérèse Giudici (BIP) et Frédéric Rychen (GREQAM). Il est appuyé par le PR2I Energies (AMU).

Contact : giudici@imm.cnrs.fr

Diffusion video en streaming : activée les 17 février, 17 mars, 28 avril, 12 mai et 16 juin

Programme :

Vendredi 17 février 2017, 14h-17h à l’IMéRA : « La transition énergétique au regard de l’histoire : mythe ou réalité ? »,  Xavier Daumalin, historien, Aix-Marseille université (détails ci-dessous)

Vendredi 17 mars 2017, 14h-17h à l’IMéRA  :   « Une énergie sans pareille? L’électricité en conquête (XIX-XX s.)« , par Alain Beltran, historien, directeur de recherche CNRS, UMR 8138 IRICE) (détails ci-dessous)

Autres dates (en cours de finalisation) :

  • 28 avril : L’énergie en Méditerranée
  • 12 mai : Les scénarios énergie-climat mondiaux
  • 16 juin : Les transitions énergétiques – sciences et évolution

ENTREE LIBRE – DOCTORANTS : inscription sur le site de la Direction de la Formation doctorale AMU- ADUM

Le séminaire se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de « la » transition énergétique, prenant garde à en discuter les conditions de possibilité.

Les intervenants sollicités ont été invités à construire leur intervention en réponse à un appel à vigilance vis-à-vis du mot d’ordre de transition énergétique : faut-il en effet tenir pour acquise la perspective d’une évolution douce, progressive des choix énergétiques, vers un horizon bien défini, laissant seulement à discuter le rythme et les étapes de cette évolution ? La traduction du « débat national sur la transition énergétique » de 2012-13 en loi du 17 août 2015 relative à « la Transition énergétique pour la croissance verte » pourrait le laisser penser. Cela mérite examen pour préciser les espaces d’incertitude et de choix qui rendent pluriels les futurs énergétiques compte tenu des nombreuses imbrications de problématiques autour du thème de l’énergie et cela requiert la mobilisation de compétences d’analyse variées.

Le problème ne se pose pas pour tous les pays de la même façon et, si l’on espère avancer des réflexions à l’échelle méditerranéenne, il faut se montrer attentif à la diversité de situations qu’on y rencontre, avec des pays à rente pétrolière ou gazière qui voisinent géographiquement et dans leurs modes de développement avec des pays totalement dépendants d’importations d’hydrocarbures. Cela réclame d’intégrer dans la réflexion sur la transition énergétique le destin des pays actuellement producteurs d’hydrocarbures qui réfléchissent aux façons de prolonger leur leadership régional par la maîtrise d’autres sources d’énergie, à fort contenu capitalistique et technique comme le nucléaire ou à forte durabilité comme le solaire, autant que le destin des pays très dépendants aux hydrocarbures, au sud (Tunisie, Maroc) comme au nord de la Méditerranée (Italie…), avec parmi eux, certains qui pourraient être tentés de devenir producteurs à leur tour avec la valorisation de ressources hydrocarbures non conventionnelles en cours de prospection.

La question de la variété des parcours de transformation du mix énergétique vaut aussi pour le passé : le monde n’en est pas à sa première rupture et on n’a pas beaucoup interrogé ce passé pour les surprises qu’il a proposées à ceux qui essayaient de l’analyser immédiatement et de prévoir l’avenir quand ils ont dû constater des manques dans leur compréhension de l’existant et des enchâssements de l’énergie dans l’économique, le social et le politique.

Si l’on considère que l’énergie est une brique de base pour tout système productif, on comprend mieux pourquoi les choix en matière énergétique rencontrent autant d’envie de peser dessus et, dans le même temps, autant de résistances : ils ont des enjeux lourds qui vont bien au-delà des seules consommations d’énergie : ils engagent la production bien sûr (on pense au lien du charbon avec la sidérurgie, au lien du pétrole avec l’automobile…) mais aussi la mobilité des produits manufacturés et des main-d’œuvre, jusqu’au système de financement de l’ensemble de l’économie. Revenir sur les raisonnements synthétisés par Jeremy Rifkin dans La Troisième Révolution industrielle (2012), qui associent système énergétique et révolution technico-économique, peut être l’occasion de préciser les liens de l’énergie avec les équilibres sociopolitiques qui caractérisent de manière idiosyncratique chaque société contemporaine.

Il en va de même pour les scenarios de transition énergétique proposés aujourd’hui. Ne sont-ils que des extrapolations du présent sous hypothèses (d’investissement, de disponibilité technique…) et sous contrainte (climatique par exemple) pour éclairer la décision publique ? Ou faut-il y voir des manières d’imposer l’avenir, d’engager le changement, de préciser l’orientation des déplacements de valeur et de favoriser la coordination d’efforts alors que tout pousserait chacun à l’attentisme en matière de production comme de consommation d’énergie ? La dynamique de changement doit ainsi faire face à plusieurs résistances comme celles issues du calcul économique intertemporel qui par l’actualisation donne une valeur forte à l’existant au détriment d’opportunités futures, celles liées au risque politique qui, face à des temporalités longues dépassant le temps des mandats, crée des freins au processus d’engagement collectif. Les incertitudes et le faible gain anticipable autour des solutions techniques en discussion sont aussi des éléments qui affectent la bonne perception des options futures et limitent le champ des possibles… Les réactions publiques d’inquiétude ou de contestation que suscite l’énoncé de scenarios méritent donc qu’on s’y attarde car elles révèlent ce qui est considéré jusque-là comme intangible, irréversible, et qui devra être détruit pour qu’une rupture puisse intervenir. Cela souligne combien la substitution d’usage est souvent la voie de premier déploiement de l’innovation (on pense au téléphone mobile vécu au départ comme cabine téléphonique de poche). Elle ne prend une dimension systémique, structurante, conforme à la conception de l’innovation en grappe de Joseph Schumpeter, qu’avec un mouvement de recombinaison des usages qui intervient à partir de la mobilisation de propriétés secondes des produits substitués, d’abord laissées en marge, comme la localisation du porteur de téléphone qui autorise des fournitures de service qui changent de nombreuses pratiques et jusqu’à l’usage même de l’appareil de communication. On peut imaginer que des déplacements d’usage soient de même cumulatifs avec les changements d’échelle de décision à propos de la consommation et de la production d’énergie : avec la combinaison de certaines EnR et des smartgrid ouvrant des horizons difficiles à anticiper.

Cela réclamera enfin de passer par une réflexion sur le terme même de transition, beaucoup utilisé en sciences sociales pour désigner des changements de régime politique (transition démocratique des pays d’Amérique latine dans les années 1960, des pays d’Europe du sud dans les années 1970-80, des pays de l’Est dans les années 1990…) en rupture avec le terme de révolution.

Le pluriel de transitions pour l’énergie s’entend aussi pour évoquer les expériences passées de désajustement dans les choix énergétiques entre projet politique et conjoncture : on pense aux crises qui font s’effondrer les besoins dans les années 1973, 1979 et 2008, aux « contre-chocs » pétroliers des années 1980 ou 2015, aux revirements géopolitiques (au Moyen Orient, en Algérie, en Europe de l’est), aux erreurs d’appréciation sur des gisements potentiels de toute sorte (pétrole, uranium, ressource géothermique…) au gré de ratés techniques ou des pratiques de surenchère qui caractérisent le capitalisme spéculatif en situation d’incertitude. Ou bien encore faut-il évoquer l’idée d’une période transitoire, éphémère, imaginée comme transitionnelle dans une séquence plus ample, mais susceptible de recevoir des soutiens si forts pour l’imposer contre la tentation du conservatisme qu’ils en font, délibérément ou à leur corps défendant, une fin en soi, un état ultime, stable, bloquant tout prolongement du mouvement envisagé comme souhaitable.

L’interrogation sur ce pluriel souligne également les multiples tentatives des politiques publiques plus ou moins bien coordonnées qui essaient de rendre compatibles les intérêts individuels, voire des intérêts nationaux divergents, avec des impératifs généraux et globaux dont les conséquences à long terme pourraient facilement être oubliées. Ces tentatives et leurs effets plus ou moins diffus soulignent ainsi le conflit entre des approches volontaristes et le processus contradictoire du changement.

PROGRAMME DETAILLE

Vendredi 17 février 2017, 14h-17h à l’IMéRA : La transition énergétique au regard de l’histoire : mythe ou réalité ?

Par Xavier Daumalin, historien, Aix-Marseille université

L’intervention interrogera l’introduction de l’énergie vapeur dans les activités artisanales et industrielles de transformation et dans le transport maritime à Marseille au début du XIXe siècle, la rupture que cela constitue, les difficultés rencontrées et les facteurs de conversion. A partir de cet exemple, il présentera et nourrira le débat qui existe actuellement parmi les historiens autour de la notion de transition énergétique, certains en reconnaissant l’opérabilité pour analyser l’histoire des énergies, les conditions de développement de chacune, alors que d’autres le contestent, considérant qu’il enferme dans une vision linéaire et téléologique de l’évolution des systèmes énergétiques, empêchant de penser la persistance de systèmes anciens et surestimant les déterminants techniques.

Xavier Daumalin est professeur d’histoire contemporaine à Aix-Marseille université et directeur du laboratoire TELEMMe (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée). Il est spécialiste de l’histoire économique de la France méridionale aux XIXe-XXIe siècles et de Marseille en particulier, qu’il a étudiés sous l’angle du commerce, des dynamiques industrielles, du capitalisme familial, du paternalisme industriel, des mains-d’oeuvre ouvrières immigrées, des risques industriels et des pollutions. Il a publié récemment Les calanques industrielles de Marseille et leurs pollutions. Une histoire au présent, (Ref. 2C éditions, Aix-en-Provence, 2016), qu’il a dirigé avec Isabelle Laffont-Schwob.

Vendredi 17 mars 2017, 14h-17h à l’IMéRA  :  « Une énergie sans pareille? L’électricité en conquête (XIX-XX s.) »

Par Alain Beltran (historien, directeur de recherche CNRS, UMR 8138 IRICE)

La fin du XIXè siècle a connu une période d’enrichissement du système énergétique (électricité et pétrole versus charbon et gaz) que l’on pourrait aussi appeler transition en particulier pour certains usages (éclairage, mobilité). L’électricité a connu une phase dite d’ « electromania » où la Fée électricité est apparue comme la quintessence du progrès scientifique donc du Progrès tout court. L’éclairage électrique est paré de toute les vertus et certains livres n’hésitent pas à proclamer « Tout à l’électricité! ». En fait, la transition côté production n’a pas vu la disparition du charbon et la mobilité électrique s’est heurtée aux réalités techniques. Ces éléments du tournant de 1900 et de la première moitié du XXè siècle peuvent apporter quelques éléments pour mieux cerner la temporalité et la complexité des périodes dites de transition.

AUTRES DATES (en cours de finalisation) : 28 avril, 12 mai, 16 juin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *