A l’IMéRA, le regard du théâtre forum sur le rejet des boues rouges de Gardanne

Au mois de janvier 2019, l’IMéRA a été le lieu d’expérimentation d’une forme de théâtre participatif, le théâtre forum. L’équipe « Regards sur le rejet », constituée de membres issus du théâtre et de la recherche, l’a mis à contribution pour explorer les différentes facettes d’une controverse qui fait l’objet d’une attention nationale : le rejet des boues rouges de Gardanne.

Au fond de la salle de conférence de l’IMéRA, un groupe d’une dizaine de personnes jouent une pièce de théâtre. La troupe met en scène des villageois mécontents d’une usine, se plaignant de son directeur auprès de « Monsieur la règle » et « Madame la mesure » qui font les expertises réglementaires… Au bout d’une vingtaine de minutes, les acteurs s’arrêtent de jouer, alors qu’un nuage de problèmes plane encore sur le village. Les acteurs se sont temporairement arrêtés de jouer mais la pièce, elle, continue : c’est au tour des spectateurs de faire évoluer le scénario.

La représentation qui se déroule ce lundi 21 janvier 2019 devant les yeux d’une quarantaine de personne n’est en effet pas une pièce de théâtre classique mais une pièce de théâtre forum, l’une des formes du théâtre de l’opprimé, inventé dans les années 70 au Brésil. Cette forme de théâtre participatif s’articule ainsi : la scène décrit une situation problématique complexe, sans que la tension ne se résolve à la fin ; un animateur, le joker, propose au public de changer la situation, et pour cela d’entrer dans la pièce, endossant un rôle à la place d’un des acteurs pour proposer de nouvelles actions. (Pour en savoir plus, voir Augusto, BOal. Théâtre de l’opprimé (1996)).

La représentation n’a pas lieu par hasard dans la salle de conférence de l’IMéRA, davantage habituée à accueillir des conférences scientifiques. De sciences il est bien question ici. Le théâtre forum est en effet une des formes choisies par une équipe de résidents de l’IMéRA pour explorer un problème environnemental proche de Marseille, celui de la « controverse des boues rouges de Gardanne ». A aucun moment pourtant le nom de Gardanne n’est mentionné pendant la représentation, ni celui des boues rouges. A plusieurs moments le public réagit même en mentionnant d’autres problèmes locaux, comme l’effondrement des immeubles, rue d’Aubagne, à Marseille. Au travers de cette controverse, l’équipe tente de remonter aux rapports et relations sociales que ce problème révèle : rapports de forces économiques et sociaux, processus de concertation insuffisants, difficulté à se mobiliser…

Cette diversité de questions explique la composition hétéroclite de l’équipe « Regards sur le rejet » qui s’est formée pour ce projet de 3 semaines : François Bousquet, chercheur au CIRAD à Montpellier (sciences de l’environnement) et co-fondateur du groupe de théâtre forum Agropolis, à l’œuvre ce jour-là à l’IMéRA, Mouhamadou Diol, directeur de troupe de théâtre forum à Dakar (Sénégal), Hosni Almoukhlis, directeur de troupe de théâtre au Maroc, Juliette Rouchier,  directrice de recherche au CNRS en économie cognitive et aide à la décision (LAMSADE, PSL), et Carole Barthélémy, maîtresse de conférences en sociologie à Aix-Marseille Université. Les différents membres de l’équipe avaient eu l’occasion de se rencontrer dans le cadre de leur travail de recherche et dans des festivals…

Le théâtre forum s’avère particulièrement adapté pour associer connaissances scientifiques et savoirs profanes, en particulier ceux des acteurs présents sur le terrain. Il permet une exploration collective des différentes dimensions d’une telle pollution, explique l’équipe dans l’exposé écrit de son projet. A aucun moment pourtant le nom de Gardanne n’est mentionné pendant la représentation, ni celui des boues rouges. Au travers du cas de Gardanne, l’équipe a reconnu des problèmes universels liés à la concertation entre habitants, industriels, pouvoirs publics…

Gardanne, le 11 janvier 2019. En arrière plan, l’usine de traitement de la Bauxite.

Gardanne, le 11 janvier 2019. Depuis les hauteurs de la ville, impossible de ne pas voir l’imposant site industriel. L’usine de transformation de bauxite en alumine est située au beau milieu de la ville, à côté de la gare. L’usine est une figure historique de Gardanne autour de laquelle plusieurs quartiers de la ville se sont construits pour héberger les travailleurs au début du XXème siècle. Elle fait aujourd’hui l’objet d’une attention nationale, voire internationale, en raison des problèmes environnementaux qu’elle provoque. L’usine rejette en effet des résidus du traitement de la bauxite – les boues rouges –  dans la Méditerranée depuis 1967. Un tuyau parcoure environ 55 km pour acheminer les boues depuis Gardanne jusqu’en pleine mer sur le site des calanques. Suite à la création du Parc national des Calanques en 2012, seuls les résidus liquides du traitement de la bauxite sont rejetés dans la mer, séparés au préalable des résidus solides. Ces derniers sont déposés en pleine nature, près de Gardanne, dans une zone désormais interdite aux randonneurs mais peu visible malgré son ampleur.

Accompagnée de 3 Gardannais, l’équipe fait le tour des équipements industriels de la ville. Outre l’usine d’alumine, les membres de l’équipe peuvent voir la centrale thermique de Meyreuil, devant laquelle brûlent des pneus, signes de la contestation des ouvriers qui s’inquiètent de la fermeture de la chaudière à charbon ; plus loin une centrale au biogaz a été construite au-dessus de la décharge, pour en récupérer le méthane. « Le chemin des Energies », c’est ainsi que la mairie de Gardanne appelle la promenade passant par ces différents équipements, s’achève avec la centrale photovoltaïque inaugurée en 2014 sur un ancien terril. Un de nos accompagnateurs a un rire jaune… « Construire une centrale au biogaz n’est pas une mauvaise idée en soi, mais rien n’a été pensé correctement ». Résidant à proximité directe de la centrale, elle vit quotidiennement avec les mauvaises odeurs qui s’en dégagent, ce qui l’a décidée à créer une association de défense des habitants. La suite de l’après-midi, les membres de l’équipe regardent de plus près le vallon où les boues solides sont stockées depuis qu’elles ne peuvent plus être rejetées en mer. De vallon, il n’y a plus. Un immense plateau rouge s’étend sous nos yeux, témoignant de la quantité astronomique de déchets déjà déposés. Les boues apportées depuis 2012 viennent en effet s’ajouter à celles qui avaient déjà été entreposées là jusqu’en 1967, date à laquelle on avait décidé de les rejeter en pleine mer !

Le soir de la visite, les habitants de Gardanne, dont plusieurs engagés dans des associations locales, sont invités pour un atelier de Play-Back théâtre, à Biver, la banlieue où vivaient la plupart des mineurs avant la fermeture de la mine. Une trentaine de personnes sont là. Pour animer l’atelier, François Bousquet, membre de l’équipe, a fait venir de Montpellier la troupe de théâtre playback MAGMA dont il fait partie, rompue aux questions de mise en relation de la science avec la société. Le chercheur lance l’atelier de Play-Back Théâtre : les personnes du public sont invitées à raconter une histoire qui leur est arrivée en mettant l’accent sur ce qu’elles ont ressenti. Les acteurs, ensuite, rejouent l’histoire sous l’angle des émotions exprimées par le narrateur initial. Les langues se délient peu à peu : une personne du public raconte une randonnée marquée par l’attaque massive de tiques, une autre personne rapporte une balade familiale dans la neige gâtée par l’invasion bruyante de quads. Mouhamadou Diol, le membre sénégalais de l’équipe « Regards sur le rejet » témoigne de sa lutte, étant plus jeune, contre une conserverie installée dans son village natal. En fin de soirée, les intervenants en viennent progressivement à parler des nuisances olfactives de la centrale au biogaz et des démêlés liés à l’usine de transformation de la bauxite. A chaque fois, la troupe rejoue les émotions exprimées par l’auteur au fur et à mesure de l’évolution de l’histoire.

Outre cette rencontre avec les habitants, l’équipe se rend deux fois dans les calanques, où les rejets liquides de l’usine sont évacués à distance des côtes, au fond de la mer. L’équipe discute également avec le représentant d’une association très impliquée dans la création du parc national, le directeur de l’Observatoire Homme-Milieu du Bassin Minier de Provence, qui coordonne de nombreuses recherches dans la zone, un pêcheur de la Ciotat… L’ensemble de cette enquête leur permet de se forger une idée précise des problématiques en jeu. Et de construire le scénario de la représentation de Théâtre Forum. Deux représentations auront ensuite lieu pendant la résidence de l’équipe, dont celle à l’IMéRA, puis une autre à l’Equitable Café, Cours Julien. « Cela nous a permis de mettre beaucoup de joie dans des questions politiques difficiles, rapporte Juliette Rouchier, membre de l’équipe et économiste au CNRS. Au final, les gens se sont amusés tout en considérant que ce qu’on racontait était du sérieux. »

A l’Equitable Café, Cours Julien, la troupe de théâtre forum lors de la deuxième représentation.

L’équipe s’est séparée à la fin du mois de janvier avec l’intention de se retrouver pour une dernière représentation de Théâtre Forum devant les plus intéressés par le sujet, les Gardannais eux-mêmes (la représentation est prévue le 24 mai 2019 à 20h30 au lycée agricole de Gardanne). Le Parc des Calanques a sollicité l’équipe pour un autre projet, sur le thème de la « solidarité écologique ». En perspective également, l’idée d’aller voir Mouhamadou Diol chez lui, à Dakar, pour un projet similaire sur des problématiques locales. « Notre projet était aussi celui de convoquer le regard étranger sur ces rejets et les conflits qu’ils provoquent, souligne Juliette Rouchier, afin de décaler le point de vue. J’ai découvert que finalement tout le monde connaît le fonctionnement de ce type de conflit et que les argumentaires des uns et des autres (usine, opposants, administration, élus) sont presque connaissance commune. Diol a aussitôt reconnu des traits politiques universels liés à la corruption, l’intraitabilité de la norme, l’intérêt de l’industrie qui passe avant la protection des habitants. Tout le monde, dans l’équipe a reconnu cette universalité. »

En savoir plus sur le projet et l’équipe :

  • https://imera.univ-amu.fr/fr/system/files/cv_equipe_regards.pdf
  • https://imera.univ-amu.fr/fr/resident/equipe-regards-rejet

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.