“La dimension politique de la création musicale”, par Flavia Gervasi

Flavia Gervasi est Professeure Adjointe à la Faculté de Musique de l’Université de Montréal, en résidence à l’IMéRA du 12 septembre 2016 au 14 juillet 2017

Article publié dans Perspectives #15, journal du RFIEA (01/12/2016).

La world music trouve souvent dans le festival une plateforme de diffusion privilégiée, un lieu pour des rencontres interculturelles qui se matérialisent notamment par des créations musicales originales. Des notions telles que celles de festival, création, rencontre, associées à la world music, sont très rarement unies au sein d’un même cadre de réflexion et questionnées, ensemble, en fonction d’enjeux d’ordre historique, culturel, social, économique ou politique. L’étude de cas d’un festival musical, La Notte della Taranta, qui a lieu au sud de l’Italie, nous permet de mettre en relation ces trois termes – festival, création, rencontre – afin d’approfondir la question délicate et controversée, mais très actuelle, de la dimension politique de la création dans un festival de musiques du monde.

La Notte della Taranta existe depuis 1998. C’est un festival consacré à la mise en valeur des musiques traditionnelles du Salento, une sous-région située à l’extrémité de la région des Pouilles, au sud de l’Italie. Conçu par des administrateurs locaux prévoyants et créatifs, il constitue la mise en application d’un projet, sur le long terme, de valorisation du territoire par le biais de la culture et de la musique populaire salentines. La Notte della Taranta est désormais un festival reconnu sur le plan international, le succès public a été immédiat et inattendu. Année après année, le festival attire l’attention même hors région de critiques, de touristes et de spectateurs passionnés par les traditions musicales locales.

L’histoire de La Notte della Taranta constitue ainsi un modèle dans le domaine des politiques culturelles territoriales, et devient l’histoire du succès international d’un festival musical et de tout un territoire dont la reconnaissance est reliée à une réécriture créative, en termes textuels et musicaux, des répertoires et des chansons traditionnels locaux.

L’attachement à une tradition populaire comme celle paysanne fait de ce festival un événement culturel fortement enraciné dans l’histoire et la culture de la région, ce qui permet aux organisateurs et aux politiciens à la tête du festival d’y viser un élément d’attraction touristique, mais surtout une machine parfaite pour des opérations de marketing territorial. C’est pourquoi le festival doit pouvoir affirmer non seulement la portée artistique et esthétique du projet musical, mais aussi véhiculer une image définie du territoire qui puisse en même temps favoriser le tourisme. Quelle est cette image et quelles sont ses implications politiques ?

Read more here


flaviagervasi

Ethnomusicologue et professeure à l'Université de Montréal. Je suis intéressée, pour commencer, par les comportements musicaux de l'être humain. Résidente Iméra 2016/2017

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search