Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée

Inscrit dans le programme Méditerranée de l’IMéRA, le cycle « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée » est organisé en partenariat avec AMSE et la Villa Méditerranée, et coordonné par Raouf Boucekkine.

Après plus de quatre décennies d’apparente stabilité, les régimes arabes, que ce soit au nord de l’Afrique ou dans la péninsule arabique, ont été fortement secoués par une vague sans précédent de protestations populaires, une déferlante née au creux de l’ouest tunisien déshérité en janvier 2011 et qui a, en cascade, pour le moins remis en question les équilibres politico-économiques en place de Rabat à Manama. Cinq ans plus tard, la transition politique vers des démocraties stables que beaucoup d’observateurs entrevoyaient avec un optimisme béat s’enlise. Dans les pays où les dictatures en place ont été abattues (Tunisie, Egypte ou Libye), une mouvance d’obédience islamique, parfois même islamiste sectaire (Daesh en Libye par exemple), s’est installée si ce n’est au pouvoir, du moins comme force politique influente, jetant de ce fait ces pays dans une période d’incertitude ponctuée par des coups d’Etat comme en Egypte avec la retour de la junte militaire aux manettes et des Frères Musulmans en prison, une alternance et l’émergence d’une configuration de l’islam politique d’apparence inédite en Tunisie et un chaos politico-militaire persistant en Libye sur fond de violence sectaire et tribale. Les régimes toujours en place (Algérie, Maroc ou Syrie par exemple) sont soumis  à de fortes turbulences socio-politico-économiques, quand ce n’est pas à la guerre civile internationalisée dans le cas de la Syrie, qui les place dans une situation de vulnérabilité extrême. On est très loin de la transition accomplie et de la convergence à des équilibres politico-économiques stables !

Dans ce contexte d’incertitude qui ouvre tellement de pistes de réflexion intéressantes, voir fascinantes, l’IMéRA et AMSE proposent une série de conférences en collaboration avec la Villa Méditerranée. L’analyse économique standard résumant la dynamique institutionnelle à un jeu dynamique entre une élite maniant tour à tour le bâton et la carotte, et une population jaugeant l’opportunité ou non de se révolter à travers une action collective forcément coûteuse, ne peut capturer la finesse et les multiples dimensions des événements en cours au Sud de la Méditerranée. Ce cycle de conférences a pour ambition principale de proposer des cadres de réflexion qui collent au plus près aux réalités socio-économiques, politiques et culturelles des pays de la rive Sud de la Méditerranée, en mobilisant à la fois les approches de la science économique, de la science politique et de la sociologie politique. 

  • 20 septembre 2016, 19h : Ahmed Mahiou (ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger, ancien directeur de l’Institut d’études et de recherches sur le monde arabe et musulman) – Le monde arabe face à la mondialisation
  • 22 novembre 2016, 19h : Raouf Boucekkine (directeur de l’IMéRA, Aix-Marseille Université, GREQAM) – Algérie, rente pétrolière et réformes structurelles
  • 31 janvier 2017, 19h (à confirmer) : Amine Ait-Chaalal (professeur à l’Université Catholique de Louvain et codirecteur du Centre d’études des crises et conflits internationaux – CECRI) – Les Etats-Unis vis-à-vis des évolutions au Maghreb et Moyen-Orient depuis 2011 : acteurs ou spectateurs ?

Auteur : Raouf Boucekkine

Raouf Boucekkine est professeur à l’université d’Aix-Marseille, chercheur au Greqam (Groupement de recherche en économie quantitative d’Aix-Marseille) et directeur scientifique de l’Ecole d’économie d’Aix-Marseille (Aix-Marseille School of Economics – AMSE).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *