« L’hiver ne viendra peut-être plus », par Andrew Dobson

http://fellows.rfiea.fr/sites/default/files/styles/portrait_large/public/auteurs/dobson.2.jpg?itok=sRMeSUtK
Andrew Dobson,
résident IMéRA 2018-2019

Andrew Dobson, co-titulaire de la chaire sur le développement durable IRD/IMéRA, est Professeur d’écologie et de biologie de l’évolution à l’université de Princeton.

Andrew Dobson s’intéresse à l’impact des parasites et des maladies infectieuses sur les écosystèmes naturels du Serengeti, de Yellowstone et de la côte californienne. Ses recherches portent sur les interactions entre la perte de biodiversité, les maladies infectieuses et la pauvreté – les thèmes centraux des Objectifs du Développement Durable. Auteur de nombreux articles dans des revues scientifiques de premier plan, Andrew Dobson, qui a été formé à Oxford, à l’Imperial College de Londres et à Princeton, prépare actuellement un nouvel ouvrage sur le Serengeti.

Article paru dans Fellows#45 « Climat : plus que deux ans pour réagir », revue du RFIEA.

L’hiver ne viendra peut-être plus

Et s’il vient, ce sera de plus en plus souvent sous une forme très réduite. Comme une grande partie de l’hémisphère Nord l’a vu cette année, l’été, revanchard, pourra ensuite arriver avec beaucoup plus de force. Ce n’est pas une bonne nouvelle et, comme tout climatologue vous le dira, il ne s’agit certainement pas d’une fake news. Notre climat est en train de changer, massivement. Les émissions de gaz à effet de serre, qui sont dues à l’activité industrielle et à la conversion des forêts et des savanes en terres agricoles, en sont le principal moteur.

Notre compréhension scientifique de ce phénomène n’est pas parfaite, mais elle est aussi exacte que dans n’importe quel autre domaine de la science combinant des quantités massives de données, des expériences très largement reproduites et les mathématiques. Pour prévoir l’évolution du climat à mesure que nous ajoutons des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, nous utilisons exactement les mêmes modèles que pour les prévisions météorologiques, qui évaluent désormais précisément le temps qu’il va faire pendant les vingt à quarante-huit heures à venir. Si les modèles mathématiques des marchés monétaires avaient ce niveau de compétence prédictive, nous serions tous bien plus riches… Certains politiciens considèrent pourtant les traders comme des génies des mathématiques tout en dénigrant les climatologues. La raison ? Un mélange d’ignorance et de dons conséquents versés aux partis politiques par ceux qui ont intérêt à ne pas assumer la responsabilité du changement climatique.  Nous avons déjà connu ce type de situation lorsque les effets nocifs du tabac sur la santé ont commencé à être démontrés. Espérons que les entreprises qui nient les changements climatiques, alors qu’elles en sont responsables, finiront par faire face à des condamnations judiciaires comparables à celles dont écopèrent les cigarettiers. 

Politiciens discutant du changement climatique – Issaac Cordol

Cette fois-ci, la facture sera beaucoup, beaucoup plus salée. Peut-être que les politiciens qui ont accepté l’argent des compagnies pétrolières devront aider à payer la note, tout comme les enfants des magnats de l’industrie énergétique et leurs concubines politiques… Dans le cas du changement climatique, les « pêchés des pères » seront très largement récoltés par leurs descendants. Le règlement de compensations intergénérationnelles pourrait être nécessaire. Il s’agirait d’une jurisprudence majeure, le changement climatique pourrait donc également avoir un impact considérable sur notre système judiciaire.

Lorsqu’à la fin des années 1980, le débat sur le changement climatique a commencé, les preuves de celui-ci et ses conséquences possibles furent examinées dans de nombreuses réunions. Il serait instructif pour ceux qui cherchent à mettre en doute l’exactitude des prévisions de revenir en arrière et de lire certains de ces documents (notamment Dobson et Jolly en 1989, Schneider 1989, Peters et Lovejoy 1992, Root et Schneider 1995). Encore une fois, on aimerait que nos vénérés économistes soient aussi justes dans leurs prévisions…  Bon nombre des événements des dernières années avaient été prévus, annoncés dès les premières discussions sur le changement climatique : fonte de la banquise arctique, fréquence accrue des canicules estivales, changements importants des niveaux de précipitations annuels et saisonniers ayant une incidence sur les rendements agricoles et les prix des denrées alimentaires.

La seule erreur majeure de ces analyses fut qu’elles prévoyaient que ces impacts se produiraient beaucoup plus tard au cours du siècle. Les climatologues ne voulaient pas paraître inutilement alarmistes, mais ils croyaient aussi que le climat réagirait plus lentement à une accumulation de gaz à effet de serre. Selon moi, le plus effrayant au sujet du changement climatique est que tout ce qui arrive se produit beaucoup plus tôt qu’on ne l’avait prévu au départ. Comme le climat est un système hautement non linéaire, cela signifie que les événements météorologiques futurs atteindront rapidement de nouveaux extrêmes. Nous sommes face à un choix : enfouir la tête dans le sable de nos systèmes de croyances primitifs, ou essayer de précipiter le changement politique et social nécessaire pour ralentir le changement climatique, avant qu’il ne soit trop tard pour le renverser.

L’illusion de la solution du déplacement des zones exploitables

à première vue, les montagnes semblent être adaptées pour faire face au changement climatique. Si la planète se réchauffe, les communautés végétales et animales peuvent simplement se déplacer en amont et coloniser des régions qui correspondent au climat qu’elles connaissaient auparavant. Le problème ici est que la végétation montagnarde ne se disperse que très lentement et que les montagnes ont tendance à se rétrécir au fur et à mesure que l’on monte en altitude. Cela signifie que les habitats montagnards deviendront plus petits et abriteront des communautés moins diversifiées de plantes et d’animaux, si leur seul recours est de migrer vers le sommet.

Des défis beaucoup plus importants attendent les espèces qui vivent dans les prairies : les conditions climatiques auxquelles elles sont adaptées pourront se retrouver à plusieurs centaines de kilomètres. La qualité du sol y sera inévitablement moins bonne car il a été recouvert de couches de végétation plus minces, pendant des siècles. Les couches de sol dans lesquelles les plantes peuvent pousser y seront donc plus fines. Ce changement de la qualité du sol met également en péril l’illusion selon laquelle d’importantes zones agricoles pourraient émerger dans les régions autrefois boréales du Canada et de la Russie.

De même, l’accès accru aux ressources piscicoles dans l’Arctique sera sapé par le fait que la productivité marine dans les régions arctiques soit stimulée par la réfraction de la lumière dans les régions planctoniques à la lisière de la glace. Si la superficie de la banquise diminue, son périmètre se rétrécira et l’avenir de la pêche dans l’Arctique sera rapidement menacé.

Que peut-on faire pour ralentir le réchauffement climatique ? Soulignons tout d’abord qu’il n’existe pas de solutions technologiques simples et viables. Cela rend la résolution du changement climatique beaucoup plus ardue que celle du problème connexe des trous dans l’ozone atmosphérique, apparus au-dessus de l’Arctique et de l’Antarctique et laissant passer dans l’atmosphère des niveaux nocifs de lumière ultraviolette. Les industries qui ont créé le problème de l’ozone (en grande partie la réfrigération) avaient aussi la solution : remplacer les fluorocarbures par d’autres produits chimiques. Des régulations politiques ont pu être rapidement amorcées et adoptées, notamment via le Protocole de Montréal, car ceux qui avaient créé le problème pouvaient accroître leurs profits en épousant cette réponse.

Le changement climatique pose des défis politiques plus importants, qui nécessiteront certainement toute une série de solutions, comme l’ont souligné Pacala et Socolow en 2004 dans « Wedges: Solving the Climate Problem for the Next 50 Years with Current Technologies. » Certaines entreprises du secteur de l’énergie investissent dans l’énergie photovoltaïque, mais les subventions initiales qui ont contribué à son lancement ont été supprimées, en grande partie à cause des pressions politiques exercées par des entreprises qui peuvent continuer à gagner de l’argent avec le pétrole et le gaz. Ralentir et faire régresser le taux de conversion des forêts en terres cultivables constitue une autre option, qui nécessite une augmentation du rendement agricole, de sorte que davantage de cultures puissent être cultivées sur des terres déjà converties. Mais cela doit s’accompagner d’une reconversion importante, en particulier celle des terres agricoles et industrielles dégradées, qui devront être re-transformées en forêts et savanes couvertes de plantes aspirant le CO2 et le stockant dans le sol. En réponse au changement climatique, la restauration et la préservation des terres doivent également être entreprises de manière à permettre aux espèces végétales et animales de se disperser dans l’ensemble du paysage, pour éventuellement revenir en arrière, si nous parvenons à contrôler le changement climatique. Mais c’est un très grand « si ». Il requiert une volonté politique et une conviction sociale, qui ne seront ni l’une ni l’autre faciles à inspirer dans des systèmes qui nécessitent de nombreux cycles électoraux pour donner des résultats. Tout ce que nous entreprenons maintenant pour modifier le changement climatique n’aura pas d’effet avant au moins 25 ans. Il existe très peu de précédents pour légiférer sur des événements qui s’étendent sur des périodes aussi longues. Pourtant, les conséquences de l’inaction seront de plus en plus graves pour les enfants nés au cours de ce siècle. L’hiver pourrait ne pas venir du tout pour leur descendance, mais l’été se fera sans nul doute impitoyable. 

Traduction : Aurélie Louchart


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.