La construction de la personne dans le fait historique à l’époque des guerres de Religion

Compte-rendu du séminaire des 25-26 mai 2016

Par Nadine Kuperty-Tsur (Université de Tel-Aviv), résidente 2015-2016

Sur une proposition faite à Jean-Raymond Fanlo, professeur de Littérature et spécialiste du XVIe siècle français (AMU) ainsi qu’à son collègue, Jérémie Foa, historien et grâce au concours de l’IMéRA, nous avons pu organiser un colloque consacré à la construction de la personne dans le fait historique à l’époque des guerres de Religion. L’argumentaire sciemment interdisciplinaire du colloque a permis de mobiliser de nombreux collègues, littéraires, historiens et philosophes dont la qualité des contributions nous permet d’envisager de publier les actes de ces journées.

Le sujet a été retenu pour sa proximité avec la recherche soumise à l’IMéRA en 2016, tout comme pour l’intérêt que je porte au genre autobiographique, aux Mémoires notamment à ceux rédigés dans le sillage des guerres de Religion et autres périodes de troubles, comme la Fronde par exemple.

Les guerres de Religion ont suscité de nombreux témoignages de contemporains que la violence des événements ne pouvait laisser indifférents. Et ce, d’autant plus que les charges qu’ils exerçaient au sein de l’administration royale les mettaient au premier plan de l’action politique. Leurs écrits donnent à voir comment la scène politique sollicite leur intervention d’une part et comment cette intervention, mise en scène dans leurs récits rétrospectifs, façonne en retour l’image de leur personne. L’écriture pamphlétaire des guerres de religion jusqu’aux mazarinades inclues, illustre un autre plan de la construction (ou de la déconstruction) d’un personnage politique (d’Henri III à Mazarin) et/ou de ses victimes qui a été également abordé lors de ce colloque.

Présidée par Jean Boutier (EHESS, Centre Norbert Elias), la première séance a traité de la situation de l’individu entre histoire et politique. La communication de Jérémie Foa, (Telemme, AMU), intitulée : « Se dire et se penser comme acteur de l’histoire dans la France des guerres de Religion », a posé le cadre à la fois historique et psychologique de la problématique en partant de la question : Que peut la personne ?, et constatant qu’en dépit de leur sentiment d’impuissance, de nombreux individus ont ressenti l’obligation de s’engager, la gravité de la situation leur interdisant toute neutralité. Ce même engagement pousse aussi les hommes à prendre la plume et à dénoncer les méfaits des guerres de Religion. De pair avec la nouvelle conscience du rôle des hommes dans l’histoire, on constate la disparition du providentiel dans les historiographies de la Renaissance. Ce cadre posé, Jean Raymond Fanlo, (CIELAM, AMU) pouvait passer à « La notion de service chez Agrippa d’Aubigné et Jacques-Auguste de Thou ». La rédaction des écrits de ces deux serviteurs célèbres représente, selon lui,  un exercice spirituel afin de se déprendre des tensions et des conflits. Pour de Thou, écrire en latin signifiait prendre ses distances et témoigner du conflit religieux depuis le cabinet de l’humaniste, ce qui confère à son Histoire, l’autorité d’une vision sereine. Alors qu’Agrippa d’Aubigné se réclame de de Thou qui cite des sources protestantes, son style de fer est celui du soldat et son tempérament dissident marque aussi l’émergence d’une singularité qui s’exprime sur fond de crise aigüe, due au rejet du monarque. En clôture de cette première séance, Marie-Madeleine Fragonard, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, FIRL a rappelé que le théâtre était chargé de faire l’éducation rhétorique et analytique du public. Sa communication intitulée « Acteurs de théâtre, acteurs de l’histoire et analyse des choix personnels et politiques » a montré que les figurations théâtrales mettent en scène des personnages face à des situations historiques qui posent par exemple la question de savoir si le prince est juste ? S’il est maître de ses décisions ? Les monologues montrent la personne face à la complexité du choix politique et soulignent le sentiment de culpabilité, l’idée du destin et de la fatalité, débouchant sur la conscience du désastre.

Présidée par Marie Madeleine Fragonard, la seconde séance s’est ouverte avec la communication de Matthieu Gellard, (Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier), qui s’est penché sur « La mise en scène de soi dans les dépêches diplomatiques françaises des guerres de Religion » venant apporter le point de vue particulier des ambassadeurs au service de l’état. La fréquence du topos de l’ambassadeur ruiné pose la question de savoir si la nomination à une ambassade représentait une faveur ou un exil ? Ce qui apparait de façon sûre, c’est la liberté de parole du serviteur malheureux. Ainsi les missives des diplomates partagent de nombreux points communs avec les mémoires des serviteurs à la cour présentés par Bruno Tolaïni, (EHESS, centre Norbert Elias), dans sa communication sur « La double politisation des mémorialistes : des actes à l’écriture ».

Sous la présidence d’Isabelle LUCIANI, (Telemme, AMU), la session de la seconde journée était consacrée à l’Expression individuelle et à la configuration politique à la Renaissance. Jean Boutier, (EHESS, Centre Norbert Elias & AMU) bien connu pour ses travaux sur le Grand Tour des jeunes nobles européens, y a trouvé matière pertinente en montrant, à partir des récits de De Thou, Montaigne et de Duplessis-Mornay, les « Implications du voyage aristocratique dans la construction de la personne et de ses réseaux politiques ». Daniel MARTIN (CIELAM, AMU) a lui fait l’analyse d’un autre type de parcours celui du poète Guillaume des Autelz en y montrant l’influence des guerres de Religion : «Du pétrarquisme à l’engagement politique : l’itinéraire de Guillaume des Autelz ». Le fait que les femmes étaient exclues des charges officielles, expliquent que la majorité des communications aient été consacrées aux hommes, c’est pourquoi j’ai voulu montrer que dans ses Mémoires, Marguerite de Valois ne s’en tenait pas à donner un témoignage passif mais déclinait au contraire un éthos à la fois politique et féminin, soulignant la place jouée dans l’histoire et surtout celle, qu’en d’autres circonstances, elle aurait pu tenir.

En dépit de ses conséquences souvent tragiques, la politique prêtait souvent à rire, c’est donc avec le tournant pamphlétaire au XVIIe, la satire politique que nous avons poursuivi nos travaux. Melaine Folliard, (CIELAM, AMU) a traité de : « Sujets et personne dans le pamphlet de la première modernité » et Laura Bordes, (CIELAM, AMU) a abordé avec originalité la question de la voix du peuple dans sa communication intitulée : « La voix « des âmes gémissantes sous l’injuste fardeau de la tyrannie » dans les Mazarinades ». Le peuple y apparait moins comme une personne que comme une bête de foire vociférante qui se construit en contre-portrait de Mazarin, ennemi de la France ou encore face à la Reine qui trahit ses sujets. Par le biais du peuple, les pamphlets posent la lancinante question : comment vivre en temps de crise ? Sans quitter le cadre de la dissidence, Dimitri Albanese, (ENS, LYON), a proposé une analyse des écrits du baron de Blot : « Poésie et politique : l’obscénité frondeuse du baron de Blot (1605-1610) », montrant que l’écriture libertine sert une expression littéraire débouchant sur une contestation généralisée, s’opposant aux frondeurs eux-mêmes. S’élabore ainsi une personnalité littéraire par le biais de la contestation politique, médiatisée par l’érotisme et l’obscénité pamphlétaire.

A l’issue de ces parcours ancrés dans les XVIe et XVIIe siècles, nous avons voulu prendre un recul plus philosophique avec les deux dernières communications, celle de Stéphane Lojkine, (CIELAM, AMU) où il a analysé la figuration de « Sénèque et les fondements de l’engagement politique » en montrant sur la base d’une vaste iconographie allant du XIVe au XVIIIe siècles, la plasticité des représentations du philosophe, selon qu’on le considère comme un modèle de résistance au tyran ou bien d’hypocrisie. Sénèque, intellectuel engagé est en définitive le modèle qu’adoptera Diderot. Au lieu d’un point final, c’est avec la question de Joelle Zaks, philosophe (Amu et CNRS) que s’est achevé ce colloque, s’interrogeant sur ce : « Que peut la politique pour la réalisation de soi ? », s’appuyant notamment sur une lecture nouvelle de l’écrivain protestant Olivier de Serres (1600), rescapé de la guerre civile, pour qui la construction de soi s’élabore dans le service à l’autre, par le biais de l’étude de l’agriculture, contribution au bien-être des hommes.

A partir de l’oraison sur la dignité humaine de Jean-Pic de La Mirandole, la personne est définie comme un caméléon, se juchant au plus haut près des anges ou chutant au plus bas que bêtes sur l’échelle de la Création, selon qu’elle observe ou non les commandements religieux. Une génération plus tard, dans une époque traversée par une crise religieuse et politique d’une violence inouïe, on observe une floraison d’égo-écriture, que les auteurs consacrent au récit de leur parcours, de leur carrière pour mettre en valeur l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes et pet être aussi pour se justifier. Ces personnes se choisissent et font de la sphère civique ou littéraire leur domaine de définition élaborant ainsi les caractéristiques de la personne poétique, de la personne politique, de la personne altruiste, de la personne au théâtre, ainsi que celles du personnage féminin, mettant en évidence ses contraintes spécifiques. Pour le XVIIe siècle, les communications se sont orientées vers la construction de la personne dans l’écriture pamphlétaire, soit par l’usage d’un style particulier (obscénité et libertinage pour Dimitri), soit en personnifiant le peuple (Laura Bordes). Enfin, Stéphane Lojkine a passé en revue les avatars de la représentation de Sénèque témoignant de la construction d’une personne à chaque fois différente, selon les besoins pour lesquels la figure de ce philosophe est convoquée.

Nadine Kuperty-Tsur, Université de Tel Aviv.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.