L’esprit des accords d’Evian, par Amar Mohand-Amer

Amar Mohand-Amer (crédit photo : Ch. Delory)

Amar Mohand-Amer, chercheur en résidence à l’IMéRA en 2017-2018, a rejoint le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle situé à Oran en 2011 en tant que chercheur à la Division Socio-anthropologie de l’histoire et de la mémoire. Il a enseigné de 2013 à 2016 à l’Université Ahmed Ben Bella d’Oran. Membre de la Commission nationale d’agrément et d’homologation (Ministère de l’Éducation nationale) et de la Commission du Comité technique Sciences sociales et humaines de la Commission nationale algérienne pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO/Algérie), Amar Mohand-Amer fait également partie du Forum de Solidarité Euro-Méditerranéenne, de Lyon (FORSEM). Ses recherches portent sur l’histoire politique et l’histoire sociale, l’histoire dans sa dimension locale. Plus particulièrement, il s’intéresse à la situation coloniale, aux moments de rupture et de basculement, aux modes de résistance, des questions de légitimation et (dé)légitimation dans un contexte de crise politique, aux trajectoires et parcours personnels, à la violence en temps de guerre et à la mémoire.

Article paru dans Perspectives#17, revue du RFIEA.

La signature des accords d’Évian le 18 mars 1962 constitue un événement historique important dans l’histoire des relations entre l’Algérie et la France. En Algérie, ces accords sont perçus de façon ambivalente, et enclenchent à la fois, le processus d’indépendance nationale et l’implosion du FLN1 et de ses institutions. En France, 1962 est synonyme, dans ses représentations les plus visibles et démonstratives, du départ des Européens d’Algérie vers la France, des événements du 5 juillet à Oran ou des représailles dont ont été victimes des harkis. Le terme « harki » est utilisé ici dans un sens extensif : il regroupe tous ceux qui, pendant la guerre, ont été considérés par le FLN ou une partie de la population algérienne comme étant hostiles au projet de l’indépendance.

Les accords d’Évian ne furent ni une honteuse capitulation sans défaite de l’armée française, comme on a pu le lire dans un certain nombre d’ouvrages, ni un obstacle à une victoire militaire de l’ALN2, thèse qui a pu être soutenue au lendemain de l’indépendance. En 1962, la résolution du conflit ne pouvait être que politique, l’option militaire ayant montré ses limites. Les accords d’Évian sont un compromis dont le but est de répondre aux revendications principales du FLN (souveraineté nationale, intégrité du territoire, union de la Nation algérienne) et, en même temps, offrir des avantages économiques et militaires au gouvernement français et des garanties aux Européens, aux musulmans qui croyaient au projet d’une Algérie française et à ceux qui, pour une raison ou une autre, se sont retrouvés dans ce camp au moment de l’indépendance.

Ce qui caractérise les accords d’Évian, comme l’a écrit Raymond Aron en juin 1962, c’est qu’ils pouvaient réussir. Il y a cette espérance que, dans une situation très compliquée, ces accords pouvaient permettre à l’Algérie de dépasser ce cap historique dans les conditions les plus acceptables possible. Les accords offraient ainsi des outils adéquats à la réussite de la sortie de guerre : de nouvelles institutions politiques et militaires, des mécanismes juridiques favorables à la minorité européenne (sur trois ans), des engagements affirmés sur l’amnistie et le pardon.

Toutefois, le pari était difficile. Les négociateurs d’Évian étaient soumis à trois défis. Le plus urgent était l’OAS3, acteur incontournable en 1962 dont les principales cibles sont des civils : les Algériens et les libéraux européens. Autre défi plus technique et symbolique à la fois : comment faire cohabiter deux armées – l’armée française de 400 000 hommes et l’ALN – sur le territoire algérien, pour une période qui pouvait s’étendre au-delà de 1962 ? Enfin, le défi le plus problématique et le plus difficile à relever était de créer les conditions objectives garantissant une cohabitation pacifique entre tous les habitants d’Algérie.

Les archives en France et en Algérie permettent, aujourd’hui, de comprendre comment les négociations ont pu être menées, de déconstruire appréhensions et malentendus de cette période et de chercher à restituer un esprit, celui d’Évian.

L’esprit d’Évian, c’est avant tout une réelle volonté des deux parties de mettre fin à la guerre et d’arrêter les violences. C’est le sens à donner au blanc-seing qui a été donné par le FLN à ses négociateurs. La quasi-totalité des dirigeants du FLN avaient accepté le pré-projet des accords d’Évian. L’esprit d’Évian, c’est aussi, la confiance rétablie. N’oublions pas qu’Évian vient en dernière étape de toute une série de pourparlers officieux et officiels et d’événements politiques majeurs qui pouvaient provoquer des ruptures irréparables, à l’exemple de l’affaire Si Salah4.

L’esprit d’Évian, c’est également, le fait que le gouvernement français reconnaisse le caractère national du peuple algérien et l’intégrité de son territoire, ce qui rendait caduc tout projet de morcellement de l’Algérie sur des bases communautaires ou ethniques, et, de ce fait, neutralisait la stratégie de l’OAS et de tous ceux qui prônaient d’autres solutions en dehors du cadre gouvernement français/FLN. Évian est une vision, un projet qui devait faire oublier les affres de la colonisation et les blessures de la guerre, au profit d’une Algérie post-indépendante nouvelle.

Ce projet a bel et bien existé. Il était sérieux dans sa conception et s’appuyait sur des institutions solides : un gouvernement de fait, l’exécutif provisoire, seule autorité légale officielle de mars à septembre 1962, constituée, à parts égales de membres du FLN et de la société civile (Algériens et Européens) ; une armée de 40 000 à 60 000 hommes (la Force locale), formée d’appelés musulmans de l’armée française. En plus du maintien de l’ordre et la lutte contre l’OAS, la Force locale avait un objectif psychologique : rassurer et remettre de la confiance dans les relations entre les deux communautés.

Pourquoi en 1962, le FLN refuse-t-il la double nationalité aux Français après la période transitoire ? Parce qu’il considère que le fondement de cette indépendance, c’est le retour à la souveraineté nationale. La thèse du FLN est que l’Algérie préexistait à la conquête de 1830. Donc en 1962, ce n’est que le retour à la norme, la Nation algérienne ayant été mise sous le boisseau par le colonialisme pendant 132 ans. À l’indépendance, l’Algérie retrouve sa souveraineté. Il ne pouvait être question d’une souveraineté a minima pour les Algériens tandis que les Français auraient eu tous les droits dans un cadre politique.

Le FLN souhaitait-il le départ en masse des Européens ? La réponse est non. Le témoignage de l’un des plus prestigieux chefs du FLN, Lakhdar Bentobal corrobore cette affirmation : « Nous avons besoin de certains Français qui doivent rester chez nous ; nous le revendiquons parce qu’ils ont l’expérience que nous n’avons pas. Nous avons besoin de leur aide, mais pas des gros colons ». Selon ce témoignage et d’autres, on estimait à 500 000, au minimum, le nombre d’Européens qui allaient rester en Algérie. En mars 1962, ce chiffre était loin d’être fantaisiste et rares étaient ceux qui tablaient sur un départ massif. Une chose est sûre : les Algériens ne souhaitaient pas que huit Français sur dix quittent l’Algérie. Plus on monte dans la hiérarchie, plus la vision est positive et constructive. Ce qui importait le plus aux habitants de l’Algérie, c’était la fin de la guerre, la libération des prisonniers et le retour des réfugiés.

La fin de la guerre a été célébrée dans une grande liesse dans les villages et douars, mais pas dans les grandes villes où l’OAS était omniprésente. Dans les maquis, l’ALN de l’intérieur a été soulagée. Les combattants algériens voulaient revoir leurs familles et retrouver une vie normale.

Sur le plan des institutions, la passation s’est effectuée dans de très bonnes conditions. Le 3 juillet, les Français remettent le pouvoir à l’exécutif provisoire et, le 20 septembre, à l’Assemblée nationale. Peu d’incidents ont eu lieu entre les deux armées.

Venons-en à une des questions les plus importantes de cette période : celle des violences en 1962. Oui, il y a eu des violences, notamment à l’encontre des harkis. Toutefois, aucun texte du FLN, du GPRA5 ou du Bureau politique (BP) n’appelait à des représailles contre eux. En revanche, au niveau des wilayas, il y avait des directives allant dans le sens de la vengeance. Il y avait aussi des instructions officielles prônant le pardon et demandant aux moudjahidin de ne pas heurter la susceptibilité des harkis.

En signant les accords d’Évian, les dirigeants du FLN et de l’ALN étaient dans une logique d’apaisement. Les concessions qu’ils ont dû accepter en sont la preuve. Si le pari d’Évian n’a pas été tenu, c’est en raison des ressentiments qu’une guerre dure a attisés. Sortir de 132 ans de colonialisme sans séquelle était une gageure.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.