Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio

Professeur de philosophie à l’université de Turin, Enrico Donaggio est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2018. Il s’intéresse à l’impact des mutations contemporaines du travail sur la liberté et, plus largement, aux théories philosophiques et historiques de la modernité, aux théories du mal politique et aux théories critiques de la société. Auteur d’une centaine de publications, il a notamment écrit sur l’industrie culturelle à l’ère de Steve Jobs, assuré l’édition italienne du Nouvel esprit du capitalisme de Christian Boltanski et Eve Chiappello ainsi que plus récemment une nouvelle édition italienne du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de De la Boétie.

Article à paraître fin 2018 in « Rassegna italiana di sociologia »

Enrichissement et travail
À propos du dernier livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre*

*Enrichissement. Une critique de la marchandise, Collection NRF Essais, 2017

La tâche qui m’a été assignée par les organisateurs de ce débat sur le livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre est celle de mettre en relief des questions et des problèmes soulevés par une lecture d’inspiration marxiste, au sens large et non orthodoxe du terme, de cet ouvrage. Une lecture qui interroge le discours que les auteurs proposent dans les pages de l’Enrichissement selon un point de vue qui donne une importance décisive à des topoi classiques tels que : l’analyse de la marchandise et de sa structure ; la centralité du travail pour la formation de toute forme de valeur et de richesse. Thèmes en partie présents, en partie absents du livre pour des motifs que Boltanski et Esquerre déclarent clairement.

Du point de vue méthodologique il ne s’agit pas – il faut le préciser – d’une perspective de lecture extrinsèque ou étrangère aux sujets que le livre aborde. On ne choisit pas cette ligne d’interprétation et de questionnement pour une quelque forme de dogmatisme ; pour revendiquer – au delà de l’évidence – un prétendu monopole de la vérité à une position idéologique et épistémologique spécifique. Ce sont plutôt les arguments du texte et les dispositifs conceptuels mobilisés par Boltanski et Esquerre qui suggèrent, voire imposent, une confrontation avec cette approche. Et cela au moins pour trois raisons :

  1. puisque le thème principal posé au centre de l’ouvrage – les transformations du capitalisme contemporain liées à ses contradictions, aux nouvelles stratégies déployées pour générer encore davantage de profit, pour continuer malgré tout à créer et à accumuler de la richesse – est depuis toujours manifestement un motif crucial de l’analyse marxiste de la société ;
  2. puisque le point d’Archimède de ce discours sur l’enrichissement contemporain – la marchandise et ses structures, autant que les effets engendrés par l’extension puissante et imprévisible de son domaine – trouve sa justification canonique dans les pages initiales du Capital, incontournables même pour les auteurs du livre en discussion ;
  3. puisque l’effet de totalisation critique que le texte vise et arrive à produire s’inscrit dans une tradition méthodologique et d’histoire des idées qui trouve en Marx un de ses représentants les plus célèbres et exemplaires.

L’effet de totalisation critique qui vient d’être souligné est certainement un des éléments de grand intérêt – parfois de véritable admiration – du livre. Page après page un scénario d’époque, un tableau historique et social commence à prendre forme, à se dessiner devant les yeux du lecteur. Toute une série de phénomènes économiques qui exercent un poids et un pouvoir de plus en plus remarquable dans la vie des individus contemporains, dans notre condition occidentale, trouvent leur place dans une grande fresque, dans un diagnostic, dans une narration d’ensemble.

Tourisme, mode, luxe, art, culture. Dans leur texte Boltanski et Esquerre arrivent à saisir et à déchiffrer la logique et l’ontologie que ces sphères de la réalité et de l’action sociale – apparemment hétérogènes ou étrangères – ont en commun : ils sont les gisements d’une nouvelle forme de richesse. C’est la grande opération du livre et – on le reconnaît avec plaisir – on encore une fois affaire à de la grande sociologie au sens le plus noble et emphatique du terme. La formule « économie de l’enrichissement », articulée et déclinée chapitre après chapitre, permets en effet de forger les outils et le cadre conceptuel pour décrire et critiquer la constellation de phénomènes sociaux que les auteurs font émerger.

Le résultat principal de cette opération sociologique à grande échelle est avant tout un effet de réorientation gestaltique. Le paysage social prend une forme inédite, une configuration moins fragmenté et moins opaque de celle qu’il avait avant la lecture du texte. Mais ce n’est pas seulement cette puissance descriptive que ce livre vise à engendrer. C’est aussi un effet critique qu’il veut produire vis à vis de cette économie destiné à enrichir encore plus les plus riches. Cet effet critique s’avère cependant relativement modeste : le but final de l’opération n’est certainement pas celui de rendre la réalité décrite inacceptable, pour rappeler une formule qui a fait – à juste titre – de Luc Boltanski un maître à penser de la philosophie sociale contemporaine.

Dans une époque où, dans la plupart de cas, la sociologie est devenue une branche auto-référentielle de l’entreprise académique et où la critique sociale semble divisée d’une façon stérile entre un radicalisme vide et la platitude idéologique, on peut légitimement se demander si la modestie bien tempérée et riche d’éclairages empiriques qui oriente les pages de Boltanski et Esquerre doit être considérée comme une vertu ou comme une limite.

Une lecture d’inspiration marxiste doit cependant ajouter à cette bienveillance herméneutique le soupçon que la modestie qui caractérise la démarche et les résultats des auteurs soit en réalité une conséquence de la perspective d’analyse choisie. Un soupçon classique dans le domaine de la critique sociale qui voudrait rendre visible la série de prises de position – explicites ou implicites – qui donnent à l’Enrichissement son charme, son originalité, tout en le maintenant à une distance neutre du capitalisme réellement existent, du monde social tel qu’il est. Les paragraphes qui suivent se limitent à évoquer quelques exemples de ces options de méthode, de ces partis pris décisifs pour la tonalité générale du livre.

Le choix d’une analyse de la marchandise et d’une phénoménologie très raffinée de ses structures comme point de départ polémique contre une vision immatérielle de la société post-industrielle – une forme de vie qui au contraire submerge les individus avec une immense accumulation de choses – constitue le véritable mouvement d’ouverture matérialiste du livre et de sa stratégie. Mais l’éminence grise que Boltanski et Esquerre convoquent pour tracer ensemble la route dans le paysage du luxe contemporain n’est pas Karl Marx mais Fernand Braudel. Ce qui ne représente d’aucune manière – ça va sans dire – un crime de lèse majesté. Mais simplement – comme dans le cas de n’importe quel auteur élu comme compagnon de route – une option méthodologique et idéologique riche d’implications si l’on discute la problématique de l’enrichissement.

La thèse fondamentale de Braudel – son point de distinction et de désaccord par rapport à Marx – affirme que l’origine du profit capitaliste est dans la circulation, pas dans la production marchande. L’extraction de la plus-value de la force de travail – cette quasi-marchandise exceptionnelle – n’étant qu’une exception, une parenthèse « industrielle », dans la dynamique de longue durée du capitalisme. Ce n’est pas donc le travail mais la transaction, le passage de main – lié à des compétences complexes des acteurs et à une opacité structurelle du marché qui se cristallisent autour de la question du prix – qui détermine la mise en valeur d’un objet produit: « une chose, n’importe laquelle, se transforme en marchandise quand, dans une situation d’échange, un prix lui échoit ».

Un lecteur de l’Enrichissement pourrait se poser la question de la pertinence d’un postulat si riche de conséquences, qui coupe a priori, dès le départ, tout lien entre à la fois le prix et la valeur d’une marchandise – un objet de luxe dans ce cas spécifique – et le travail (ses conditions, ses acteurs) effectué pour la produire. Un lien qui pourrait activer – pas nécessairement de manière unique et old fashion – la constellation de concepts critiques que la tradition marxiste a mobilisé pour faire front aux pathologies qui affectent la production de richesse dans la société capitaliste, notamment l’aliénation et l’exploitation.

Luc Boltanski a déjà dédié son attention à ces catégories dans Le nouvel esprit du capitalisme, en instituant une distinction très féconde entre « critique artiste » et « critique sociale ». Il a aussi saisi avec lucidité les points faibles et contradictoires de cette boite à outils d’inspiration marxiste, surtout pour ce qui concerne le mythe de l’authenticité de la nature humaine qui hante – comme critère normatif implicite – l’idée d’aliénation. Les pages du Nouvel esprit consacrées à la disparition du vocabulaire de l’exploitation dans le champ du travail, en faveur d’une image idéologique de la société axée sur l’« exclusion » comme nouvelle catégorie de la négativité sociale, n’impliquent en revanche pas une liquidation intégrale de la thématique de l’exploitation.

D’une telle disparition portent par contre trace évidente les pages de l’Enrichissement. Un livre qui parle de la richesse et de sa création aujourd’hui sans au fond reconnaître un rôle central à l’activité et aux acteurs qui la produisent. Le diagnostic de la fin du travail – une fausse prophétie qui n’arrive jamais à s’auto-réaliser et qui fait son retour depuis l’origine du genre humain à chaque métamorphose profonde du travail – semble ainsi constituer la toile de fond d’un texte qui réduit finalement à une série de passages de main compétents le processus d’enrichissement de gisements de richesse qui sembleraient avoir été crées et produits exclusivement dans le passé ou par la nature.

L’unilatéralité de l’hypothèse est justifiée par les auteurs étant donné la typologie des marchandises qui font l’objet de leur analyse , des biens de luxe. Mais, pour se limiter à un seul exemple : peut-on aujourd’hui interpréter le tourisme sans insister sur son rapport constitutif avec la dimension du travail ? Le tourisme – comme le démontre bien le dernier livre de Marco D’Eramo, Il selfie del mondo. Indagine sull’età del turismo – n’est pas seulement une forme de consommation de quelque chose qui est déjà là ou un style de vie, une flânerie planétaire qui surferait sur un paysage existant depuis toujours. Il est, surtout ou au moins en partie, une industrie lourde (béton et acier, autoroutes et aéroports, hôtels et bateaux de croisière), qui impacte d’une façon de plus en plus violente et matérielle nos existences de prosumers, tout autant que l’environnement urbain et naturel que nous habitons.

Une industrie dans laquelle la plupart de travailleurs font l’expérience d’une précarité structurelle et d’une exploitation monstrueuse. Exactement comme les individus qui travaillent dans le domaine d’une gastronomie prêt-à-manger (les grèves et les conditions de travail impossibles chez Foodora, par exemple), dont les produits « authentiques » issus d’un« terroir » mythologisé à travers des narrations ad hoc, sont dans beaucoup de cas travaillés par des migrants clandestins ou par des véritables esclaves de la criminalité organisée (Italie du Sud, Espagne, Grèce). Une évidence qui restitue à la dimension du travail au moins une partie de sa visibilité, centralité et urgence dramatique ; et qui pourrait avoir des implications dignes de considération pour ce qui concerne la manière dont la richesse est produite et accumulée dans cette sphère de l’enrichissement contemporain.

Dans le cadre de la disparition du travail qui caractériserait l’économie de l’enrichissement, les auteurs semblent contempler une seule exception: le travail de mise en valeur comme mise en récit ; l’activité menée par les storyteller de chaque gisement de richesse à enrichir. Un type d’activité exemplaire de l’Occident contemporain. Un échange continu entre capital culturel et symbolique ; une quête d’authenticité pour fuir l’aliénation ; une auto-exploitation poussée à l’extrême. Selon Boltanski et Esquerre on aurait ici affaire à un nouveau prolétariat, à une classe de travailleurs qui pourrait s’émanciper en racontant sur ces marchandises de luxe des histoires différentes de celles qu’ils sont tenu de produire.

Des histoires alternatives à celles dominantes aujourd’hui, qui visent exclusivement à légitimer et à renforcer la dynamique d’enrichissement des plus riches que le livre décrit. On a là affaire à une brèche à travers laquelle le travail – ce continent d’expérience et d’espoir négligé ou expulsé par le texte – pourrait d’une certaine manière être réintroduit, en contrebalançant ainsi la modestie critique qui caractérise la grande entreprise de Boltanski et Esquerre. Les storyteller joueraient donc dans l’économie l’Enrichissement un rôle semblable à la fonction des cadres dans Le nouvel esprit du capitalisme.

En conclusion : le marxisme a créé un circuit, ou plutôt un court-circuit, entre une série d’éléments – marchandise, travail, valeur, prix, richesse, exploitation, aliénation, émancipation – qui formait une constellation instable, à la fois très séduisante et problématique (autant d’un point de vue politique que scientifique), modelée en dernière instance sur la quasi- marchandise, sur la marchandise exceptionnelle que nous sommes : la force de travail ; la vie que la plupart d’entre nous vend chaque jour de sa vie. Le résultat de ce court-circuit était la grande narration sur le travail comme vecteur collectif de liberté qui a dominé, en tant qu’une religion politique et sociale, l’époque de l’« invention du travail » (André Gorz). Aujourd’hui nous sommes capables de tirer le bilan aigre-doux de cette époque.

En lisant les pages de l’Enrichissement on a l’impression que tous les fils électriques qui ont permis le court-circuit à la base de cette glorification émancipatrice du travail ont été soigneusement coupé ou isolé. Avec grande honnêteté Boltanski et Esquerre déclarent que, contrairement à Marx, ils ne prétendaient pas faire deux métiers à la fois : hommes de science et critiques engagés de la société. Une question reste cependant ouverte : les phénomènes que le livre analyse et le scénario qu’il propose délégitiment-ils entièrement toute tentative de mise en valeur économico-politique et de mise en récit critique du rôle joué par le travail dans les processus de création de la richesse contemporaine ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.