Les vêtements usagés dans les circuits économiques globalisés, par Efren Sandoval Hernandez

Docteur en anthropologie sociale, Efrén Sandoval Hernández est professeur et chercheur au centre de recherches sociales (CIESAS) au Mexique. Il étudie les dynamiques transfrontalières et les migrations internationales au nord-est du Mexique, et a notamment publié Infraestructuras transfronterizas. Etnografía de itinerarios en el espacio social Monterrey – San Antonio. Après sa résidence de 10 mois à l’IMéRA en 2016-2017, il travaille actuellement sur un livre traitant du commerce transfrontalier et des marchandises de contrebande au nord-est du Mexique et au sud du Texas.

Article publié dans Fellows #39 « Glocalisation », revue du RFIEA.

La mondialisation n’est pas une tendance unilatérale, expansive ou envahissante. Il s’agit plutôt d’un processus dont la réalisation s’effectue de manière spécifique, en fonction des coutumes locales et des territoires sur lesquels il se produit. Cette répétition, comme le fait que l’on consomme du Coca Cola partout, n’est pas une conséquence de la mondialisation mais un aspect de celle-ci. La mondialisation ne peut être comprise sans prendre en compte les aspects locaux (culture, coutumes, contextes politiques, économiques et sociaux…), et ceux-ci doivent, à leur tour, être analysés comme une partie de la mondialisation. Les circuits commerciaux impliquant les populations de migrants offrent une perspective intéressante quant à cette intrication local-mondial (grandes distances géographiques parcourues, frontières traversées, formes d’économie « informelle »…).

Parmi ces circuits, le commerce de vêtements usagés revêt un intérêt particulier. D’une part, parce qu’il s’agit de marchandises qui, après avoir été portées, ont été données ou jetées. D’autre part, car leur consommation obéit à des spécificités locales : le goût, la mode, les règles qui prescrivent la façon dont les communautés locales s’organisent, la perception de la vie et du monde (par exemple ce que ces communautés pensent des endroits d’où proviennent les vêtements usagés). Dans certains pays, on privilégie la commercialisation de vêtements d’hommes, car la façon dont les femmes s’habillent est restreinte par des règles religieuses. Dans d’autres, en raison de l’importante inégalité entre les classes sociales, on achète surtout les vêtements usagés de marques reconnues mondialement. Ailleurs encore, les jeunes se vétissent pour suivre ou défier l’autorité des adultes. Le type de vêtements à distribuer et commercialiser varie considérablement selon les lieux.

Au niveau mondial, le commerce de vêtements usagés dépasse les 4,3 milliards de dollars (sans considérer la contrebande et le commerce non déclaré). Andrew Brooks, chercheur en géographie du développement au King’s College de Londres, a estimé en 2015 que le prix de la tonne de vêtements usagés se situait entre 1 000 et 1 500 dollars américains pour les articles non triés, et qu’il pouvait atteindre de 33 000 à 55 000  dollars américain pour ceux de qualité supérieure. Les États-Unis, le Canada, l’Angleterre et l’Allemagne sont parmi les plus grands exportateurs. En Angleterre, chaque année autour de 2 millions de dollars américains de vêtements usagés sont exportés. De l’autre côté de la chaîne, les principaux importateurs se trouvent en Afrique sub-saharienne, bien que les vêtements usagés du Nord arrivent sur tous les continents.

Les associations caritatives internationales (Emmaus, Humana, Oxfam, l’Armée du Salut, Goodwill) mais également des hommes d’affaires collectent les vêtements usagés qui, la plupart du temps, ont été donnés. Une chaîne d’intermédiaires se charge ensuite de transporter et trier les vêtements dans des zones où les salaires sont plus bas que dans les centres donateurs de vêtements usagés. Par exemple, on trie les vêtements européens en Tunisie, vêtements qui seront ensuite vendus dans ce même pays, dans d’autres pays du sud de l’Afrique ou du Moyen-Orient. Autre exemple, au sud de l’Espagne, on trie les vêtements en provenance d’Allemagne pour les exporter vers le Maroc, le Togo, ou le Paraguay. Quelque chose de similaire se passe en Europe de l’Est. Et à la frontière du Texas ce sont souvent des Mexicains travaillant illégalement qui trient les vêtements usagés venant de New York, vêtements qui passeront la frontière vers le Sud, comme contrebande. Les vêtements qui ne peuvent plus être réutilisés sont destinés au recyclage et ceux pouvant être réutilisés sont triés en différentes catégories allant de la très bonne qualité (qui inclut les vêtements de marques reconnues mondialement) aux vêtements tachés ou ayant beaucoup déteint. Ce tri obéit aussi à la destination finale des vêtements. Ceux de plus mauvaise qualité iront vers les pays les plus pauvres ou vers ceux où ils seront effilochés pour réutiliser leurs fibres, comme au Pakistan ou en Inde.

Être commerçant en vêtements usagés suppose de bien connaître les catégories, les goûts, les préférences et les tendances locales. C’est pour cela que de nombreux migrants participent à ce commerce. Ce sont eux qui réussissent à faire le lien entre exportateurs et importateurs. Dans certains pays d’Afrique par exemple, des groupes ethniques ont acquis des compétences commerciales et ils ont accès aux processus de tri qui ont lieu en Europe, de telle sorte qu’ils ont une influence sur le type de vêtements qui est exporté. Dans d’autres cas, des groupes familiaux, de concitoyens, de femmes ou de membres d’un groupe politique, contrôlent le passage des vêtements usagés à certaines frontières ou leur commercialisation dans les rues et sur les marchés populaires des villes les plus importantes de leur pays. Tout ceci montre l’importance des institutions sociales locales pour que l’économie des vêtements usagés suive son cours.

De leur côté, les consommateurs utilisent différemment les vêtements usagés venant du Nord. Dans les pays comme la Tunisie, les vêtements usagés évoquent positivement la mode et le mode de vie européen ; au Mexique, de nombreux employés de bureau complémentent leurs vêtements de travail (formels) avec des vêtements à bas coût et usagés ; dans certains pays d’Afrique les vêtements usagés sont apportés chez le tailleur pour qu’il en adapte le modèle aux usages locaux. Dans de nombreux pays, les vêtements usagés de meilleure qualité fonctionnent comme signe distinctif dans le cadre des profondes inégalités de classe propres aux pays du Sud.

Les circuits commerciaux et la consommation de vêtements usagés représentent une filière pour la circulation des vêtements jetés par les consommateurs du Nord et constituent une activité fondamentale pour comprendre, économiquement et socialement, le phénomène de la fast-fashion qui domine la production et la consommation mondiale de vêtements. Nous soutenons que la surproduction de vêtements dans le monde est calculée en tenant compte de l’existence des circuits commerciaux des vêtements usagés. Il s’agit là d’un exemple de la façon dont les économies « informelles » ou « traditionnelles » sont bien plus qu’une conséquence de la mondialisation : elles en font partie.

Le marché du prêt-à-porter a besoin d’un consommateur disposé à faire de l’espace dans son armoire pour la re-remplir immédiatement. En tant que consommateurs, nous sommes habitués à acheter et à jeter de vêtements. Ils n’ont jamais été aussi peu chers. Mais cela a un coût. Celui des bas salaires et conditions déplorables de travail dans les pays de fabrication. Le prix est aussi environnemental : la fast-fashion implique plus d’ordures. Or, les textiles de mauvaise qualité sont synonymes de matériaux synthétiques et non dégradables (ou à lente dégradation). Enfin, les associations caritatives reçoivent, de plus en plus, de vêtements de mauvaise qualité et en mauvaise condition (on prend moins soin de vêtements à bas coût). Ceux-ci sont plus difficiles à valoriser. Cela réduit la possibilité d’organisation de circuits d’économie circulaire, de recyclage de textile et de réutilisation de vêtements. Nous sommes tous engagés dans les circuits globalisés de textiles. S’en rappeler est nécessaire à chaque fois que nous achetons un vêtement.

Références
Brooks, Andrew, 2015, Clothing Poverty. The Hidden Worls of Fast Fashion and Second-hand Clothes, Londre, Zed Books.

Hansen, Karen Tranberg, 2000, Salaula. The World of Secondhand Clothing and Zambia, Chicago et Londre, The University of Chicago Press.

Mhango, Mary W. y Linda S. Niehm, 2005, « The second-hand clothing distribution channel : Opportunities for retail entrepreneurs in Malawi », Journal of Fashion Marketing and Management : An International Review, Vol. 9, No. 3, pp. 342 – 356.

Sandoval Hernández, Efrén (sous presse), « Pacas de a libra. Control territorial del comercio de ropa usada en la frontera de Texas y más acá », en Efrén Sandoval Hernández (ed.), Violentar la vida en el norte de México. Estado, tráficos y migraciones en la frontera con Texas, México, CIESAS.

Tarrius, Alain, 2002, La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Editions Balland.

Wolf, Erik, 1982, Europe and the People Without History, Berkeley, University of California Press.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *