3 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire IMéRA du 5 décembre 2017
Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire organisé dans le cadre du programme Rencontres entre Sciences et Humanités de l’IMéRA, dirigé par Pierre Livet.

Notes et réflexions de Pierre Livet sur les trois exposés (qui ont été précédés d’une introduction par Pierre Henry) et les questions soulevées dans les discussions. Chaque exposé fait l’objet d’un article dans le blog.

Article 1 – Xavier Le Pichon (Collège de France, Académie des Sciences) – Le très grand séisme de Tohoku et la catastrophe de Fukushima

Article 2 – Giulio Selvaggi (Directeur du. Centro Nazionale Terremoti, INGV)  More bad consequences from the L’Aquila 2009 earthquake: the lesson from the trial

Article 3 – NOTES SUR : Nazan Cömert-Baechler (Université de Marmara, Département Francophone des Sciences Politiques et Administration Publique)                                    Comment les connaissances scientifiques sont-elles communiquées et perçues publiquement ? Le cas du séisme potentiel d’Istanbul.

Mme Cömert-Baechler analyse l’évolution des politiques urbaines à Istanbul, leurs liens avec l’évolution des données scientifiques, et leurs effets sur la vie sociale urbaine. Ce sont les séismes de Marmara (Izmit/Kocaeli le 17 août faisant 18500 morts et 50000 blessés, et Düzce le 12 novembre) qui ont déclenché une rupture du fait de leur bilan et de leurs conséquences ainsi qu’une prise de conscience du danger de séisme pour Istanbul. On estime sa probabilité à 0,65 sur les 30 années suivant les séismes de 1999, mais évidemment on ne peut dire quand aura lieu ce séisme. Les séismes de Marmara ont mis en avant l’importance des recherches scientifiques sur la connaissance de la sismicité locale. S’est instauré depuis un débat public sur ces questions.
(Pierre Henry avait rappelé en introduction que sur cette faille, un segment proche d’Istanbul semblait présenter peu de chargement intersismique, alors que sur la côte même d’Istanbul, le chargement était observé. Ces informations, qui peuvent compliquer l’élaboration d’un consensus, ne sont pas prises en compte dans les estimations probabilistes actuelles).
La communication des estimations des scientifiques de l’époque a été chaotique, ce qui a décrédibilisé cette information. La population est en quête d’informations qui lui donnent des repères bien fixés, et l’information sur l’aléa ne peut en donner. La forte médiatisation des hypothèses scientifiques sur le séisme à venir (sur le lieu de rupture, sa magnitude, sa date, etc.) a fini par créer une routinisation de ce risque et, du fait que les informations disponibles reposent davantage sur des probabilités que des certitudes, a entrainé un accaparement du débat par des pseudo-experts autoproclamés qui, à défaut de contribuer utilement à ce débat, répondent au besoin croissant d’information de la population. Par exemple : le séisme aurait pu être prédit par l’éclipse solaire qui a eu lieu deux jours avant. Ou de type complotiste : le séisme avait une source artificielle. L’information se nourrit ici de l’imaginaire.

Par ailleurs les séismes de Marmara ont révélé les lacunes des données scientifiques sur la sismicité locale et l’absence d’intégration du risque sismique dans la politique d’aménagement du territoire. Par exemple le code de construction parasismique est resté en vigueur pendant 23 ans (entre 1975 et 1998), alors qu’il s’est construit énormément de bâtiments en béton sur cette période et que le code en question n’en tenait pas compte. Il ne reflétait notamment pas les caractéristiques du parc immobilier, ni les progrès importants en matière de paramètres techniques de construction. Malgré la demande des scientifiques pour l’adoption d’un code conforme à l’Eurocode en 1992, le changement ne s’est réalisé qu’en 1998.

Pour savoir si les séismes de Marmara ont suscité une prise de conscience institutionnelle on peut étudier deux périodes : la première, 1999-2007, est une période de transition qui voit l’émergence de projets de recherches scientifiques pluridisciplinaires sur la sismicité locale, notamment sur l’observation de la sismicité de la mer de Marmara. Parallèlement on observe les premiers ajustements législatifs en matière de gestion de la période post-catastrophe.
Pendant la deuxième période, à partir de 2007, les données obtenues grâce aux recherches scientifiques de la première période sont transformées en outils pour les décideurs publics à partir desquels s’appuie une politique de réduction du risque. On peut citer la préparation de cartes de micro-zonage pour Istanbul (entre 2007 et 2009) qui définissent des zones à risques, et constituent une base pour des projets urbains. Néanmoins leur réalisation partielle et fondée uniquement sur le risque sismique (en ignorant les autres) demeure une grande faiblesse pour une ville qui souffre d’une urbanisation incontrôlée.
Cette deuxième période est caractérisée par une nouvelle stratégie urbaine qui intègre le risque sismique dans la planification des villes et des changements structurels, notamment trois importants. Le premier est la promulgation de la loi sur la transformation des zones soumises aux risques de catastrophes qui incarne le visage de cette nouvelle stratégie. Mais malgré le consensus social sur la nécessité d’une loi de ce genre, la réalisation des projets reste très contestée en dépit du fait que les nouvelles constructions sont parasismiques. La population soupçonne notamment les autorités publiques de prendre le risque sismique comme alibi pour accélérer la gentrification urbaine. L’accent est mis sur la mise aux normes parasismiques. Les rénovations en ce sens doivent se faire par zones, donc de manière partielle, mais la décision de rénover telle zone ou microzone plutôt qu’une autre semble plus politique qu’appuyée sur les différences de risques.
Le deuxième changement est l’obligation d’un type d’assurance spécifique au séisme (DASK) qui avait pour objectifs de créer un fond spécifique et de susciter une prise de conscience au plan individuel. Mais en pratique les primes ne sont pas calculées sur la base d’une évaluation circonstanciée du risque sismique à une échelle adéquate, ce qui empêche la responsabilisation individuelle, et d’autre part la responsabilité des constructeurs n’est pas engagée dans le dispositif.
Le troisième changement est la création d’une Agence nationale des catastrophes en 2009, et l’élaboration de plans de prévention et d’intervention. Cette Agence était censée couvrir la prévention et la réduction des risques ainsi que l’intervention en cas de catastrophe. Mais l’excès de centralisation de ces trois tâches a débouché sur le fait que l’accent a été mis surtout sur les modes d’intervention en cas de tremblement de terre, plus que sur la prévention du risque.

Avant les séismes de Marmara peu de dispositifs étaient développés en matière de réduction du risque, et les lacunes des données scientifiques étaient importantes. Après ces séismes les recherches scientifiques ont permis de développer des outils et dispositifs de réduction des risques liés aux séismes grâce à une volonté politique combinée à des moyens économiques croissants. Néanmoins les modalités de mise en œuvre de ces dispositifs relèvent d’un consensus social qui fait encore défaut.

Réflexions et discussions (la plupart des discussions ont été menées en cours d’exposé et donc déjà intégrées dans les lignes précédentes)

Il semble donc que l’impulsion de planification et de traitement des risques soit tellement liée à la poursuite de l’essor économique (dans lequel le bâtiment joue un rôle important) que ces intérêts économiques l’emportent sur l’objectif de prévention des risques, ce qui nourrit les soupçons de la population. Or quand on pense à des complots on a tendance à croire de préférence d’autres sources que les versions « autorisées », et le lien avec les travaux scientifiques devient vraiment très lointain.

Une comparaison avec le Japon et l’Italie nous montre la même tendance à préférer laisser hors champ ce qu’on ne peut maîtriser et à se focaliser sur les objectifs courants. La volonté normative peut nous apparaître intermédiaire entre le programme japonais et les mesures italiennes, et elle est centrée ici sur un objectif de croissance économique – les constructions parasismiques permettant aussi des profits. La distance entre les normes affichées et les comportements des entrepreneurs est assez proche de celle de l’Italie.
On aura par ailleurs noté que les critiques du rapport japonais portent sur le mode même de société du Japon, et non pas centralement sur les scientifiques, alors que les juges italiens avaient commencé par en faire le maillon faible à réformer. En Turquie, si les informations données par les scientifiques contrecarraient des objectifs économiques, on ne sait quel serait leur sort, mais le rôle social qui leur est assigné semble très marginal.

Ces trois études sont emblématiques des problèmes que nous rencontrons tous pour tenir compte des aléas et incertitudes, et des difficultés que nous avons à donner aux travaux scientifiques qui les étudient leur juste influence sur nos pratiques.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.