2 – Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire IMéRA du 5 décembre 2017
Les séismes et leurs effets : la perception d’une connaissance incomplète 

Séminaire organisé dans le cadre du programme Rencontres entre Sciences et Humanités de l’IMéRA, dirigé par Pierre Livet.

Notes et réflexions de Pierre Livet sur les trois exposés (qui ont été précédés d’une introduction par Pierre Henry) et les questions soulevées dans les discussions. Chaque exposé fait l’objet d’un article dans le blog.

Article 1 – Xavier Le Pichon (Collège de France, Académie des Sciences) – Le très grand séisme de Tohoku et la catastrophe de Fukushima

Article 2 – NOTES SUR : Giulio Selvaggi (Directeur du. Centro Nazionale Terremoti, INGV)  More bad consequences from the L’Aquila 2009 earthquake: the lesson from the trial

Article 3 – Nazan Cömert-Baechler (Université de Marmara, Département Francophone des Sciences Politiques et Administration Publique) – Comment les connaissances scientifiques sont-elles communiquées et perçues publiquement ? Le cas du séisme potentiel d’Istanbul.

Selvaggi expose et analyse les conditions qui ont amené six scientifiques (dont lui-même) et le vice-chef du département de la Protection Civile De Bernardinis devant les juges après le séisme de l’Aquila, avec un premier verdict impliquant des peines de 6 ans de prison et des dommages et intérêts ! Ce verdict a été annulé en appel pour les six scientifiques parce que les faits pour lesquels les scientifiques étaient incriminés n’avaient pas été commis. La condamnation du seul Directeur du Département de la protection civile nationale, de Bernardinis, a été modifiée à deux ans conditionnels pour homicide involontaire.
Le séisme de l’Aquila (Région des Abruzzes) a été de magnitude 6,1 et a fait 309 morts. Les séismes en Italie, et particulièrement dans la région des Abruzzes, sont très fréquents et, malgré leur magnitude modérée, peuvent provoquer beaucoup de dommages (il y a 3 mois, un séisme de magnitude 3,6 a provoqué 2 morts à l’île de Ischia).
Les causes des dommages pendant le tremblement de terre sont presque toujours dues à des erreurs de construction, des erreurs de projet, de maintenance et des déficits de protection qui tiennent à l’ancienneté des immeubles italiens.

Trois conditions ont conduit au procès : une série de séismes en cours, une personne qui prédit des tremblements de terre et des autorités publiques mal préparées. Rien de scientifique, mais seulement une mauvaise gestion de la panique à travers une mauvaise communication.
Une semaine avant le choc principal, la Commission Grands Risques est appelée à faire des évaluations (Selvaggi, qui n’appartient pas à la Commission, doit fournir des données sur la sismicité). De Bernardinis, juste avant la réunion de la Commission, a donné une interview dans laquelle il a calmé la population en affirmant que la série de séismes en cours était une preuve de décharge d’énergie et donc un élément positif.
L’accusation affirme que c’est le message qui est sorti de la réunion de la Commission Grands Risques, et qui a été renforcé par une distorsion de ces propos par les médias.
Pour cette raison, l’accusation au procès a affirmé que les gens sont demeurés dans leurs maisons et sont morts parce qu’ils avaient été rassurés par ces propos.
Le procès de première instance s’est concentré sur la prévisibilité des tremblements de terre et le juge a affirmé dans la décision que le tremblement de terre du 6 avril pouvait être attendu à court terme en regardant l’évolution spatio-temporelle particulière de la série sismique, l’histoire de la ville de L’Aquila et la carte des dangers de séismes.
Le processus d’appel a finalement établi que les sismologues n’avaient pas fourni de conclusions rassurantes, mais que tout tenait à l’interview de De Bernardinis (qui a ensuite été condamné) et sa version simplifiée par les médias.

Cette affaire manifeste donc clairement la difficulté des scientifiques à faire comprendre la portée qu’ont leurs connaissances. Le public relie facilement science et prédiction – et ce qui nous intéresse dans notre vie de tous les jours, c’est la prédiction à court terme- alors que les connaissances dans ce domaine peuvent seulement indiquer des tendances sur le moyen et long terme. Les principes causaux peuvent être connus sans que le moment du déclenchement puisse être prédit.
Ces connaissances reposent sur des données précises (en particulier géodésiques) mais elles sont probabilistes. Cet exemple montre qu’il est très difficile de communiquer sur des données en incertitudes, où l’aléa joue un rôle. Selvaggi suggère que la communauté scientifique internationale rende plus explicites les positions qui sont consensuelles dans ces domaines, ce qui empêcherait au moins les juges de sélectionner l’article et la phrase qui leur plaît.
Ce type de situation peut se reproduire, avec des effets nocifs sur les relations scientifiques/public : les scientifiques auront intérêt à ne rien dire qui puisse ensuite permettre de les incriminer, et ils s’en tiendront à de la langue de bois. Or leurs avis sont nécessaires pour mieux orienter les mesures à prendre pour éviter de tels drames, et pour indiquer aux gestionnaires des communautés qui donnent les autorisations de construction ce qu’il ne faut pas faire (les zones de destruction des bâtiments étaient les mêmes que dans un précédent séisme).

Réflexions et discussions

En réponse à la suggestion de Selvaggi, d’indiquer des positions consensuelles qui puissent mieux cadrer les interprétations des juges, des juristes pourront rétorquer que c’est porter atteinte à la liberté du juge ! D’autres procès en France ont d’ailleurs montré que pour certains juges, il suffisait qu’un événement ait lieu peu après un autre pour qu’ils établissent un lien de causalité « au sens juridique », c’est-à-dire indiquant une responsabilité (vaccination contre l’hépatite et sclérose en plaque). Par ailleurs, l’exemple japonais montre que le consensus scientifique d’un moment peut avoir à être révisé. Mais la suggestion de Selvaggi ferait au moins que les scientifiques qui suivent le consensus seraient à l’abri de poursuites. La protection légale des chercheurs est d’ailleurs très précaire par rapport à celle d’autres corporations.
On peut se demander pourquoi en Italie, qui est un pays de séismes nombreux et récurrents, mettre au point de bonnes pratiques (de construction, mais aussi d’organisation des conseils aux populations en cas de séisme) semble si malaisé. Le contraste avec la société japonaise est patent : organiser un projet collectif de prévention y semble plus difficile. Les consensus sont temporaires. Les normes sont jugées flexibles et contournables. Pourtant il y a un point commun : une société peut vivre avec les séismes en se focalisant sur d’autres objectifs que leur prévention, justement parce qu’elle a « appris » à vivre avec sans pouvoir y faire grand-chose. Le cliché que nous avons sur l’Italie est que l’objectif sur lequel les individus ont tendance à se focaliser est que chacun tire parti au mieux des opportunités qui se présentent. On peut se demander dans quelle mesure les sociétés qui vivent avec les séismes ont tendance à adopter l’une ou l’autre de ces perspectives symétriques (projet collectif ou opportunisme astucieux, qui existent d’ailleurs toutes deux dans les deux sociétés citées, mais selon des représentations sociales différentes). Une étude des comportements en Californie permettrait peut-être d’envisager d’autres perspectives possibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *