SOL- mesures, 1ère session du cycle Pollution(s) et Solution(s)

Vidéo du séminaire du mardi 24 janvier 2017 (1h 22 mn)

SOL – mesures

Isabelle Laffont-Schwob (Ecotoxicologie et Bioremédiation – IMBE/ AMU-CNRS) & Julie Kmieckowiak (Paysagiste et Urbaniste)

Discutants : Christelle Rabier (historienne ; EHESS/Centre Norbert Elias) et Yves Noack (géochimiste ; CNRS, CEREGE ; dir. de l’OHM-BMP).

« L’inventaire des sites potentiellement pollués » (F. Ogé) laisse à penser que le territoire français est mité de zones à fortes teneurs en produits toxiques, qui ne sont pas toutes prises en charge comme elles le pourraient ou devraient. Comment détecter les sols dangereux, et que pouvons-nous faire pour que l’humain puisse se les réapproprier ?

Séminaire dans le cadre du cycle « Pollution(s) et Solution(s) » organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE), et qui se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle. Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le cycle repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit. Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.

Aline Veillat : « Penser de bas en haut, quand le sol prend la parole »

Aline Veillat, en résidence du 12 septembre 2016 au 14 juillet 2017,  est artiste et chercheur associé à la Haute Ecole d’Art et de Design Genève.

« Mon travail artistique porte sur deux problématiques : d’une part pour certaines réalisations j’interroge notre relation à la nature – ceci allant de question écologique au concept de Paysage (tel qu’il est envisagé en Art et comme schème perceptif) ; et d’autre part, pour d’autre réalisations j’interroge notre façon de réagir face à des faits de société ou d’évènements de l’actualité mondiale. Mais ces deux problématiques peuvent se confondre ». 

Extrait de la présentation de son projet le 15 septembre 2016 (6 mn 38).