« Travelscapes » par Cristina Corsi

Cristina Corsi (Fellow IMéRA/LabexMed 2015-2016) est professeur d’archéologie à l’université de Cassino, Italie.

Article paru dans Perspectives#14, revue du RFIEA.

Roads have always been addressed as formidable channels through which people, goods, news, ideas and cultures are transferred. They indeed constitute the ‘circulatory system’ of entities such as regions, states, or continents. They are means through which social, economic and cultural patterns are conveyed, and through which languages, traditions, religions, habits, fashions, musical practices and material culture are transmitted.

Medieval road networks have been studied mainly in their devotional meaning as pilgrimage routes. Innumerable publications investigated these aspects and highlighted the role played by these medieval ‘highways’ in building up the  European cultural identity. The plethorical literature on the pilgrimage routes to Santiago de Compostela is a shining example of that. This approach has been central in setting up networks of cultural institutions and in disseminating research outuputs (mainly through websites, such as http://www.saintjamesway.eu/ and http://whc.unesco.org/en/list/669 for the S. James Way, http://www.viefrancigene.org/en/, http://www.tastingeurope.com/routes/francigena and http://www.rivistaviafrancigena.it/en/ for the Francigena Way, to name but a few).
Most publications adopt an historical perspective rooted in the research of Johan Plesner, first published in 1938. This methodology was refined with the book of Thomas Szabó in 1992, and the works of Tiziano Mannoni (1983, 1992) highly contributed to a more structured archaeological-topographical approach.
Continuer la lecture de « « Travelscapes » par Cristina Corsi »

Aline Veillat : « Penser de bas en haut, quand le sol prend la parole »

Aline Veillat, en résidence du 12 septembre 2016 au 14 juillet 2017,  est artiste et chercheur associé à la Haute Ecole d’Art et de Design Genève.

« Mon travail artistique porte sur deux problématiques : d’une part pour certaines réalisations j’interroge notre relation à la nature – ceci allant de question écologique au concept de Paysage (tel qu’il est envisagé en Art et comme schème perceptif) ; et d’autre part, pour d’autre réalisations j’interroge notre façon de réagir face à des faits de société ou d’évènements de l’actualité mondiale. Mais ces deux problématiques peuvent se confondre ». 

Extrait de la présentation de son projet le 15 septembre 2016 (6 mn 38).

« Une génèse de l’Anthropocène », par Kevin Walsh

Kevin Walsh est Senior Lecturer en Archéologie du paysage (University of York, UK), en résidence IMéRA-EURIAS du 3 octobre 2016 au 28 juillet 2017.

Article publié dans Fellows#19, publication du RFIEA.

Anthropocène est souvent défini comme la période géologique marquée par les dépôts sédimentaires provenant directement de l’impact capital de l’humanité sur l’ensemble des systèmes environnementaux (géologiques, écologiques et climatiques). Pour beaucoup, cette période commence par la révolution industrielle, et s’accélère après la seconde guerre mondiale. Depuis les années 1950, on assiste à une augmentation sans précédent de la consommation des différentes ressources naturelles, avec pour conséquence directe l’augmentation considérable de la population mondiale.

L’Anthropocène est considéré par beaucoup comme un phénomène produit par l’impact de l’homme sur son environnement aux xixe et xxie siècles. Bien que cette description soit légitime et largement acceptée, il nous faut examiner la manière dont les interactions homme-environnement ont jeté très tôt les bases des changements récemment observés. En outre, en adoptant une description écologique de l’Anthropocène (en sus de la définition géologique), il nous faut également évaluer la création par l’homme de « nouveaux écosystèmes ». Ces nouvelles niches artificielles représentent une étape importante de l’Anthropocène, caractérisée par des environnements dégradés avec leurs conséquences géologiques. Pour citer Peter Verburg, spécialiste de l’espace environnemental et de l’Anthropocène : « Fondamentalement, l’Anthropocène définit l’émergence de systèmes socio-écologiques imbriqués, où les interactions homme-environnement sont non seulement bidirectionnelles, mais s’étendent également sur différentes échelles spatiales et temporelles. Dans cette optique, la pertinence d’une science complexe aboutissant à une nouvelle compréhension des interactions homme-environnement devient évidente ». Continuer la lecture de « « Une génèse de l’Anthropocène », par Kevin Walsh »

TRAVELSCAPES – « Landscape perception and unknown environments exploration »

Compte-rendu du séminaire du 2 juin 2016

Par Cristina Corsi (University of Cassino), résidente IMéRA-LabexMed 2015-2016

TRAVELSCAPES – Landscape perception and unknown environments exploration: New perspectives into Classical and Medieval journey

The workshop “Travelscapes” offered a programme that assembled experts from a broad range of disciplines, including archaeologists, geographers, cultural anthropologists, architects, sociologists, historians and experts of travel literature. It was indeed designed to implement the interdisciplinary approach that was the ‘pillar’ of the project that Cristina Corsi submitted at IMéRA. This interdisciplinary approach aimed also at fulfilling the main mission of the institution that fostered the project. Continuer la lecture de « TRAVELSCAPES – « Landscape perception and unknown environments exploration » »