« L’innovation en crise » par Patrick Juvet Lowe Gnintedem

Patrick Juvet LOWE GNINTEDEM, IMéRA Fellow 2012-2013, est Docteur/Ph.D. en droit, Enseignant-chercheur à l’Université de Dschang, lowe_patrick@yahoo.fr ; patrick.lowe@univ-dschang.org

Résumé : l’innovation souffre aujourd’hui du trop plein autant que du manque de pertinence. Quel sens convient-il de lui donner dans un tel contexte ? Pour le moins, la valeur de l’innovation s’apprécie à sa capacité à apporter des réponses durables aux crises traversées par la société.

Rien de nouveau sous le soleil !

Et devant le double regard émerveillé et inquiet de l’homme défilent continuellement les signes d’une profonde mutation de la société. Il en est le principal instigateur ; bonne ou mauvaise, cette mutation continuelle est le fruit de l’œuvre de re-création opérée par l’homme. Là se trouve, sans doute, le secret de son évolution : une incessante innovation qui, tirant les leçons du passé, prend pied dans le présent et se projette dans l’avenir.

A dire vrai, voir en l’innovation la clé de l’évolution des sociétés n’a rien de nouveau. En prenant progressivement conscience de ses capacités d’innovation, l’homme a cependant cru devoir conceptualiser un phénomène multiséculaire caractéristique de la nécessité de faire progresser l’humanité. Il lui a d’abord donné une portée restreinte en l’assimilant au progrès technique ou à l’idée d’innovation technologique. Depuis, le concept s’est élargi dans le domaine des activités économiques et dans divers autres domaines de la vie en société (santé, éducation…). Aujourd’hui, innover semble  davantage exprimer le désir de promouvoir un phénomène de mode moderne, voire postmoderne. Et le rythme des ‘innovations’ ou des productions se réclamant d’un tel substantif ne cesse de croître. Corrélativement l’on note, non sans étonnement, que le monde connaît des crises de plus en plus aigües. Mais ici encore, rien de nouveau sous le soleil ! Les sociétés, pourrait-on dire, ont toujours été à diverses étapes de leur évolution, en crise. Si elles ont survécu pendant tous ces millénaires, c’est qu’effectivement il a fallu chaque fois inventer ou réinventer des formules de sortie de crise. Alors, les crises contemporaines que traverse la terre des hommes ne dévoileraient-elles pas une autre, plus profonde, qu’il faut rechercher dans le sens aujourd’hui donné à la capacité innovatrice ?
Continuer la lecture de « « L’innovation en crise » par Patrick Juvet Lowe Gnintedem »

La transition énergétique vs les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs

Inscrit dans le programme « Energie » de l’IMéRA, le cycle interdisciplinaire « La transition énergétique vs les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » est coordonné par Béatrice Cointe (postdoc Amidex au LAMES et à BIP), Pierre Fournier  (LAMES), Marie-Thérèse Giudici (BIP) et Frédéric Rychen (GREQAM). Il est appuyé par le PR2I Energies (AMU).

Contact : giudici@imm.cnrs.fr

Diffusion video en streaming : activée les 17 février, 17 mars, 28 avril, 19 mai et 16 juin

Programme :

Vendredi 17 février 2017, 14h-17h à l’IMéRA : « La transition énergétique au regard de l’histoire : mythe ou réalité ? »,  Xavier Daumalin, historien, Aix-Marseille université (détails ci-dessous)

Vendredi 17 mars 2017, 14h-17h à l’IMéRA  :   « Une énergie sans pareille? L’électricité en conquête (XIX-XX s.)« , par Alain Beltran, historien, directeur de recherche CNRS, UMR 8138 IRICE) (détails ci-dessous)

Vendredi 19 mai 2017, 14h-17h à l’IMéRA  :    « Chimie et défis énergétiques du 21ème siècle », par Marc Fontecave, titulaire de la chaire de chimie des processus biologiques au Collège de France, membre de l’Académie des sciences

Vendredi 16 juin 2017, 14h-17h à l’IMéRA  :    « Débattre des transitions énergétiques », table ronde pour un bilan d’étape du séminaire en préparation de sa deuxième saison

ENTREE LIBRE – DOCTORANTS : inscription sur le site de la Direction de la Formation doctorale AMU- ADUM

Le séminaire se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de « la » transition énergétique, prenant garde à en discuter les conditions de possibilité.

INTENTION

Les intervenants sollicités ont été invités à construire leur intervention en réponse à un appel à vigilance vis-à-vis du mot d’ordre de transition énergétique : faut-il en effet tenir pour acquise la perspective d’une évolution douce, progressive des choix énergétiques, vers un horizon bien défini, laissant seulement à discuter le rythme et les étapes de cette évolution ? La traduction du « débat national sur la transition énergétique » de 2012-13 en loi du 17 août 2015 relative à « la Transition énergétique pour la croissance verte » pourrait le laisser penser. Cela mérite examen pour préciser les espaces d’incertitude et de choix qui rendent pluriels les futurs énergétiques compte tenu des nombreuses imbrications de problématiques autour du thème de l’énergie et cela requiert la mobilisation de compétences d’analyse variées.

Le problème ne se pose pas pour tous les pays de la même façon et, si l’on espère avancer des réflexions à l’échelle méditerranéenne, il faut se montrer attentif à la diversité de situations qu’on y rencontre, avec des pays à rente pétrolière ou gazière qui voisinent géographiquement et dans leurs modes de développement avec des pays totalement dépendants d’importations d’hydrocarbures. Continuer la lecture de « La transition énergétique vs les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs »