Amine Aït Chaalal : « Les Etats-Unis vis-à-vis des évolutions au Maghreb et Moyen-Orient depuis 2011 : acteurs ou spectateurs ? »

Conférence d’Amine Aït-Chaalal – Professeur à l’Université Catholique de Louvain et codirecteur du Centre d’études des crises et conflits internationaux – CECRI

Dans le cadre du cycle « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée » organisé en partenariat avec l’IMéRA, AMSE et la Villa Méditerranée, en collaboration avec la Commission Économique pour l’Afrique des Nations-Unies.

Mardi 31 janvier 2017 à l’IMéRA  – vidéo : 52 mm 11

Depuis 2011 les pays arabes sont touchés par une série de mouvements et de bouleversements politiques, socio-économiques et populaires de grande ampleur. Plusieurs dirigeants arabes ont quitté le pouvoir. Dans d’autres pays, la situation a évolué de manière parfois tragique et violente. De par l’importance du positionnement géostratégique des Etats-Unis au Maghreb et au Moyen-Orient, l’administration Obama a dû gérer ces multiples évolutions. L’enjeu est de savoir comment les  Etats-Unis ont fait face à ces mouvements et quelles ont été leurs modalités d’actions et de réactions.

Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée

Inscrit dans le programme Méditerranée de l’IMéRA, le cycle « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée » est organisé en partenariat avec AMSE et la Villa Méditerranée, et coordonné par Raouf Boucekkine.

Après plus de quatre décennies d’apparente stabilité, les régimes arabes, que ce soit au nord de l’Afrique ou dans la péninsule arabique, ont été fortement secoués par une vague sans précédent de protestations populaires, une déferlante née au creux de l’ouest tunisien déshérité en janvier 2011 et qui a, en cascade, pour le moins remis en question les équilibres politico-économiques en place de Rabat à Manama. Cinq ans plus tard, la transition politique vers des démocraties stables que beaucoup d’observateurs entrevoyaient avec un optimisme béat s’enlise. Dans les pays où les dictatures en place ont été abattues (Tunisie, Egypte ou Libye), une mouvance d’obédience islamique, parfois même islamiste sectaire (Daesh en Libye par exemple), s’est installée si ce n’est au pouvoir, du moins comme force politique influente, jetant de ce fait ces pays dans une période d’incertitude ponctuée par des coups d’Etat comme en Egypte avec la retour de la junte militaire aux manettes et des Frères Musulmans en prison, une alternance et l’émergence d’une configuration de l’islam politique d’apparence inédite en Tunisie et un chaos politico-militaire persistant en Libye sur fond de violence sectaire et tribale. Les régimes toujours en place (Algérie, Maroc ou Syrie par exemple) sont soumis  à de fortes turbulences socio-politico-économiques, quand ce n’est pas à la guerre civile internationalisée dans le cas de la Syrie, qui les place dans une situation de vulnérabilité extrême. On est très loin de la transition accomplie et de la convergence à des équilibres politico-économiques stables ! Continuer la lecture de « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée »