Pollution(s) et solution(s)

Inscrit dans le programme « Développement durable », le séminaire interdisciplinaire art-science « Pollution(s) et solution(s) » est coordonné par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; associée au GREQAM, AMSE).

Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le séminaire se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle.

Il repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit.

Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.
Continuer la lecture de « Pollution(s) et solution(s) »

Yesser Hadj Belgacem : « Morphogens as regulators of synapse plasticity in the central nervous system »

Yesser Hadj Belgacem, résident IMéRA-Inserm du 12 septembre 2016 au 27 janvier 2017, est neurobiologiste, chargé de projet à l’Université de Californie, Davis.

Extrait de la présentation de son projet le 22 septembre 2016 (4 mn 33).

Politique scientifique et stratégie de l’IMéRA, par Raouf Boucekkine

Economiste, professeur des Universités (AMU) et membre senior de l’Institut universitaire de France, Raouf Boucekkine est directeur de l’IMéRA depuis septembre 2015 – Article publié dans Perspectives #15, journal du RFIEA (01/12/2016).

Après l’incorporation de l’IMéRA dans Aix-Marseille Université (AMU) en 2013, l’institut a connu des mutations profondes grâce à un environnement scientifique et institutionnel plus favorable, qui a en particulier conduit à la mise en œuvre d’un mode de sélection des résidents répondant aux plus hauts standards internationaux. L’inauguration d’un nouveau bâtiment en juin 2015 a permis à l’IMéRA d’atteindre sa capacité d’accueil de 140 mois-chercheurs par an. La vingtaine de résidents présents développe une activité scientifique intense qui se traduit notamment par l’organisation de nombreux événements scientifiques. Cette évolution véritablement positive de notre institut nous oblige à aller de l’avant pour parachever sa transformation en authentique institut d’études avancées de taille et vocation internationales, et assurer sa pérennité dans un contexte budgétaire encore indéfini. Afin de répondre à ces défis, une nouvelle stratégie scientifique a été mise en place en septembre 2016.
Continuer la lecture de « Politique scientifique et stratégie de l’IMéRA, par Raouf Boucekkine »

« La dimension politique de la création musicale », par Flavia Gervasi

Flavia Gervasi est Professeure Adjointe à la Faculté de Musique de l’Université de Montréal, en résidence à l’IMéRA du 12 septembre 2016 au 14 juillet 2017

Article publié dans Perspectives #15, journal du RFIEA (01/12/2016).

La world music trouve souvent dans le festival une plateforme de diffusion privilégiée, un lieu pour des rencontres interculturelles qui se matérialisent notamment par des créations musicales originales. Des notions telles que celles de festival, création, rencontre, associées à la world music, sont très rarement unies au sein d’un même cadre de réflexion et questionnées, ensemble, en fonction d’enjeux d’ordre historique, culturel, social, économique ou politique. L’étude de cas d’un festival musical, La Notte della Taranta, qui a lieu au sud de l’Italie, nous permet de mettre en relation ces trois termes – festival, création, rencontre – afin d’approfondir la question délicate et controversée, mais très actuelle, de la dimension politique de la création dans un festival de musiques du monde. Continuer la lecture de « « La dimension politique de la création musicale », par Flavia Gervasi »

« Produire du langage », par Guy Lapalme

Guy Lapalme est Professeur d’informatique à l’Université de Montréal, en résidence à l’IMéRA du 20 février au 14 juillet 2017

Article publié dans Perspectives #15, journal du RFIEA (01/12/2016).

Produire du langage consiste à réaliser un but non linguistique sous forme de langue (mot, phrase, texte). La tâche est complexe et peut-être vue sous différents angles : linguistique, psycholinguistique, informatique. Dans ce dernier cas, on peut envisager la création de programmes effectuant la tâche de manière complètement automatique, ou, au contraire, de manière interactive. La machine assiste alors l’être humain dans une des étapes menant du but à la réalisation linguistique : idéation, structuration d’idées et expression (accès lexical).

Je travaille depuis plusieurs années avec Michael Zock au LIF-CNRS (Marseille) sur la production interactive du langage pour créer des outils assistant un être humain à structurer et communiquer ses idées en langue (maternelle ou étrangère). Continuer la lecture de « « Produire du langage », par Guy Lapalme »

Jakob Madsen présente ses recherches en résidence

Jakob Madsen (Professor, Department of Economics, Monash University), résident IMéRA-AMSE de septembre à décembre 2016, explique les avancées de ses recherches sur le projet « Economic growth and the origins of economic development » (6 mn 45 s).

Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée

Inscrit dans le programme Méditerranée de l’IMéRA, le cycle « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée » est organisé en partenariat avec AMSE et la Villa Méditerranée, et coordonné par Raouf Boucekkine.

Après plus de quatre décennies d’apparente stabilité, les régimes arabes, que ce soit au nord de l’Afrique ou dans la péninsule arabique, ont été fortement secoués par une vague sans précédent de protestations populaires, une déferlante née au creux de l’ouest tunisien déshérité en janvier 2011 et qui a, en cascade, pour le moins remis en question les équilibres politico-économiques en place de Rabat à Manama. Cinq ans plus tard, la transition politique vers des démocraties stables que beaucoup d’observateurs entrevoyaient avec un optimisme béat s’enlise. Dans les pays où les dictatures en place ont été abattues (Tunisie, Egypte ou Libye), une mouvance d’obédience islamique, parfois même islamiste sectaire (Daesh en Libye par exemple), s’est installée si ce n’est au pouvoir, du moins comme force politique influente, jetant de ce fait ces pays dans une période d’incertitude ponctuée par des coups d’Etat comme en Egypte avec la retour de la junte militaire aux manettes et des Frères Musulmans en prison, une alternance et l’émergence d’une configuration de l’islam politique d’apparence inédite en Tunisie et un chaos politico-militaire persistant en Libye sur fond de violence sectaire et tribale. Les régimes toujours en place (Algérie, Maroc ou Syrie par exemple) sont soumis  à de fortes turbulences socio-politico-économiques, quand ce n’est pas à la guerre civile internationalisée dans le cas de la Syrie, qui les place dans une situation de vulnérabilité extrême. On est très loin de la transition accomplie et de la convergence à des équilibres politico-économiques stables ! Continuer la lecture de « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée »

Gabriella Crocco : « Théories, modèles et bricolages »

Conférence de Gabriella Crocco, Professeur de philosophie à Aix-Marseille Université, membre du CEPEC (AMU/CNRS), dans le cadre du cycle de conférences « Structures, Models, World » organisé par Fausto Fraisopi (résident de l’IMéRA 2015-2016 ; Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), en partenariat avec le CEPERC.