Guy Lapalme : « la production interactive de langage par et pour un agent intelligent »

Professeur d’informatique à l’Université de Montréal, Guy Lapalme est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2017 pour développer un projet sur « la production interactive de langage par et pour un agent intelligent ».

Extrait de la présentation de son projet le 23 février 2017 – 6 mn 8 s.

Des nouvelles de Tim Perkis, résident 2012-2013

Tim Perkis est musicien, compositeur et chercheur, pionnier de la musique électronique en réseau. Lors de son séjour à l’IMéRA, il a mené un projet sur la sonification des données complexes en collaboration avec le laboratoire de Physique des interactions ioniques et moléculaires (PIIM – AMU, CNRS, Marseille).

Il nous donne des nouvelles de ses travaux les plus récents, dont un projet en collaboration avec un autre ancien résident de l’IMéRA, Scott Gresham-Lancaster (Fellow 2011-2012).

« In 2016 former IMéRA fellow Tim Perkis was engaged in a year-long research project working on the sonification of fMRI human brain data at the University of Texas in Dallas, in conjunction with Dr. Roger Malina, of UTD’s school of Art, Technology and Emergent Communication, Dr.Gagan Wig of UTD’s Center for Vital Longevity,  and former IMeRA fellow Scot Gresham-Lancaster. Dr. Wig’s lab studies changes in how different areas of the brain communicate as people age, and the project, funded by the Defense Advanced Research Projects Agency, was dedicated to exploring new ways to experience patterns in this data through the development of sonic representations of it. The work focused on developing tools for not only potential medical diagnostic and scientific analysis purposes, but also for artistic sonification, as a source of patterns for employment in musical performance.

2017 finds former IMéRA fellow Tim Perkis launching into a 3-year research project on systemic musical improvisation with researchers Dr. Palle Dahlstedt (Aalborg University, Denmark) and Dr. Per Anders Nilsson (University of Gothenberg, Sweden), funded by the Swedish Research Council. The work is a continuation of Dahlstedt’s and Nilssons’s long-term research into technology-mediated musical creativity and performance, and Perkis’ long experience as musical improviser and pioneer in the field of networked electronic music, focusing  specifically on the use of technological systems to interact with, enhance and structure the work of musical ensembles engaged in live group composition ».

Ecritures numériques : déconstruire le média ? – séminaire du cycle Recherche, Arts et Pratiques numériques

« Ecritures numériques : déconstruire le média ? » – 16 novembre 2016 – durée : 1h 24mn

Avec  Antoine Gonot, SATIS (AMU) et LMA (CNRS), Douglas Edric Stanley, artiste, Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence et HEAD (Genève) et Céline Masoni Lacroix, Université de Nice Sophia Antipolis, URE Transitions, Medias, Savoirs, Territoires.

Ce séminaire est organisé dans le cadre du cycle « Recherche, arts & pratiques numériques » à l’IMéRA.

Comité d’organisation : Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias – CNRS/AMU/EHESS), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) et Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU).

INTERVENTIONS du 16 novembre 2016 Continuer la lecture de « Ecritures numériques : déconstruire le média ? – séminaire du cycle Recherche, Arts et Pratiques numériques »

Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions »

Pierre Livet, directeur du programme « Rencontres entre sciences et humanités » de l’IMéRA, est professeur de philosophie émérite à l’université d’Aix-Marseille, ancien directeur du CEPERC (AMU/CNRS).

  1. L’évolution des attitudes du public à l’égard des propositions scientifiques

Dans ce texte, le terme de « public » va être utilisé dans des acceptions qui peuvent différer. En général, il s’agit de personnes à qui les scientifiques, par différents médias, présentent leurs résultats, mais qui n’ont pas les compétences des scientifiques spécialisés dans le domaine des résultats en question. Ces personnes ne sont pas simplement passives – elles doivent au moins prêter une attention même distraite aux présentations des résultats. Elles peuvent réagir – par de l’intérêt, ou des résistances, etc. Et d’autres acteurs, qui font cependant aussi partie du public (comme les acteurs des médias1 et les politiques), peuvent s’appuyer sur ces réactions pour avoir des attitudes plus actives envers les scientifiques, qu’ils les encouragent, les subventionnent, ou au contraire mettent des obstacles à leurs activités. Les scientifiques eux- mêmes, quand ils ne sont pas des spécialistes du domaine propre aux résultats, font partie de ce « public ».

Les attitudes liées à la réception des propositions et résultats scientifiques dans ce public ne sont pas homogènes. Des résultats qui n’ont pas d’impacts sur la vie des gens, et qui ne sont pas non plus en contradiction avec les perceptions usuelles, suscitent une acceptation de principe, mais aussi un intérêt limité. Des résultats qui n’ont pas d’impact mais sont en contradiction avec nos perceptions donnent lieu à une acceptation majoritaire, mais aussi à des dénis minoritaires (tout le monde ne croit pas que la Terre tourne autour du soleil). Des résultats qui ont des impacts directs et permettent de produire des objets techniques attractifs suscitent  l’intérêt et la demande. Des résultats qui alertent sur les problèmes posés par notre mode de vie usuel et qui exigeraient des réformes importantes suscitent la suspicion, voire le refus. Des contre- expertises qui mettent en doute certaines affirmations scientifiques dans des domaines où il y a une certaine dispersion des données observées, et où le public peut donc rencontrer des contre- exemples –même peu nombreux- entraînent le doute envers les scientifiques et suscitent un scepticisme assez généralisé. Continuer la lecture de « Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions » »

SOL- mesures, 1ère session du cycle Pollution(s) et Solution(s)

Vidéo du séminaire du mardi 24 janvier 2017 (1h 22 mn)

SOL – mesures

Isabelle Laffont-Schwob (Ecotoxicologie et Bioremédiation – IMBE/ AMU-CNRS) & Julie Kmieckowiak (Paysagiste et Urbaniste)

Discutants : Christelle Rabier (historienne ; EHESS/Centre Norbert Elias) et Yves Noack (géochimiste ; CNRS, CEREGE ; dir. de l’OHM-BMP).

« L’inventaire des sites potentiellement pollués » (F. Ogé) laisse à penser que le territoire français est mité de zones à fortes teneurs en produits toxiques, qui ne sont pas toutes prises en charge comme elles le pourraient ou devraient. Comment détecter les sols dangereux, et que pouvons-nous faire pour que l’humain puisse se les réapproprier ?

Séminaire dans le cadre du cycle « Pollution(s) et Solution(s) » organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE), et qui se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle. Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le cycle repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit. Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.

« L’innovation en crise » par Patrick Juvet Lowe Gnintedem

Patrick Juvet LOWE GNINTEDEM, IMéRA Fellow 2012-2013, est Docteur/Ph.D. en droit, Enseignant-chercheur à l’Université de Dschang, lowe_patrick@yahoo.fr ; patrick.lowe@univ-dschang.org

Résumé : l’innovation souffre aujourd’hui du trop plein autant que du manque de pertinence. Quel sens convient-il de lui donner dans un tel contexte ? Pour le moins, la valeur de l’innovation s’apprécie à sa capacité à apporter des réponses durables aux crises traversées par la société.

Rien de nouveau sous le soleil !

Et devant le double regard émerveillé et inquiet de l’homme défilent continuellement les signes d’une profonde mutation de la société. Il en est le principal instigateur ; bonne ou mauvaise, cette mutation continuelle est le fruit de l’œuvre de re-création opérée par l’homme. Là se trouve, sans doute, le secret de son évolution : une incessante innovation qui, tirant les leçons du passé, prend pied dans le présent et se projette dans l’avenir.

A dire vrai, voir en l’innovation la clé de l’évolution des sociétés n’a rien de nouveau. En prenant progressivement conscience de ses capacités d’innovation, l’homme a cependant cru devoir conceptualiser un phénomène multiséculaire caractéristique de la nécessité de faire progresser l’humanité. Il lui a d’abord donné une portée restreinte en l’assimilant au progrès technique ou à l’idée d’innovation technologique. Depuis, le concept s’est élargi dans le domaine des activités économiques et dans divers autres domaines de la vie en société (santé, éducation…). Aujourd’hui, innover semble  davantage exprimer le désir de promouvoir un phénomène de mode moderne, voire postmoderne. Et le rythme des ‘innovations’ ou des productions se réclamant d’un tel substantif ne cesse de croître. Corrélativement l’on note, non sans étonnement, que le monde connaît des crises de plus en plus aigües. Mais ici encore, rien de nouveau sous le soleil ! Les sociétés, pourrait-on dire, ont toujours été à diverses étapes de leur évolution, en crise. Si elles ont survécu pendant tous ces millénaires, c’est qu’effectivement il a fallu chaque fois inventer ou réinventer des formules de sortie de crise. Alors, les crises contemporaines que traverse la terre des hommes ne dévoileraient-elles pas une autre, plus profonde, qu’il faut rechercher dans le sens aujourd’hui donné à la capacité innovatrice ?
Continuer la lecture de « « L’innovation en crise » par Patrick Juvet Lowe Gnintedem »

Aline Veillat : « Penser de bas en haut, quand le sol prend la parole »

Aline Veillat, en résidence du 12 septembre 2016 au 14 juillet 2017,  est artiste et chercheur associé à la Haute Ecole d’Art et de Design Genève.

« Mon travail artistique porte sur deux problématiques : d’une part pour certaines réalisations j’interroge notre relation à la nature – ceci allant de question écologique au concept de Paysage (tel qu’il est envisagé en Art et comme schème perceptif) ; et d’autre part, pour d’autre réalisations j’interroge notre façon de réagir face à des faits de société ou d’évènements de l’actualité mondiale. Mais ces deux problématiques peuvent se confondre ». 

Extrait de la présentation de son projet le 15 septembre 2016 (6 mn 38).

Amine Aït Chaalal : « Les Etats-Unis vis-à-vis des évolutions au Maghreb et Moyen-Orient depuis 2011 : acteurs ou spectateurs ? »

Conférence d’Amine Aït-Chaalal – Professeur à l’Université Catholique de Louvain et codirecteur du Centre d’études des crises et conflits internationaux – CECRI

Dans le cadre du cycle « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée » organisé en partenariat avec l’IMéRA, AMSE et la Villa Méditerranée, en collaboration avec la Commission Économique pour l’Afrique des Nations-Unies.

Mardi 31 janvier 2017 à l’IMéRA  – vidéo : 52 mm 11

Depuis 2011 les pays arabes sont touchés par une série de mouvements et de bouleversements politiques, socio-économiques et populaires de grande ampleur. Plusieurs dirigeants arabes ont quitté le pouvoir. Dans d’autres pays, la situation a évolué de manière parfois tragique et violente. De par l’importance du positionnement géostratégique des Etats-Unis au Maghreb et au Moyen-Orient, l’administration Obama a dû gérer ces multiples évolutions. L’enjeu est de savoir comment les  Etats-Unis ont fait face à ces mouvements et quelles ont été leurs modalités d’actions et de réactions.