HEAD TO HEAD with Marc Rodwin: Should we try to manage non-financial interests?

Marc Rodwin – copyright Christophe Delory

Marc Rodwin, IMéRA Fellow 2017-2018, professor of health law, Suffolk University Law School, Boston, MA, USA

Miriam Wiersma master of philosophy candidate (1), Ian Kerridge professor of bioethics and medicine (1) (2), Wendy Lipworth associate professor (1)
(1)Sydney Health Ethics, University of Sydney, Sydney, NSW 2006, Australia; (2)Royal North Shore Hospital, St Leonards, NSW, Australia; (3)

Ideological biases influence medical research and practice and should be disclosed and managed, say Miriam Wiersma and colleagues. But Marc Rodwin argues that many of these interests are widespread and inherent to life and cannot be avoided or eliminated.

Dialogue published in BMJ 2018;361:k1240 doi: 10.1136/bmj.k1240 (Published 12 April 2018)

CLICK TO READ IT

Disorder in the eye of the beholder, by Naa Oyo Kwate

Naa Oyo Kwate. Copyright Christophe Delory

Naa Oyo A. Kwate, résidente IMéRA 2017-2018, est professeur au département des études africaines et au département d’écologie humaine de l’université Rutgers (États-Unis). Elle est titulaire d’un doctorat en psychologie clinique de l’Université St. John’s, New York. Ses recherches portent sur les façons dont les environnements urbains construits reflètent les inégalités raciales aux États-Unis et comment le racisme affecte directement et indirectement la santé des Afro-Américains.

Article paru dans Perspectives#17, revue du RFIEA.

When I learned that I had the fortune of winning a EURIAS fellowship and would be spending a year in Marseille, one of my first orders of business was to start looking for travel guides. I stumbled upon a book for soon-to-beexpatriates planning a move to France (1). To be sure, Paris was the focal point for the book, the assumption being that anyone who hopes to relocate to France intends to move to the capital. But a quick flip of the pages suggested sufficient breadth of information about navigating day-to-day life in France to make purchasing the book worth it.

Days later, when I began reading the book, I found that towns and regions beyond Île-de-France were described, each with its distinctive merits. In Brittany, Rennes was characterized as a modern city with a technological bent, while Vannes, perched above a seashore, featured a downtown comprised of cobblestone streets where brasseries serving local cider beckoned to passersby. Bordeaux and the Dorgdogne Valley, replete with truffles, wine, and rolling green countryside, evinced a fairytale feel. Pau was a “little jewel”, noted for plentiful sports activities and a balance of urban, rural, and cosmopolitan.

Continuer la lecture de « Disorder in the eye of the beholder, by Naa Oyo Kwate »

L’esprit des accords d’Evian, par Amar Mohand-Amer

Amar Mohand-Amer (crédit photo : Ch. Delory)

Amar Mohand-Amer, chercheur en résidence à l’IMéRA en 2017-2018, a rejoint le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle situé à Oran en 2011 en tant que chercheur à la Division Socio-anthropologie de l’histoire et de la mémoire. Il a enseigné de 2013 à 2016 à l’Université Ahmed Ben Bella d’Oran. Membre de la Commission nationale d’agrément et d’homologation (Ministère de l’Éducation nationale) et de la Commission du Comité technique Sciences sociales et humaines de la Commission nationale algérienne pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO/Algérie), Amar Mohand-Amer fait également partie du Forum de Solidarité Euro-Méditerranéenne, de Lyon (FORSEM). Ses recherches portent sur l’histoire politique et l’histoire sociale, l’histoire dans sa dimension locale. Plus particulièrement, il s’intéresse à la situation coloniale, aux moments de rupture et de basculement, aux modes de résistance, des questions de légitimation et (dé)légitimation dans un contexte de crise politique, aux trajectoires et parcours personnels, à la violence en temps de guerre et à la mémoire.

Article paru dans Perspectives#17, revue du RFIEA.

La signature des accords d’Évian le 18 mars 1962 constitue un événement historique important dans l’histoire des relations entre l’Algérie et la France. En Algérie, ces accords sont perçus de façon ambivalente, et enclenchent à la fois, le processus d’indépendance nationale et l’implosion du FLN1 et de ses institutions. En France, 1962 est synonyme, dans ses représentations les plus visibles et démonstratives, du départ des Européens d’Algérie vers la France, des événements du 5 juillet à Oran ou des représailles dont ont été victimes des harkis. Le terme « harki » est utilisé ici dans un sens extensif : il regroupe tous ceux qui, pendant la guerre, ont été considérés par le FLN ou une partie de la population algérienne comme étant hostiles au projet de l’indépendance.

Les accords d’Évian ne furent ni une honteuse capitulation sans défaite de l’armée française, comme on a pu le lire dans un certain nombre d’ouvrages, ni un obstacle à une victoire militaire de l’ALN2, thèse qui a pu être soutenue au lendemain de l’indépendance. En 1962, la résolution du conflit ne pouvait être que politique, l’option militaire ayant montré ses limites. Les accords d’Évian sont un compromis dont le but est de répondre aux revendications principales du FLN (souveraineté nationale, intégrité du territoire, union de la Nation algérienne) et, en même temps, offrir des avantages économiques et militaires au gouvernement français et des garanties aux Européens, aux musulmans qui croyaient au projet d’une Algérie française et à ceux qui, pour une raison ou une autre, se sont retrouvés dans ce camp au moment de l’indépendance. Continuer la lecture de « L’esprit des accords d’Evian, par Amar Mohand-Amer »

VIDEO – Les semences : seulement des graines ? avec D. Desclaux & G. Pavageau – 20/03/18

Vidéo intégrale du séminaire « Les semences : seulement des graines ? » avec Dominique Desclaux (biologiste, INRA) & Guillaume Pavageau (designers textile).

Organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; associée au GREQAM, AMSE) dans le cadre du cycle « Il faudra bien manger ».

Enregistré le 20 mars 2018 à l’IMéRA.