Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio

Professeur de philosophie à l’université de Turin, Enrico Donaggio est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2018. Il s’intéresse à l’impact des mutations contemporaines du travail sur la liberté et, plus largement, aux théories philosophiques et historiques de la modernité, aux théories du mal politique et aux théories critiques de la société. Auteur d’une centaine de publications, il a notamment écrit sur l’industrie culturelle à l’ère de Steve Jobs, assuré l’édition italienne du Nouvel esprit du capitalisme de Christian Boltanski et Eve Chiappello ainsi que plus récemment une nouvelle édition italienne du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de De la Boétie.

Article à paraître fin 2018 in « Rassegna italiana di sociologia »

Enrichissement et travail
À propos du dernier livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre*

*Enrichissement. Une critique de la marchandise, Collection NRF Essais, 2017

La tâche qui m’a été assignée par les organisateurs de ce débat sur le livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre est celle de mettre en relief des questions et des problèmes soulevés par une lecture d’inspiration marxiste, au sens large et non orthodoxe du terme, de cet ouvrage. Une lecture qui interroge le discours que les auteurs proposent dans les pages de l’Enrichissement selon un point de vue qui donne une importance décisive à des topoi classiques tels que : l’analyse de la marchandise et de sa structure ; la centralité du travail pour la formation de toute forme de valeur et de richesse. Thèmes en partie présents, en partie absents du livre pour des motifs que Boltanski et Esquerre déclarent clairement.

Du point de vue méthodologique il ne s’agit pas – il faut le préciser – d’une perspective de lecture extrinsèque ou étrangère aux sujets que le livre aborde. On ne choisit pas cette ligne d’interprétation et de questionnement pour une quelque forme de dogmatisme ; pour revendiquer – au delà de l’évidence – un prétendu monopole de la vérité à une position idéologique et épistémologique spécifique. Ce sont plutôt les arguments du texte et les dispositifs conceptuels mobilisés par Boltanski et Esquerre qui suggèrent, voire imposent, une confrontation avec cette approche. Et cela au moins pour trois raisons :

  1. puisque le thème principal posé au centre de l’ouvrage – les transformations du capitalisme contemporain liées à ses contradictions, aux nouvelles stratégies déployées pour générer encore davantage de profit, pour continuer malgré tout à créer et à accumuler de la richesse – est depuis toujours manifestement un motif crucial de l’analyse marxiste de la société ;
  2. puisque le point d’Archimède de ce discours sur l’enrichissement contemporain – la marchandise et ses structures, autant que les effets engendrés par l’extension puissante et imprévisible de son domaine – trouve sa justification canonique dans les pages initiales du Capital, incontournables même pour les auteurs du livre en discussion ;
  3. puisque l’effet de totalisation critique que le texte vise et arrive à produire s’inscrit dans une tradition méthodologique et d’histoire des idées qui trouve en Marx un de ses représentants les plus célèbres et exemplaires.

Continuer la lecture de « Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio »

VIDEO – A propos de Muse (MUltimodal Scenes for bioacoustic Evidences), 18/04/18

Vidéo intégrale du séminaire « A propos de Muse (MUltimodal Scenes for bioacoustic Evidences) », avec Maxence Mercier (artiste numérique audiovisuel) et Hervé Glotin (Professeur en informatique et bioacoustique, Université Sud-Toulon-Var, membre du LSIS).

Un événement co-organisé dans le cadre du cycle « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » par le laboratoire PRISM (AMU/CNRS) et par l’IMéRA.

Enregistré le 18 avril 2018 à l’IMéRA.

VIDEO – Son, image & cinéma : Les usages des ambiances sonores au cinéma, avec Rémi Adjiman & Daniel Deshays

Vidéo intégrale du séminaire « Son, image & cinéma : Les usages des ambiances sonores au cinéma », avec Rémi Adjiman (Maitre de conférence, Directeur département SATIS AMU, chercheur au laboratoire PRISM) et Daniel Deshays, (ingénieur du son, responsable de l’enseignement du son à l’Ecole Nationale des Arts et Techniques du Théâtre à Lyon et à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris).

Un événement co-organisé dans le cadre du cycle « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » par le laboratoire PRISM (AMU/CNRS) et par l’IMéRA.

Enregistré le 15 novembre 2017 à l’IMéRA

VIDEO – Analyse économique et réseaux sociaux, par Yann Bramoullé

Vidéo intégrale du séminaire « Analyse économique et réseaux sociaux », par Yann Bramoullé (économie, Aix-Marseille School of Economics et Greqam), organisé dans le cadre du cycle « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire ».

Séminaire organisé par Claire Bidart (sociologie, LEST Aix en Provence) et Pierre Livet (Philosophe, Directeur de recherche émérite au CNRS, directeur du programme Rencontres Sciences et Humanités de l’IMéRA).

Enregistré le 27 mars 2018 à l’IMéRA.

Les vêtements usagés dans les circuits économiques globalisés, par Efren Sandoval Hernandez

Docteur en anthropologie sociale, Efrén Sandoval Hernández est professeur et chercheur au centre de recherches sociales (CIESAS) au Mexique. Il étudie les dynamiques transfrontalières et les migrations internationales au nord-est du Mexique, et a notamment publié Infraestructuras transfronterizas. Etnografía de itinerarios en el espacio social Monterrey – San Antonio. Après sa résidence de 10 mois à l’IMéRA en 2016-2017, il travaille actuellement sur un livre traitant du commerce transfrontalier et des marchandises de contrebande au nord-est du Mexique et au sud du Texas.

Article publié dans Fellows #39 « Glocalisation », revue du RFIEA.

La mondialisation n’est pas une tendance unilatérale, expansive ou envahissante. Il s’agit plutôt d’un processus dont la réalisation s’effectue de manière spécifique, en fonction des coutumes locales et des territoires sur lesquels il se produit. Cette répétition, comme le fait que l’on consomme du Coca Cola partout, n’est pas une conséquence de la mondialisation mais un aspect de celle-ci. La mondialisation ne peut être comprise sans prendre en compte les aspects locaux (culture, coutumes, contextes politiques, économiques et sociaux…), et ceux-ci doivent, à leur tour, être analysés comme une partie de la mondialisation. Les circuits commerciaux impliquant les populations de migrants offrent une perspective intéressante quant à cette intrication local-mondial (grandes distances géographiques parcourues, frontières traversées, formes d’économie « informelle »…). Continuer la lecture de « Les vêtements usagés dans les circuits économiques globalisés, par Efren Sandoval Hernandez »

L’IMéRA à l’honneur lors de la dernière assemblée du réseau d’excellence UBIAS, à Sao Paolo

Réunis du 19 au 23 mars dernier Sao Paulo (Brésil), les membres du réseau UBIAS (University-Based Institutes for Advanced Studies), qui regroupe les instituts d’études avancées d’universités prestigieuses de tous les continents (avec notamment les universités de Harvard, Stanford et Sao Paulo en Amérique, les universités de Pékin, Fudan et Nagoya en Asie, et les universités de Aarhus, de Munich et de Helsinki en Europe) ont fermement poussé leur agenda de coopération scientifique intercontinentale.

D’abord, la gouvernance du réseau : elle sera collégiale, UBIAS sera dorénavant coordonné par un triumvirat inter-continental comprenant Guilherme Ary Plonski (Sao Paulo), Hisanori Shinohara (Nagoya) et Raouf Boucekkine, directeur de l’IMéRA. Dans cette nouvelle fonction, l’IMéRA comptera sur la collaboration étroite du réseau français des instituts d’études avancées (RFIEA), et de son directeur, Olivier Bouin.

L’assemblée de Sao Paolo a aussi jeté les jalons d’une nouvelle génération d’académies intercontinentales (projets de recherche thématiques impliquant deux instituts de continents différents) ainsi que la mise sur pied de workshops stratégiques dans des domaines aussi variés que les nanotechnologies, la bioéconomie et les sciences de l’environnement.

Pour plus de détails sur la réunion de Sao Paulo ; sur UBIAS.

L’IMéRA accueillera l’assemblée du réseau UBIAS au printemps 2020.