« Prescription of drugs for unapproved uses : what public policy to control it? », par Marc Rodwin

Marc Rodwin – copyright Christophe Delory

Marc Rodwin, titulaire de la Chaire en cancérologie intégrée IMéRA-SIRIC, est professeur de droit à l’université de Suffolk à Boston, et chercheur au sein du Edmond J. Safra Center for Ethics de l’université d’Harvard. Ses recherches portent sur le droit de la santé, les questions pharmaceutiques et leur politique. Professeur invité dans de nombreuses structures, il a également travaillé pour des commissions gouvernementales et a participé à des comités consultatifs, dont la Food and Drug Administration. Il a notamment publié « Les conflits d’intérêts en médecine : quel avenir pour la santé ? France, États-Unis, Japon» aux presses de L’EHESP (2014).

Article paru dans Fellows#37 « Industrie pharmaceutique : soigner ou vendre », revue du RFIEA.

It is a widespread practice in the U.S.A. and Europe for pharmaceutical firms to market drugs off-label, that is, for purposes that the authority granting marketing approval has not found to be safe and effective. Sometimes they do so explicitly and illegally because ­the expected revenue exceeds potential penalties, while other times they employ marketing strategies that fail to take precautions to avoid off-label sales. In recent years, U.S. pharmaceutical firm settlement agreements for illegal off-label promotion have included Johnson and Johnson ($2.2 billion for off-label promotion of Risperdal, Invega and Natrecor); Pfizer ($2.3 billion for off-label promotion of Bextra); and GlaxoSmith Kline ($3 billion for off-label promotion of Avandia).  However, the problem is more complex than it appears.
Continuer la lecture de « « Prescription of drugs for unapproved uses : what public policy to control it? », par Marc Rodwin »

« Propriété et appropriation dans la chaîne du médicament : du droit aux droits », par Patrick Lowe Gnintedem

Patrick Juvet Lowé Gnintedem (résident de l’IMéRA 2012-2013), docteur en droit, est enseignant-chercheur à l’université de Dschang (Cameroun) et formateur dans plusieurs institutions nationales et internationales. Il est expert auprès de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Ses activités de recherche portent principalement sur le droit des activités économiques, la théorie du droit et les droits de propriété intellectuelle. Il est notamment l’auteur de Droit des brevets et santé publique dans l’espace OAPI (publié aux Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014).

Article paru dans Fellows#37 « Industrie pharmaceutique : soigner ou vendre », revue du RFIEA.

Aussi redouté que sollicité, le médicament était essentiellement perçu, jusqu’à une époque pas très lointaine, sous l’angle de sa consommation et de l’efficacité qu’il fallait en attendre. Mais la globalisation montante des risques sanitaires et la multiplication corrélative des scandales et incidents liés aux solutions pharmaceutiques proposées ont poussé les acteurs sociaux à s’intéresser davantage à l’ensemble du processus du médicament, de la conception à la consommation, autrement connu sous le vocable « chaîne du médicament ».

Quel que soit le pays, la chaîne du médicament est régie par un ensemble de textes juridiques destinés à organiser les acteurs, les procédures et les usages du médicament. Le médicament est un produit très spécifique qui, à la différence de la plupart des autres biens, ne révèle souvent ses vices cachés que par le dommage qu’il cause. D’un point de vue juridique, il demeure cependant avant tout un bien. Or, la notion juridique de bien renvoie au premier chef à ce qui peut faire l’objet d’un droit de propriété. Continuer la lecture de « « Propriété et appropriation dans la chaîne du médicament : du droit aux droits », par Patrick Lowe Gnintedem »

VIDEO – CYCLE DOCTORAL « Migrations & Rencontres » par le Pr. A. Songolo

Vidéos intégrales du cycle doctoral « Migrations & Rencontres, Écrivains noirs américains & écrivains africains et antillais en France » par le Pr. Aliko Songolo (University of Wisconsin-Madison (USA), Résident de l’IMéRA, Titulaire de la Chaire Fulbright Specialist USA/Afrique/France).

Le séminaire se propose d’explorer les rapports complexes entre les écrivains noirs américains et les écrivains francophones de l’Afrique sub-saharienne et des Antilles à Paris, à commencer pendant les années 20 et 30. Les noirs américains, ayant fondé le seul mouvement littéraire noir aux Etats-Unis—la Harlem Renaissance—viennent à Paris en quête de liberté d’expression et d’une société plus égalitaire. Les Africains et les Antillais, sujets de l’empire français, sont à Paris pour poursuivre leurs études. La rencontre des trois groupes crée des liens littéraires et politiques qui favoriseront l’essor d’un mouvement littéraire et culturel, la Négritude lequel, à son tour, contribuera à l’émergence de la Francophonie littéraire (à distinguer de la francophonie politique). Même atténuée plus tard, la présence des écrivains noirs américains en France aura laissé des traces jusque dans la littérature africaine contemporaine.

L’approche du séminaire sera essentiellement historique : histoire littéraire et histoire des idées. La contrepartie littéraire se fera tout au long des quatre premières sessions par des textes courts en anglais et en français, tandis que la dernière session, le 23 février, sera consacrée à l’examen plus approfondi de romans noirs américains et africains, que les participants auront eu le temps de lire au cours des trois premières semaines de février.

  • Session 1 (vendredi 19 janvier 2018)

  • Session 2 (lundi 22 janvier 2018)

  • Session 3 (vendredi 26 janvier 2018)

  • Session 4 (lundi 29 janvier 2018)