Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta

Franco Miglietta, IMéRA Fellow 2016-2017, est directeur de recherche à l’Institut de Biométéorologie du Conseil National de la Recherche italien. Il s’intéresse depuis trente ans au changement climatique sous le prisme des questions de durabilité, d’adaptation, de mitigation et du rôle joué par la végétation terrestre. Il a coordonné plusieurs projets de recherche nationaux et européens sur ces questions, et collabore avec l’Agence spatiale européenne dans le cadre des missions spatiales Earth Explorer. Il a occupé des postes scientifiques de premier plan sur la scène mondiale et a écrit plus de 150 articles publiés dans des revues internationale.

Article paru dans Fellows#30 – Make our planet great again ? – revue du RFIEA

Pendant des siècles, l’agriculture a été considérée comme une simple activité dédiée à la production de nourriture pour les humains (directement et via l’élevage) et à celle de fibres pour l’industrie textile. Une mutation s’est opérée au cours des dernières décennies : le système agraire se retrouve au centre de nouvelles pressions et attentes sociales. L’agriculture contemporaine doit par exemple répondre à la demande croissante d’énergie renouvelable par la production de biomasse à transformer en énergie (combustion, biogaz, biodiesel, éthanol). Elle est aussi en charge de la protection du paysage rural et de la biodiversité via l’introduction de pratiques respectueuses de l’environnement – notamment la réduction des risques d’érosion et des émissions de gaz à effet de serre. Au niveau mondial, l’enjeu est de pouvoir répondre à ces objectifs complexes, tout en satisfaisant une demande croissante de nourriture due à l’essor de la population mondiale souvent associé à une variation rapide des régimes alimentaires (on estime la population à 9 milliards d’habitants en 2050). Les terres consacrées à la production agricole ne peuvent pas croître davantage sans que ce ne se fasse au détriment des écosystèmes terrestres : la recherche agricole doit trouver rapidement des solutions durables.

Les céréales, les cultures oléagineuses et les légumineuses dominent l’agriculture contemporaine. Ces grandes cultures occupent environ 70 % des terres cultivées et fournissent la majeure partie des calories de l’alimentation humaine. Elles sont produites sur des cycles annuels. Les cultures basées sur ce paradigme de l’annualité émettent des quantités significatives de gaz à effet de serre, qui contribuent au changement climatique. Elles nécessitent des rotations, des traitements du sol, des engrais et l’utilisation de biocides pour la lutte antiparasitaire et contre les agents pathogènes. Elles sont une source potentielle de dégradation des sols et, par conséquent, une menace sérieuse pour la durabilité agricole. Continuer la lecture de « Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta »

Les Rendez-Vous de demain : « Du génome et de l’humain »

« Du génome et de l’humain », seconde rencontre des « Rendez-Vous de demain », animée par Stéphane Paoli et enregistrée le 14 novembre 2017 au théâtre du Gymnase à Marseille.

Avec la participation de Nicolas Lévy, professeur de médecine et généticien & Michel Cassé, astrophysicien.

Les Rendez-Vous de demain : « Ordre et désordre du temps »

« Ordre et désordre du temps », première rencontre des « Rendez-Vous de demain », animée par Stéphane Paoli et enregistrée le 17 octobre 2017 au théâtre du Gymnase à Marseille.

Avec la participation de Jean-Pierre Luminet, astrophysicien & Levent Yilmaz, historien des idées (Koç University, Résident IMéRA 2017-2018,  ancien résident de l’IEA de Paris).

Moving Images in Contemporary Media Analysis, par Krista Geneviève Lynes

ortorhoto : Italian navy rescues asylum seekers traveling by boat off the coast of Africa on the Mediterranean, June 7, 2014. Massimo Sestini—Polaris.

Community Building Seminar, IMéRA, 2 November 2017

Krista Lynes, IMéRA Fellow 2017-2018, Associate Professor at University of Concordia, Communication Studies, Canada Research Chair in Feminist Media Studies, Director Feminist Media Studio.

The boat moves across the water, its edges cutting the ocean’s waves and creating white eddies along the vessel’s path. In its berth, five hundred migrants look up, fixing the helicopter above and the reporter with his camera looking down. They are travelling the narrow but never-ending channel between Libya and Italy. It is 2014. The ‘migrant crisis’ has not yet come to define the image or the crossing. The boat is in movement; its motor hasn’t failed. It isn’t bobbing helplessly upon the waves waiting for a coast guard rescue or humanitarian ship. The photographer is also in motion, circling high above the crossing ship. Despite all of this, the picture is still. All the movement is reduced to light, pattern and colour. The spray of the waves, the overcrowded conditions, the sparkling sun, the smell of surf and gas are flattened and condensed into a vivid pictorial image.
Massimo Sestini took the photograph from an Italian navy helicopter in 2014, repeating a shot he had taken in identical circumstances the year before. Sestina said about taking the image: “I thought if I could get the right angle straightaway, directly above 500 people who have spent five days and nights on a boat, they would probably all look up, ask for help, wave—so this year I thought I’d try again and it worked” (1). Continuer la lecture de « Moving Images in Contemporary Media Analysis, par Krista Geneviève Lynes »

VIDEOS du cycle « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire »

Vidéos intégrales des cours doctoraux du cycle « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire », enregistrées à l’IMéRA durant l’année 2016-2017.

Cycle doctoral organisé par Alain Barrat (CPT, AMU/CNRS) et Claire Bidart (LEST, AMU/CNRS) en partenariat avec le Collège doctoral d’Aix-Marseille Université et l’IMéRA.

________________________________________

« Brève initiation à l’analyse des réseaux à partir de la sociologie : son développement, ses apports théoriques, quelques notions et mesures de base, et l’exemple des évolutions biographiques » par Claire Bidart (LEST, AMU/CNRS).

Powerpoint/Slides du séminaire

________________________________________

« L’analyse des réseaux par la physique statistique : propriétés statistiques des réseaux, modèles et processus dynamiques »  par Alain Barrat (Physique, CPT Marseille).

Powerpoint/Slides du séminaire

________________________________________

« Réseaux sociaux en ligne » par Camille Roth (Sciences sociales computationnelles, Medialab Science Po Paris et Centre Marc Bloch Berlin).

Powerpoint/Slides du séminaire

________________________________________

« Analyse économique et réseaux » par Yann Bramoullé (Economie, Aix-Marseille School of Economics et Greqam).

Powerpoint/Slides du séminaire

________________________________________

« Data-driven models of human behaviour – individuals, groups, and crowds » par Màrton Karsai (computer science, ENS Lyon/INRIA) Conférence en anglais).

Powerpoint/Slides du séminaire

________________________________________

Table ronde interdisciplinaire : « Quels points de convergence, quels obstacles ? » Avec Pierre Livet (philosophie) et l’ensemble des intervenants.

 

 

« Tout salaire mérite-t-il travail ? », par Enrico Donaggio

Enrico Donaggio

Professeur de philosophie à l’université de Turin, Enrico Donaggio est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2018. Il s’intéresse à l’impact des mutations contemporaines du travail sur la liberté et, plus largement, aux théories philosophiques et historiques de la modernité, aux théories du mal politique et aux théories critiques de la société. Auteur d’une centaine de publications, il a notamment écrit sur l’industrie culturelle à l’ère de Steve Jobs, assuré l’édition italienne du Nouvel esprit du capitalisme de Christian Boltanski et Eve Chiappello ainsi que plus récemment une nouvelle édition italienne du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de De la Boétie.

Article paru dans Fellows#29 – L’avenir du travail au XXIè siècle, revue du RFIEA

Dimanche 5 juin 2016, les citoyens suisses auraient pu décider de vivre sans travailler, pour le reste de leur vie, en recevant de l’État 2.250 euros par mois sans contrepartie. Le refus de cette perspective a été net : 76,2 % des votants ont dit non à « l’instauration d’un revenu de base inconditionnel » pour « permettre à l’ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique ». Par le passé, les électeurs suisses avaient déjà repoussé sèchement l’éventualité de passer de quatre à six semaines de vacances par an, de réduire le temps de travail de 40 à 36 heures par semaine, ou encore d’avancer l’âge de départ à la retraite de 65 à 62 ans. Considérer que l’existence ne devrait pas être consacrée à chercher et exercer une activité de plus en plus difficile à trouver, mais nécessaire pour survivre, n’a pas le vent en poupe. Continuer la lecture de « « Tout salaire mérite-t-il travail ? », par Enrico Donaggio »

« Pour une approche interdisciplinaire du développement humain », par Raouf Boucekkine

Coopération entre l’IMéRA et la Commission Economique de l’ONU en Afrique : pour une approche interdisciplinaire du développement humain

Article paru dans Perspectives#16, publication du RFIEA

Raouf Boucekkine est professeur des universités à Aix-Marseille Université, membre senior de l’Institut Universitaire de France et président de l’ASSET (Association Sud-Européenne d’Economie Théorique). Il dirige depuis 2015 l’Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille (IMéRA). En 2016, il est nommé directeur scientifique et technique du Réseau Français des Instituts d’Etudes Avancées (RFIEA).

 

L’IMéRA, institut d’études avancées d’Aix-Marseille, vient de signer une convention de coopération scientifique avec la Commission Economique de l’ONU en Afrique, plus précisément avec son Bureau pour l’Afrique du nord, basé à Rabat. Cette convention organise l’échange d’information et de compétences entre les deux institutions sur un projet scientifique portant sur « Governance, political transition, structural change and 2030 agenda: Towards a new framework for the strengthening of institutions and policy making for inclusive development in North Africa’’. Cette coopération sera lancée par une conférence les 25, 26 et 27 septembre 2017 à l’IMéRA, qui verra la participation d’un panel d’économistes, de politologues et de sociologues, apportant ainsi la diversité disciplinaire nécessaire pour s’attaquer à une problématique aussi large.

Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) et recherche interdisciplinaire

Comme l’intitulé du projet l’indique, la coopération est ancrée dans la recherche fondamentale et appliquée autour des Objectifs de Développement du Millénaire de l’ONU, récemment reformulés comme Objectifs de Développement Durable (ODD) à horizon 2030. Parmi les 17 ODD énoncés, figure l’objectif Justice et Paix qui appelle à « mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et transparentes », sans quoi aucune cible de développement ne peut être atteignable ni à moyen ni à long terme, spécialement dans le contexte des pays en conflit, en crise ou en transition. Continuer la lecture de « « Pour une approche interdisciplinaire du développement humain », par Raouf Boucekkine »