Energies renouvelables et stockage d’énergie : de l’eau, du CO2 et du soleil

 Retour sur la séance de séminaire du 19 mai 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

A la question « peut-on passer rapidement à une économie totalement décarbonée à base d’énergies renouvelables à 100 % ? », la réponse est négative selon Marc Fontecave, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Chimie des processus biologiques », membre de l’Académie des sciences et promoteur d’une chimie bioinspirée. Cela réclamera du temps et reste conditionnel d’efforts considérables en recherche et développement technologique.

Cette conférence est revenue sur les défis énergétiques contemporains : les risques environnementaux associés aux sources fossiles (comme les dérèglements climatiques, les menaces sur la biodiversité) et à l’électronucléaire (comme les accidents engendrant des rejets de radioactivité, les ruptures de confinement autour des déchets), l’intermittence des nouvelles sources renouvelables d’énergie (éolien, photovoltaïque, houle), les limites de développement des autres (hydraulique, géothermie, biomasse), notamment en termes de surfaces à dédier. Il a proposé de les reformuler en termes de défi de stockage : stockage d’énergie non employée, que les barrages hydrauliques ne sauraient suffire à assurer, et stockage de CO2, face auquel les actuels projets de séquestration en sous-sol semblent totalement dérisoires.

C’est l’occasion d’inviter à regarder les perspectives que propose le modèle du vivant autour de la photosynthèse pour produire de nouvelles substances valorisables énergétiquement (cyano-bactéries, micro-algues en vue d’huiles) et autour de la transformation du CO2 en molécules utiles (polymères) par réduction électrochimique à optimiser. L’occasion aussi de pointer des besoins de recherche sur ces différents domaines, notamment sur le rôle d’enzymes et de catalyseurs métalliques à base de matériaux peu nobles dans la catalyse de l’eau et du CO2.

L’exposé a ainsi souligné l’importance de l’innovation en matière de technologies de l’énergie et du couplage toujours plus nécessaire entre recherche fondamentale et recherche technologique.

Ainsi avance notre réflexion autour de la question des transitions énergétiques qui sert de trame à ce séminaire (lien vers le billet intention) : transitions à ne pas tenir trop vite pour évidentes !

L’intervention de Marc Fontecave du 19 mai 2017 – 64 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 80 mn.

« The dynamic of policy processes on hydraulic fracturing », par Dr. Sébastien Chailleux et Dr. Stéphane Moyson

Vidéo intégrale de la seconde conférence du cycle « Energie : enjeux technologiques, institutionnels et géopolitiques » sous la direction de Raouf Boucekkine – 1 h 16

« The dynamic of policy processes on hydraulic fracturing: An international comparative research project », par les Dr. Sébastien Chailleux (associate researcher at the Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux) et Dr. Stéphane Moyson (assistant professor at the Institut de Sciences Politiques Louvain-Europe, Université catholique de Louvain, Belgium.), enregistré le 10 mars 2017 à l’IMéRA.

« L’eau, un enjeu politique », par Edith Kauffer

Edith Kauffer (IMéRA Fellow 2016-2017) est enseignante-chercheuse senior au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS)-Sureste (Mexique). Après avoir analysé entre 1992 et 2002, les flux de réfugiés d’Amérique Centrale et plus particulièrement les Guatémaltèques au Mexique -le retour en tant que projet politique (1993-1997) et la politique d’intégration au Mexique (1997-2002)- ses recherches se sont orientées depuis 2003 autour du thème de l’eau et de ses dimensions politiques: eaux et frontières, bassins versants transfrontaliers, politiques de l’eau.

Pour la première fois en plus de 20 ans, une Journée Globale d’Action pour l’Eau a été réalisée dans le cadre de la Conférence des Parties (COP22) le 9 novembre 2016 à Marrakech, au Maroc. Cet événement, salué par les acteurs de l’eau à l’échelle internationale, peut être interprété de différentes manières. D’une part, il recentre clairement le thème du changement climatique autour de l’eau, non seulement en raison des impacts des phénomènes globaux sur l’eau mais aussi en fonction des perspectives de solutions qu’il permet d’envisager, comme les déclarations officielles l’ont signalé. D’autre part, c’est un signe pour les analystes de la politique de l’eau qu’elle est avant tout une donnée et une problématique politique et que, par conséquent, les solutions aux problèmes de l’eau, quels que soient leur échelle, passent par des processus politiques. Continuer la lecture de « « L’eau, un enjeu politique », par Edith Kauffer »

« Table ronde – Analyses de réseaux et interdisciplinarité : Quels points de convergence, quels obstacles ? » (2ème partie)

 

Vidéo intégrale de la seconde et dernière partie de la table ronde enregistrée le 9 mai 2017 à l’IMéRA.

« Table ronde – Analyses de réseaux et interdisciplinarité : Quels points de convergence, quels obstacles ? », Table ronde organisée dans le cadre du cycle « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire », organisé par Alain Barrat (Centre de Physique Théorique, AMU/CNRS) et Claire Bidart (Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail, AMU/CNRS) en partenariat avec le Collège doctoral d’Aix-Marseille Université et l’IMéRA.

Intervenants :

  • Alain Barrat, physique, Centre de Physique Théorique, Aix-Marseille Université, CNRS
  • Laurent Beauguitte, géographie, CNRS, IDEES Rouen
  • Claire Bidart, Sociologie, LEST, Aix-Marseille Université, CNRS
  • Yann Bramoullé, économie, Aix-Marseille School of Economics et Greqam
  • Màrton Karsai, physique et computer science, ENS Lyon/INRIA.
  • Camille Roth, sociologie et sciences sociales computationnelles, Medialab Science Po Pa
  • Discutant : Pierre Livet, Professeur émérite de philosophie, Aix-Marseille Université ; Directeur du programme « Rencontres sciences & humanités ».

« Table ronde – Analyses de réseaux et interdisciplinarité : Quels points de convergence, quels obstacles ? » (1ère partie)

Vidéo intégrale de la première partie de la table ronde enregistrée le 9 mai 2017 à l’IMéRA.

« Table ronde – Analyses de réseaux et interdisciplinarité : Quels points de convergence, quels obstacles ? », Table ronde dans le cadre du cycle « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire », organisé par Alain Barrat (Centre de Physique Théorique, AMU/CNRS) et Claire Bidart (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, AMU/CNRS) en partenariat avec le Collège doctoral d’Aix-Marseille Université et l’IMéRA.

Intervenants :

  • Alain Barrat, physique, Centre de Physique Théorique, Aix-Marseille Université, CNRS
  • Laurent Beauguitte, géographie, CNRS, IDEES Rouen
  • Claire Bidart, Sociologie, LEST, Aix-Marseille Université, CNRS
  • Yann Bramoullé, économie, Aix-Marseille School of Economics et Greqam
  • Màrton Karsai, physique et computer science, ENS Lyon/INRIA.
  • Camille Roth, sociologie et sciences sociales computationnelles, Medialab Science Po Pa
  • Discutant : Pierre Livet, Professeur émérite de philosophie, Aix-Marseille Université ; Directeur du programme « Rencontres sciences & humanités ».

« Travelscapes » par Cristina Corsi

Cristina Corsi (Fellow IMéRA/LabexMed 2015-2016) est professeur d’archéologie à l’université de Cassino, Italie.

Article paru dans Perspectives#14, revue du RFIEA.

Roads have always been addressed as formidable channels through which people, goods, news, ideas and cultures are transferred. They indeed constitute the ‘circulatory system’ of entities such as regions, states, or continents. They are means through which social, economic and cultural patterns are conveyed, and through which languages, traditions, religions, habits, fashions, musical practices and material culture are transmitted.

Medieval road networks have been studied mainly in their devotional meaning as pilgrimage routes. Innumerable publications investigated these aspects and highlighted the role played by these medieval ‘highways’ in building up the  European cultural identity. The plethorical literature on the pilgrimage routes to Santiago de Compostela is a shining example of that. This approach has been central in setting up networks of cultural institutions and in disseminating research outuputs (mainly through websites, such as http://www.saintjamesway.eu/ and http://whc.unesco.org/en/list/669 for the S. James Way, http://www.viefrancigene.org/en/, http://www.tastingeurope.com/routes/francigena and http://www.rivistaviafrancigena.it/en/ for the Francigena Way, to name but a few).
Most publications adopt an historical perspective rooted in the research of Johan Plesner, first published in 1938. This methodology was refined with the book of Thomas Szabó in 1992, and the works of Tiziano Mannoni (1983, 1992) highly contributed to a more structured archaeological-topographical approach.
Continuer la lecture de « « Travelscapes » par Cristina Corsi »

« Une Maison de la sagesse » sous la direction de Barbara Cassin

Vidéo intégrale du Workshop enregistré le 24 mars 2017 à l’IMéRA

« Une Maison de la Sagesse », journée d’étude sous la direction de Barbara Cassin (philosophe, directrice de recherche, CNRS), organisée dans le cadre du programme Méditerranée de l’IMéRA dirigé par Thierry Fabre.

« Du côté des androïdes », par France Cadet et Angelica Lim

Vidéo intégrale de la conférence « Du côté des androïdes » par France Cadet et Angelica Lim, enregistré le 7 décembre 2016 à l’IMéRA – 1 h 19 mn

Comité d’organisation : Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (LESA, AMU, Centre Norbert Elias, EHESS), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) et Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU).

Conférence organisée à l’IMéRA dans le cadre du cycle « Recherche, arts & pratiques numériques », en partenariat avec l’ESAAIX, le Centre Norbert Elias, l’IDEMEC et l’IREMAM.