L’énergie-vapeur à Marseille au début du XIXe siècle : une introduction à pas comptés

 

Retour sur la séance de séminaire du 17 février 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

Professeur d’histoire à l’Université d’Aix-Marseille, Xavier Daumalin a accepté d’ouvrir le cycle de séances de ce séminaire, consacré à la discussion de la pertinence de la transition énergétique comme concept analytique.

Préparer cette intervention intitulée La transition énergétique au regard de l’histoire : mythe ou réalité ? l’a amené à relire des travaux anciens qui ont été menés dans son laboratoire, par lui-même à l’occasion de sa thèse et par son collègue Olivier Raveux, produits dans une logique de caractérisation du système industrialo-portuaire de Marseille et d’analyse des dynamiques d’innovation technique, pour les soumettre à une interrogation actuelle autour de la transition énergétique. L’introduction de l’énergie-vapeur dans le transport maritime et dans les activités de transformation au XIXe siècle a en effet introduit une concurrence à la force motrice du vent et des cours d’eau, que ce soit pour la propulsion des navires, pour les moulins à grains ou pour la filature. Pour autant, parler de transition avec substitution linéaire d’une source d’énergie à une autre, d’un vecteur énergétique à un autre, apparaît complètement insuffisant à l’examen des dossiers proposés dans l’exposé, plutôt marqués par des mouvements contradictoires, par des résistances face à l’introduction de l’énergie-vapeur avant des mouvements d’engagement.

En plus de nous avoir permis de situer le débat actuel des historiens autour de la fécondité du terme de transition énergétique entre :

  •                 ceux qui le trouvent opératoire pour exprimer l’importance des innovations techniques, des facteurs naturels autant que des facteurs économiques et sociaux (parmi eux, Jeremy Rifkin),
  • et             ceux qui le voient comme un empêchement pour porter l’attention sur les dimensions pertinentes qui jouent comme entraves ou comme facteurs facilitant les changements autant que les permanences (parmi eux, Jean-Baptiste Fressoz),

    cette conférence nous permet de conclure sur une série de dimensions à ne pas négliger dans l’analyse :

  • du côté des entreprises en soulignant le rôle
    – de la disponibilité en ressources matérielles nécessaires à la nouvelle technologie,
    – de la maîtrise du procédé technique en termes de mise en œuvre et de maintenance,
    – de l’effet d’accroissement de la productivité qui suppose des débouchés en croissance,
  • du côté de l’encadrement administratif qui peut empêcher comme soutenir le mouvement,
    et
  • sans perdre de vue que plutôt qu’une substitution d’énergies, on observe une superposition des sources et des pratiques.

L’intervention de Xavier Daumalin du 17 février 2017 – 56 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 80 mn.

Claudia Wassmann : « Forgotten Origins, Occluded Meanings: Translation of Emotion Terms »

Article de Claudia Wassmann, IMéRA/EURIAS Fellow 2015-2016 ; Institute for Culture and Society, University of Navarra, Spain.

Emotion Review, Vol. 9, No. 2 (April 2017) 163–171 © The Author(s) 2016 ISSN 1754-0739 DOI: 10.1177/1754073916632879

Lien vers l’article avec notes et références.

Abstract

The interdisciplinary field of emotion studies disregarded historical perspectives on translation and left out a substantial body of scientific research on feelings and emotions that was not published in English. Yet these texts were foundational in forging the scientific concept of emotion in experimental psychology in the 19th century. The current approach to emotion science overlooks that translation issues occurred between three languages, German, French, and English, as physiological psychologists at the time were reading each other in these languages all the while writing about the same topics in their respective language. Historical perspectives are important to clarify the ambiguities of emotion terms and include non-Anglophone frameworks into current transdisciplinary debates.

The interdisciplinary field of emotion studies ignores the historical perspective on translation problems. In today’s scientific publications, which are predominantly written in English, the term “emotion” is used as if it were synonymous in all languages, times, and contexts. Although the semantic fields of emotion terms are not identical in English, French, and German, these three languages informed the study of emotion in 19th-century psychology, at the time when the scientific concept of emotion was formed. Furthermore, the French émotion and the English emotion have become homonyms, sentiment and sentiment are not used in the same way, and Affekt also poses a problem. Translation problems have masked the epistemological problems that German and French psychologists in the 19th century were studying when they addressed the question of “emotion” for contemporary Anglophone psychologists and historians of emotion. Problems of translation occur on many levels. Here I am particularly concerned with two aspects, one is the historical authors’ reading of each other and writing about the same topic in a different language (applying their respective backgrounds to their readings); and, the second is contemporary scientists and historians’ reading of historical and contemporary texts on emotion, applying the current connotation of emotion. Continuer la lecture de « Claudia Wassmann : « Forgotten Origins, Occluded Meanings: Translation of Emotion Terms » »