Visualisation et analyse géographique des réseaux

Claire Bidart et Alain Barrat ont eu l’excellente idée d’organiser un séminaire doctoral à l’IMéRA cette année et ils m’ont proposé d’intervenir pour présenter les logiciels de visualisation de réseaux disponibles et pour évoquer l’analyse de réseaux en géographie. Si ces deux séances n’ont pas été filmées (je pourrais expliquer pourquoi j’ai refusé mais ce n’est pas l’objet de ce billet), vous trouverez ci-dessous les deux diaporamas utilisés comme supports pour ces deux séances. J’y ai ajouté une bibliographie, nécessairement sélective, sur le sujet.

La séance sur les logiciels commence par quelques rappels de sémiologie graphique : si les géographes apprennent dans leur cursus les règles d’utilisation des variables visuelles, les autres disciplines ont plus rarement des cours consacrés à la visualisation de données quantitatives. Un très court historique de la visualisation des réseaux est ensuite proposé (de Moreno à la dataviz) avant que ne soient évoquées les difficultés renconcontrées pour la visualisation de grands graphes. La fin de la séance a été une démonstration des possibilités des logiciels Cytoscape et du package R igraph. Pour le premier, voir ce tutoriel rédigé par des étudiant.e.s de l’ENSAI ; pour igraph, voir le tutoriel récemment traduit de Katya Ognyanova (visualisation de réseaux, visualisation dynamique de réseaux).

La séance consacrée à l’analyse de réseaux en géographie reprend en partie des éléments déjà disponibles en ligne à cette adresse.

Continuer la lecture de « Visualisation et analyse géographique des réseaux »

Dynamiques de politique publique et fracturation hydraulique : Un programme de recherche comparatif international

Texte de Sébastien Chailleux, Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux, France, et Stéphane Moyson, Institut de Sciences Politiques Louvain-Europe, Université catholique de Louvain, Belgique

Séminaire du 10 mars 2017, dans le cadre du programme « Energie : enjeux technologiques, institutionnels et géopolitiques » dirigé par Raouf Boucekkine.

Ce vendredi 10 mars 2017 à l’Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille Université, nous avons présenté le programme de recherche comparatif international auquel nous participons. Nous remercions le Dr. Raouf Boucekkine, Professeur à Aix-Marseille Université et Directeur de l’Institut d’Etudes Avancées, pour son aimable invitation. La présente synthèse ne comporte volontairement pas de références bibliographiques : le lecteur pourra en trouver un nombre important dans le texte du chapitre présentant les résultats de la 1ère étape de cette recherche.

Ce programme de recherche porte sur les dynamiques de politique publique en matière de fracturation hydraulique et d’exploitation du gaz de schiste. Dans ce document, nous retraçons le contexte et les objectifs de ce programme avant de décrire brièvement le cadre d’analyse des processus de politique publique qu’il mobilise. Ensuite nous présentons les deux étapes du programme. La première est un ensemble d’études de cas nationales relatives aux décisions politiques en matière de fracturation hydraulique. Les résultats de cette 1ère étape sont publiés dans l’ouvrage intitulé Policy debates on hydraulic fracturing. La seconde étape du programme est un nouvel ensemble d’études de cas conduites, cette fois, à partir d’une méthode commune de collecte et d’analyse d’articles de presse. Cette étape de la recherche est en cours de réalisation. Dans ce programme international coordonné par l’University of Colorado Denver, l’équipe dont nous faisons partie est responsable du cas français.

Contexte et objectif du programme de recherche

La fracturation hydraulique est une technique d’exploitation des hydrocarbures. Le gaz de schiste est un hydrocarbure non conventionnel, et plus spécifiquement un hydrocarbure de roche-mère. La fracturation hydraulique est particulièrement efficace pour l’exploitation du gaz de schiste. Tout comme le pétrole de schiste, le gaz de schiste se situe dans de fines couches de schiste qu’il est nécessaire de fracturer afin de récupérer les hydrocarbures qu’elles contiennent. Continuer la lecture de « Dynamiques de politique publique et fracturation hydraulique : Un programme de recherche comparatif international »

Ecritures numériques : déconstruire le média ? – séminaire du cycle Recherche, Arts et Pratiques numériques

« Ecritures numériques : déconstruire le média ? » – 16 novembre 2016 – durée : 1h 24mn

Avec  Antoine Gonot, SATIS (AMU) et LMA (CNRS), Douglas Edric Stanley, artiste, Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence et HEAD (Genève) et Céline Masoni Lacroix, Université de Nice Sophia Antipolis, URE Transitions, Medias, Savoirs, Territoires.

Ce séminaire est organisé dans le cadre du cycle « Recherche, arts & pratiques numériques » à l’IMéRA.

Comité d’organisation : Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias – CNRS/AMU/EHESS), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) et Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU).

INTERVENTIONS du 16 novembre 2016 Continuer la lecture de « Ecritures numériques : déconstruire le média ? – séminaire du cycle Recherche, Arts et Pratiques numériques »

SOL- mesures, 1ère session du cycle Pollution(s) et Solution(s)

Vidéo du séminaire du mardi 24 janvier 2017 (1h 22 mn)

SOL – mesures

Isabelle Laffont-Schwob (Ecotoxicologie et Bioremédiation – IMBE/ AMU-CNRS) & Julie Kmieckowiak (Paysagiste et Urbaniste)

Discutants : Christelle Rabier (historienne ; EHESS/Centre Norbert Elias) et Yves Noack (géochimiste ; CNRS, CEREGE ; dir. de l’OHM-BMP).

« L’inventaire des sites potentiellement pollués » (F. Ogé) laisse à penser que le territoire français est mité de zones à fortes teneurs en produits toxiques, qui ne sont pas toutes prises en charge comme elles le pourraient ou devraient. Comment détecter les sols dangereux, et que pouvons-nous faire pour que l’humain puisse se les réapproprier ?

Séminaire dans le cadre du cycle « Pollution(s) et Solution(s) » organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE), et qui se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle. Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le cycle repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit. Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.

Amine Aït Chaalal : « Les Etats-Unis vis-à-vis des évolutions au Maghreb et Moyen-Orient depuis 2011 : acteurs ou spectateurs ? »

Conférence d’Amine Aït-Chaalal – Professeur à l’Université Catholique de Louvain et codirecteur du Centre d’études des crises et conflits internationaux – CECRI

Dans le cadre du cycle « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée » organisé en partenariat avec l’IMéRA, AMSE et la Villa Méditerranée, en collaboration avec la Commission Économique pour l’Afrique des Nations-Unies.

Mardi 31 janvier 2017 à l’IMéRA  – vidéo : 52 mm 11

Depuis 2011 les pays arabes sont touchés par une série de mouvements et de bouleversements politiques, socio-économiques et populaires de grande ampleur. Plusieurs dirigeants arabes ont quitté le pouvoir. Dans d’autres pays, la situation a évolué de manière parfois tragique et violente. De par l’importance du positionnement géostratégique des Etats-Unis au Maghreb et au Moyen-Orient, l’administration Obama a dû gérer ces multiples évolutions. L’enjeu est de savoir comment les  Etats-Unis ont fait face à ces mouvements et quelles ont été leurs modalités d’actions et de réactions.

La transition énergétique vs les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs

Inscrit dans le programme « Energie » de l’IMéRA, le cycle interdisciplinaire « La transition énergétique vs les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » est coordonné par Béatrice Cointe (postdoc Amidex au LAMES et à BIP), Pierre Fournier  (LAMES), Marie-Thérèse Giudici (BIP) et Frédéric Rychen (GREQAM). Il est appuyé par le PR2I Energies (AMU).

Contact : giudici@imm.cnrs.fr

Diffusion video en streaming : activée les 17 février, 17 mars, 28 avril, 12 mai et 16 juin

Programme :

Vendredi 17 février 2017, 14h-17h à l’IMéRA : « La transition énergétique au regard de l’histoire : mythe ou réalité ? »,  Xavier Daumalin, historien, Aix-Marseille université (détails ci-dessous)

Vendredi 17 mars 2017, 14h-17h à l’IMéRA  :   « Une énergie sans pareille? L’électricité en conquête (XIX-XX s.)« , par Alain Beltran, historien, directeur de recherche CNRS, UMR 8138 IRICE) (détails ci-dessous)

Autres dates (en cours de finalisation) :

  • 28 avril : L’énergie en Méditerranée
  • 12 mai : Les scénarios énergie-climat mondiaux
  • 16 juin : Les transitions énergétiques – sciences et évolution

ENTREE LIBRE – DOCTORANTS : inscription sur le site de la Direction de la Formation doctorale AMU- ADUM

Le séminaire se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de « la » transition énergétique, prenant garde à en discuter les conditions de possibilité.

Les intervenants sollicités ont été invités à construire leur intervention en réponse à un appel à vigilance vis-à-vis du mot d’ordre de transition énergétique : faut-il en effet tenir pour acquise la perspective d’une évolution douce, progressive des choix énergétiques, vers un horizon bien défini, laissant seulement à discuter le rythme et les étapes de cette évolution ? La traduction du « débat national sur la transition énergétique » de 2012-13 en loi du 17 août 2015 relative à « la Transition énergétique pour la croissance verte » pourrait le laisser penser. Cela mérite examen pour préciser les espaces d’incertitude et de choix qui rendent pluriels les futurs énergétiques compte tenu des nombreuses imbrications de problématiques autour du thème de l’énergie et cela requiert la mobilisation de compétences d’analyse variées.

Le problème ne se pose pas pour tous les pays de la même façon et, si l’on espère avancer des réflexions à l’échelle méditerranéenne, il faut se montrer attentif à la diversité de situations qu’on y rencontre, avec des pays à rente pétrolière ou gazière qui voisinent géographiquement et dans leurs modes de développement avec des pays totalement dépendants d’importations d’hydrocarbures. Continuer la lecture de « La transition énergétique vs les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs »

« L’analyse des réseaux en sociologie : son développement, ses apports, et l’exemple des évolutions biographiques » par Claire Bidart

Vidéo intégrale du séminaire du 22 novembre 2016

« L’analyse des réseaux en sociologie : son développement, ses apports, et l’exemple des évolutions biographiques » par Claire Bidart (sociologie, LEST Aix en Provence) – 2h 23 mn

Séminaire dans le cadre du cycle « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire », organisé par Alain Barrat (Centre de Physique Théorique, AMU/CNRS) et Claire Bidart (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, AMU/CNRS) dans le cadre du Collège doctoral d’Aix-Marseille Université, en partenariat avec l’IMéRA.

Pollution(s) et solution(s)

Inscrit dans le programme « Développement durable », le séminaire interdisciplinaire art-science « Pollution(s) et solution(s) » est coordonné par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; associée au GREQAM, AMSE).

Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le séminaire se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle.

Il repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit.

Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.
Continuer la lecture de « Pollution(s) et solution(s) »