Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta

Franco Miglietta, IMéRA Fellow 2016-2017, est directeur de recherche à l’Institut de Biométéorologie du Conseil National de la Recherche italien. Il s’intéresse depuis trente ans au changement climatique sous le prisme des questions de durabilité, d’adaptation, de mitigation et du rôle joué par la végétation terrestre. Il a coordonné plusieurs projets de recherche nationaux et européens sur ces questions, et collabore avec l’Agence spatiale européenne dans le cadre des missions spatiales Earth Explorer. Il a occupé des postes scientifiques de premier plan sur la scène mondiale et a écrit plus de 150 articles publiés dans des revues internationale.

Article paru dans Fellows#30 – Make our planet great again ? – revue du RFIEA

Pendant des siècles, l’agriculture a été considérée comme une simple activité dédiée à la production de nourriture pour les humains (directement et via l’élevage) et à celle de fibres pour l’industrie textile. Une mutation s’est opérée au cours des dernières décennies : le système agraire se retrouve au centre de nouvelles pressions et attentes sociales. L’agriculture contemporaine doit par exemple répondre à la demande croissante d’énergie renouvelable par la production de biomasse à transformer en énergie (combustion, biogaz, biodiesel, éthanol). Elle est aussi en charge de la protection du paysage rural et de la biodiversité via l’introduction de pratiques respectueuses de l’environnement – notamment la réduction des risques d’érosion et des émissions de gaz à effet de serre. Au niveau mondial, l’enjeu est de pouvoir répondre à ces objectifs complexes, tout en satisfaisant une demande croissante de nourriture due à l’essor de la population mondiale souvent associé à une variation rapide des régimes alimentaires (on estime la population à 9 milliards d’habitants en 2050). Les terres consacrées à la production agricole ne peuvent pas croître davantage sans que ce ne se fasse au détriment des écosystèmes terrestres : la recherche agricole doit trouver rapidement des solutions durables.

Les céréales, les cultures oléagineuses et les légumineuses dominent l’agriculture contemporaine. Ces grandes cultures occupent environ 70 % des terres cultivées et fournissent la majeure partie des calories de l’alimentation humaine. Elles sont produites sur des cycles annuels. Les cultures basées sur ce paradigme de l’annualité émettent des quantités significatives de gaz à effet de serre, qui contribuent au changement climatique. Elles nécessitent des rotations, des traitements du sol, des engrais et l’utilisation de biocides pour la lutte antiparasitaire et contre les agents pathogènes. Elles sont une source potentielle de dégradation des sols et, par conséquent, une menace sérieuse pour la durabilité agricole. Continuer la lecture de « Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta »

« Tout salaire mérite-t-il travail ? », par Enrico Donaggio

Enrico Donaggio

Professeur de philosophie à l’université de Turin, Enrico Donaggio est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2018. Il s’intéresse à l’impact des mutations contemporaines du travail sur la liberté et, plus largement, aux théories philosophiques et historiques de la modernité, aux théories du mal politique et aux théories critiques de la société. Auteur d’une centaine de publications, il a notamment écrit sur l’industrie culturelle à l’ère de Steve Jobs, assuré l’édition italienne du Nouvel esprit du capitalisme de Christian Boltanski et Eve Chiappello ainsi que plus récemment une nouvelle édition italienne du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de De la Boétie.

Article paru dans Fellows#29 – L’avenir du travail au XXIè siècle, revue du RFIEA

Dimanche 5 juin 2016, les citoyens suisses auraient pu décider de vivre sans travailler, pour le reste de leur vie, en recevant de l’État 2.250 euros par mois sans contrepartie. Le refus de cette perspective a été net : 76,2 % des votants ont dit non à « l’instauration d’un revenu de base inconditionnel » pour « permettre à l’ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique ». Par le passé, les électeurs suisses avaient déjà repoussé sèchement l’éventualité de passer de quatre à six semaines de vacances par an, de réduire le temps de travail de 40 à 36 heures par semaine, ou encore d’avancer l’âge de départ à la retraite de 65 à 62 ans. Considérer que l’existence ne devrait pas être consacrée à chercher et exercer une activité de plus en plus difficile à trouver, mais nécessaire pour survivre, n’a pas le vent en poupe. Continuer la lecture de « « Tout salaire mérite-t-il travail ? », par Enrico Donaggio »

« Charlottesville and America’s racial past present », par Naa Oyo Kwate

Naa Oyo Kwate

Naa Oyo A. Kwate, résidente IMéRA/EURIAS 2017-2018, est professeure d’écologie humaine, d’études africaines et directrice associée du Center for Race and Ethnicity à Rutgers (State University of New Jersey). Diplômée en psychologie clinique, ses recherches portent sur les déterminants psychologiques et sociaux de la santé des Afro-Américains. Elle s’intéresse aux expériences d’identité et d’inégalité au niveau individuel, et à l’intersection de ces variables avec des facteurs structurels, en particulier la dimension urbanistique et les quartiers.

Article paru dans Fellows#28, Quels enseignements tirés des événements de Charlottesville, publication du RFIEA.

Visitors to the University of Virginia’s (UVA) website are invited to learn about the town in which it is located, Charlottesville. “A Place Like No Other”, the page announces, and “Happiness Is A City In Virginia.” The discrepancy between this vision of Charlottesville and UVA as places of exceptional collectivity and intellectual richness, and the grim imagery of white supremacists marching around the iconic Rotunda in August of 2017, is vast. It parallels the yawning gulf between America’s idealized notion of what the country is and holds itself to be, and the racism that deeply structures the United States.

In the same vein, third US President Thomas Jefferson, founder of UVA, embodies the competing tensions that undergird the American project. On the one hand, he produced the soaring rhetoric of the Declaration of Independence. On the other, he wrote in Notes on the State of Virginia, a book written in response to France’s request for information about Virginia, about the “immovable veil of black” in “Query XIV : Laws that the Negro is inferior to both whites and Indians”. In that section, Jefferson speaks in no uncertain terms about the inferior stain of blackness. Continuer la lecture de « « Charlottesville and America’s racial past present », par Naa Oyo Kwate »

« De la puissance d’agir dans un monde numérique » par Serge Proulx

Serge Proulx (IMéRA Fellow 2014-2015) est sociologue spécialiste des médias québécois. Il est professeur émérite à l’université du Québec à Montréal (École des médias), et chercheur et fondateur du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur et du Groupe de recherche et d’observation sur les usages et cultures médiatiques. Il est également professeur associé à Télécom ParisTech.

Article paru dans Fellows#14 (Démocratie et numérique), publication du RFIEA.

Depuis une dizaine d’années, l’avènement de ce que l’on a appelé le Web participatif a suscité beaucoup d’espoirs du côté des activistes, des artistes, des militants politiques et des mouvements sociaux. L’idée d’un Web participatif était l’une des figures issues du basculement paradigmatique que constitua la nouvelle manière de penser l’Internet à partir de la notion de « Web 2.0 », terme qui fut introduit par Tim O’Reilly lors d’un séminaire d’entreprise en octobre 2004, pour décrire d’abord en termes techniques, commerciaux et industriels une nouvelle génération de logiciels pour le Web. Dans ce nouvel environnement numérique, les usagers sont considérés comme des participants actifs dans la création/production, le remixage et la diffusion des contenus qui circulent sur la Toile. Continuer la lecture de « « De la puissance d’agir dans un monde numérique » par Serge Proulx »

« Les crises financières sont-elles inhérentes au capitalisme » par Jakob Madsen

Jakob Madsen (IMéRA Fellow 2016-2017) est titulaire de la chaire en commerce et économie Yang Xiaokai à Monash University (Melbourne, Australie) et membre de l’Académie australienne des Sciences sociales.

Article paru dans Fellows#13 (Crises financières, crises bancaires), publication du RFIEA.

 

La fréquence des crises financières, récurrentes dans un système capitaliste, a considérablement augmenté ces deux derniers siècles (cf. tableau 1). Au-delà de leur fréquence, l’intensité de ces crises a également augmenté au fil du temps, parallèlement à un accès croissant au crédit. Le crédit a beau avoir cours depuis des siècles, ce n’est qu’au cours du xixe siècle que les banques commerciales ont commencé à prêter de manière importante dans les pays développés. De plus, c’est à la fin du xixe siècle qu’elles ont commencé à internationaliser leurs activités de prêt, notamment dans les colonies. Continuer la lecture de « « Les crises financières sont-elles inhérentes au capitalisme » par Jakob Madsen »

« A new ambition for the EU ? Call it ‘Sustainable Integration' » par Kalypso Nicolaïdis

IMéRA Fellow 2010-2011, Kalypso Nicolaïdis est Professeur de relations internationales et directrice du Centre d’études internationales de l’université d’Oxford ; elle est membre du Conseil européen des relations internationales.

Article paru dans Fellows#11 (Brexit : quelles perspectives pour l’Union Européenne ?), publication du RFIEA.

What future for the EU after Brexit? As European leaders emerge from their Summit in Bratislava on 16 September they will try both to sound decisive and consensual, bold and cautious, visionary and pragmatic. Can they really square that circle? Can they signal to European publics that the prospect of EU life without the UK may be hard to swallow but that nevertheless the European ship is not going adrift? How can they manage not to announce too much for the sway of peoples and countries who demand a break in European integration but not to do so little as to appear clueless? Continuer la lecture de « « A new ambition for the EU ? Call it ‘Sustainable Integration’ » par Kalypso Nicolaïdis »

Entretien avec Todd Shepard

Figure importante de la nouvelle génération de chercheurs sur le postcolonial, Todd Shepard (IMéRA Fellow 2015-2016), historien, enseigne à l’université Johns Hopkins (Baltimore). Son ouvrage Comment l’indépendance algérienne a transformé la France (Payot, 2008 ; réédité au format de poche en 2012) a reçu le prix J. Russell Major, décerné par l’American Historical Association et le prix du Council of European Studies qui distingue des ouvrages anglophones portant sur l’histoire française et européenne.

Article paru dans Fellows#02 (Quelle place pour l’Islam en France ?), publication du RFIEA.

Retrouvez-vous, dans la réaction française aux attentats de 2015, des caractéristiques du rapport que nous entretenons avec notre histoire et notre mémoire postcoloniales ? 

Tout à fait. Selon moi, les réactions post attentats sont très symptomatiques de la manière particulière dont la France traite son histoire coloniale, son rapport au monde arabe et à l’Algérie en particulier.

Si, après les attentats de janvier 2015, c’est l’unité nationale qui a primé, la réaction aux attentats de novembre a mis en avant des clivages profonds et propres à la société française. On peut voir se dessiner inconsciemment dans les réponses que le pouvoir oppose au terrorisme des conséquences de la guerre d’Algérie, cela à deux niveaux différents mais fort révélateurs. Continuer la lecture de « Entretien avec Todd Shepard »

« The Tunisian Success : a possible path for the Arab World ? », par Emel Akçali

Emel Akçali (IMéRA Fellows 2015-2016) est maître de conférences au Département de politique et des relations internationales de l’Université de Swansea au Royaume-Uni.

Article paru dans Fellows#20 (L’espérance tunisienne : une voie possible pour les nations arabes), publication du RFIEA.

The Tunisian state and societal transformation that has been taking place since the Tunisian People’s Dignity Revolution of December 2010 certainly deserves praise. After the forced flee of the authoritarian president Ben Ali in January 2011, the majority of the socio-political actors in Tunisia have demonstrated a genuine commitment for building a long-lasting democratic system and keeping a relatively wide margin of freedom of expression. The political alliances were built at decisive moments thanks to the politics of compromise that helped Tunisia to stay on the path of procedural democracy. A new constitution that cherishes principles of devolved government, independent judiciary, and free media, as well as a balance of power between the office of the president and that of the president of the government has been in practice since January 2014. Moreover, a Truth and Dignity Commission was set up, despite a certain degree of political opposition, with the objective of dealing with thousands of claims for human rights violations that took place during Tunisia’s authoritarian era. As such, Tunisia has started to be increasingly represented as the most promising model for the Muslim world (Sezgin, 2014), leaving the once much-appreciated Turkey behind, especially following the latter’s escalating authoritarian turn. Continuer la lecture de « « The Tunisian Success : a possible path for the Arab World ? », par Emel Akçali »