SEMINAR : The symphony of modern neuroscience, 15th March 2017

Vidéo intégrale filmée en live en deux parties : 1h53 (matinée) – 2h46 (après-midi)

SEMINAR : The symphony of modern neuroscience

15th March 2017 10 am – 17:50 pm at IMéRA

Workshop sponsored by IMéRA and organised by IMéRA Fellows P. Expert, S. de Nigris, H. Fernandes, L-D. Lord, T. Carletti (Team Quintet)

Our residency project is articulated around the integration of mathematical and computational methods to model and understand brain function. It is by definition an interdisciplinary endeavour, and our workshop will reflect this. We will invite speakers representing the different aspects that are crucial to the development of our project and, moreover, prominent figures in modern neuroscience, and have them expose an overview of their field, aspirations and most importantly open questions. The workshop will conclude on a panel discussion to foster new and common research interests and collaborations among the speakers and the audience. As one barrier to interdisciplinarity lies in the technicalities of each field, the workshop will take the form of pedagogical talks, focused on the concepts and heuristics, and a panel discussions.

The overall aims of this workshop, particularly with the final panel discussion, are tripartite: first, easying the interaction among researchers from different research horizons; second, to gain new prospectives on common questions and, finally, to join efforts to solve problems, each contributing its own expertise. Continuer la lecture de « SEMINAR : The symphony of modern neuroscience, 15th March 2017 »

Franco Miglietta : « Albedo-modifying properties of olive trees in Mediterranean climate: ecological, climate change and water savings implications »

Francesco Miglietta (Fellow IMéRA-OTMed) is Scientific Director of FoxLab, a joint research Initiative in collaboration between CNR (Italy) and the Fondazione E.Mach in San Michele.

23 February 2017 : extract of his presentation (5 mn 29 s).

Guy Lapalme : « la production interactive de langage par et pour un agent intelligent »

Professeur d’informatique à l’Université de Montréal, Guy Lapalme est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2017 pour développer un projet sur « la production interactive de langage par et pour un agent intelligent ».

Extrait de la présentation de son projet le 23 février 2017 – 6 mn 8 s.

Des nouvelles de Tim Perkis, résident 2012-2013

Tim Perkis est musicien, compositeur et chercheur, pionnier de la musique électronique en réseau. Lors de son séjour à l’IMéRA, il a mené un projet sur la sonification des données complexes en collaboration avec le laboratoire de Physique des interactions ioniques et moléculaires (PIIM – AMU, CNRS, Marseille).

Il nous donne des nouvelles de ses travaux les plus récents, dont un projet en collaboration avec un autre ancien résident de l’IMéRA, Scott Gresham-Lancaster (Fellow 2011-2012).

« In 2016 former IMéRA fellow Tim Perkis was engaged in a year-long research project working on the sonification of fMRI human brain data at the University of Texas in Dallas, in conjunction with Dr. Roger Malina, of UTD’s school of Art, Technology and Emergent Communication, Dr.Gagan Wig of UTD’s Center for Vital Longevity,  and former IMeRA fellow Scot Gresham-Lancaster. Dr. Wig’s lab studies changes in how different areas of the brain communicate as people age, and the project, funded by the Defense Advanced Research Projects Agency, was dedicated to exploring new ways to experience patterns in this data through the development of sonic representations of it. The work focused on developing tools for not only potential medical diagnostic and scientific analysis purposes, but also for artistic sonification, as a source of patterns for employment in musical performance.

2017 finds former IMéRA fellow Tim Perkis launching into a 3-year research project on systemic musical improvisation with researchers Dr. Palle Dahlstedt (Aalborg University, Denmark) and Dr. Per Anders Nilsson (University of Gothenberg, Sweden), funded by the Swedish Research Council. The work is a continuation of Dahlstedt’s and Nilssons’s long-term research into technology-mediated musical creativity and performance, and Perkis’ long experience as musical improviser and pioneer in the field of networked electronic music, focusing  specifically on the use of technological systems to interact with, enhance and structure the work of musical ensembles engaged in live group composition ».

« L’innovation en crise » par Patrick Juvet Lowe Gnintedem

Patrick Juvet LOWE GNINTEDEM, IMéRA Fellow 2012-2013, est Docteur/Ph.D. en droit, Enseignant-chercheur à l’Université de Dschang, lowe_patrick@yahoo.fr ; patrick.lowe@univ-dschang.org

Résumé : l’innovation souffre aujourd’hui du trop plein autant que du manque de pertinence. Quel sens convient-il de lui donner dans un tel contexte ? Pour le moins, la valeur de l’innovation s’apprécie à sa capacité à apporter des réponses durables aux crises traversées par la société.

Rien de nouveau sous le soleil !

Et devant le double regard émerveillé et inquiet de l’homme défilent continuellement les signes d’une profonde mutation de la société. Il en est le principal instigateur ; bonne ou mauvaise, cette mutation continuelle est le fruit de l’œuvre de re-création opérée par l’homme. Là se trouve, sans doute, le secret de son évolution : une incessante innovation qui, tirant les leçons du passé, prend pied dans le présent et se projette dans l’avenir.

A dire vrai, voir en l’innovation la clé de l’évolution des sociétés n’a rien de nouveau. En prenant progressivement conscience de ses capacités d’innovation, l’homme a cependant cru devoir conceptualiser un phénomène multiséculaire caractéristique de la nécessité de faire progresser l’humanité. Il lui a d’abord donné une portée restreinte en l’assimilant au progrès technique ou à l’idée d’innovation technologique. Depuis, le concept s’est élargi dans le domaine des activités économiques et dans divers autres domaines de la vie en société (santé, éducation…). Aujourd’hui, innover semble  davantage exprimer le désir de promouvoir un phénomène de mode moderne, voire postmoderne. Et le rythme des ‘innovations’ ou des productions se réclamant d’un tel substantif ne cesse de croître. Corrélativement l’on note, non sans étonnement, que le monde connaît des crises de plus en plus aigües. Mais ici encore, rien de nouveau sous le soleil ! Les sociétés, pourrait-on dire, ont toujours été à diverses étapes de leur évolution, en crise. Si elles ont survécu pendant tous ces millénaires, c’est qu’effectivement il a fallu chaque fois inventer ou réinventer des formules de sortie de crise. Alors, les crises contemporaines que traverse la terre des hommes ne dévoileraient-elles pas une autre, plus profonde, qu’il faut rechercher dans le sens aujourd’hui donné à la capacité innovatrice ?
Continuer la lecture de « « L’innovation en crise » par Patrick Juvet Lowe Gnintedem »

Aline Veillat : « Penser de bas en haut, quand le sol prend la parole »

Aline Veillat, en résidence du 12 septembre 2016 au 14 juillet 2017,  est artiste et chercheur associé à la Haute Ecole d’Art et de Design Genève.

« Mon travail artistique porte sur deux problématiques : d’une part pour certaines réalisations j’interroge notre relation à la nature – ceci allant de question écologique au concept de Paysage (tel qu’il est envisagé en Art et comme schème perceptif) ; et d’autre part, pour d’autre réalisations j’interroge notre façon de réagir face à des faits de société ou d’évènements de l’actualité mondiale. Mais ces deux problématiques peuvent se confondre ». 

Extrait de la présentation de son projet le 15 septembre 2016 (6 mn 38).

Yesser Hadj Belgacem Tellier présente ses recherches en résidence

Yesser Hadj Belgacem Tellier (scientifique chargé de projet, Université de Californie, Davis), résident IMéRA-Inserm de septembre 2016 à janvier 2017, explique les avancées de ses recherches sur le projet « Morphogens as regulators of synapse plasticity in the central nervous system » (17 janvier 2017 – 5 mn 24 s).

« Une génèse de l’Anthropocène », par Kevin Walsh

Kevin Walsh est Senior Lecturer en Archéologie du paysage (University of York, UK), en résidence IMéRA-EURIAS du 3 octobre 2016 au 28 juillet 2017.

Article publié dans Fellows#19, publication du RFIEA.

Anthropocène est souvent défini comme la période géologique marquée par les dépôts sédimentaires provenant directement de l’impact capital de l’humanité sur l’ensemble des systèmes environnementaux (géologiques, écologiques et climatiques). Pour beaucoup, cette période commence par la révolution industrielle, et s’accélère après la seconde guerre mondiale. Depuis les années 1950, on assiste à une augmentation sans précédent de la consommation des différentes ressources naturelles, avec pour conséquence directe l’augmentation considérable de la population mondiale.

L’Anthropocène est considéré par beaucoup comme un phénomène produit par l’impact de l’homme sur son environnement aux xixe et xxie siècles. Bien que cette description soit légitime et largement acceptée, il nous faut examiner la manière dont les interactions homme-environnement ont jeté très tôt les bases des changements récemment observés. En outre, en adoptant une description écologique de l’Anthropocène (en sus de la définition géologique), il nous faut également évaluer la création par l’homme de « nouveaux écosystèmes ». Ces nouvelles niches artificielles représentent une étape importante de l’Anthropocène, caractérisée par des environnements dégradés avec leurs conséquences géologiques. Pour citer Peter Verburg, spécialiste de l’espace environnemental et de l’Anthropocène : « Fondamentalement, l’Anthropocène définit l’émergence de systèmes socio-écologiques imbriqués, où les interactions homme-environnement sont non seulement bidirectionnelles, mais s’étendent également sur différentes échelles spatiales et temporelles. Dans cette optique, la pertinence d’une science complexe aboutissant à une nouvelle compréhension des interactions homme-environnement devient évidente ». Continuer la lecture de « « Une génèse de l’Anthropocène », par Kevin Walsh »