Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio

Professeur de philosophie à l’université de Turin, Enrico Donaggio est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2018. Il s’intéresse à l’impact des mutations contemporaines du travail sur la liberté et, plus largement, aux théories philosophiques et historiques de la modernité, aux théories du mal politique et aux théories critiques de la société. Auteur d’une centaine de publications, il a notamment écrit sur l’industrie culturelle à l’ère de Steve Jobs, assuré l’édition italienne du Nouvel esprit du capitalisme de Christian Boltanski et Eve Chiappello ainsi que plus récemment une nouvelle édition italienne du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de De la Boétie.

Article à paraître fin 2018 in « Rassegna italiana di sociologia »

Enrichissement et travail
À propos du dernier livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre*

*Enrichissement. Une critique de la marchandise, Collection NRF Essais, 2017

La tâche qui m’a été assignée par les organisateurs de ce débat sur le livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre est celle de mettre en relief des questions et des problèmes soulevés par une lecture d’inspiration marxiste, au sens large et non orthodoxe du terme, de cet ouvrage. Une lecture qui interroge le discours que les auteurs proposent dans les pages de l’Enrichissement selon un point de vue qui donne une importance décisive à des topoi classiques tels que : l’analyse de la marchandise et de sa structure ; la centralité du travail pour la formation de toute forme de valeur et de richesse. Thèmes en partie présents, en partie absents du livre pour des motifs que Boltanski et Esquerre déclarent clairement.

Du point de vue méthodologique il ne s’agit pas – il faut le préciser – d’une perspective de lecture extrinsèque ou étrangère aux sujets que le livre aborde. On ne choisit pas cette ligne d’interprétation et de questionnement pour une quelque forme de dogmatisme ; pour revendiquer – au delà de l’évidence – un prétendu monopole de la vérité à une position idéologique et épistémologique spécifique. Ce sont plutôt les arguments du texte et les dispositifs conceptuels mobilisés par Boltanski et Esquerre qui suggèrent, voire imposent, une confrontation avec cette approche. Et cela au moins pour trois raisons :

  1. puisque le thème principal posé au centre de l’ouvrage – les transformations du capitalisme contemporain liées à ses contradictions, aux nouvelles stratégies déployées pour générer encore davantage de profit, pour continuer malgré tout à créer et à accumuler de la richesse – est depuis toujours manifestement un motif crucial de l’analyse marxiste de la société ;
  2. puisque le point d’Archimède de ce discours sur l’enrichissement contemporain – la marchandise et ses structures, autant que les effets engendrés par l’extension puissante et imprévisible de son domaine – trouve sa justification canonique dans les pages initiales du Capital, incontournables même pour les auteurs du livre en discussion ;
  3. puisque l’effet de totalisation critique que le texte vise et arrive à produire s’inscrit dans une tradition méthodologique et d’histoire des idées qui trouve en Marx un de ses représentants les plus célèbres et exemplaires.

Continuer la lecture de « Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio »

Levent Yilmaz : cours au Collège de France « Pourquoi écrit-on -toujours- l’histoire ? »

Levent Yilmaz, historien des idées et résident de l’IMéRA 2017-2018, a donné un cours en 4 séances au Collège de France, en tant que conférencier invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du professeur Patrick Boucheron, titulaire de la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe – XVIe s.)».

 

Le cours, intitulé « Pourquoi écrit-on – toujours – l’Histoire ? Considérations sur l’innovation et le passé » s’est déroulé les 7, 14, 21 et 28 mars 2018.

Les vidéos des cours sont disponibles sur le site du Collège de France : le lien.

La présentation du cours

En 2004, dans Le Temps moderne (Gallimard), j’avais essayé de montrer que la Querelle des Anciens et des Modernes qui s’est produite à l’Académie française en 1687 était en fait la dernière querelle à propos de la suprématie du passé sur le temps présent. Cette célèbre Querelle avait provoqué, de manière décisive et irréversible, l’objectivation du passé (et la dissociation de celui-ci du temps présent) ; le passé qui continuait à vivre dans le présent sous la forme d’un dévouement (« un passé qui pèse sur le présent en le modelant ») n’était plus un maître ni un guide fiable pour les méandres obscurs du futur. Les Modernes avaient commencé à rejeter toutes formes d’imitation des modèles venant du passé et l’ancienne formule cicéronienne, historia magistra vitae, avait cessé de fonctionner car les Modernes furent fiers de leurs propres modèles. Selon François Hartog cela constituait l’arrivée du régime moderne d’historicité et Philippe Descola y voyait une originalité inouïe : « Oui, d’autant qu’en Occident, depuis la querelle entre les Anciens et les Modernes, le nouveau est positif. C’est lié à une transformation de l’échelle de temporalité, orientée, dans laquelle on se projette vers un futur parce que l’on considère que le présent est le produit des activités du passé et qu’il est perfectible. C’est une idée là encore très originale, absolument pas partagée dans le reste du monde, où on a plutôt des temporalités soit cycliques, soit dépourvues de profondeur. » (Le Monde, Sciences, 11/11/2013). Le passé n’était plus donc un réservoir d’exemples d’où il fallait tirer des leçons. Continuer la lecture de « Levent Yilmaz : cours au Collège de France « Pourquoi écrit-on -toujours- l’histoire ? » »

« À la recherche d’un nouveau projet politique et social », par Amar Mohand-Amer

 

Résident à l’IMéRA en 2017-2018, Amar Mohand-Amer est historien de formation et chercheur au centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) à Oran. Il travaille sur des problématiques historiques selon une approche interdisciplinaire. Celles-ci s’articulent essentiellement autour de la situation coloniale, les moments de rupture et de basculement, les modes de résistance, la violence en temps de guerre (colonisation), les enjeux mémoriels et les questions de légitimation dans un contexte de crise politique. Il publie en 2018, aux presses de l’institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Algérie en 1962. FLN, ALN, UGTA, PRS…

Article paru dans Fellows#34, Algérie, une crise systémique permanente, revue du RFIEA.

En octobre 1988, les manifestations populaires, décisives, ébranlent l’Etat-FLN et l’engagent à procéder à des réformes majeures et inédites. La nouvelle constitution du 23 février 1989, libérale -multipartisme, liberté de presse, libéralisation du champ associatif, droit syndical et de grève… – crée une dynamique politique et sociale de grande envergure. C’est une expérience unique dans l’histoire de l’Algérie post-indépendance.
Paradoxalement, la recomposition fondamentale du champ politique et partisan bénéficiera, en premier lieu, au courant religieux. Aux élections communales du 12 juin 1990, (premier suffrage démocratique depuis 1962), les candidats du Front islamique du salut (FIS), le porte-drapeau le plus emblématique du courant islamo-radical en Algérie, sont plébiscités. Ils le seront aussi au premier tour des législatives, le 26 décembre 1991. Entre les deux suffrages, le parti perd un million de voix. Il reste, toutefois, le principal mouvement politique de masse en ce début des années 1990 et grand favori pour l’obtention de la majorité absolue au second tour, prévu le 16 janvier 1992. Continuer la lecture de « « À la recherche d’un nouveau projet politique et social », par Amar Mohand-Amer »

Migration of African-American Writers to Paris and Encounter with African and Caribbean Writers (1930-1960), par Aliko SONGOLO

Professor Aliko Songolo (University of Wisconsin-Madison) is the first Fulbright Specialist selected within the framework of the cooperation agreement signed by AMU and the Fulbright French-American Commission in July 2017, which also includes the creation of a Migration Studies Fulbright/IMéRA .

From January to end of March 2018, Professor Songolo will be working on a project involving both AMU/IMéRA and the Senegalese university Gaston Berger. A summary of the project is given below.  

Bio

Aliko Songolo’s research and teaching interests lie primarily in Francophone literatures of Africa and the Caribbean, and Francophone cinemas of Africa and Québec. He has published a monograph (Aimé Césaire: une poétique de la découverte, 1985), two co-edited volumes (Twenty-five Years After Dakar and Fourah Bay: The Growth of African Literature, 1998 and Atlantic Cross-Currents/Transatlantiques, 2001), and was Associate Editor of the highly acclaimed five-volume New Encyclopedia of Africa (2008). He also edited special issues of two eminent journals in his field, French Review (1982) and Présence Francophone (2003), and published numerous articles. His current research projects investigate the question of national cinema in Québec and Francophone Africa, and postcoloniality in the wake of the Négritude movement.

The project

Entitled “Migration of African-American Writers to Paris and Encounter with African and Caribbean Writers (1930-1960),” the project I propose to undertake aims to explore the complex and sometimes complicated web of relationships among African-American writers, artists, and intellectuals and their Francophone African and Caribbean counterparts over three crucial decades of the twentieth century. Continuer la lecture de « Migration of African-American Writers to Paris and Encounter with African and Caribbean Writers (1930-1960), par Aliko SONGOLO »

Exposition d’Abdessamad El Montassir : Al Amakine, une cartographie des vies invisibles.

Al Amakine, une cartographie des vies invisibles, est une exposition d’Abdessamad El Montassir, résident 2017-2018, présentée à la Villa Soudan (Bamako), dans le cadre du programme Off de la 11ème Biennale de la photographie africaine.

Article sur l’exposition paru dans Jeune Afrique.

« Qu’est-ce qu’une Trace-mémoires ? C’est un espace oublié par l’Histoire et par la Mémoire-une car elle témoigne des histoires dominées, des mémoires écrasées et tend à les préserver. » *

Abdessamad El Montassir, Al Amakine, une cartographie des vies invisible, 2016-17.

Transmis oralement dans un langage poétique par les populations locales, les récits qui relatent les événements politiques, culturels et sociaux inhérents au Sahara au sud du Maroc, disparaissent des discours officiels faute d’avoir été retranscrits sous forme de document. Ces savoirs immatériels, ces Traces-mémoires telles que pourrait les définir Chamoiseau, rendus invisibles ou volontairement niés par l’Histoire, constituent pourtant une matière historiographique essentielle de cet espace géographique apparaissant comme vide aux yeux des autres.

Vue de l’exposition Al Amakine, une cartographie des vies invisibles, dans le cadre du OFF des Rencontres de Bamako. Commissariat assuré par Gabrielle Camuset et Alice Orefice, 2017.

Suivant ces récits qui le conduisent dans les régions de Boujdour, Laâyoune, Tarfaya, Guelmim, Es-Semara ou Tan-Tan, Abdessamad El Montassir ravive ces archives latentes et subvertit les chroniques établies pour proposer une approche alternative, dissonante, non pas figée mais renouvelée et endogène du territoire. Les poèmes en hassani que récitent les savants qu’il rencontre, l’orientent vers ces autres terrains d’énonciation qui donnent toute son épaisseur à l’Histoire. Continuer la lecture de « Exposition d’Abdessamad El Montassir : Al Amakine, une cartographie des vies invisibles. »

La responsabilité des sciences sociales face à « l’Autre », par Roberto Beneduce

Roberto Beneduce, IMéRA 2016. Copyright Christophe Delory

Médecin psychiatre et professeur d’anthropologie, IMéRA Fellow 2015-2016, Roberto Beneduce mène depuis les années 1980 des programmes de recherche en Afrique et en Europe sur les conséquences psychiques et sociales des violences liées aux phénomènes de guerres, aux déplacements de populations et aux politiques d’accueil des étrangers. Il questionne les cadres théoriques de l’intervention ethnopsychiatrique et l’approche des différences culturelles, ainsi que ​les transformations des savoirs thérapeutiques locaux et des imaginaires religieux au Mali, au Cameroun et au Mozambique​. ​ Il a fondé et dirige à Turin le centre Frantz Fanon, dédié à l’aide psychologique aux étrangers.

Article publié dans Fellows #32 « Migrations : sortir du prêt-à-penser », revue du RFIEA

Un nouveau défi est aujourd’hui lancé aux sciences sociales. Le rôle de l’anthropologie n’est plus seulement de déchiffrer et interpréter les altérités culturelles, de faire dialoguer des structures de connaissances ou visions du monde distinctes et (d)écrire la vie d’autrui. Il faut d’abord s’interroger sur la manière dont on bâtit notre connaissance, quel rôle y joue l’Autre, et de mettre fin à ce qui a été défini comme épistémocide (l’assujettissement des savoirs, parallèle à la destruction et l’annihilation des minorités qui refusent d’être « intégrées », voire asservies).
Le courant de l’anthropologie dite « perspectiviste » a souligné qu’il ne fallait plus se contenter de dire comment les autres sociétés pensent les problématiques, car ces problématiques sont souvent définies a priori à l’intérieur de nos catégories, qu’il s’agisse de la place de l’Homme dans l’univers, de la maladie, des conflits familiaux, de la violence sorcellaire, de la naissance d’un enfant ou du pouvoir politique. Il importe de changer de paradigme et de chercher au préalable à connaître comment les autres pensent des problèmes que, peut-être, nous n’avons pas encore perçus ou imaginés, tout en admettant la possibilité que les stratégies épistémologiques qu’ils adoptent face à ces problèmes puissent être analogues à celles que nous avons élaboré au fil du temps. Les points de vue d’autres êtres (et pas nécessairement des seuls êtres humains) ne sont pas moins fondamentaux que le nôtre : notre pratique doit partir de ce principe. Continuer la lecture de « La responsabilité des sciences sociales face à « l’Autre », par Roberto Beneduce »

Portrait de Michelle Stewart

Michelle Stewart. Copyright Christophe Delory

Résidente  à l’IMéRA en 2013-2014, Michelle Stewart (Chair of School of Film & Media Studies, State University of New York, Purchase College) travaille sur les politiques culturelles.

Portrait publié dans Perspectives #16, journal du RFIEA

How would you describe yourself?
When I arrived in Marseille, my research focused mostly on audio-visual policy and, specifically, on how some small efforts to promote “discrimination positive” in the image culture of France had been deployed. I was thinking about the terms of “diversity” that had been constructed and how filmmakers had interpreted this mandate in the works funded by the “Images of Diversity” fund that had been managed by the CNC. IMERA was a great context, because it put me into contact with social scientists thinking about migration and multiculturalism. Marseille was a great context, because it’s a city born of a rich history of migration and diversity, with a very different profile and flavor than Paris.

What is your current research about? 
My current research addresses rise of rightwing extremist media in the US and how the extreme right has increasingly seduced the “alt right,” a younger, more technologically sophisticated and libertarian right. Continuer la lecture de « Portrait de Michelle Stewart »

Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta

Franco Miglietta. Copyright Christophe Delory

Franco Miglietta, IMéRA Fellow 2016-2017, est directeur de recherche à l’Institut de Biométéorologie du Conseil National de la Recherche italien. Il s’intéresse depuis trente ans au changement climatique sous le prisme des questions de durabilité, d’adaptation, de mitigation et du rôle joué par la végétation terrestre. Il a coordonné plusieurs projets de recherche nationaux et européens sur ces questions, et collabore avec l’Agence spatiale européenne dans le cadre des missions spatiales Earth Explorer. Il a occupé des postes scientifiques de premier plan sur la scène mondiale et a écrit plus de 150 articles publiés dans des revues internationale.

Article paru dans Fellows#30 – Make our planet great again ? – revue du RFIEA

Pendant des siècles, l’agriculture a été considérée comme une simple activité dédiée à la production de nourriture pour les humains (directement et via l’élevage) et à celle de fibres pour l’industrie textile. Une mutation s’est opérée au cours des dernières décennies : le système agraire se retrouve au centre de nouvelles pressions et attentes sociales. L’agriculture contemporaine doit par exemple répondre à la demande croissante d’énergie renouvelable par la production de biomasse à transformer en énergie (combustion, biogaz, biodiesel, éthanol). Elle est aussi en charge de la protection du paysage rural et de la biodiversité via l’introduction de pratiques respectueuses de l’environnement – notamment la réduction des risques d’érosion et des émissions de gaz à effet de serre. Au niveau mondial, l’enjeu est de pouvoir répondre à ces objectifs complexes, tout en satisfaisant une demande croissante de nourriture due à l’essor de la population mondiale souvent associé à une variation rapide des régimes alimentaires (on estime la population à 9 milliards d’habitants en 2050). Les terres consacrées à la production agricole ne peuvent pas croître davantage sans que ce ne se fasse au détriment des écosystèmes terrestres : la recherche agricole doit trouver rapidement des solutions durables.

Les céréales, les cultures oléagineuses et les légumineuses dominent l’agriculture contemporaine. Ces grandes cultures occupent environ 70 % des terres cultivées et fournissent la majeure partie des calories de l’alimentation humaine. Elles sont produites sur des cycles annuels. Les cultures basées sur ce paradigme de l’annualité émettent des quantités significatives de gaz à effet de serre, qui contribuent au changement climatique. Elles nécessitent des rotations, des traitements du sol, des engrais et l’utilisation de biocides pour la lutte antiparasitaire et contre les agents pathogènes. Elles sont une source potentielle de dégradation des sols et, par conséquent, une menace sérieuse pour la durabilité agricole. Continuer la lecture de « Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta »