Introduction: Gender, Migration, and the Media

From Megan C. MacDonald and Mara Mattoscio, in the journal Femina Media Studies

Un article de Megan C. MacDonald, Résidente à l’IMéRA, et Mara Mattoscio, dans le journal Femina Media Studies.

MacDONALD Megan

Assistant Professor of English and Comparative Literature, Koc University, Istanbul. Résidente à l’IMéRA du 10 Septembre 2018 au 12 Juillet 2019 ; EURIAS Fellowship. Projet de recherche: The Way Back: Mediterranean Wakes and Urban Archival Futures

Introduction: Gender, Migration, and the Media

Full article in : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14680777.2018.1532142

Across the sensationalist media coverage of recent migratory movements, generally labelled as the “refugee crisis,” crucial issues of gender, including health-care disparities, differential access to asylum and/or citizenship, and national policies on integration, have received ambiguous treatment. Cases of sexual violence suffered by migrants or visible gender identifications have mostly been framed in stereotypical ways, reinvigorating essentialist oppositions between the West, seen as “progressive and endangered,” and the rest of the world, deemed “backward and threatening.”

Continuer la lecture de « Introduction: Gender, Migration, and the Media »

Ben Kiernan, résident de l’IMéRA, mis à l’honneur dans le journal « Le Monde » pour ses recherches sur les Khmers rouges

« Ben Kiernan, le Cambodge dans la peau », titre Le journal Le Monde, qui consacre ainsi en septembre un article à l’historien australien Ben Kiernan, qui sera résident à l’IMéRA du 7 décembre 2018 au 5 juillet 2019, premier titulaire de la Chaire EHESS/IMéRA sur les études transrégionales.

Ben Kiernan a consacré quarante ans de recherches et une dizaine d’ouvrages aux Khmers rouges. Professeur à l’Université de Yale (Connecticut) depuis 1990, Ben Kiernan fonde en 1994 le programme sur le génocide cambodgien dont l’objectif est de faire reconnaître les massacres de masse perpétrés contre la population cambodgienne entre 1975 et 1979 comme génocide auprès de la justice internationale.

Continuer la lecture de « Ben Kiernan, résident de l’IMéRA, mis à l’honneur dans le journal « Le Monde » pour ses recherches sur les Khmers rouges »

« La recherche en philosophie : sortie de l’ignorance », par Laura Candiotto

Laura Candiotto, résidente à l’IMéRA en  2018, est chercheur à l’Université d’Edinbourg, au département de  Philosophie, Psychologie et des Sciences du langage.  Elle nous livre le texte qu’elle a écrit pour les visiteurs de la Nuit des chercheurs, le 28 septembre 2018.

Laura Candiotto, au Dock des Suds, où s’est déroulée la Nuit des chercheurs le 28 septembre

Histoires dans le noir

La recherche en philosophie : sortie de l’ignorance

Nous sommes dans une caverne. Nous sommes ici depuis notre enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte que nous nous ne pouvons pas bouger ni voir ailleurs que devant nous, la chaîne nous empêchant de tourner la tête ; la lumière vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière nous ; entre le feu et nous prisonniers passe une route élevée : imagine que le long de cette route est construit un petit mur, où nous ne voyons que des reflets, croyant qu’ils sont la réalité.

Cette situation est assez claustrophobe, n’est-ce pas?

Continuer la lecture de « « La recherche en philosophie : sortie de l’ignorance », par Laura Candiotto »

VIDEO – Présentation de projet par Yadh Ben Achour (résident IMéRA 2018-2019 et titulaire de la Chaire Averroès)

Présentation du projet de recherche de Yadh Ben Achour (Ancien doyen de la Faculté des sciences juridiques de Tunis, membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies, Premier titulaire de la Chaire Averroès sur l’islam méditerranéen (IMéRA/A*MIDEX-AMU), avec le soutien de la Fondation de l’Islam de France) intitulé « La religion islamique et l’universalité de la norme démocratique « , dans le cadre des présentations collectives des résidents IMéRA 2018-2019.

Plus d’informations sur les résidents de l’IMéRA et leurs projets de recherche : https://goo.gl/vsJSLo

Enregistré à l’IMéRA le 20 septembre 2019.

HEAD TO HEAD with Marc Rodwin: Should we try to manage non-financial interests?

Marc Rodwin – copyright Christophe Delory

Marc Rodwin, IMéRA Fellow 2017-2018, professor of health law, Suffolk University Law School, Boston, MA, USA

Miriam Wiersma master of philosophy candidate (1), Ian Kerridge professor of bioethics and medicine (1) (2), Wendy Lipworth associate professor (1)
(1)Sydney Health Ethics, University of Sydney, Sydney, NSW 2006, Australia; (2)Royal North Shore Hospital, St Leonards, NSW, Australia; (3)

Ideological biases influence medical research and practice and should be disclosed and managed, say Miriam Wiersma and colleagues. But Marc Rodwin argues that many of these interests are widespread and inherent to life and cannot be avoided or eliminated.

Dialogue published in BMJ 2018;361:k1240 doi: 10.1136/bmj.k1240 (Published 12 April 2018)

CLICK TO READ IT

Disorder in the eye of the beholder, by Naa Oyo Kwate

Naa Oyo Kwate. Copyright Christophe Delory

Naa Oyo A. Kwate, résidente IMéRA 2017-2018, est professeur au département des études africaines et au département d’écologie humaine de l’université Rutgers (États-Unis). Elle est titulaire d’un doctorat en psychologie clinique de l’Université St. John’s, New York. Ses recherches portent sur les façons dont les environnements urbains construits reflètent les inégalités raciales aux États-Unis et comment le racisme affecte directement et indirectement la santé des Afro-Américains.

Article paru dans Perspectives#17, revue du RFIEA.

When I learned that I had the fortune of winning a EURIAS fellowship and would be spending a year in Marseille, one of my first orders of business was to start looking for travel guides. I stumbled upon a book for soon-to-beexpatriates planning a move to France (1). To be sure, Paris was the focal point for the book, the assumption being that anyone who hopes to relocate to France intends to move to the capital. But a quick flip of the pages suggested sufficient breadth of information about navigating day-to-day life in France to make purchasing the book worth it.

Days later, when I began reading the book, I found that towns and regions beyond Île-de-France were described, each with its distinctive merits. In Brittany, Rennes was characterized as a modern city with a technological bent, while Vannes, perched above a seashore, featured a downtown comprised of cobblestone streets where brasseries serving local cider beckoned to passersby. Bordeaux and the Dorgdogne Valley, replete with truffles, wine, and rolling green countryside, evinced a fairytale feel. Pau was a “little jewel”, noted for plentiful sports activities and a balance of urban, rural, and cosmopolitan.

Continuer la lecture de « Disorder in the eye of the beholder, by Naa Oyo Kwate »

L’esprit des accords d’Evian, par Amar Mohand-Amer

Amar Mohand-Amer (crédit photo : Ch. Delory)

Amar Mohand-Amer, chercheur en résidence à l’IMéRA en 2017-2018, a rejoint le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle situé à Oran en 2011 en tant que chercheur à la Division Socio-anthropologie de l’histoire et de la mémoire. Il a enseigné de 2013 à 2016 à l’Université Ahmed Ben Bella d’Oran. Membre de la Commission nationale d’agrément et d’homologation (Ministère de l’Éducation nationale) et de la Commission du Comité technique Sciences sociales et humaines de la Commission nationale algérienne pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO/Algérie), Amar Mohand-Amer fait également partie du Forum de Solidarité Euro-Méditerranéenne, de Lyon (FORSEM). Ses recherches portent sur l’histoire politique et l’histoire sociale, l’histoire dans sa dimension locale. Plus particulièrement, il s’intéresse à la situation coloniale, aux moments de rupture et de basculement, aux modes de résistance, des questions de légitimation et (dé)légitimation dans un contexte de crise politique, aux trajectoires et parcours personnels, à la violence en temps de guerre et à la mémoire.

Article paru dans Perspectives#17, revue du RFIEA.

La signature des accords d’Évian le 18 mars 1962 constitue un événement historique important dans l’histoire des relations entre l’Algérie et la France. En Algérie, ces accords sont perçus de façon ambivalente, et enclenchent à la fois, le processus d’indépendance nationale et l’implosion du FLN1 et de ses institutions. En France, 1962 est synonyme, dans ses représentations les plus visibles et démonstratives, du départ des Européens d’Algérie vers la France, des événements du 5 juillet à Oran ou des représailles dont ont été victimes des harkis. Le terme « harki » est utilisé ici dans un sens extensif : il regroupe tous ceux qui, pendant la guerre, ont été considérés par le FLN ou une partie de la population algérienne comme étant hostiles au projet de l’indépendance.

Les accords d’Évian ne furent ni une honteuse capitulation sans défaite de l’armée française, comme on a pu le lire dans un certain nombre d’ouvrages, ni un obstacle à une victoire militaire de l’ALN2, thèse qui a pu être soutenue au lendemain de l’indépendance. En 1962, la résolution du conflit ne pouvait être que politique, l’option militaire ayant montré ses limites. Les accords d’Évian sont un compromis dont le but est de répondre aux revendications principales du FLN (souveraineté nationale, intégrité du territoire, union de la Nation algérienne) et, en même temps, offrir des avantages économiques et militaires au gouvernement français et des garanties aux Européens, aux musulmans qui croyaient au projet d’une Algérie française et à ceux qui, pour une raison ou une autre, se sont retrouvés dans ce camp au moment de l’indépendance. Continuer la lecture de « L’esprit des accords d’Evian, par Amar Mohand-Amer »

Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio

Professeur de philosophie à l’université de Turin, Enrico Donaggio est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2018. Il s’intéresse à l’impact des mutations contemporaines du travail sur la liberté et, plus largement, aux théories philosophiques et historiques de la modernité, aux théories du mal politique et aux théories critiques de la société. Auteur d’une centaine de publications, il a notamment écrit sur l’industrie culturelle à l’ère de Steve Jobs, assuré l’édition italienne du Nouvel esprit du capitalisme de Christian Boltanski et Eve Chiappello ainsi que plus récemment une nouvelle édition italienne du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de De la Boétie.

Article à paraître fin 2018 in « Rassegna italiana di sociologia »

Enrichissement et travail
À propos du dernier livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre*

*Enrichissement. Une critique de la marchandise, Collection NRF Essais, 2017

La tâche qui m’a été assignée par les organisateurs de ce débat sur le livre de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre est celle de mettre en relief des questions et des problèmes soulevés par une lecture d’inspiration marxiste, au sens large et non orthodoxe du terme, de cet ouvrage. Une lecture qui interroge le discours que les auteurs proposent dans les pages de l’Enrichissement selon un point de vue qui donne une importance décisive à des topoi classiques tels que : l’analyse de la marchandise et de sa structure ; la centralité du travail pour la formation de toute forme de valeur et de richesse. Thèmes en partie présents, en partie absents du livre pour des motifs que Boltanski et Esquerre déclarent clairement.

Du point de vue méthodologique il ne s’agit pas – il faut le préciser – d’une perspective de lecture extrinsèque ou étrangère aux sujets que le livre aborde. On ne choisit pas cette ligne d’interprétation et de questionnement pour une quelque forme de dogmatisme ; pour revendiquer – au delà de l’évidence – un prétendu monopole de la vérité à une position idéologique et épistémologique spécifique. Ce sont plutôt les arguments du texte et les dispositifs conceptuels mobilisés par Boltanski et Esquerre qui suggèrent, voire imposent, une confrontation avec cette approche. Et cela au moins pour trois raisons :

  1. puisque le thème principal posé au centre de l’ouvrage – les transformations du capitalisme contemporain liées à ses contradictions, aux nouvelles stratégies déployées pour générer encore davantage de profit, pour continuer malgré tout à créer et à accumuler de la richesse – est depuis toujours manifestement un motif crucial de l’analyse marxiste de la société ;
  2. puisque le point d’Archimède de ce discours sur l’enrichissement contemporain – la marchandise et ses structures, autant que les effets engendrés par l’extension puissante et imprévisible de son domaine – trouve sa justification canonique dans les pages initiales du Capital, incontournables même pour les auteurs du livre en discussion ;
  3. puisque l’effet de totalisation critique que le texte vise et arrive à produire s’inscrit dans une tradition méthodologique et d’histoire des idées qui trouve en Marx un de ses représentants les plus célèbres et exemplaires.

Continuer la lecture de « Enrichissement et travail, par Enrico Donaggio »