CYCLE – « Les dynamiques d’extrémisation », en pensées et en actions

Jeudi 22 février 2018, à 17h30

AMSE, Amphithéâtre, 3ème étage
5-9 boulevard Bourdet, 13001 Marseille (face à la gare Saint-Charles)

Radicalisations et violences extrêmes
par Jacques Semelin, CNRS-Sciences Po

Historien et politologue, Jacques Semelin est professeur à Sciences Po Paris et directeur de Recherche au CNRS. Auteur notamment de Purifier et Détruire, Seuil, 2005, 2017 (3ème édition).

Modérateur : Bernard Mossé, responsable des contenus scientifiques, Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Éducation

Première conférence-débat du cycle « Les dynamiques d’extrémisation », en pensées et en actionsproposé par l’IMéRA, Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille Université, et la Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Éducation.

Contacts : bernard.mosse@campdesmilles.org ; pascale.hurtado@univ-amu.fr

La conférence du 22 février 2018

« A propos de la Shoah, Claude Lanzmann a écrit : « Entre le vouloir tuer et l’acte même, il y a un abîme ». On ne peut imaginer meilleure introduction pour interroger ces trajectoires sidérantes qui entraînent, individus et groupes, de l’idée de détruire en masse à sa réalisation concrète.
Comment penser ce passage à l’acte de massacrer, non comme une impulsion psychologique mais comme un processus à la fois incertain et volontaire ? La notion de « radicalisation » peut-elle nous être utile ? Seul un regard pluridisciplinaire peut nous aider à approcher cette complexité vertigineuse, par-delà les différences culturelles et religieuses. On tentera de circonscrire ces cadres mentaux qui préforment les conditions du passage à l’acte, y compris en démocratie. »

LE CYCLE  – « Les dynamiques d’extrémisation », en pensées et en actions

Un cycle de conférences proposé par l’IMéRA, Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille Université*, et la Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Éducation**.

Depuis les attentats de janvier 2015, la radicalisation djihadiste a été mise à l’agenda scientifique et politique en France. S’impose aujourd’hui la recherche d’éclairages pertinents sur un phénomène dont l’Histoire a montré le potentiel mortifère et contaminateur. Cette radicalisation s’inscrit dans un contexte plus large de développement de dynamiques d’extrémisations diverses, religieuses et politiques en particulier, avec leur cortège d’exclusions et de violences multiples, en particulier racistes, antisémites et xénophobes. Continuer la lecture de « CYCLE – « Les dynamiques d’extrémisation », en pensées et en actions »

Migration of African-American Writers to Paris and Encounter with African and Caribbean Writers (1930-1960), par Aliko SONGOLO

Professor Aliko Songolo (University of Wisconsin-Madison) is the first Fulbright Specialist selected within the framework of the cooperation agreement signed by AMU and the Fulbright French-American Commission in July 2017, which also includes the creation of a Migration Studies Fulbright/IMéRA .

From January to end of March 2018, Professor Songolo will be working on a project involving both AMU/IMéRA and the Senegalese university Gaston Berger. A summary of the project is given below.  

Bio

Aliko Songolo’s research and teaching interests lie primarily in Francophone literatures of Africa and the Caribbean, and Francophone cinemas of Africa and Québec. He has published a monograph (Aimé Césaire: une poétique de la découverte, 1985), two co-edited volumes (Twenty-five Years After Dakar and Fourah Bay: The Growth of African Literature, 1998 and Atlantic Cross-Currents/Transatlantiques, 2001), and was Associate Editor of the highly acclaimed five-volume New Encyclopedia of Africa (2008). He also edited special issues of two eminent journals in his field, French Review (1982) and Présence Francophone (2003), and published numerous articles. His current research projects investigate the question of national cinema in Québec and Francophone Africa, and postcoloniality in the wake of the Négritude movement.

The project

Entitled “Migration of African-American Writers to Paris and Encounter with African and Caribbean Writers (1930-1960),” the project I propose to undertake aims to explore the complex and sometimes complicated web of relationships among African-American writers, artists, and intellectuals and their Francophone African and Caribbean counterparts over three crucial decades of the twentieth century. Continuer la lecture de « Migration of African-American Writers to Paris and Encounter with African and Caribbean Writers (1930-1960), par Aliko SONGOLO »

Faits et opinions face à la complexité migratoire, par Virginie Guiraudon

Virginie Guiraudon – copyright Christophe Delory

Virginie Guiraudon est directrice de recherche au CNRS, IMéRA Fellow 2010-2011 (équipe Bridging, Bonding and Bordering: Migrant Strategies and State
Policies). Normalienne, agrégée et titulaire d’un doctorat en science politique de l’université d’Harvard, elle travaille sur la fabrique et la mise en œuvre des politiques européennes, notamment les politiques de lutte contres les discriminations, d’immigration, d’asile et de contrôle aux frontières. Elle a reçu de nombreuses distinctions notamment le prix European Consortium for Political Research de la Fondation Mattei Dogan et le prix Descartes-Huygens de l’Académie royale des Arts et Sciences des Pays-Bas. Elle a récemment publié Europe’s prolonged Crisis. the Making or Unmaking of a Political Union (Palgrave, 2015).

Article publié dans Fellows #32 « Migrations : sortir du prêt-à-penser », revue du RFIEA.

L’Union européenne opte pour la délocalisation de la gestion de ses frontières auprès de pays tiers. Cette approche est-elle nouvelle, et efficace pour limiter l’afflux de migrants ?

Le principe structurant de la politique européenne dans le domaine des migrations et de l’asile est, depuis l’accord de Schengen de 1990, « le contrôle à distance », bien en amont de la frontière territoriale (une ligne sur une carte, un poste-frontière). Dans l’immense majorité des cas, le premier contrôle frontalier est effectué dans un consulat (lors d’une demande de visa) et le second dans un aéroport, dans le pays d’origine. Les personnes qui ne peuvent demander un visa tentent d’arriver hors de ces voies administratives. L’Union européenne a mis en place d’autres dispositifs pour empêcher leur venue, telles que les opérations militaires coordonnées par l’agence FRONTEX, créée en 2004. Depuis 1999, l’UE a aussi beaucoup investi dans la coopération avec les pays d’origine, mais aussi ceux dits de transit pour que ces derniers retiennent et renvoient les migrants souhaitant aller en Europe. Le cas lybien est assez représentatif. L’UE finance depuis les années 2000 des centres de rétention en Lybie, « pays-tampon », qui ne respecte pas les droits de l’Homme et n’a de toute façon jamais signé la Convention de Genève sur les réfugiés. Sous Kadhafi, de nombreux ressortissants sub-sahariens sont passés par ces centres et ont été ramenés chez eux, en échange du retour de son régime dans la communauté internationale (il en avait été exclu après l’attentat de Lockerbie en 1988). Dans l’après Kadhafi, la « coopération » avec l’UE ou l’Italie n’a pas cessé, notamment entre garde-côtes. Continuer la lecture de « Faits et opinions face à la complexité migratoire, par Virginie Guiraudon »

CYCLE – Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global

Ce cycle de séminaires mensuels, qui débute le 2 février 2018, est coordonné par Eleonora Canepari (AMU-TELEMMe UMR7303, membre du Comité d’animation scientifique de l’IMéRA) et Béatrice Mésini (CNRS-TELEMMe UMR7303).

Séminaire ouvert au public, aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs – Doctorants, inscription sur ADUM/Collège doctoral AMU.

Inscrit dans le cadre programme pluriannuel thématique Phénomènes Globaux et Régulation, le séminaire se propose d’étudier un aspect spécifique de la migration dans les sociétés d’aujourd’hui, c’est-à-dire le maintien de liens avec le lieu d’origine.

Loin de représenter un signe de « non insertion » dans les pays d’arrivée, les liens multi-situés font partie de tout processus migratoire, dès l’époque moderne jusqu’à nos jours. Plusieurs études ont en effet souligné la « simultanéité » de l’expérience du migrant, qui vit entre deux horizons – deux espaces géographiques mais aussi sociaux et culturels.

Au cours du séminaire, les différents aspects -spatial, social, temporel- de l’« entre-deux » seront pris en considération, avec une attention portée à la fois sur la dimension individuelle de l’expérience migratoire, sur l’inscription de ces liens et sur la pluralité des ancrages dans l’ensemble de phénomènes que l’on peut appréhender à l’échelle globale (marché du travail, développement d’outils informatiques, réseau de transports, etc.).
La connexité socio-spatiale renvoie ici à la capacité de relier des éléments d’un ensemble de lieux et de liens, visibles et invisibles, afin d’assurer la (co)existence d’expériences plurielles. L’approche par la connectivité permettra d’évaluer les possibilités qu’offre un lieu situé, pour articuler les espaces et maintenir les liens dans un espace pluridimensionnel biographique, géographique, social et culturel.

Calendrier des rencontres Continuer la lecture de « CYCLE – Migrations et liens multi-situés. Une approche interdisciplinaire d’un phénomène global »

La responsabilité des sciences sociales face à « l’Autre », par Roberto Beneduce

Roberto Beneduce, IMéRA 2016. Copyright Christophe Delory

Médecin psychiatre et professeur d’anthropologie, IMéRA Fellow 2015-2016, Roberto Beneduce mène depuis les années 1980 des programmes de recherche en Afrique et en Europe sur les conséquences psychiques et sociales des violences liées aux phénomènes de guerres, aux déplacements de populations et aux politiques d’accueil des étrangers. Il questionne les cadres théoriques de l’intervention ethnopsychiatrique et l’approche des différences culturelles, ainsi que ​les transformations des savoirs thérapeutiques locaux et des imaginaires religieux au Mali, au Cameroun et au Mozambique​. ​ Il a fondé et dirige à Turin le centre Frantz Fanon, dédié à l’aide psychologique aux étrangers.

Article publié dans Fellows #32 « Migrations : sortir du prêt-à-penser », revue du RFIEA

Un nouveau défi est aujourd’hui lancé aux sciences sociales. Le rôle de l’anthropologie n’est plus seulement de déchiffrer et interpréter les altérités culturelles, de faire dialoguer des structures de connaissances ou visions du monde distinctes et (d)écrire la vie d’autrui. Il faut d’abord s’interroger sur la manière dont on bâtit notre connaissance, quel rôle y joue l’Autre, et de mettre fin à ce qui a été défini comme épistémocide (l’assujettissement des savoirs, parallèle à la destruction et l’annihilation des minorités qui refusent d’être « intégrées », voire asservies).
Le courant de l’anthropologie dite « perspectiviste » a souligné qu’il ne fallait plus se contenter de dire comment les autres sociétés pensent les problématiques, car ces problématiques sont souvent définies a priori à l’intérieur de nos catégories, qu’il s’agisse de la place de l’Homme dans l’univers, de la maladie, des conflits familiaux, de la violence sorcellaire, de la naissance d’un enfant ou du pouvoir politique. Il importe de changer de paradigme et de chercher au préalable à connaître comment les autres pensent des problèmes que, peut-être, nous n’avons pas encore perçus ou imaginés, tout en admettant la possibilité que les stratégies épistémologiques qu’ils adoptent face à ces problèmes puissent être analogues à celles que nous avons élaboré au fil du temps. Les points de vue d’autres êtres (et pas nécessairement des seuls êtres humains) ne sont pas moins fondamentaux que le nôtre : notre pratique doit partir de ce principe. Continuer la lecture de « La responsabilité des sciences sociales face à « l’Autre », par Roberto Beneduce »

Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta

Franco Miglietta. Copyright Christophe Delory

Franco Miglietta, IMéRA Fellow 2016-2017, est directeur de recherche à l’Institut de Biométéorologie du Conseil National de la Recherche italien. Il s’intéresse depuis trente ans au changement climatique sous le prisme des questions de durabilité, d’adaptation, de mitigation et du rôle joué par la végétation terrestre. Il a coordonné plusieurs projets de recherche nationaux et européens sur ces questions, et collabore avec l’Agence spatiale européenne dans le cadre des missions spatiales Earth Explorer. Il a occupé des postes scientifiques de premier plan sur la scène mondiale et a écrit plus de 150 articles publiés dans des revues internationale.

Article paru dans Fellows#30 – Make our planet great again ? – revue du RFIEA

Pendant des siècles, l’agriculture a été considérée comme une simple activité dédiée à la production de nourriture pour les humains (directement et via l’élevage) et à celle de fibres pour l’industrie textile. Une mutation s’est opérée au cours des dernières décennies : le système agraire se retrouve au centre de nouvelles pressions et attentes sociales. L’agriculture contemporaine doit par exemple répondre à la demande croissante d’énergie renouvelable par la production de biomasse à transformer en énergie (combustion, biogaz, biodiesel, éthanol). Elle est aussi en charge de la protection du paysage rural et de la biodiversité via l’introduction de pratiques respectueuses de l’environnement – notamment la réduction des risques d’érosion et des émissions de gaz à effet de serre. Au niveau mondial, l’enjeu est de pouvoir répondre à ces objectifs complexes, tout en satisfaisant une demande croissante de nourriture due à l’essor de la population mondiale souvent associé à une variation rapide des régimes alimentaires (on estime la population à 9 milliards d’habitants en 2050). Les terres consacrées à la production agricole ne peuvent pas croître davantage sans que ce ne se fasse au détriment des écosystèmes terrestres : la recherche agricole doit trouver rapidement des solutions durables.

Les céréales, les cultures oléagineuses et les légumineuses dominent l’agriculture contemporaine. Ces grandes cultures occupent environ 70 % des terres cultivées et fournissent la majeure partie des calories de l’alimentation humaine. Elles sont produites sur des cycles annuels. Les cultures basées sur ce paradigme de l’annualité émettent des quantités significatives de gaz à effet de serre, qui contribuent au changement climatique. Elles nécessitent des rotations, des traitements du sol, des engrais et l’utilisation de biocides pour la lutte antiparasitaire et contre les agents pathogènes. Elles sont une source potentielle de dégradation des sols et, par conséquent, une menace sérieuse pour la durabilité agricole. Continuer la lecture de « Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta »

« Pour une approche interdisciplinaire du développement humain », par Raouf Boucekkine

Coopération entre l’IMéRA et la Commission Economique de l’ONU en Afrique : pour une approche interdisciplinaire du développement humain

Article paru dans Perspectives#16, publication du RFIEA

Raouf Boucekkine. Copyright Christophe Delory

Raouf Boucekkine est professeur des universités à Aix-Marseille Université, membre senior de l’Institut Universitaire de France et président de l’ASSET (Association Sud-Européenne d’Economie Théorique). Il dirige depuis 2015 l’Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille (IMéRA). En 2016, il est nommé directeur scientifique et technique du Réseau Français des Instituts d’Etudes Avancées (RFIEA).

 

L’IMéRA, institut d’études avancées d’Aix-Marseille, vient de signer une convention de coopération scientifique avec la Commission Economique de l’ONU en Afrique, plus précisément avec son Bureau pour l’Afrique du nord, basé à Rabat. Cette convention organise l’échange d’information et de compétences entre les deux institutions sur un projet scientifique portant sur « Governance, political transition, structural change and 2030 agenda: Towards a new framework for the strengthening of institutions and policy making for inclusive development in North Africa’’. Cette coopération sera lancée par une conférence les 25, 26 et 27 septembre 2017 à l’IMéRA, qui verra la participation d’un panel d’économistes, de politologues et de sociologues, apportant ainsi la diversité disciplinaire nécessaire pour s’attaquer à une problématique aussi large.

Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) et recherche interdisciplinaire

Comme l’intitulé du projet l’indique, la coopération est ancrée dans la recherche fondamentale et appliquée autour des Objectifs de Développement du Millénaire de l’ONU, récemment reformulés comme Objectifs de Développement Durable (ODD) à horizon 2030. Parmi les 17 ODD énoncés, figure l’objectif Justice et Paix qui appelle à « mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et transparentes », sans quoi aucune cible de développement ne peut être atteignable ni à moyen ni à long terme, spécialement dans le contexte des pays en conflit, en crise ou en transition. Continuer la lecture de « « Pour une approche interdisciplinaire du développement humain », par Raouf Boucekkine »

Drazen Prelec – « Finding truth when most people are wrong » – 05/10/17

Vidéo intégrale du séminaire « Finding truth when most people are wrong » par Drazen Prelec (Neuroeconomics Lab, MIT Sloan School of  Management) enregistré le 05 octobre 2017, à l’IMéRA.

« Finding truth when most people are wrong » par Drazen Prelec (Neuroeconomics Lab, MIT Sloan School of  Management) dans le cadre du Community Building Seminar de l’IMéRA.