Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta

Franco Miglietta, IMéRA Fellow 2016-2017, est directeur de recherche à l’Institut de Biométéorologie du Conseil National de la Recherche italien. Il s’intéresse depuis trente ans au changement climatique sous le prisme des questions de durabilité, d’adaptation, de mitigation et du rôle joué par la végétation terrestre. Il a coordonné plusieurs projets de recherche nationaux et européens sur ces questions, et collabore avec l’Agence spatiale européenne dans le cadre des missions spatiales Earth Explorer. Il a occupé des postes scientifiques de premier plan sur la scène mondiale et a écrit plus de 150 articles publiés dans des revues internationale.

Article paru dans Fellows#30 – Make our planet great again ? – revue du RFIEA

Pendant des siècles, l’agriculture a été considérée comme une simple activité dédiée à la production de nourriture pour les humains (directement et via l’élevage) et à celle de fibres pour l’industrie textile. Une mutation s’est opérée au cours des dernières décennies : le système agraire se retrouve au centre de nouvelles pressions et attentes sociales. L’agriculture contemporaine doit par exemple répondre à la demande croissante d’énergie renouvelable par la production de biomasse à transformer en énergie (combustion, biogaz, biodiesel, éthanol). Elle est aussi en charge de la protection du paysage rural et de la biodiversité via l’introduction de pratiques respectueuses de l’environnement – notamment la réduction des risques d’érosion et des émissions de gaz à effet de serre. Au niveau mondial, l’enjeu est de pouvoir répondre à ces objectifs complexes, tout en satisfaisant une demande croissante de nourriture due à l’essor de la population mondiale souvent associé à une variation rapide des régimes alimentaires (on estime la population à 9 milliards d’habitants en 2050). Les terres consacrées à la production agricole ne peuvent pas croître davantage sans que ce ne se fasse au détriment des écosystèmes terrestres : la recherche agricole doit trouver rapidement des solutions durables.

Les céréales, les cultures oléagineuses et les légumineuses dominent l’agriculture contemporaine. Ces grandes cultures occupent environ 70 % des terres cultivées et fournissent la majeure partie des calories de l’alimentation humaine. Elles sont produites sur des cycles annuels. Les cultures basées sur ce paradigme de l’annualité émettent des quantités significatives de gaz à effet de serre, qui contribuent au changement climatique. Elles nécessitent des rotations, des traitements du sol, des engrais et l’utilisation de biocides pour la lutte antiparasitaire et contre les agents pathogènes. Elles sont une source potentielle de dégradation des sols et, par conséquent, une menace sérieuse pour la durabilité agricole. Continuer la lecture de « Modifier les « paradigmes agricoles » face aux changements globaux, par Franco Miglietta »

« Pour une approche interdisciplinaire du développement humain », par Raouf Boucekkine

Coopération entre l’IMéRA et la Commission Economique de l’ONU en Afrique : pour une approche interdisciplinaire du développement humain

Article paru dans Perspectives#16, publication du RFIEA

Raouf Boucekkine est professeur des universités à Aix-Marseille Université, membre senior de l’Institut Universitaire de France et président de l’ASSET (Association Sud-Européenne d’Economie Théorique). Il dirige depuis 2015 l’Institut d’Etudes Avancées d’Aix-Marseille (IMéRA). En 2016, il est nommé directeur scientifique et technique du Réseau Français des Instituts d’Etudes Avancées (RFIEA).

 

L’IMéRA, institut d’études avancées d’Aix-Marseille, vient de signer une convention de coopération scientifique avec la Commission Economique de l’ONU en Afrique, plus précisément avec son Bureau pour l’Afrique du nord, basé à Rabat. Cette convention organise l’échange d’information et de compétences entre les deux institutions sur un projet scientifique portant sur « Governance, political transition, structural change and 2030 agenda: Towards a new framework for the strengthening of institutions and policy making for inclusive development in North Africa’’. Cette coopération sera lancée par une conférence les 25, 26 et 27 septembre 2017 à l’IMéRA, qui verra la participation d’un panel d’économistes, de politologues et de sociologues, apportant ainsi la diversité disciplinaire nécessaire pour s’attaquer à une problématique aussi large.

Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) et recherche interdisciplinaire

Comme l’intitulé du projet l’indique, la coopération est ancrée dans la recherche fondamentale et appliquée autour des Objectifs de Développement du Millénaire de l’ONU, récemment reformulés comme Objectifs de Développement Durable (ODD) à horizon 2030. Parmi les 17 ODD énoncés, figure l’objectif Justice et Paix qui appelle à « mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et transparentes », sans quoi aucune cible de développement ne peut être atteignable ni à moyen ni à long terme, spécialement dans le contexte des pays en conflit, en crise ou en transition. Continuer la lecture de « « Pour une approche interdisciplinaire du développement humain », par Raouf Boucekkine »

Drazen Prelec – « Finding truth when most people are wrong » – 05/10/17

Vidéo intégrale du séminaire « Finding truth when most people are wrong » par Drazen Prelec (Neuroeconomics Lab, MIT Sloan School of  Management) enregistré le 05 octobre 2017, à l’IMéRA.

« Finding truth when most people are wrong » par Drazen Prelec (Neuroeconomics Lab, MIT Sloan School of  Management) dans le cadre du Community Building Seminar de l’IMéRA.

Naa Oyo Kwate – « Reading the Street: Subjective and Objective Assessments of Neighborhood Charm and Disorder » 21/09/17

Vidéo intégrale de la présentation du projet de recherche de Naa Oyo Kwate (résident IMéRA/EURIAS 2017-2018), enregistré le 21 septembre 2017 à l’IMéRA.

« Reading the Street: Subjective and Objective Assessments of Neighborhood Charm and Disorder » par Naa Oyo KWATE (Associate Professor, jointly appointed in Department of Human Ecology and Department of Africana Studies. Also Associate Director of the Center for Race and Ethnicity. Rutgers, The State University of New Jersey).

Période de résidence : 11 septembre 2017 – 13 juillet 2018 ; résidence EURIAS/IMéRA

People and water – perspectives on past and present relationships via hydrology, palaeohydrology and archaeology

Workshop,  June 15 2017

Organised by Kevin Walsh (Fellow IMéRA-EURIAS 2016-2017 ; Senior Lecturer in Landscape Archaeology, University of York, UK) in collaboration with Peter Cook (IMéRA Fellow 2016-2017 ; Professorial Research Fellow, School of Environment, Flinders University, Adelaide Australia)

In collaboration with Peter Cook, I organised a one-day international workshop that took place at IMERA on 15 June 2017.

The rationale and aims of the workshop were as follows:
Both hydrologists and anthropologists/archaeologists are interested in how hydrological systems have changed over time. Hydrological interpretation can benefit from information on how human-stresses on hydrological systems have changed over time, and anthropological and archaeological studies can benefit from information on hydrological change (which can be both a cause and an effect of anthropological change). In this one-day conference, we brought together a group of hydrologists, palaeohydrologists, and archaeologists. Within this group of disciplines, we wanted to assess and question disciplinary boundaries and consider data-integration: For example, to what extent do hydrologists consider time-depth and to what extent does palaeohydrological research inform contemporary hydrological models. Moving on from this, how do hydrologists and palaeohydrologists incorporate evidence relating to changes in human activities, practices, behaviour, and the related forms of environmental knowledge that change over time. All of these issues, discussing the ways in which hydrological, palaeohydrological and historical disciplines intersect, is of paramount importance for discussions of Anthropocene trajectories. Continuer la lecture de « People and water – perspectives on past and present relationships via hydrology, palaeohydrology and archaeology »

VIDEO de la présentation du projet de recherche : Carla Makhlouf Obermeyer (21/09/17)

Vidéo intégrale de la présentation du projet de recherche de Carla Makhlouf Obermeyer, (Chaire IRD/IMéRA en Développement durable), enregistré le 21 septembre 2017 à l’IMéRA.

« Défis et décalages de la santé publique dans les pays arabes: synthèse critique des recherches en sciences sociales », par Carla Makhlouf Obermeyer (Professeur, Dept of Epidemiology and Population Health, et Directeur, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut, résidente IMéRA 2017-2018).

Période de résidence : 11 septembre 2017 – 13 juillet 2018 ; Chaire IRD/IMéRA en Développement durable.

VIDEO de présentation du projet de recherche : David de la Croix (21/09/17)

Vidéo intégrale de la présentation du projet de recherche de David De la Croix (résident IMéRA/AMSE 2017-2018), enregistré le 21 septembre 2017 à l’IMéRA.

« Did elite human capital trigger the industrial revolution? Insights from a new database of scholars from European universities «  par David De la Croix (Full Professor of Economics, Université catholique de Louvain et résident IMéRA/AMSE 2017-2018).

Période de résidence : 4 septembre – 29 décembre 2017 ; résidence AMSE/IMéRA

La fripe du nord au sud. Recyclage, commerce et consommation

Groupe du colloque d’Efren Sandoval

Les 4 et 5 avril 2017 a eu lieu le colloque international « La fripe du nord au sud. Recyclage, commerce et consommation », coordonné par Efrén Sandoval Hernandez (CIESAS, Mexique), résident 2016 – 2017 à l’IMéRA.

Plusieurs spécialistes de divers horizons disciplinaires, et des acteurs du monde de la fripe qui travaillent dans différents pays, se sont réunis pour la première fois dans l’objectif de mettre en avant les enjeux écologiques, économiques et sociaux liés au recyclage, au commerce et à la consommation de vêtements usagés. Il s’agit d’un phénomène largement développé dans le monde et qui implique la participation de divers acteurs au sein de réseaux internationaux. Ces derniers organisent « par le haut » et « par le bas » le passage de tonnes de vêtements usagés au-delà des frontières et des océans.

Continuer la lecture de « La fripe du nord au sud. Recyclage, commerce et consommation »