« L’eau, un enjeu politique », par Edith Kauffer

Edith Kauffer (IMéRA Fellow 2016-2017) est enseignante-chercheuse senior au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS)-Sureste (Mexique). Après avoir analysé entre 1992 et 2002, les flux de réfugiés d’Amérique Centrale et plus particulièrement les Guatémaltèques au Mexique -le retour en tant que projet politique (1993-1997) et la politique d’intégration au Mexique (1997-2002)- ses recherches se sont orientées depuis 2003 autour du thème de l’eau et de ses dimensions politiques: eaux et frontières, bassins versants transfrontaliers, politiques de l’eau.

Pour la première fois en plus de 20 ans, une Journée Globale d’Action pour l’Eau a été réalisée dans le cadre de la Conférence des Parties (COP22) le 9 novembre 2016 à Marrakech, au Maroc. Cet événement, salué par les acteurs de l’eau à l’échelle internationale, peut être interprété de différentes manières. D’une part, il recentre clairement le thème du changement climatique autour de l’eau, non seulement en raison des impacts des phénomènes globaux sur l’eau mais aussi en fonction des perspectives de solutions qu’il permet d’envisager, comme les déclarations officielles l’ont signalé. D’autre part, c’est un signe pour les analystes de la politique de l’eau qu’elle est avant tout une donnée et une problématique politique et que, par conséquent, les solutions aux problèmes de l’eau, quels que soient leur échelle, passent par des processus politiques. Continuer la lecture de « « L’eau, un enjeu politique », par Edith Kauffer »

« Une Maison de la sagesse » sous la direction de Barbara Cassin

Vidéo intégrale du Workshop enregistré le 24 mars 2017 à l’IMéRA

« Une Maison de la Sagesse », journée d’étude sous la direction de Barbara Cassin (philosophe, directrice de recherche, CNRS), organisée dans le cadre du programme Méditerranée de l’IMéRA dirigé par Thierry Fabre.

Entretien avec Todd Shepard

Figure importante de la nouvelle génération de chercheurs sur le postcolonial, Todd Shepard (IMéRA Fellow 2015-2016), historien, enseigne à l’université Johns Hopkins (Baltimore). Son ouvrage Comment l’indépendance algérienne a transformé la France (Payot, 2008 ; réédité au format de poche en 2012) a reçu le prix J. Russell Major, décerné par l’American Historical Association et le prix du Council of European Studies qui distingue des ouvrages anglophones portant sur l’histoire française et européenne.

Article paru dans Fellows#02 (Quelle place pour l’Islam en France ?), publication du RFIEA.

Retrouvez-vous, dans la réaction française aux attentats de 2015, des caractéristiques du rapport que nous entretenons avec notre histoire et notre mémoire postcoloniales ? 

Tout à fait. Selon moi, les réactions post attentats sont très symptomatiques de la manière particulière dont la France traite son histoire coloniale, son rapport au monde arabe et à l’Algérie en particulier.

Si, après les attentats de janvier 2015, c’est l’unité nationale qui a primé, la réaction aux attentats de novembre a mis en avant des clivages profonds et propres à la société française. On peut voir se dessiner inconsciemment dans les réponses que le pouvoir oppose au terrorisme des conséquences de la guerre d’Algérie, cela à deux niveaux différents mais fort révélateurs. Continuer la lecture de « Entretien avec Todd Shepard »

« The Tunisian Success : a possible path for the Arab World ? », par Emel Akçali

Emel Akçali (IMéRA Fellows 2015-2016) est maître de conférences au Département de politique et des relations internationales de l’Université de Swansea au Royaume-Uni.

Article paru dans Fellows#20 (L’espérance tunisienne : une voie possible pour les nations arabes), publication du RFIEA.

The Tunisian state and societal transformation that has been taking place since the Tunisian People’s Dignity Revolution of December 2010 certainly deserves praise. After the forced flee of the authoritarian president Ben Ali in January 2011, the majority of the socio-political actors in Tunisia have demonstrated a genuine commitment for building a long-lasting democratic system and keeping a relatively wide margin of freedom of expression. The political alliances were built at decisive moments thanks to the politics of compromise that helped Tunisia to stay on the path of procedural democracy. A new constitution that cherishes principles of devolved government, independent judiciary, and free media, as well as a balance of power between the office of the president and that of the president of the government has been in practice since January 2014. Moreover, a Truth and Dignity Commission was set up, despite a certain degree of political opposition, with the objective of dealing with thousands of claims for human rights violations that took place during Tunisia’s authoritarian era. As such, Tunisia has started to be increasingly represented as the most promising model for the Muslim world (Sezgin, 2014), leaving the once much-appreciated Turkey behind, especially following the latter’s escalating authoritarian turn. Continuer la lecture de « « The Tunisian Success : a possible path for the Arab World ? », par Emel Akçali »

« De Bouazizi à Jemna, puissance et impuissance de la société civile », par Mohamed Kerrou

Professeur de sciences politiques à la Faculté de droit et sciences politiques de Tunis, Mohamed Kerrou (IMéRA Fellow 2010-2011) travaille actuellement sur les transformations sociales et les symboliques du pouvoir, dans une perspective historique et anthropologique.

Article paru dans Fellows#20 (L’espérance tunisienne : une voie possible pour les nations arabes), publication du RFIEA.

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, marchand ambulant de fruits et légumes, se voit confisquer sa marchandise par des policiers. Ce n’est pas la première fois : c’est celle de trop. À 26 ans, il s’immole par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid. Cet acte tragique, qui a conduit au décès du jeune homme deux semaines plus tard, a suscité la colère du peuple contre les défaillances du régime, d’abord dans la ville d’origine du jeune homme, Sidi Bouzid, avant de s’étendre aux régions voisines puis à l’ensemble de la Tunisie. La « promesse démocratique » d’une « ère nouvelle » officiellement annoncée par Ben Ali au lendemain du coup d’État du 7 novembre 1987, n’aura pas été tenue. Au fil des ans, le fossé s’était creusé entre d’un côté un pouvoir de plus en plus répressif et arrogant, arborant de manière ostentatoire les signes extérieurs de richesse, et des classes moyennes et pauvres, réprimées et sans aucune perspective de mobilité sociale. La jeunesse instruite n’avait d’autre avenir que le chômage, tandis que la corruption était la norme, notamment chez les proches du président Ben Ali. Si la majorité des Tunisiennes et des Tunisiens ont souhaité en finir avec le « système Ben Ali », les plus opiniâtres furent les jeunes, les syndicalistes, les avocats et les blogueurs, hommes et femmes refusant la chape de plomb imposée par la police. Leurs revendications sur l’emploi, la dignité et la liberté, ont abouti à une rupture totale avec l’autorité d’alors, comme en témoignaient les slogans adressés au Président : « Le peuple veut la chute du régime » ou « Dégage ! ». Ben Ali fut contraint de partir en exil le 14 janvier 2011, date historique de la chute de la dictature, du triomphe de la liberté et de la conquête de l’espace public par les sujets devenus citoyens et revendiquant des droits. Continuer la lecture de « « De Bouazizi à Jemna, puissance et impuissance de la société civile », par Mohamed Kerrou »

Amine Aït Chaalal : « Les Etats-Unis vis-à-vis des évolutions au Maghreb et Moyen-Orient depuis 2011 : acteurs ou spectateurs ? »

Conférence d’Amine Aït-Chaalal – Professeur à l’Université Catholique de Louvain et codirecteur du Centre d’études des crises et conflits internationaux – CECRI

Dans le cadre du cycle « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée » organisé en partenariat avec l’IMéRA, AMSE et la Villa Méditerranée, en collaboration avec la Commission Économique pour l’Afrique des Nations-Unies.

Mardi 31 janvier 2017 à l’IMéRA  – vidéo : 52 mm 11

Depuis 2011 les pays arabes sont touchés par une série de mouvements et de bouleversements politiques, socio-économiques et populaires de grande ampleur. Plusieurs dirigeants arabes ont quitté le pouvoir. Dans d’autres pays, la situation a évolué de manière parfois tragique et violente. De par l’importance du positionnement géostratégique des Etats-Unis au Maghreb et au Moyen-Orient, l’administration Obama a dû gérer ces multiples évolutions. L’enjeu est de savoir comment les  Etats-Unis ont fait face à ces mouvements et quelles ont été leurs modalités d’actions et de réactions.

PUBLICATION de Meriam Belli : An Incurable Past – Nasser’s Egypt Then and Now

couverture-ouvrage-belli-1La version papier de l’ouvrage de Meriam Belli, résidente IMéRA-LabexMed 2016-2017 (Associate Professor, History Department, University of Iowa) vient de paraître aux University Press of Florida.

Examining history not as it was recorded, but as it is remembered, An Incurable Past contextualizes the classist and deeply disappointing post-Nasserist period that has inspired today’s Egyptian revolutionaries. Public performances, songs, stories, oral histories, and everyday speech reveal not just the history of mid-twentieth-century Egypt, but also the ways in which ordinary people experience and remember the past. Continuer la lecture de « PUBLICATION de Meriam Belli : An Incurable Past – Nasser’s Egypt Then and Now »

Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée

Inscrit dans le programme Méditerranée de l’IMéRA, le cycle « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée » est organisé en partenariat avec AMSE et la Villa Méditerranée, et coordonné par Raouf Boucekkine.

Après plus de quatre décennies d’apparente stabilité, les régimes arabes, que ce soit au nord de l’Afrique ou dans la péninsule arabique, ont été fortement secoués par une vague sans précédent de protestations populaires, une déferlante née au creux de l’ouest tunisien déshérité en janvier 2011 et qui a, en cascade, pour le moins remis en question les équilibres politico-économiques en place de Rabat à Manama. Cinq ans plus tard, la transition politique vers des démocraties stables que beaucoup d’observateurs entrevoyaient avec un optimisme béat s’enlise. Dans les pays où les dictatures en place ont été abattues (Tunisie, Egypte ou Libye), une mouvance d’obédience islamique, parfois même islamiste sectaire (Daesh en Libye par exemple), s’est installée si ce n’est au pouvoir, du moins comme force politique influente, jetant de ce fait ces pays dans une période d’incertitude ponctuée par des coups d’Etat comme en Egypte avec la retour de la junte militaire aux manettes et des Frères Musulmans en prison, une alternance et l’émergence d’une configuration de l’islam politique d’apparence inédite en Tunisie et un chaos politico-militaire persistant en Libye sur fond de violence sectaire et tribale. Les régimes toujours en place (Algérie, Maroc ou Syrie par exemple) sont soumis  à de fortes turbulences socio-politico-économiques, quand ce n’est pas à la guerre civile internationalisée dans le cas de la Syrie, qui les place dans une situation de vulnérabilité extrême. On est très loin de la transition accomplie et de la convergence à des équilibres politico-économiques stables ! Continuer la lecture de « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée »