Visualisation et analyse géographique des réseaux

Claire Bidart et Alain Barrat ont eu l’excellente idée d’organiser un séminaire doctoral à l’IMéRA cette année et ils m’ont proposé d’intervenir pour présenter les logiciels de visualisation de réseaux disponibles et pour évoquer l’analyse de réseaux en géographie. Si ces deux séances n’ont pas été filmées (je pourrais expliquer pourquoi j’ai refusé mais ce n’est pas l’objet de ce billet), vous trouverez ci-dessous les deux diaporamas utilisés comme supports pour ces deux séances. J’y ai ajouté une bibliographie, nécessairement sélective, sur le sujet.

La séance sur les logiciels commence par quelques rappels de sémiologie graphique : si les géographes apprennent dans leur cursus les règles d’utilisation des variables visuelles, les autres disciplines ont plus rarement des cours consacrés à la visualisation de données quantitatives. Un très court historique de la visualisation des réseaux est ensuite proposé (de Moreno à la dataviz) avant que ne soient évoquées les difficultés renconcontrées pour la visualisation de grands graphes. La fin de la séance a été une démonstration des possibilités des logiciels Cytoscape et du package R igraph. Pour le premier, voir ce tutoriel rédigé par des étudiant.e.s de l’ENSAI ; pour igraph, voir le tutoriel récemment traduit de Katya Ognyanova (visualisation de réseaux, visualisation dynamique de réseaux).

La séance consacrée à l’analyse de réseaux en géographie reprend en partie des éléments déjà disponibles en ligne à cette adresse.

Continuer la lecture de « Visualisation et analyse géographique des réseaux »

Guy Lapalme : « la production interactive de langage par et pour un agent intelligent »

Professeur d’informatique à l’Université de Montréal, Guy Lapalme est en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2017 pour développer un projet sur « la production interactive de langage par et pour un agent intelligent ».

Extrait de la présentation de son projet le 23 février 2017 – 6 mn 8 s.

Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions »

Pierre Livet, directeur du programme « Rencontres entre sciences et humanités » de l’IMéRA, est professeur de philosophie émérite à l’université d’Aix-Marseille, ancien directeur du CEPERC (AMU/CNRS).

  1. L’évolution des attitudes du public à l’égard des propositions scientifiques

Dans ce texte, le terme de « public » va être utilisé dans des acceptions qui peuvent différer. En général, il s’agit de personnes à qui les scientifiques, par différents médias, présentent leurs résultats, mais qui n’ont pas les compétences des scientifiques spécialisés dans le domaine des résultats en question. Ces personnes ne sont pas simplement passives – elles doivent au moins prêter une attention même distraite aux présentations des résultats. Elles peuvent réagir – par de l’intérêt, ou des résistances, etc. Et d’autres acteurs, qui font cependant aussi partie du public (comme les acteurs des médias1 et les politiques), peuvent s’appuyer sur ces réactions pour avoir des attitudes plus actives envers les scientifiques, qu’ils les encouragent, les subventionnent, ou au contraire mettent des obstacles à leurs activités. Les scientifiques eux- mêmes, quand ils ne sont pas des spécialistes du domaine propre aux résultats, font partie de ce « public ».

Les attitudes liées à la réception des propositions et résultats scientifiques dans ce public ne sont pas homogènes. Des résultats qui n’ont pas d’impacts sur la vie des gens, et qui ne sont pas non plus en contradiction avec les perceptions usuelles, suscitent une acceptation de principe, mais aussi un intérêt limité. Des résultats qui n’ont pas d’impact mais sont en contradiction avec nos perceptions donnent lieu à une acceptation majoritaire, mais aussi à des dénis minoritaires (tout le monde ne croit pas que la Terre tourne autour du soleil). Des résultats qui ont des impacts directs et permettent de produire des objets techniques attractifs suscitent  l’intérêt et la demande. Des résultats qui alertent sur les problèmes posés par notre mode de vie usuel et qui exigeraient des réformes importantes suscitent la suspicion, voire le refus. Des contre- expertises qui mettent en doute certaines affirmations scientifiques dans des domaines où il y a une certaine dispersion des données observées, et où le public peut donc rencontrer des contre- exemples –même peu nombreux- entraînent le doute envers les scientifiques et suscitent un scepticisme assez généralisé. Continuer la lecture de « Pierre Livet : « Les relations entre scientifiques, médias, public, et le rôle des émotions » »

« L’analyse des réseaux en sociologie : son développement, ses apports, et l’exemple des évolutions biographiques » par Claire Bidart

Vidéo intégrale du séminaire du 22 novembre 2016

« L’analyse des réseaux en sociologie : son développement, ses apports, et l’exemple des évolutions biographiques » par Claire Bidart (sociologie, LEST Aix en Provence) – 2h 23 mn

Séminaire dans le cadre du cycle « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire », organisé par Alain Barrat (Centre de Physique Théorique, AMU/CNRS) et Claire Bidart (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, AMU/CNRS) dans le cadre du Collège doctoral d’Aix-Marseille Université, en partenariat avec l’IMéRA.

Produire du langage, par Guy Lapalme

Guy Lapalme est Professeur d’informatique à l’Université de Montréal, en résidence à l’IMéRA du 20 février au 14 juillet 2017 – Article publié dans Perspectives #15, journal du RFIEA (01/12/2016).

Produire du langage consiste à réaliser un but non linguistique sous forme de langue (mot, phrase, texte). La tâche est complexe et peut-être vue sous différents angles : linguistique, psycholinguistique, informatique. Dans ce dernier cas, on peut envisager la création de programmes effectuant la tâche de manière complètement automatique, ou, au contraire, de manière interactive. La machine assiste alors l’être humain dans une des étapes menant du but à la réalisation linguistique : idéation, structuration d’idées et expression (accès lexical).

Je travaille depuis plusieurs années avec Michael Zock au LIF-CNRS (Marseille) sur la production interactive du langage pour créer des outils assistant un être humain à structurer et communiquer ses idées en langue (maternelle ou étrangère). Continuer la lecture de « Produire du langage, par Guy Lapalme »

Gabriella Crocco : « Théories, modèles et bricolages »

Conférence de Gabriella Crocco, Professeur de philosophie à Aix-Marseille Université, membre du CEPEC (AMU/CNRS), dans le cadre du cycle de conférences « Structures, Models, World » organisé par Fausto Fraisopi (résident de l’IMéRA 2015-2016 ; Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), en partenariat avec le CEPERC.

Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire

Claire Bidart, sociologue (LEST, AMU/CNRS) et Alain Barrat, physicien (CPT, AMU/CNRS) organisent un séminaire doctoral interdisciplinaire sur l’analyse des réseaux, en partenariat avec l’IMéRA et le Collège doctoral d’Aix-Marseille Université.

L’analyse de réseaux est l’étude des systèmes relationnels. Elle privilégie l’observation des relations entre les entités et du système formé par ces relations. Ces entités peuvent être des individus, des organisations, des objets, des lieux, des textes, des événements, des aéroports, des sites webs, des neurones… ou même des combinaisons de différents types d’entités à plusieurs niveaux. Les relations peuvent être des liens interpersonnels (parenté, amitié, collaboration…), des citations, des co-présences, des liaisons aériennes, des hyperliens, des connections neuronales, etc. Le système que forment ces entités et leurs relations constitue le réseau. Continuer la lecture de « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire »