Energies renouvelables et stockage d’énergie : de l’eau, du CO2 et du soleil

 Retour sur la séance de séminaire du 19 mai 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

A la question « peut-on passer rapidement à une économie totalement décarbonée à base d’énergies renouvelables à 100 % ? », la réponse est négative selon Marc Fontecave, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Chimie des processus biologiques », membre de l’Académie des sciences et promoteur d’une chimie bioinspirée. Cela réclamera du temps et reste conditionnel d’efforts considérables en recherche et développement technologique.

Cette conférence est revenue sur les défis énergétiques contemporains : les risques environnementaux associés aux sources fossiles (comme les dérèglements climatiques, les menaces sur la biodiversité) et à l’électronucléaire (comme les accidents engendrant des rejets de radioactivité, les ruptures de confinement autour des déchets), l’intermittence des nouvelles sources renouvelables d’énergie (éolien, photovoltaïque, houle), les limites de développement des autres (hydraulique, géothermie, biomasse), notamment en termes de surfaces à dédier. Il a proposé de les reformuler en termes de défi de stockage : stockage d’énergie non employée, que les barrages hydrauliques ne sauraient suffire à assurer, et stockage de CO2, face auquel les actuels projets de séquestration en sous-sol semblent totalement dérisoires.

C’est l’occasion d’inviter à regarder les perspectives que propose le modèle du vivant autour de la photosynthèse pour produire de nouvelles substances valorisables énergétiquement (cyano-bactéries, micro-algues en vue d’huiles) et autour de la transformation du CO2 en molécules utiles (polymères) par réduction électrochimique à optimiser. L’occasion aussi de pointer des besoins de recherche sur ces différents domaines, notamment sur le rôle d’enzymes et de catalyseurs métalliques à base de matériaux peu nobles dans la catalyse de l’eau et du CO2.

L’exposé a ainsi souligné l’importance de l’innovation en matière de technologies de l’énergie et du couplage toujours plus nécessaire entre recherche fondamentale et recherche technologique.

Ainsi avance notre réflexion autour de la question des transitions énergétiques qui sert de trame à ce séminaire (lien vers le billet intention) : transitions à ne pas tenir trop vite pour évidentes !

L’intervention de Marc Fontecave du 19 mai 2017 – 64 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 80 mn.

Les scénarios énergétiques et les visions bas carbone : un retour d’expérience sur des exercices d’esprit R&D

 Retour sur la séance de séminaire du 28 avril 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

Economiste ayant rejoint l’Institut de Technico-Economie des Systèmes Energétiques du CEA sur les thématiques des bioénergies (notamment les biocarburants de deuxième génération), des questions d’approvisionnement, des analyses territoriales et de la prospective énergétique, après avoir travaillé pendant plus de dix ans au service de la filière forêt-bois (dans le cadre de l’Institut technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement), Elisabeth Le Net a proposé de nous faire partager son expérience au sein de l’Alliance Nationale de Coordination de la Recherche pour l’Energie (ANCRE) qui a pour mission de coordonner et de renforcer, pour le compte du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, l’efficacité des recherches sur l’énergie qui sont menées par les organismes publics nationaux. ANCRE a notamment une mission applicative : donner des éclairages sur le souhaitable et le souhaité en matière de solutions énergétiques et de réponses au Défi n°2 « Une énergie propre, sûre et efficace » du programme H2020 de recherche et d’innovation de l’Union européenne. Cette mission s’opérationnalise au travers, en particulier, de la production de scénarios technologiques de transition énergétique. Continuer la lecture de « Les scénarios énergétiques et les visions bas carbone : un retour d’expérience sur des exercices d’esprit R&D »

« Énergies renouvelables et stockage d’énergie : de l’eau, du CO2 et du soleil », par Marc Fontecave

 

Vidéo intégrale du séminaire du 19 mai 2017- 2 h 27 mn (diffusé en LIVE Streaming sur la Chaîne Youtube de l’IMéRA)

« Energies renouvelables et stockage d’énergie : de l’eau, du CO2 et du soleil », par Marc Fontecave (Professeur au Collège de France, Chaire de chimie des processus biologiques) – 2h 27 mn

Séminaire organisé dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme ENERGIE de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

« Les scénarios énergétiques et les visions bas carbone : un retour d’expérience d’exercices orientés R&D », par Elisabeth Le Net

Vidéo intégrale du séminaire du 28 avril 2017- 2 h 54 mn (diffusé en LIVE Streaming sur la Chaîne Youtube de l’IMéRA)

« Les scénarios énergétiques et les visions bas carbone : un retour d’expérience d’exercices orientés R&D », par Elisabeth Le Net (économiste I-TESEE, CEA Paris Saclay ; Alliance ANCRE) – 2h 54 mn

Séminaire organisé dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme ENERGIE de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

« La transition énergétique au regard de l’histoire », par Xavier Daumalin

Vidéo intégrale du séminaire du 17 février 2017- 2 h 15 mn (diffusé en LIVE Streaming sur la Chaîne Youtube de l’IMéRA)

« La transition énergétique au regard de l’histoire » par Xavier Daumalin (historien au laboratoire TELEMME) – 2h 15

Séminaire organisé dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme ENERGIE de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

« Une énergie sans pareille? L’électricité en conquête (XIX-XX s.) » par Alain Beltram

Vidéo intégrale du séminaire du 17 mars 2017

« Une énergie sans pareille? L’électricité en conquête (XIX-XX S.) » par Alain Beltram (historien, directeur de recherche CNRS, UMR 8138 IRICE) – 2h 35 mn

Séminaire dans le cadre du cycle « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs », inscrit dans le programme ENERGIE de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

Une énergie sans pareille ? L’électricité en conquête (XIXe-XXe siècles)

 

Retour sur la séance de séminaire du 17 mars 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

Historien, directeur de recherche au CNRS au sein du laboratoire Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe (S-IRICE), spécialiste de l’électrification de la région parisienne, de l’histoire de l’énergie et de ses entreprises, en particulier publiques, Electricité de France, Gaz de France et des réseaux de services publics, ainsi que d’histoire de l’innovation, Alain Beltran a nous proposé un nouvel exemple de réflexion sur un moment historique de confusion où une technique énergétique entre en concurrence forte avec une autre et coexiste longtemps avec elle : l’électricité face au charbon et au pétrole. Si l’électricité a une histoire longue, remontant à l’Antiquité, si elle n’est pas dans un rapport de concurrence avec le charbon, le gaz de charbon et le pétrole sur tous les plans (elle acquiert ainsi un privilège incontesté pour servir à accélérer la communication à distance au cours du XIXe siècle), elle l’est en revanche pour l’éclairage au tournant des XIXe et XXe siècles. Et le terme de transition peut être mis à l’épreuve pour sa capacité descriptive et analytique de ce dossier. C’est ce qu’Alain Beltran a explicitement fait dans un article qui a été publié dans un ouvrage collectif dirigé par Yves Bouvier et Léonard Laborie, L’Europe en transitions. Énergie, mobilité, communication, XXe-XXIe siècles (2016), et qui sert de fondement à cette communication par-delà son ouvrage de capitalisation avec Patrice Carré, La Fée et la Servante. La société française face à l’Electricité (1991), récemment réédité et actualisé sous le titre La vie électrique : histoire et imaginaire (XVIIIe-XXIe siècles) chez Belin (2016).
Continuer la lecture de « Une énergie sans pareille ? L’électricité en conquête (XIXe-XXe siècles) »

L’énergie-vapeur à Marseille au début du XIXe siècle : une introduction à pas comptés

 

Retour sur la séance de séminaire du 17 février 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

Professeur d’histoire à l’Université d’Aix-Marseille, Xavier Daumalin a accepté d’ouvrir le cycle de séances de ce séminaire, consacré à la discussion de la pertinence de la transition énergétique comme concept analytique.

Préparer cette intervention intitulée La transition énergétique au regard de l’histoire : mythe ou réalité ? l’a amené à relire des travaux anciens qui ont été menés dans son laboratoire, par lui-même à l’occasion de sa thèse et par son collègue Olivier Raveux, produits dans une logique de caractérisation du système industrialo-portuaire de Marseille et d’analyse des dynamiques d’innovation technique, pour les soumettre à une interrogation actuelle autour de la transition énergétique. L’introduction de l’énergie-vapeur dans le transport maritime et dans les activités de transformation au XIXe siècle a en effet introduit une concurrence à la force motrice du vent et des cours d’eau, que ce soit pour la propulsion des navires, pour les moulins à grains ou pour la filature. Pour autant, parler de transition avec substitution linéaire d’une source d’énergie à une autre, d’un vecteur énergétique à un autre, apparaît complètement insuffisant à l’examen des dossiers proposés dans l’exposé, plutôt marqués par des mouvements contradictoires, par des résistances face à l’introduction de l’énergie-vapeur avant des mouvements d’engagement.

En plus de nous avoir permis de situer le débat actuel des historiens autour de la fécondité du terme de transition énergétique entre :

  • ceux qui le trouvent opératoire pour exprimer l’importance des innovations techniques, des facteurs naturels autant que des facteurs économiques et sociaux (parmi eux, Jeremy Rifkin),
  • et ceux qui le voient comme un empêchement pour porter l’attention sur les dimensions pertinentes qui jouent comme entraves ou comme facteurs facilitant les changements autant que les permanences (parmi eux, Jean-Baptiste Fressoz),cette conférence nous permet de conclure sur une série de dimensions à ne pas négliger dans l’analyse :
  • du côté des entreprises en soulignant le rôle
    – de la disponibilité en ressources matérielles nécessaires à la nouvelle technologie,
    – de la maîtrise du procédé technique en termes de mise en œuvre et de maintenance,
    – de l’effet d’accroissement de la productivité qui suppose des débouchés en croissance,
  • du côté de l’encadrement administratif qui peut empêcher comme soutenir le mouvement,
    et
  • sans perdre de vue que plutôt qu’une substitution d’énergies, on observe une superposition des sources et des pratiques.

Ainsi avance notre réflexion autour de la question des transitions énergétiques qui sert de trame à ce séminaire : transitions à ne pas tenir trop vite pour évidentes !

L’intervention de Xavier Daumalin du 17 février 2017 – 56 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 80 mn.