Cycle « Il faudra bien manger »

« Il faudra bien manger » est un nouveau cycle organisé par Juliette Rouchier à la suite du cycle Pollution(s) et solution(s).

Juliette Rouchier est directrice de recherche au CNRS (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics www.gdr3270.fr, Associée au GREQAM, AMSE).

Le cycle Pollutions-solutions arrivant à sa fin, c’est un cycle de séminaire sur l’alimentation et l’agriculture qui démarre et sera développé lors du premier semestre 2018. C’est de nouveau l’angle de la durabilité (économique, sociale, environnementale) qui sera au centre des interrogations, et nous permettra de réfléchir à l’angle de la quantité tout autant que la qualité dans toute la chaîne alimentaire.

La participation d’artistes aux séminaires sera doublée, cette fois, d’occasionnelles participations de représentants de la société civile qui, eux aussi, créent un nouveau monde tout en le pensant, et pourront nous faire part de leurs réflexions et éventuellement leurs vues du futur.

En effet, la double approche qui s’est développée lors du premier cycle – mettant en scène la confrontation de l’objectivité face à la singularité – a montré combien ce dialogue était riche et poussait l’auditeur hors des cadrages plus habituels et confortables.

La suite du cycle débutera en janvier 2018, et traitera de diverses thématiques : semences, procédés et techniques, accès à la terre et à l’eau, nutrition, circuits de distribution.

Formes économiques, socialisation et culture dans le monde paysan

23 mai 2017 – 14h IMéRA, 2 place Le Verrier, 13004 Marseille.

Dans ce séminaire on étudiera comment l’économie à grande échelle influe sur les formes de socialisation, et on verra comment cette interrelation peut s’identifier encore plus profondément dans les formes culturelles (ici musicales) qui lient des collectifs au sein du monde agraire. Continuer la lecture de « Cycle « Il faudra bien manger » »

« Santé et Objectifs de Développement Durable », par Carla Makhlouf

Carla Makhlouf est Professeur, Department of Epidemiology and Population Health et Directeur, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut. Elle est titulaire de la Chaire IMéRA-IRD (Institut de Recherche pour le Développement) de septembre 2017 à juillet 2018.

Article paru dans Fellows#24 (Réformer les systèmes de santé publique), publication du RFIEA.

Adoptés par les Nations Unies en 2015, les Objectifs de Développement Durable (ODD) indiquent les actions à mener en faveur du bien-être de la population mondiale, et succèdent aux Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) qui avaient préalablement été formulés pour combattre la pauvreté et réduire les inégalités dans le monde. Les huit ODM avaient mis l’accent sur les pays à bas revenus, les liens entre santé, éducation et développement, et définissaient une vingtaine de priorités, comme la hausse de la scolarisation ou la réduction de la malnutrition. Les ODD se veulent universels et englobent l’ensemble de la vie sur la planète, y compris l’environnement, le climat, le travail, la paix et la justice. Au nombre de 17, ils se traduisent par 169 objectifs à atteindre d’ici 2030 et peuvent être résumés par les « 5 P » : peuples, planète, prospérité, paix et partenariats. Bien que les ODD aient été critiqués comme trop ambitieux et difficiles à mesurer, ils ont réussi à mettre en avant un enjeu important : mieux vivre dans un monde plus juste, plus équitable, en respectant l’environnement et en protégeant les générations futures. 
Continuer la lecture de « « Santé et Objectifs de Développement Durable », par Carla Makhlouf »

« INEGALITES – naturalisation » par Franco Zecchin et Tatiana Kasperski

Vidéo intégrale du séminaire du 21 février 2017

« INEGALITES – naturalisation » par Tatiana Kasperski (sciences politiques, histoire des sciences – Centre for Baltic and East European Studies / Institute of Contemporary History, Université Södertörn, Suède) & Franco Zecchin (Photographe) – 1h 24

Séminaire organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE) dans le cadre du cycle « Pollution(s) & solution(s) ».

Franco Miglietta : « Albedo-modifying properties of olive trees in Mediterranean climate: ecological, climate change and water savings implications »

Francesco Miglietta (Fellow IMéRA-OTMed) is Scientific Director of FoxLab, a joint research Initiative in collaboration between CNR (Italy) and the Fondazione E.Mach in San Michele.

23 February 2017 : extract of his presentation (5 mn 29 s).

SOL- mesures, 1ère session du cycle Pollution(s) et Solution(s)

Vidéo du séminaire du mardi 24 janvier 2017 (1h 22 mn)

SOL – mesures

Isabelle Laffont-Schwob (Ecotoxicologie et Bioremédiation – IMBE/ AMU-CNRS) & Julie Kmieckowiak (Paysagiste et Urbaniste)

Discutants : Christelle Rabier (historienne ; EHESS/Centre Norbert Elias) et Yves Noack (géochimiste ; CNRS, CEREGE ; dir. de l’OHM-BMP).

« L’inventaire des sites potentiellement pollués » (F. Ogé) laisse à penser que le territoire français est mité de zones à fortes teneurs en produits toxiques, qui ne sont pas toutes prises en charge comme elles le pourraient ou devraient. Comment détecter les sols dangereux, et que pouvons-nous faire pour que l’humain puisse se les réapproprier ?

Séminaire dans le cadre du cycle « Pollution(s) et Solution(s) » organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE), et qui se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle. Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le cycle repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit. Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.

« Une génèse de l’Anthropocène », par Kevin Walsh

Kevin Walsh est Senior Lecturer en Archéologie du paysage (University of York, UK), en résidence IMéRA-EURIAS du 3 octobre 2016 au 28 juillet 2017.

Article publié dans Fellows#19, publication du RFIEA.

Anthropocène est souvent défini comme la période géologique marquée par les dépôts sédimentaires provenant directement de l’impact capital de l’humanité sur l’ensemble des systèmes environnementaux (géologiques, écologiques et climatiques). Pour beaucoup, cette période commence par la révolution industrielle, et s’accélère après la seconde guerre mondiale. Depuis les années 1950, on assiste à une augmentation sans précédent de la consommation des différentes ressources naturelles, avec pour conséquence directe l’augmentation considérable de la population mondiale.

L’Anthropocène est considéré par beaucoup comme un phénomène produit par l’impact de l’homme sur son environnement aux xixe et xxie siècles. Bien que cette description soit légitime et largement acceptée, il nous faut examiner la manière dont les interactions homme-environnement ont jeté très tôt les bases des changements récemment observés. En outre, en adoptant une description écologique de l’Anthropocène (en sus de la définition géologique), il nous faut également évaluer la création par l’homme de « nouveaux écosystèmes ». Ces nouvelles niches artificielles représentent une étape importante de l’Anthropocène, caractérisée par des environnements dégradés avec leurs conséquences géologiques. Pour citer Peter Verburg, spécialiste de l’espace environnemental et de l’Anthropocène : « Fondamentalement, l’Anthropocène définit l’émergence de systèmes socio-écologiques imbriqués, où les interactions homme-environnement sont non seulement bidirectionnelles, mais s’étendent également sur différentes échelles spatiales et temporelles. Dans cette optique, la pertinence d’une science complexe aboutissant à une nouvelle compréhension des interactions homme-environnement devient évidente ». Continuer la lecture de « « Une génèse de l’Anthropocène », par Kevin Walsh »

Pollution(s) et solution(s)

Inscrit dans le programme « Développement durable », le séminaire interdisciplinaire art-science « Pollution(s) et solution(s) » est coordonné par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; associée au GREQAM, AMSE).

Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le séminaire se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle.

Il repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit.

Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.
Continuer la lecture de « Pollution(s) et solution(s) »