Franco Miglietta : « Albedo-modifying properties of olive trees in Mediterranean climate: ecological, climate change and water savings implications »

Francesco Miglietta (Fellow IMéRA-OTMed) is Scientific Director of FoxLab, a joint research Initiative in collaboration between CNR (Italy) and the Fondazione E.Mach in San Michele.

23 February 2017 : extract of his presentation (5 mn 29 s).

SOL- mesures, 1ère session du cycle Pollution(s) et Solution(s)

Vidéo du séminaire du mardi 24 janvier 2017 (1h 22 mn)

SOL – mesures

Isabelle Laffont-Schwob (Ecotoxicologie et Bioremédiation – IMBE/ AMU-CNRS) & Julie Kmieckowiak (Paysagiste et Urbaniste)

Discutants : Christelle Rabier (historienne ; EHESS/Centre Norbert Elias) et Yves Noack (géochimiste ; CNRS, CEREGE ; dir. de l’OHM-BMP).

« L’inventaire des sites potentiellement pollués » (F. Ogé) laisse à penser que le territoire français est mité de zones à fortes teneurs en produits toxiques, qui ne sont pas toutes prises en charge comme elles le pourraient ou devraient. Comment détecter les sols dangereux, et que pouvons-nous faire pour que l’humain puisse se les réapproprier ?

Séminaire dans le cadre du cycle « Pollution(s) et Solution(s) » organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE), et qui se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle. Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le cycle repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit. Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.

« Une génèse de l’Anthropocène », par Kevin Walsh

Kevin Walsh est Senior Lecturer en Archéologie du paysage (University of York, UK), en résidence IMéRA-EURIAS du 3 octobre 2016 au 28 juillet 2017.

Article publié dans Fellows#19, publication du RFIEA.

Anthropocène est souvent défini comme la période géologique marquée par les dépôts sédimentaires provenant directement de l’impact capital de l’humanité sur l’ensemble des systèmes environnementaux (géologiques, écologiques et climatiques). Pour beaucoup, cette période commence par la révolution industrielle, et s’accélère après la seconde guerre mondiale. Depuis les années 1950, on assiste à une augmentation sans précédent de la consommation des différentes ressources naturelles, avec pour conséquence directe l’augmentation considérable de la population mondiale.

L’Anthropocène est considéré par beaucoup comme un phénomène produit par l’impact de l’homme sur son environnement aux xixe et xxie siècles. Bien que cette description soit légitime et largement acceptée, il nous faut examiner la manière dont les interactions homme-environnement ont jeté très tôt les bases des changements récemment observés. En outre, en adoptant une description écologique de l’Anthropocène (en sus de la définition géologique), il nous faut également évaluer la création par l’homme de « nouveaux écosystèmes ». Ces nouvelles niches artificielles représentent une étape importante de l’Anthropocène, caractérisée par des environnements dégradés avec leurs conséquences géologiques. Pour citer Peter Verburg, spécialiste de l’espace environnemental et de l’Anthropocène : « Fondamentalement, l’Anthropocène définit l’émergence de systèmes socio-écologiques imbriqués, où les interactions homme-environnement sont non seulement bidirectionnelles, mais s’étendent également sur différentes échelles spatiales et temporelles. Dans cette optique, la pertinence d’une science complexe aboutissant à une nouvelle compréhension des interactions homme-environnement devient évidente ». Continuer la lecture de « « Une génèse de l’Anthropocène », par Kevin Walsh »

Pollution(s) et solution(s)

Inscrit dans le programme « Développement durable », le séminaire interdisciplinaire art-science « Pollution(s) et solution(s) » est coordonné par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; associée au GREQAM, AMSE).

Contact : juliette.rouchier@dauphine.fr

Le séminaire se veut un espace de confrontation entre plusieurs points de vue autour de la thématique de la pollution de notre environnement, avec une attention toute particulière à la pollution industrielle.

Il repose sur des interventions de sciences positives et de sciences critiques, dont les approches et les résultats seront remis dans le contexte social et politique d’utilisation du savoir produit.

Des artistes eux aussi sont sollicités pour réagir aux propositions des chercheurs, afin de porter un regard sur les thèmes présentés, qu’il soit complémentaire ou radicalement alternatif, afin de réinscrire l’idée de développement durable dans une pensée créative, force de proposition.
Continuer la lecture de « Pollution(s) et solution(s) »