VIDEO – Entendre le monde sonner, avec Carmen Pardo Salgado & Christophe Charles – 21/02/18

Vidéo intégrale du séminaire « Entendre le monde sonner », avec Carmen Pardo Salgado (professeure titulaire d’histoire de la musique et d’esthétique de la musique contemporaine à l’Université de Girona et dans le Master d’Art Sonor de l’Université de Barcelone) & Christophe Charles (compositeur, professeur à l’université des arts de Musashino/Tokyo).

Le séminaire « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » est co-organisé par le laboratoire PRISM (AMU/CNRS) et par l’IMéRA.

Enregistré le 21 février 2018 à l’IMéRA.

VIDEO – A propos de Muse (MUltimodal Scenes for bioacoustic Evidences), 18/04/18

Vidéo intégrale du séminaire « A propos de Muse (MUltimodal Scenes for bioacoustic Evidences) », avec Maxence Mercier (artiste numérique audiovisuel) et Hervé Glotin (Professeur en informatique et bioacoustique, Université Sud-Toulon-Var, membre du LSIS).

Un événement co-organisé dans le cadre du cycle « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » par le laboratoire PRISM (AMU/CNRS) et par l’IMéRA.

Enregistré le 18 avril 2018 à l’IMéRA.

VIDEO – Son, image & cinéma : Les usages des ambiances sonores au cinéma, avec Rémi Adjiman & Daniel Deshays

Vidéo intégrale du séminaire « Son, image & cinéma : Les usages des ambiances sonores au cinéma », avec Rémi Adjiman (Maitre de conférence, Directeur département SATIS AMU, chercheur au laboratoire PRISM) et Daniel Deshays, (ingénieur du son, responsable de l’enseignement du son à l’Ecole Nationale des Arts et Techniques du Théâtre à Lyon et à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris).

Un événement co-organisé dans le cadre du cycle « Pratiques de l’écoute, écoute des pratiques » par le laboratoire PRISM (AMU/CNRS) et par l’IMéRA.

Enregistré le 15 novembre 2017 à l’IMéRA

VIDEO – De la cartographie alternative à la cybergraphie, avec Thierry Joliveau & Anna Guillo 22/11/17

Vidéo intégrale du séminaire « De la cartographie alternative à la cybergraphie » avec Thierry Joliveau (géographe, Centre de Recherches sur l’Environnement et l’Aménagement (CRENAM), Université de Saint Etienne) et Anna Guillo (arts plastiques et sciences de l’art, Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts (LESA), Aix Marseille Université).

Séminaire organisé dans le cadre du cycle « Recherche, arts et pratiques numériques » par Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) et Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU).

Enregistré le 22 novembre 2017 à l’IMéRA.

Exposition d’Abdessamad El Montassir : Al Amakine, une cartographie des vies invisibles.

Al Amakine, une cartographie des vies invisibles, est une exposition d’Abdessamad El Montassir, résident 2017-2018, présentée à la Villa Soudan (Bamako), dans le cadre du programme Off de la 11ème Biennale de la photographie africaine.

Article sur l’exposition paru dans Jeune Afrique.

« Qu’est-ce qu’une Trace-mémoires ? C’est un espace oublié par l’Histoire et par la Mémoire-une car elle témoigne des histoires dominées, des mémoires écrasées et tend à les préserver. » *

Abdessamad El Montassir, Al Amakine, une cartographie des vies invisible, 2016-17.

Transmis oralement dans un langage poétique par les populations locales, les récits qui relatent les événements politiques, culturels et sociaux inhérents au Sahara au sud du Maroc, disparaissent des discours officiels faute d’avoir été retranscrits sous forme de document. Ces savoirs immatériels, ces Traces-mémoires telles que pourrait les définir Chamoiseau, rendus invisibles ou volontairement niés par l’Histoire, constituent pourtant une matière historiographique essentielle de cet espace géographique apparaissant comme vide aux yeux des autres.

Vue de l’exposition Al Amakine, une cartographie des vies invisibles, dans le cadre du OFF des Rencontres de Bamako. Commissariat assuré par Gabrielle Camuset et Alice Orefice, 2017.

Suivant ces récits qui le conduisent dans les régions de Boujdour, Laâyoune, Tarfaya, Guelmim, Es-Semara ou Tan-Tan, Abdessamad El Montassir ravive ces archives latentes et subvertit les chroniques établies pour proposer une approche alternative, dissonante, non pas figée mais renouvelée et endogène du territoire. Les poèmes en hassani que récitent les savants qu’il rencontre, l’orientent vers ces autres terrains d’énonciation qui donnent toute son épaisseur à l’Histoire. Continuer la lecture de « Exposition d’Abdessamad El Montassir : Al Amakine, une cartographie des vies invisibles. »

Cédric Parizot – « Israël/Palestine, un antiAtlas » – 06/12/17

« Israël/Palestine, un antiAtlas », par Cédric Parizot, anthropologue du politique, chercheur à l’Institut de Recherches et d’Etudes sur les Mondes Arabes et Musulmans (IREMAM, CNRS/Aix Marseille Université) et directeur du programme Art,science et société de l’IMéRA (Institut d’études avancées d’Aix Marseille Université).

Séminaire organisé dans le cadre du cycle « Recherche, arts & pratiques numériques », en partenariat avec l’IMéRA, l’IREMAM, IDEMEC, le Centre Norbert Elias et l’ESAAIX.

Comité d’organisation : Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias, CNRS/AMU/EHESS), Cédric Parizot (IREMAM, CNRS/AMU) et Manoël Penicaud (IDEMEC, CNRS/AMU).

Enregistré le 6 décembre 2017 à l’IMéRA.

Portrait de Michelle Stewart

Michelle Stewart. Copyright Christophe Delory

Résidente  à l’IMéRA en 2013-2014, Michelle Stewart (Chair of School of Film & Media Studies, State University of New York, Purchase College) travaille sur les politiques culturelles.

Portrait publié dans Perspectives #16, journal du RFIEA

How would you describe yourself?
When I arrived in Marseille, my research focused mostly on audio-visual policy and, specifically, on how some small efforts to promote “discrimination positive” in the image culture of France had been deployed. I was thinking about the terms of “diversity” that had been constructed and how filmmakers had interpreted this mandate in the works funded by the “Images of Diversity” fund that had been managed by the CNC. IMERA was a great context, because it put me into contact with social scientists thinking about migration and multiculturalism. Marseille was a great context, because it’s a city born of a rich history of migration and diversity, with a very different profile and flavor than Paris.

What is your current research about? 
My current research addresses rise of rightwing extremist media in the US and how the extreme right has increasingly seduced the “alt right,” a younger, more technologically sophisticated and libertarian right. Continuer la lecture de « Portrait de Michelle Stewart »

Moving Images in Contemporary Media Analysis, par Krista Geneviève Lynes

ortorhoto : Italian navy rescues asylum seekers traveling by boat off the coast of Africa on the Mediterranean, June 7, 2014. Massimo Sestini—Polaris.

Community Building Seminar, IMéRA, 2 November 2017

Krista Lynes. Copyright Christophe Delory

Krista Lynes, IMéRA Fellow 2017-2018, Associate Professor at University of Concordia, Communication Studies, Canada Research Chair in Feminist Media Studies, Director Feminist Media Studio.

The boat moves across the water, its edges cutting the ocean’s waves and creating white eddies along the vessel’s path. In its berth, five hundred migrants look up, fixing the helicopter above and the reporter with his camera looking down. They are travelling the narrow but never-ending channel between Libya and Italy. It is 2014. The ‘migrant crisis’ has not yet come to define the image or the crossing. The boat is in movement; its motor hasn’t failed. It isn’t bobbing helplessly upon the waves waiting for a coast guard rescue or humanitarian ship. The photographer is also in motion, circling high above the crossing ship. Despite all of this, the picture is still. All the movement is reduced to light, pattern and colour. The spray of the waves, the overcrowded conditions, the sparkling sun, the smell of surf and gas are flattened and condensed into a vivid pictorial image.
Massimo Sestini took the photograph from an Italian navy helicopter in 2014, repeating a shot he had taken in identical circumstances the year before. Sestina said about taking the image: “I thought if I could get the right angle straightaway, directly above 500 people who have spent five days and nights on a boat, they would probably all look up, ask for help, wave—so this year I thought I’d try again and it worked” (1). Continuer la lecture de « Moving Images in Contemporary Media Analysis, par Krista Geneviève Lynes »