« Réseaux sémantiques : construction, exploration et utilisations », organisé par Guy Lapalme (2ème partie)

Vidéo intégrale de la seconde partie du séminaire organisé par Guy Lapalme, enregistré le 12 juin 2017 à l’IMéRA– 2 h 34 mn

« Réseaux sémantiques : construction, exploration et utilisations », organisé par Guy Lapalme (Professeur d’informatique à l’Université de Montréal, IMéRA fellow 2016-2017).

Avec la participation de :

·     Michael Zock (CNRS-AMU) ; Psycholinguistique

·     Patrice Bellot (LSIS-AMU) ; traitement automatique de la langue naturelle

·     Mathieu Lafourcade (LIRM-U Montpellier) : traitement automatique de la langue naturelle

·     Magalie Ochs (LSIS-AMU) ; interfaces humain-machine

·     Bruno Gaume (CLLE, Université de Toulouse 2)

·     Eric San Juan (LIA-Université d’Avignon)

·     Bassam Jabaian (LIA-Université d’Avignon)

·     Guy Lapalme (IMERA – Univ. de Montréal) : traitement automatique de la langue naturelle

« Réseaux sémantiques : construction, exploration et utilisations », organisé par Guy Lapalme (1ère partie)

Vidéo intégrale de la première partie du séminaire organisé par Guy Lapalme, enregistré le 12 juin 2017 à l’IMéRA– 2 h 34 mn

« Réseaux sémantiques : construction, exploration et utilisations », organisé par Guy Lapalme (Professeur d’informatique à l’Université de Montréal, IMéRA fellow 2016-2017).

Avec la participation de :

·     Michael Zock (CNRS-AMU) ; Psycholinguistique

·     Patrice Bellot (LSIS-AMU) ; traitement automatique de la langue naturelle

·     Mathieu Lafourcade (LIRM-U Montpellier) : traitement automatique de la langue naturelle

·     Magalie Ochs (LSIS-AMU) ; interfaces humain-machine

·     Bruno Gaume (CLLE, Université de Toulouse 2)

·     Eric San Juan (LIA-Université d’Avignon)

·     Bassam Jabaian (LIA-Université d’Avignon)

·     Guy Lapalme (IMERA – Univ. de Montréal) : traitement automatique de la langue naturelle

Indicible, invisible

Vendredi 23 juin 2017 – 9h30 – 13h – salle de conférence de l’IMéRA

Séance de clôture du cycle « Pollution(s), solutions(s) » organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE)

Les pollutions (et les risques qui en découlent) posent souvent des problèmes de perception, d’objectivation, et de production de discours public – délicates à mesurer encore de nos jours, elles sont en sus intriquées dans des enjeux politiques généralement polarisants. Cette séance s’intéresse à la difficile mise en mot des perceptions des acteurs et au rôle que l’art peut jouer dans les processus de révélation et formulation de problèmes.

La séance est constituée de deux interventions de chercheurs ayant fait varié les modes d’expression et d’enquête, et de l’écoute d’une création sonore documentaire s’appuyant sur l’enquête sensible d’un territoire. Continuer la lecture de « Indicible, invisible »

« AIR – coût », performance de Barbara Sarreau [extrait]

Extrait vidéo de la performance de Barbara Sarreau, tournée durant le séminaire du cycle « Pollution(s) & solution(s) », le 28 mars 2017 à l’IMéRA – 1 mn 38

« AIR – coût » par Olivier Chanel (économiste et directeur de recherche, CNRS) & Barbara Sarreau (Chorégraphe et danseuse).

Organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE) dans le cadre du cycle « Pollution(s) & solution(s) ».

« ETAT – Choix politiques » par Myriam Merad & Albert Ogien

Vidéo intégrale du dernier séminaire du cycle « Pollution(s) & solution(s) », enregistré le 27 avril 2017 – 1 h 49 mn

« ETAT – Choix politiques », par Albert Ogien (Directeur de recherche EHESS, membre du CEMS, CNRS) & Myriam Merad (Directrice de recherche CNRS – InSHS, membre du CST Irstea).

Séminaire organisé par Juliette Rouchier (LAMSADE, Paris-Dauphine, PSL ; Co-directrice du GDR Policy Analytics ; Associée au GREQAM, AMSE) dans le cadre du cycle « Pollution(s) & solution(s) ».

Energies renouvelables et stockage d’énergie : de l’eau, du CO2 et du soleil

 Retour sur la séance de séminaire du 19 mai 2017
à l’occasion de la mise en ligne de sa captation video

A la question « peut-on passer rapidement à une économie totalement décarbonée à base d’énergies renouvelables à 100 % ? », la réponse est négative selon Marc Fontecave, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Chimie des processus biologiques », membre de l’Académie des sciences et promoteur d’une chimie bioinspirée. Cela réclamera du temps et reste conditionnel d’efforts considérables en recherche et développement technologique.

Cette conférence est revenue sur les défis énergétiques contemporains : les risques environnementaux associés aux sources fossiles (comme les dérèglements climatiques, les menaces sur la biodiversité) et à l’électronucléaire (comme les accidents engendrant des rejets de radioactivité, les ruptures de confinement autour des déchets), l’intermittence des nouvelles sources renouvelables d’énergie (éolien, photovoltaïque, houle), les limites de développement des autres (hydraulique, géothermie, biomasse), notamment en termes de surfaces à dédier. Il a proposé de les reformuler en termes de défi de stockage : stockage d’énergie non employée, que les barrages hydrauliques ne sauraient suffire à assurer, et stockage de CO2, face auquel les actuels projets de séquestration en sous-sol semblent totalement dérisoires.

C’est l’occasion d’inviter à regarder les perspectives que propose le modèle du vivant autour de la photosynthèse pour produire de nouvelles substances valorisables énergétiquement (cyano-bactéries, micro-algues en vue d’huiles) et autour de la transformation du CO2 en molécules utiles (polymères) par réduction électrochimique à optimiser. L’occasion aussi de pointer des besoins de recherche sur ces différents domaines, notamment sur le rôle d’enzymes et de catalyseurs métalliques à base de matériaux peu nobles dans la catalyse de l’eau et du CO2.

L’exposé a ainsi souligné l’importance de l’innovation en matière de technologies de l’énergie et du couplage toujours plus nécessaire entre recherche fondamentale et recherche technologique.

Ainsi avance notre réflexion autour de la question des transitions énergétiques qui sert de trame à ce séminaire (lien vers le billet intention) : transitions à ne pas tenir trop vite pour évidentes !

L’intervention de Marc Fontecave du 19 mai 2017 – 64 mn – est suivie d’un débat fourni avec la salle – 80 mn.

« The dynamic of policy processes on hydraulic fracturing », par Dr. Sébastien Chailleux et Dr. Stéphane Moyson

Vidéo intégrale de la seconde conférence du cycle « Energie : enjeux technologiques, institutionnels et géopolitiques » sous la direction de Raouf Boucekkine – 1 h 16

« The dynamic of policy processes on hydraulic fracturing: An international comparative research project », par les Dr. Sébastien Chailleux (associate researcher at the Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux) et Dr. Stéphane Moyson (assistant professor at the Institut de Sciences Politiques Louvain-Europe, Université catholique de Louvain, Belgium.), enregistré le 10 mars 2017 à l’IMéRA.

« L’eau, un enjeu politique », par Edith Kauffer

Edith Kauffer (IMéRA Fellow 2016-2017) est enseignante-chercheuse senior au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS)-Sureste (Mexique). Après avoir analysé entre 1992 et 2002, les flux de réfugiés d’Amérique Centrale et plus particulièrement les Guatémaltèques au Mexique -le retour en tant que projet politique (1993-1997) et la politique d’intégration au Mexique (1997-2002)- ses recherches se sont orientées depuis 2003 autour du thème de l’eau et de ses dimensions politiques: eaux et frontières, bassins versants transfrontaliers, politiques de l’eau.

Pour la première fois en plus de 20 ans, une Journée Globale d’Action pour l’Eau a été réalisée dans le cadre de la Conférence des Parties (COP22) le 9 novembre 2016 à Marrakech, au Maroc. Cet événement, salué par les acteurs de l’eau à l’échelle internationale, peut être interprété de différentes manières. D’une part, il recentre clairement le thème du changement climatique autour de l’eau, non seulement en raison des impacts des phénomènes globaux sur l’eau mais aussi en fonction des perspectives de solutions qu’il permet d’envisager, comme les déclarations officielles l’ont signalé. D’autre part, c’est un signe pour les analystes de la politique de l’eau qu’elle est avant tout une donnée et une problématique politique et que, par conséquent, les solutions aux problèmes de l’eau, quels que soient leur échelle, passent par des processus politiques. Continuer la lecture de « « L’eau, un enjeu politique », par Edith Kauffer »