“De Bouazizi à Jemna, puissance et impuissance de la société civile”, par Mohamed Kerrou

Professeur de sciences politiques à la Faculté de droit et sciences politiques de Tunis, Mohamed Kerrou (IMéRA Fellow 2010-2011) travaille actuellement sur les transformations sociales et les symboliques du pouvoir, dans une perspective historique et anthropologique.

Article paru dans Fellows#20 (L’espérance tunisienne : une voie possible pour les nations arabes), publication du RFIEA.

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, marchand ambulant de fruits et légumes, se voit confisquer sa marchandise par des policiers. Ce n’est pas la première fois : c’est celle de trop. À 26 ans, il s’immole par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid. Cet acte tragique, qui a conduit au décès du jeune homme deux semaines plus tard, a suscité la colère du peuple contre les défaillances du régime, d’abord dans la ville d’origine du jeune homme, Sidi Bouzid, avant de s’étendre aux régions voisines puis à l’ensemble de la Tunisie. La « promesse démocratique » d’une « ère nouvelle » officiellement annoncée par Ben Ali au lendemain du coup d’État du 7 novembre 1987, n’aura pas été tenue. Au fil des ans, le fossé s’était creusé entre d’un côté un pouvoir de plus en plus répressif et arrogant, arborant de manière ostentatoire les signes extérieurs de richesse, et des classes moyennes et pauvres, réprimées et sans aucune perspective de mobilité sociale. La jeunesse instruite n’avait d’autre avenir que le chômage, tandis que la corruption était la norme, notamment chez les proches du président Ben Ali. Si la majorité des Tunisiennes et des Tunisiens ont souhaité en finir avec le « système Ben Ali », les plus opiniâtres furent les jeunes, les syndicalistes, les avocats et les blogueurs, hommes et femmes refusant la chape de plomb imposée par la police. Leurs revendications sur l’emploi, la dignité et la liberté, ont abouti à une rupture totale avec l’autorité d’alors, comme en témoignaient les slogans adressés au Président : « Le peuple veut la chute du régime » ou « Dégage ! ». Ben Ali fut contraint de partir en exil le 14 janvier 2011, date historique de la chute de la dictature, du triomphe de la liberté et de la conquête de l’espace public par les sujets devenus citoyens et revendiquant des droits. Continuer la lecture de « “De Bouazizi à Jemna, puissance et impuissance de la société civile”, par Mohamed Kerrou »

“Une nouvelle éthique”, par Kalypso Nicolaïdis

IMéRA Fellow 2010-2011, Kalypso Nicolaïdis est Professeur de relations internationales et directrice du Centre d’études internationales de l’université d’Oxford ; elle est membre du Conseil européen des relations internationales.

Article paru dans Fellows#22 (Gouvernance mondiale et défis de demain), publication du RFIEA.

Comme le soutient Vincent Pouliot ici, la gouvernance mondiale est confrontée à des défis sans précédent. Dans le contexte transnational actuel, les questions que nous nous posons tous concernent les sources même de la légitimité : comment rendre cette gouvernance plus légitime aux yeux du monde entier ? On ne peut toutefois poser cette question sans en soulever auparavant une autre : de quel ordre mondial parlons-nous ? Que font les gouvernants pour les différents États, pour les citoyens, y compris les plus fragiles, les femmes ou encore les générations futures ? Comment les puissances émergentes vont-elles infléchir l’ordre mondial dans les dix, vingt, trente années à venir ? Si, en fin de compte, le changement est inévitable, se fera-t-il de manière linéaire ou disruptive ? S’agira-t-il d’une réorganisation ou d’un nouvel ordre international ? Si on se pose ces questions maintenant – en tant que progressistes pragmatiques, utopistes réalistes, démocrates radicaux – il faut s’assurer que les changements, qui sont inévitables et qui sont en jeu, profiteront à la majorité des peuples sur la planète. Continuer la lecture de « “Une nouvelle éthique”, par Kalypso Nicolaïdis »

“De la nouvelle économie et sa stagnation séculaire” par Raouf Boucekkine

Raouf Boucekkine est professeur d’économie à l’Université d’Aix-Marseille, directeur de l’IMéRA, membre senior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à l’IRES (UCLouvain) et à l’ECORES (CORE, ECARES and CES-Leuven federation). Depuis 2017, il est président de l’Association Sud-Européenne d’Economie Théorique.

Article paru dans Fellows#25 (Un nouvel esprit du capitalisme), publication du RFIEA.

Le concept crépusculaire de stagnation séculaire, communément utilisé depuis Alvyn Hansen (1939) pour désigner un essoufflement durable de l’activité économique, est régulièrement mis sur la table pour décrire des situations de faible croissance du PIB et de la productivité qui se prolongent au-delà du seuil temporel relativement court d’une récession. Selon nombre d’économistes, l’incapacité pour le moment des économies occidentales, et singulièrement européennes, à sortir par le haut de la Grande Récession de 2008 signerait l’entrée en stagnation séculaire ; en sortir ne relèverait nullement de politiques standard de stabilisation. Alors que Hansen attribuait la stagnation qu’il pressentait à des facteurs démographiques que technologiques (c’est à dire aussi bien à des facteurs d’offre que de demande), le suspect principal de l’hypothétique stagnation actuelle serait la nouvelle économie, issue de la troisième révolution industrielle des technologies de l’information et de communication (TIC), née à la fin des années 1960, et qui se révélerait donc bien décevante un demi-siècle plus tard. Il est probable que cette dernière ne mérite ni cette indignité ni l’excès d’honneur que nombre d’économistes américains lui ont fait lors de la longue expansion qui a caractérisé la présidence Clinton. Continuer la lecture de « “De la nouvelle économie et sa stagnation séculaire” par Raouf Boucekkine »

Amine Aït Chaalal : “Les Etats-Unis vis-à-vis des évolutions au Maghreb et Moyen-Orient depuis 2011 : acteurs ou spectateurs ?”

Conférence d’Amine Aït-Chaalal – Professeur à l’Université Catholique de Louvain et codirecteur du Centre d’études des crises et conflits internationaux – CECRI

Dans le cadre du cycle “Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée” organisé en partenariat avec l’IMéRA, AMSE et la Villa Méditerranée, en collaboration avec la Commission Économique pour l’Afrique des Nations-Unies.

Mardi 31 janvier 2017 à l’IMéRA  – vidéo : 52 mm 11

Depuis 2011 les pays arabes sont touchés par une série de mouvements et de bouleversements politiques, socio-économiques et populaires de grande ampleur. Plusieurs dirigeants arabes ont quitté le pouvoir. Dans d’autres pays, la situation a évolué de manière parfois tragique et violente. De par l’importance du positionnement géostratégique des Etats-Unis au Maghreb et au Moyen-Orient, l’administration Obama a dû gérer ces multiples évolutions. L’enjeu est de savoir comment les  Etats-Unis ont fait face à ces mouvements et quelles ont été leurs modalités d’actions et de réactions.

Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée

Inscrit dans le programme Méditerranée de l’IMéRA, le cycle “Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée” est organisé en partenariat avec AMSE et la Villa Méditerranée, et coordonné par Raouf Boucekkine.

Après plus de quatre décennies d’apparente stabilité, les régimes arabes, que ce soit au nord de l’Afrique ou dans la péninsule arabique, ont été fortement secoués par une vague sans précédent de protestations populaires, une déferlante née au creux de l’ouest tunisien déshérité en janvier 2011 et qui a, en cascade, pour le moins remis en question les équilibres politico-économiques en place de Rabat à Manama. Cinq ans plus tard, la transition politique vers des démocraties stables que beaucoup d’observateurs entrevoyaient avec un optimisme béat s’enlise. Dans les pays où les dictatures en place ont été abattues (Tunisie, Egypte ou Libye), une mouvance d’obédience islamique, parfois même islamiste sectaire (Daesh en Libye par exemple), s’est installée si ce n’est au pouvoir, du moins comme force politique influente, jetant de ce fait ces pays dans une période d’incertitude ponctuée par des coups d’Etat comme en Egypte avec la retour de la junte militaire aux manettes et des Frères Musulmans en prison, une alternance et l’émergence d’une configuration de l’islam politique d’apparence inédite en Tunisie et un chaos politico-militaire persistant en Libye sur fond de violence sectaire et tribale. Les régimes toujours en place (Algérie, Maroc ou Syrie par exemple) sont soumis  à de fortes turbulences socio-politico-économiques, quand ce n’est pas à la guerre civile internationalisée dans le cas de la Syrie, qui les place dans une situation de vulnérabilité extrême. On est très loin de la transition accomplie et de la convergence à des équilibres politico-économiques stables ! Continuer la lecture de « Gouvernance et transformations structurelles en Méditerranée »