La résidence à l’IMéRA d’Enrico Donaggio en 3 questions

Le philosophe italien Enrico Donaggio, IMéRA Senior fellow 2019-2021, répond à nos questions sur le travail de recherche qu’il mène à l’IMéRA depuis 2018. Il y coordonne l’Atelier de recherche ArTLib – Travail et Libertés, un collectif interdisciplinaire et international composé de 13 membres issus du monde académique et professionnel.

Enrico Donaggio est Professeur des universités à l’Université de Turin au Département de Philosophie et des Sciences de l’éducation. Actuellement en résidence de février à juillet 2021 et IMéRA Senior fellow 2019-2021, Enrico Donaggio a déjà été en résidence à l’IMéRA de février à juillet 2018, 2019, et 2020 et y a formé le collectif de recherche interdisciplinaire ArtLib – Travail et Libertés

Statue du sculpteur Bruno Catalano, dont les oeuvres de la série « Les voyageurs » (dont celle-ci) ont été utilisées pour illustrer les différentes conférences publiques de l’Atelier ArTLib.

Qu’est ce qui a motivé votre choix de venir à l’IMéRA pour travailler sur ce projet de recherche : ArTLib – Atelier de recherche Travail et Libertés ? 

Je suis arrivé à l’IMéRA en février 2018 pour une résidence de cinq mois. Je menais à l’époque une recherche individuelle sur le sujet « Travail et liberté au XXI siècle ». L’intérêt d’un séjour scientifique dans une institution de l’Université d’Aix-Marseille était avant tout motivé par l’existence de la tradition de l’ergologie. A mon arrivée j’ai découvert que cette tradition avait entretemps disparu. J’ai donc travaillé surtout au LEST, où j’ai trouvé une attention et une disponibilité extrêmes face à ma démarche, unies à une qualité et une rigueur scientifiques remarquables.

Suite à une invitation de Raouf Boucekkine, à l’époque directeur de l’IMéRA, j’ai ensuite accepté la proposition de devenir Senior Fellow (2019-2021) et de transformer mon projet de recherche individuelle en un projet collectif. J’ai ainsi formé ArTLib – Atelier de recherche Travail et Libertés, un collectif interdisciplinaire et international composé par 13 membres de 8 disciplines et 4 nationalités différentes, dont je suis aujourd’hui le coordinateur.

Quelle démarche suivez-vous pendant votre résidence à l’IMéRA ?

ArTLib mène une activité publique et une activité à huis clos ou sur invitation. Nous organisons chaque printemps un cycle de conférences sur le sujet au centre de nos intérêts avec les meilleurs spécialistes de France. Nos invités restent après avec nous pour des moments de discussion informelle qui prévoient des temps longs et volontairement déstructurés, une manière de réagir au partage du temps pressurisé et aliénant qui domine la vie universitaire.

En parallèle, nous organisons régulièrement des séances et des séminaires thématiques internes qui visent à former un collectif de recherche interdisciplinaire qui se veut avant tout comme un espace de discussion libre et pluriel ; non pas une secte qui se recueille autour de son chaman, comme c’est trop souvent le cas dans les groupes qui s’intéressent au travail en  France; ni un auteur collectif, un comité visible ou invisible qui annonce d’une seul voix sa vérité révolutionnaire.

Nous essayons d’appliquer avant tout à nous-mêmes ce que nous découvrons dans la théorie et dans la pratique des objets qui motivent notre recherche et nos espoirs : les utopies nécessaires, des hommes et des femmes qui se sont réunis pour travailler autrement.

Quel(s) aboutissement(s) envisagez-vous pour votre projet de recherche ?

Nous venons de terminer la première phase prévue par notre projet : la réalisation d’un livre, Travail et liberté aujourd’hui. Le texte sera publié début 2022 aux Editions Érès. Il recueillera les meilleures conférences du premier cycle et deux chapitres, une introduction et une conclusion que nous avons écrit à seize mains.

La deuxième et dernière phase de notre projet, qui nous voit au travail maintenant et qui se conclura en 2022, porte par contre sur la réalisation d’un catalogue d’une exposition qui n’aura jamais lieu : Travail e(s)t liberté. Les utopies nécessaires. Nous visons à un produit alternatif et complémentaire au format classique, rigoureux et élitaire du livre scientifique. Un hybride entre un site web, un livre électronique, le scénario d’une exposition, une vidéo ou une émission radio capable de produire auprès de notre spectateur/acteur la réaction suivante : « Mais alors c’est bien possible ! ».

Liens associés :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search